AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

~† Eat it cold ! †~ [Satine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Mer 21 Oct - 2:17

~† Il pleuvait sur Londres. La capitale de l'Angleterre essuyait une violente averse en ce mois froid d'octobre 2093. Les rues étaient désertes, depuis bien trop longtemps. Le Spirit ne cessait de prendre du pouvoir dans les hautes sphères magiques et moldus, envoûtant les Ministres sans scrupule. Mais à présent, le Spirit n'était plus la seule chose que les habitants de Londres craignaient de croiser dans les rues. Une autre menace, toute aussi dangereuse. Les vampires. Ils étaient de retour, après deux ans de disparition. Ils ne se cachaient plus à présent. C'était terminé de se terrer dans les sous-terrains ou dans les quartiers mal famés. Ils avaient décidé de revenir sur le devant de la scène et de se venger. Les tensions étaient presque palpables, la guerre était sur le point d'éclater... Ils étaient bien rares les vampires qui prenaient encore le traitement. Les rues de Londres n'étaient pas sûres pour les mortels, qu'ils soient sorciers ou moldus. Sans parler des envoûtés. Eux étaient exterminés sans inquiétudes. Mais même les mortels non envoûtés craignaient pour leurs vies. Les vampires avaient trop longtemps été traqués pour leur sang, seul remède à l'envoûtement par le Spirit. Ils avaient décidé de ne plus se laisser faire.

Le soleil se coucherait dans quelques heures et Charlotte était déjà dehors à œuvrer. Face à elle se trouvait un jeune homme qui devait avoir à peine dix-sept ans. Il se trouvait adossé contre un mur, pris au piège. Ses yeux semblaient comme fous à essayer de chercher une solution, une échappatoire. Mais il n'y en avait aucune, et il le savait. Il aurait beau se mettre à courir aussi vite que son jeune âge le lui permettait, jamais il ne pourrait semer une vampire. Il savait bien aussi qu'il était inutile de mentir et de jouer les innocents, il avait une poche remplie de sang dans la poche de son sweat. Cependant son instinct de survie lui empêchait d'admettre que c'était terminé, qu'il allait mourir. Que ce n'était plus qu'une question de temps. Son sweat-shirt était complètement imbibé d'eau et sa capuche ne l'abritait plus de grand chose. La jolie brune pour sa part, était totalement sèche, bien à l'abri sous un parapluie. C'était d'ailleurs la seule chose qui la protégeait de l'averse, car elle ne portait ni veste ni gilet. Juste une fine robe noire et des talons hauts. Depuis peu, elle avait retrouvé une raison de se faire jolie...
†~

    « Et maintenant ? Crois-tu encore que tu pourras m'échapper ? Rends-toi à l'évidence, il est temps de payer pour le sang que tu revends. Notre sang... »

~† Plus apeuré encore, le jeune moldu lui lança un regard désespéré et, dans un ultime geste de folie visant à protéger sa vie, il se remit à courir. La vampire leva légèrement les yeux au ciel, un sourire amusé sur le visage et replia son parapluie. En une seconde elle avait rattrapé le mortel et le coup fut aussi vif que brutal, fatal : elle planta l'extrémité argentée de son parapluie dans la gorge de l'humain. Ce dernier stoppa sa course instantanément et s'effondra sur le sol. L'odeur du sang arriva jusqu'aux narines de l'éternelle et, au beau milieu de la rue, sous cette pluie diluvienne, elle s'accroupit pour recueillir le sang qui s'échappait de sa gorge après avoir retiré son parapluie. Quelques secondes plus tard, l'humain était définitivement mort. Elle récupéra la poche de sang vampirique qu'il avait sur lui et abandonna son corps là, en guise d'avertissement. Elle se mit à courir, comme seuls les vampires peuvent le faire et à une vitesse telle que les gouttes d'eau n'arrivaient pas à l'atteindre. Quelques minutes plus tard et elle pénétrait dans l'établissement, dégoulinant de l'eau qui lui était tombée dessus le temps qu'elle se nourisse. †~

    « Un Whisky Pur Feu. »

~† Evidemment, de toute façon c'était la seule boisson servie au Secret Room. Elle attendit tranquillement au bar qu'on lui serve son verre, observant silencieusement le tenancier. Cela faisait longtemps qu'elle venait ici et chaque fois, l'homme lui offrait le même sourire. Et chaque fois, elle se contentait d'un léger hochement de tête. Elle prit le verre qu'il venait de lui servir et se dirigea directement vers l'une des tables à laquelle deux filles étaient assises. Vampires. Sans un mot, elle déposa la poche de sang qu'elle avait récupérée, et rejoignit une table libre un peu plus loin sans s'arrêter. C'était toujours à cette table qu'elle s'asseyait. Même quand elle était devenue un cadavre ambulant. Aujourd'hui les choses avaient changé avec le retour de Lokhyan et elle apprenait peu à peu, jour après jour, à redevenir elle-même. Aucun vampire ne venait jamais l'embêter quand elle venait s'asseoir ici. Premièrement parce qu'ils savaient qui elle était et que son nom restait connu depuis la précédente guerre contre les sorciers. Ce n'était pas une tare que de s'appeler Charlotte Leonhart chez les vampires car eux avaient la mémoire longue et se souvenaient des actes et massacres accomplis en plus de quatre siècles. Mais plus encore, personne ne l'ennuyait jamais car une autre odeur présente sur elle les en dissuadait. Celle du plus puissant des vampires, du plus âgé, du plus dangereux. Celle de son créateur, Lokhyan. L'éternelle entendit la porte du bar s'ouvrir et se refermer mais elle n'y prêta pas attention, trop occupée à observer ses cheveux qui dégoulinaient sur ses épaules. Néanmoins l'odeur ne la trahit pas, c'était une humaine qui venait d'entrer. Et Charlotte l'avait déjà rencontrée... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Mar 3 Nov - 23:10

Un frisson parcourut l’échine de Satine Blackhart. C’était la culpabilité qui irradiait de son cœur pour la faire trembler. C’était la conscience de trahir la confiance de son jumeau qui lui brûlait littéralement la peau. Une façon comme une autre de se punir de son imprudence, de se rappeler une dernière fois à l’ordre, pour lui éviter le pire, pour éviter qu’Eethaniel perde toute la foi qu’il avait en elle, qu’il se méfie et lui en veuille. Il avait pourtant été clair, il était hors de question qu’elle se mêle à cette guerre, il était hors de question qu’elle risque sa vie pour une cause qui n’était pas la sienne. Les vampires étaient revenus, ils allaient nettoyer le monde, ils allaient faire au mieux, pour eux, pour leur race si longtemps menacée. Et elle, misérable petite Sorcière, que pouvait-elle donc apporter de si précieux à leur affrontement ? Rien. Mais quelque chose au fond d’elle la poussait hors de son trou. Quelque chose grandissait en elle et elle se méprenait sur la nature de cette nouvelle force, s’imaginant qu’il s’agissait du courage qui lui avait tant manqué par le passé. Elle ne voulait pas qu’Eethaniel soit le seul à se battre, elle ne voulait pas être son fardeau, le pion inutile qu’on déplace à sa guise pour le sauvegarder. La petite chose dont tout le monde se moque et qui disparaitra tôt ou tard, sans même qu’on le remarque.
C’était avec cette idée qu’elle avait quitté son terrier, comme elle l’appelait ainsi, ce trou, cette cabane où elle vivotait, dormant à peine la nuit, somnolant le jour, les muscles en alerte, le corps malmené par une angoisse sans nom, une angoisse qui lui retournait l’estomac à chaque fois qu’elle avait le malheur de tenter de l’identifier. Elle mangeait à peine, s’affaiblissait de jour en jour, c’était d’autant plus flagrant depuis qu’elle avait passé la nuit avec Eethaniel. Elle s’était persuadée que le revoir et passer des heures blottie dans ses bras lui permettrait de se ressourcer et de repartir pour une nouvelle volée de semaines sans sa présence masculine rassurante. Elle s’était convaincue qu’il ne lui fallait que ce bout de son attention pour repartir de plus belle et affronter le quotidien morne qui lui était réservé depuis des mois. Un maigre réconfort pour tenir le coup jusqu’à ce que le ciel s’éclaircisse et leur offre des jours meilleurs.
En attendant, elle se sentait abandonnée et terriblement seule. Ses cernes ne cessaient de s’accentuer et le temps semblait s’étirer en longueur, la rendant esclave d’une attente indéfinie. Mais l’attente de quoi ? Elle ne servait absolument à rien. Elle s’allongeait à la nuit tombée, les mains calées sous sa joue et elle restait ainsi allongée, attendant que le sommeil vienne l’envelopper. Mais lui aussi se montrait trop rare, comme la nourriture, autrefois stockée dans une petite caisse de bois soigneusement cachée sous son lit. Il lui restait quelques pommes de terre, un peu de viande, des pâtes et deux ou trois fruits plus très mûrs. C’était cette constatation qui l’avait décidée, la veille au soir. Elle s’était agenouillée près de son matelas et avait tiré la caisse pour faire l’inventaire de son garde-manger et à la vue des restes moisis, son ventre s’était retourné et elle avait eu l’impression que son estomac allait lui-même lui sortir par la bouche. Elle n’avait plus rien à vomir, ce n’était que de la bile qui franchissait ses lèvres et les larmes se déversaient sur ses joues creuses. Rien ne parvenait à calmer le mal qui grondait en elle depuis deux semaines. Était-ce la faim ? Avait-elle attrapé un virus en se baladant dans les quartiers glacés de Londres ? La peur lui avait tenaillé le ventre et elle avait repoussé la caisse, se pinçant les narines pour ne plus respirer cette odeur infecte. Prise de frissons dégoûtés, elle s’était redressée et s’était dirigée vers le semblant de commode pour en ouvrir les battants. Sa cape émeraude y reposait, soigneusement pliée depuis des années. Sa couleur s’était ternie, elle n’avait plus rien de la prestance qu’elle arborait à l’époque où Satine n’était qu’une étudiante plus ou moins comme les autres, lorsqu’Eethaniel était encore un Sorcier et qu’ils vivaient leur passion en secret, s’étreignant dans les coins sombres des couloirs du château, lorsqu’elle se languissait en regardant l’aiguille de l’horloge murale trotter avec une lenteur sadique. Elle passait alors ses journées à rêver de leur nuit, de leurs retrouvailles. A présent, elle était loin de cette habitude puérile. Lorsqu’elle pensait à Eethaniel, c’était la douleur de l’absence qui faisait tout le travail et elle finissait par sangloter, recroquevillée sur elle-même. Un état pitoyable pour une Blackhart…
Elle avait glissé la cape émeraude autour de ses frêles épaules et avait constaté avec tristesse qu’elle ne lui allait plus comme auparavant. La couleur avait perdu de son éclat mais la jeune femme avait également perdu de sa prestance, accablée par un manque récurrent et par les tortures qu’elle avait subies au Ministère. La mélancolie s’était emparée de son humeur déjà bien lasse et la décision s’était installée dans son esprit. Dès l’aube, elle chercherait à rencontrer la créature éternelle qu’elle avait un jour affrontée dans les Serres du château, une immortelle qui avait été une réelle menace mais qu’elle n’avait pu que mépriser, tant son éducation Blackhartienne avait été ancrée dans son esprit étriqué.
Elle avait dormi peu, bien moins encore que durant les dernières semaines écoulées. Elle n’était même pas certaine d’avoir fermé l’œil une seule seconde, prostrée sous la couverture épaisse qui ne parvenait pas à réchauffer son cœur glacial et au petit matin, elle s’était levée, toujours enveloppée dans l’uniforme qui avait fait d’elle une Sorcière impétueuse, un moyen inconscient de prendre son courage à deux mains pour affronter la journée qui l’attendait.
Elle n’avait aucune certitude trouver la vampire au Secret Moon mais elle avait entendu dire que l’endroit était réputé pour les rencontres du genre et même si cela signifiait risquer dangereusement une mauvaise surprise. Mais la détermination farouche avait sillonné les veines de la Sorcière et ce n’est pas l’effroi qu’elle ressentait à l’approche du bâtiment sombre qui la ferait reculer. Un instant, l’image d’un Eethaniel furieux lui avait effleuré l’esprit mais elle l’avait chassée. Elle faisait ça pour elle, guidée par un instinct indescriptible et elle le faisait pour lui, parce que même si son aide pouvait paraître risible, ils ne pouvaient pas cracher sur une baguette supplémentaire. Elle était prête à prendre des risques pour ce en quoi elle croyait et sa foi, à présent, résidait en un avenir radieux avec son bien aimé, son âme sœur.
Il lui fallu une bonne dizaine de minutes avant qu’elle ne prenne son courage à deux mains pour pousser le lourd battant de l’établissement et pénétrer dans la chaleur faussement rassurante de la salle. La porte se referma d’un bruit sec et elle resta un instant adossée à celle-ci, le temps de s’imprégner des lieux et de jeter un rapide coup d’œil circulaire afin de repérer les meubles, les personnes mais, surtout, la créature qu’elle était venue chercher dans ce piège qui pouvait refermer ses mâchoires sur elle d’une seconde à l’autre.
Elle était là. Le cœur de Satine fit un bond dans sa poitrine et il lui sembla même qu’il manqua plusieurs battements. Il avait grimpé de plusieurs étages pour venir battre dans les tempes de la jeune Sorcière. Ses membres refusaient d’obéir aux ordres désespérés lancés par son cerveau terrifié et si elle bougea finalement de son poste, c’est parce que quelqu’un tenta d’ouvrir la porte, dans son dos. Les jambes flageolantes, le regard braqué sur son ennemie jurée, Satine s’avança, telle un automate. Elle avait perdu tout contrôle de la situation et si elle parvint enfin à la table où Charlotte était installée, ce n’était que parce qu’elle sentait que si elle ne s’asseyait pas rapidement, elle allait s’effondrer. Aussi, lorsqu’elle parvint enfin au banc de bois, après ce qui lui sembla être une traversée de dix kilomètres, son corps glissa et elle resta un moment silencieuse, la gorge trop nouée pour émettre quoi que ce soit et lorsqu’elle osa enfin porter le regard sur son adversaire, elle se sentit assaillie de milliers de picotements douloureux.
La situation n’avait rien de banal ; c’était tout le contraire, l’agneau venait de se jeter dans la gueule du loup.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Mar 24 Nov - 2:12

~† Les gouttes ruisselaient. Observer l'eau couler, la pluie tomber, avait toujours été quelque chose qui avait fasciné Charlotte. Elle ne savait pas d'où cela lui venait, probablement d'inconscients restes enfouis dans les tréfonds de l'humanité qu'elle avait eu, de longues années auparavant... Toujours était-il qu'elle aimait l'eau. Celle-ci coulait, sans jamais s'arrêter, un peu comme le sang. Et la vampire était toujours étonnée de voir les chemins que ces deux liquides choisissaient d'emprunter, les sillons qu'ils dessinaient, les commissures dans lesquels ils s'engouffraient. Des chemins souvent prédestinés, mais parfois hautement improbables. C'était le cas de l'une des gouttes qui s'était échappée de sa chevelure trempée. La plupart empruntaient la descente de sa clavicule, pour continuer de dégringoler le long de la colline que formait son sein et finalement être recueillies par son haut qui s'en imbibait. Mais cette petite goutte avait décidé de faire autrement que les autres et en cela elle avait attiré l'attention de l'éternelle. Guidée par une mèche de cheveux plus ou moins rebelle, la petite goutte avait réussi à escalader le mont défini par l'épaule, un effort qui avait probablement porté ses fruits après plusieurs mouvements inattentifs de la vampire. Puis la petite goutte, arrivée au sommet de l'épaule, avait vu devant elle une immense piste sur laquelle elle pourrait glisser, rouler, couler, tomber, filer... Elle s'était jetée en avant et avait fait une superbe chute de toute la hauteur de l'avant-bras de l'éternelle. Mais l'aventure s'arrêtait là. La petite goutte fut rappelée à l'ordre par l'autoritaire pli du coude qui l'entraîna vers des sentiers moins aléatoires... Charlotte n'en savait rien encore mais la personne qui venait d'entrer dans le bar était comme cette petite goutte : elle ne voulait pas suivre le chemin de ses congénères, elle voulait sortir des sentiers battus.

La brise qui s'était engouffrée dans les lieux avant que la porte ne soit refermée lui avait apporté une odeur. Cette odeur lui avait amenée des images. L'odeur lui rappelait des plantes. L'odeur lui rappelait l'humidité étouffante d'une serre. L'odeur lui rappelait une fleur, puis des cendres. L'odeur lui rappelait un index posé sur la jugulaire. L'odeur lui rappelait Satine Blackhart... Charlotte avait une mémoire olfactive qui ne la trahissait pour ainsi dire jamais. Peut-être parce que, contrairement aux autres vampires, elle ne se basait pas uniquement sur l'odeur mais aussi sur ce que celle-ci lui rappelait. Des situations, des endroits, des moments, des visages... Et l'odeur qui lui arrivait aux narines lui évoquait la méfiance et la défiance d'une jeune Emeraude dans les serres du château Poudlard fraîchement réouvert. Ah comme il était loin ce temps où elle pavoisait dans les couloirs du château, s'amusant de sa réputation de vampire et bousculant à peine les étudiants. Le temps de l'insouciance... Aujourd'hui, Charlotte était revenue à des choses plus terre à terre, des choses plus sérieuses. Des choses plus importantes que ces banales futilités, tout simplement... Fini de murmurer des menaces du bout des lèvres aux étudiants, fini de leur faire peur au détour d'un couloir après être restée immobile au point de passer pour une statue, fini de les faire se décaler d'une chaise par un simple regard, fini de s'amuser de ses semblables attirés par le sang humain, fini de rire des humains parce qu'ils aimaient...

Loin de la bulle Poudlard, Charlotte avait réintégré le monde et les dures lois de la vie. Celles qui lui avaient rappelé que personne n'était à l'abri, pas même les vampires. Celles qui lui avaient rappelé que les gens pouvaient souffrir, et que c'était elle qui pouvait causer cette souffrance selon ses bons désirs. Et, chose nouvelle, celles qui lui avaient enseigné qu'elle pouvait être anéantie par la perte d'un être qu'elle n'aurait jamais cru si cher... Charlotte avait été détruite, brisée, consumée. Charlotte s'était laissée aller. Charlotte était devenue une poupée sans vie, une coquille vide qui avait à peine envie de s'amuser. Puis Charlotte avait été surprise, décontenancée de découvrir qu'elle s'était trompée et qu'elle ne l'avait finalement pas perdu. Alors Charlotte essayait de se reconstruire, de se redresser, de se retrouver. Et en y songeant, quoi de mieux pour cela qu'une ennemie venue du passé ? Ce même passé dans lequel elle était toujours incapable de sentiments, ce passé dans lequel elle pouvait s'amuser de tout sans qu'il n'y ait de conséquences, ce passé où rien ne lui importait plus que de se distraire ? La vampire avait un peu retrouvé le goût du sang, mais ce n'était pas encore assez. Elle commençait seulement à tracer les esquisses de son futur elle, alliant avec subtilité ses forces du passé et celles du présent. Merlin, heureusement qu'elle n'était plus sous traitement ou elle aurait mis trois fois plus de temps à se reconstruire...

Maintenant que l'intrus était identifié, la belle brune détacha son regard de sa peau ruisselante de pluie pour venir poser ses yeux carmins sur le verre face à elle encore plein de ce liquide ambré. Elle ne lâchait pas sa boisson et pourtant, son champ de vision lui permettait d'espionner en toute quiétude le moindre mouvement de la jeune sorcière. Charlotte nota ainsi que celle-ci ne bougea pas durant un bon moment. Il lui semblait même que la jumelle Blackhart l'observait mais elle n'en aurait pas mis ses canines à couper. La vampire commençait à se demander combien de temps l'humaine comptait rester plantée devant l'entrée au moment où une nouvelle brise s'engouffra dans le bar, obligeant Satine à avancer pour laisser entrer le nouvel arrivant. Ce dernier était un vampire. Il jeta un vague regard à l'humaine mais s'en détourna lorsqu'il se rendit compte vers qui la sorcière s'avançait. Autrement dit, vers Charlotte Leonhart. Quant à elle, elle ne bougeait toujours pas, observant avec impassibilité son verre de Whisky Pur Feu. Du coin de l'œil, elle vit la mortelle glisser jusqu'à elle, avant de finalement s'asseoir à sa table. Charlotte ne protesta pas. Une jambe croisée sur l'autre, elle se contenta de porter le verre à ses lèvres pour boire une gorgée de l'alcool qu'il contenait. Elle le reposa et se décida enfin à relever ses pupilles sanguines vers son ancienne "camarade de maison". Son regard n'était pas tellement victorieux. Il était un peu amusé, mais il était surtout intrigué. Que pouvait-elle donc venir faire ici ? Durant quelques secondes, Charlotte s'amusa du bout des doigts avec son verre. Finalement sa voix s'éleva, teintée d'une pointe de sarcasme.
†~

    « Puisque que ton frère est... des nôtres, le mot lui arracha la bouche, je suppose que tu n'es pas assez idiote pour t'aventurer dans un endroit pareil sans une bonne raison. Et particulièrement sans être bien accompagnée.
    Je peux peut-être t'aider Blackhart. Tu cherches quelqu'un ? »




    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Mar 1 Déc - 12:20

Les années avaient passé et l’Eternelle n’avait pas pris une ride. Sa beauté ne s’était pas altérée et Satine avait ressenti une sorte de piqûre de jalousie, sachant qu’Eethaniel vivait le même processus, qu’il resterait beau à jamais, tandis qu’elle, elle vieillissait chaque jour davantage. Chaque minute était un pas supplémentaire vers la mort. Charlotte, elle, était identique en tous points de vue, à l’image que Satine avait en tête, lorsqu’elle se remémorait cette confrontation, dans les Serres du château. Cela semblait s’être passé il y a une éternité alors que quelques années à peine séparaient leur rencontre d’alors avec celle d’aujourd’hui. Sauf que Charlotte resterait pareille à elle-même, sombre Immortelle au pouvoir effrayant. Quant à Satine, elle avait passé le cap de la vingtaine et ignorait de quoi serait fait son avenir. Vivrait-elle ? Mourrait-elle dans d’atroces souffrances ou d’un Avada libérateur ? Combien de temps serait-elle en sursis si elle se cachait comme Eethaniel le lui recommandait ? Elle était certaine que tôt ou tard, sa chance tournerait. Les Espions du Ministère la retrouveraient et lui ferait payer cher sa fuite inopinée. Mais il se pouvait que cela lui sauve la vie, également. Qu’elle parvienne à s’en tirer, d’une manière ou d’une autre. Il y avait plus de chance qu’elle s’en sorte vivante si elle écoutait les précieuses indications de son frère, en tout cas, au lieu de quoi, elle s’était hissée dans la gueule du loup, se faufilant entre ses dents pour goûter à son haleine chaude et grisante. Maintenant qu’elle se retrouvait face à l’un des dangers potentiels de son existence, Satine sentait les frissons courir le long de sa peau, comme une sonnette d’alarme cherchant vainement à la dissuader de s’aventurer sur cette pente glissante, au risque de trébucher et tomber au fond du gouffre pour ne jamais en sortir…
Son estomac se tortilla d’inquiétude et elle dut poser sa paume contre celui-ci pour le calmer. Il mit quelques secondes à taire son rugissement ténébreux mais finit par retomber dans le silence de la salle. Charlotte devait être parfaitement consciente de l’état dans lequel se trouvait Satine. La jeune Blackhart savait pertinemment que les Vampires avaient des facultés extraordinaires, au-delà de ce que son pauvre esprit malade pouvait imaginer. Elle l’avait senti à chaque étreinte, à chaque baiser qu’Eethaniel avait déposé sur sa peau. Il n’était plus Sorcier, il n’avait même plus rien d’humain, il était le tueur aux talents innés. Et pourtant, elle ne le craignait pas une seconde, sachant que quoi qu’il arrive, il saurait réprimer son instinct et ses envies. C’était tout autre chose en ce qui concernait Charlotte, qui lui faisait face, silencieuse et apparemment indifférente à sa présence soudaine. Satine serra les mâchoires en la contemplant un instant puis déglutit, alors que son adversaire buvait tranquillement un liquide que la jeune Sorcière aurait été bien incapable de qualifier. C’était comme si elle avait été déconnectée de la réalité. Elle avait subi des traitements inhumains et s’en était sortie de justesse. Après cet épisode, elle s’était refugiée dans un lieu inconnu, un lieu dans lequel elle se sentait en sécurité, que ce soit illusoire ou non. Pousser son corps affaibli à sortir de cette sécurite fragile avait été une épreuve et maintenant qu’elle se trouvait face à la créature qu’elle avait recherchée, elle sentait comme une détermination farouche s’emparer de son corps, de ses muscles et surtout, de cette boule qui se formait au creux de son ventre, indescriptible, comme vivante. Ce fut la seule raison pour laquelle elle ne chercha pas à retourner en arrière, à fuir cet endroit malveillant pour retrouver son terrier humide et glacial.
Finalement, Charlotte daigna enfin lever son regard étrange vers l’intruse et Satine le soutint, peinant à garder le calme olympien qu’elle affichait autrefois avec une facilité déconcertante, malgré la maladie. A présent, la faiblesse avait pris le dessus et ses troubles psychologiques étaient devenus maitres de son esprit tourmenté. Aussi, garder ses yeux chocolat braqués dans ceux du Vampire lui parut une réelle tempête, comme si sa volonté aurait voulu qu’elle baisse le regard. Elle avait bien du mal à se concentrer mais parvint pourtant à faire montre d’un courage qu’elle ne se connaissait pas. Sans grande surprise, Charlotte parut amusée par cette apparition imprévue. Elle devait se douter que Satine n’avait pas fait tout ce chemin de gaieté de cœur et que ce parcours avait un but qu’elle ne tarderait pas à lui révéler mais l’Eternelle ne se pressa pas pour briser le silence qui les avait enveloppées. Mais lorsque, enfin, sa voix s’éleva, ce fut la pointe de sarcasme que Satine nota principalement. Pourtant, ce détail ne la surprenait pas. Même lorsqu’elle arborait avec fierté son nom, la jeune Blackhart savait que le Vampire n’en avait rien à faire du prestige de son patronyme, il devait probablement être aussi ridicule à ses yeux, que le nom de famille du plus insignifiant des Sang-de-Bourbe. A l’époque, cette constatation aurait vexé Satine, qui aurait arboré cet air méprisant et rageur. A présent, elle s’en contrefichait. Cela lui faisait le même effet que n’importe quelle insulte déguisée de son adversaire.

« (…) Je peux peut-être t’aider, Blackhart. Tu cherches quelqu’un ? »

Satine détourna un instant les yeux de son interlocutrice, balayant distraitement la salle du regard, comme pour s’assurer que personne n’écoutait cette conversation censée rester privée. Mais on n’aurait pas pu leur prêter moins d’attention qu’à cet instant précis. L’endroit n’était pas bondé et les autres clients semblaient bien trop préoccupés par leurs propres affaires pour se mêler de ceux d’un Vampire ténébreux et d’une jeune femme au teint blafard et à la maigreur notable. Lorsqu’elle reporta enfin son attention sur Charlotte, Satine sentit un poids lourd investir son cœur. Elle avait encore l’opportunité de changer d’avis, d’ignorer l’appel fou de son esprit. Elle pouvait prétexter quelque chose, même si le Vampire devinait qu’il s’agissait d’un piètre mensonge, et s’en aller. Retourner à sa petite vie misérable de proie tremblante terrée dans son trou. Elle aurait pu. Mais elle se sentait incapable de supporter plus longtemps ce train de vie. Elle risquait sa vie, l’amour d’Eethaniel et, inconsciemment, l’existence d’un espoir pour les Blackhart. Mais elle assumait pleinement cette stupidité. Si elle restait ne serait-ce qu’une semaine de plus dans sa cachette, elle allait elle-même mettre fin à ses jours, elle le sentait. Elle ne pouvait plus supporter d’être seule à longueur de temps et désirait plus que tout avoir un but dans son existence. Même si ce but signifiait jouer avec le danger, côtoyer une ennemie mortelle et décevoir Eethaniel à jamais.

« En effet, je te cherchais » finit par répondre Satine avant de fermer la bouche, comme le barman passait à proximité, lui demandant ce qu’elle prenait. La jeune femme secoua la tête et l’autre partit en ronchonnant, la laissant seule face à son destin. « Je veux agir, être utile et tu sais aussi bien que moi qu’Eethaniel s’opposera à tout ce que je peux proposer… Aussi… j’espère compter sur ta discrétion… Je ferai tout ce que vous voulez pour vous venir en aide. » Elle marqua une pause et baissa le regard avant de conclure, réaliste. « Même si je sais que mon aide doit vous paraître risible, à vous, les Vampires… »
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Ven 4 Déc - 13:46

~† C'était étrange. A la voir assise là, Charlotte se rendait compte à quel point les choses avaient changé. Il y a plus de deux ans de cela, elle s'acharnait à espionner, suspecter, observer les deux jumeaux Blackhart pour découvrir ce qu'ils cachaient, la relation qui les liait. Elle n'avait jamais compris, pourtant elle était certaine que c'était quelque chose de moins banal qu'une relation frère/soeur, aussi forte soit-elle. Aujourd'hui, elle voyait à quel point ses priorités avaient changé... Elle se moquait bien de leur relation, ils pouvaient même faire dans l'inceste qu'elle s'en ficherait. Quoique... Tout ça pour dire qu'elle n'oubliait pas sa promesse, elle découvrirait un jour leur secret. Mais pour l'heure, elle avait plus important et plus sérieux à faire. Que la petite sorcière soit en paix, la méchante vampire leur accordait un sursis...

L'éternelle resta silencieuse après son intervention, s'amusant à faire courir son index le long du bord de son verre. Ses pupilles ne lâchaient pas l'humaine, l'examinant attentivement. Satine était tendue, à fleur de peau. Elle avait des frissons. Son coeur battait anormalement, oscillant entre lenteur et rapidité. De la peur ? Peut-être bien. Et il y avait de quoi... Elle avait beau être sorcière, elle venait d'entrer dans le bar le plus fréquenté par les vampires de toute la ville. Cela ne se voyait pas à première vue, en tout cas pas à cette heure-ci. Le bar était relativement vide compte tenu de sa capacité d'accueil. Et pourtant, il lui arrivait d'être le lieu de réunions, encouragées par ce patron qui ne disait jamais rien. Alors oui, Satine avait raison d'avoir peur. Il ne faisait pas bon entrer ici sans être reconnu comme étant pro-vampire. Et encore moins sans être accompagné de l'un d'eux. Les clients avaient beau avoir l'air de ne s'occuper que de leurs affaires, ils savaient surveiller en toute discrétion un intrus et leurs oreilles traînaient toujours quelque part. Charlotte, par exemple, avait l'ouïe très fine et même si elle "discutait" actuellement avec Satine, cela ne lui empêchait pas d'écouter ce que les vampires à qui elle avait confié la poche de sang en entrant comptaient en faire.

Non contente de s'aventurer dans un lieu dangereux, la jolie Blackhart avait décidé de venir s'asseoir face à la pire des vampires présentes. Charlotte n'était certes pas la plus âgée, elle avait après tout seulement passé les quatre siècles. Mais elle était connue pour faire partie des plus sanguinaires. C'était elle qui avait fait faire du yoyo aux taux de mortalité, et tout cela pour goûter le sang de chaque classe d'âge allant du nourrisson au vieillard, et choisir celui qu'elle préférait. C'était elle qui était la cause d'inénarrables massacres lors de la première guerre contre les sorciers. C'était elle qui était la progéniture et la protégé de Lokhyan Raphaël Dewitt. Alors bien sûr que Satine avait raison d'avoir peur, encore plus lorsque l'on connaissait le passé des deux jeunes femmes et le mépris qu'elles avaient l'une pour l'autre. C'était d'ailleurs plus vrai pour Satine, Charlotte restait plus ou moins indifférente à l'humaine. Elle n'aimait juste pas qu'on la provoque, que ce soit dans une serre ou ailleurs. Mais qu'elle se rassure, la quadruple centenaire ne comptait pas croquer la petite sorcière. Pas pour l'instant en tout cas...

Enfin, Satine ouvrit la bouche pour répondre à sa question. Cherchait-elle quelqu'un ? C'était la seule raison valable pour expliquer sa présence en ce lieu. Mais qui ? La sentence tomba : elle la cherchait. Vraiment ? Le sourcil droit de la vampire s'arqua légèrement sous la surprise. Elle était parfaitement capable de rester impassible, mais elle ne voyait aucun danger à montrer à l'humaine qu'elle était perplexe. Donc elle la cherchait, elle. Bien. Et pourquoi ? Voulait-elle un drainage de sang gratuit que son frère lui refusait ? Charlotte ne lâcha pas des yeux la sorcière, pas même quand le barman s'approcha d'eux puis repartit. Ses yeux rougeâtres restaient fixés droit sur Satine. La voilà qui avait attisé sa curiosité... Curiosité satisfaite lorsque la jeune Blackhart lui avoua vouloir aider les vampires, ce que son jumeau lui refuserait évidemment. Ainsi voilà pourquoi elle était venue la trouver elle. Parce qu'elle savait qu'elle ne l'épargnerait pas, qu'elle ne lui accorderait pas de traitement de faveur. Satine voulait se salir les mains pour aider son frère. Comme c'était touchant...
†~

    « Aucune aide n'est risible. Les temps ne sont pas faciles. »

~† Mensonge. Les humains, sorciers comme moldus, leur avaient certes été quelque peu utiles au début de la traque des éternels. Mais les vampires s'en seraient tout de même sortis sans eux. Les vampires s'en sortaient toujours. Un autre vampire aurait envoyé paître la jeune Satine, la diminuant en lui disant de retourner jouer avec ses poupées. Un autre vampire n'aurait pas accepté l'aide d'une jumelle d'un vampire sans le consentement du dernier. Mais Charlotte était Charlotte, et elle faisait ce qu'elle voulait. Elle n'avait toujours pas digéré le fait qu'Eethaniel avait été transformé en vampire. Elle s'était promise de lui pourrir la vie mais n'en avait pas tellement eu l'occasion, ni le goût ces derniers temps. Seulement depuis peu, Charlotte s'était rendue compte que le nouveau vampire avait commis une erreur. Il lui avait menti. Il lui avait assuré avoir vu Lokhyan mort, il l'avait laissée dans le mensonge. Alors que Lokhyan était parfaitement vivant. Et pour cela, Charlotte se vengerait. Jusqu'à ce que Satine lui propose son aide, la vampire ne savait pas encore de quoi sa vengeance serait faite. Et voilà que la petite humaine lui tombait tout droit dans les mains, sans qu'elle n'ait eu besoin d'aller la chercher... Elle voulait qu'Eethaniel souffre autant qu'elle avait souffert quand elle avait crut perdre celui qu'elle aimait. La différence étant que Charlotte s'arrangerait pour que la mort de Satine ne soit pas fictive, contrairement à celle de Lokhyan. Elle n'hésiterait pas à l'envoyer à la mine, faire les choses les plus dangereuses. Ah Satine voulait aider ? Alors elle aurait ce qu'elle voulait. La vampire se détacha finalement de son verre et croisa ses mains sur la table, se penchant légèrement vers la jolie brune. †~

    « C'est d'accord. Je te dirigerai pour nous aider, et je ne dirai rien à ton frère.
    Mais il faut, Satine, que tu sois bien consciente que ce sera dangereux. Tout ça n'est pas un jeu, il y a des gens qui meurent pour nous avoir aidés. Alors j'espère que tu ne viens pas ici uniquement pour te distraire parce que tu trouves le temps long, mais que tu es bien motivée. Au point de risquer ta vie... »

~† Au moins les choses étaient dites. Satine était prévenue, à elle d'être certaine de son choix. Mais Eethaniel ne pourrait pas lui reprocher sa mort si sa soeur avait été mise au courant du danger. Ce serait elle qui déciderait de courir les risques, et de mettre un pied dans la tombe... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Mer 9 Déc - 13:25

Au fond, on pouvait s’interroger sur les réelles motivations de Satine, elle qui n’avait jamais montré le moindre intérêt pour autrui. A l’époque paisible de leurs études, elle se contrefichait bien de ce qui pouvait arriver aux malheureux élèves des autres confréries. Pire, s’il leur arrivait malheur elle en était d’autant plus amusée, pour ne pas dire réjouie. Son monde avait toujours tourné autour d’Eethaniel et ferait peut-être cela jusqu'à la fin de son existence. Elle se complaisait dans cet égocentrisme, ne cherchait pas à changer ses habitudes et vivait au jour le jour en se disant que rien ne pouvait lui arriver, de toute manière, puisque son frère était là, qu’il serait toujours présent et que sa vie ne pourrait donc que continuer sur cette voie enivrante. C’était avant sa capture, évidemment, avant la torture interminable. Parfois, lorsque le sommeil ne l’emportait pas complètement, elle était victime de rêves semi-éveillés. Et la douleur revenait, lancinante, comme si chaque cellule de son corps avait enregistré la sensation durant les séances douloureuses. Elle percevait les voix de ses bourreaux comme si elle était de retour dans la pièce glaciale et il arrivait souvent qu’elle s’éveille en sursaut et en sueur, scrutant son logement à la recherche des visages cauchemardesques. Elle se ressassait les événements et lorsqu’elle voulait échapper à cette terreur indicible, elle fermait les paupières et glissait la tête sous un oreiller. Mais rien n’y faisait, le sourire sadique de ses anciens geôliers revenaient toujours hanter son esprit tourmenté. Dans ces moments-là, au comble de sa faiblesse, elle laissait les larmes inonder ses draps et son corps tremblait à un point tel qu’elle était incapable de retrouver un semblant de calme avant une bonne vingtaine de minutes. Elle avait prié pour qu’on lui vienne en aide mais qui aurait fait cet effort alors qu’elle n’avait montré que mépris et dédain pour ses pairs lorsqu’elle partageait les bancs de Poudlard ? Peut-être que ces événements dramatiques avaient eu leur effet sur le tempérament hautain de la jeune Sorcière, peut-être que le fait d’être abandonnée, seule face au danger, avait remis les choses à zéro. L’arrogance n’avait plus sa place dans un monde en proie à une telle déchirure, seule la survie était essentielle, primordiale, surtout si elle voulait espérer avoir un avenir quelconque avec Eethaniel. Il lui fallait remettre ses priorités à jour et descendre de son piédestal Blackhartien. Même son nom n’avait plus aucune importance, ce n’était qu’un lot supplémentaire d’ennuis dont elle se serait d’ailleurs bien passée.
Alors le changement comportemental de Satine était peut-être une conséquence des traitements infâmes qu’elle avait subi. Peut-être qu’elle avait appris que se retrancher dans sa solitude, avec l’illusion idiote d’être au-dessus des autres n’était pas une solution. Au contraire, elle lui avait apporté plus de mal que de bien. Mais elle n’y pouvait rien, finalement, elle avait élevée dans cette optique par des parents Pur Sang qui ne cherchaient qu’à les rendre plus hargneux, plus dédaigneux et plus forts que leurs camarades Sorciers. Ils avaient échoués en bien des points. Ils avaient tant cherché à l’éloigner d’Eethaniel, persuadés qu’elle abdiquerait un jour, pour eux. Quelle belle désillusion ! Il s’agissait de son jumeau ! Ils étaient liés bien avant qu’ils ne viennent sur Terre et même si cet amour indicible n’était pas né entre eux, leur lien les aurait rapprochés. Elle l’aurait soutenu de tout son être car avant même de pousser son premier cri, elle avait passé neuf mois en sa compagnie, le sentant bouger contre elle au bout de quelques mois. Ils étaient ensemble bien au-delà de la vie alors si en plus cette graine d’amour s’était développée jusqu'à les protéger du reste du monde, les Blackhart ne pouvaient plus rien espérer de leur progéniture. Son choix avait été fait bien avant qu’ils ne s’en prennent à leur fils cadet. Il était instinctif, primaire, inné. Aussi, savoir qu’elle agissait contre la volonté de celui-ci procurait à la jeune femme une sensation malsaine contre laquelle elle ne pouvait rien faire. La brûlure de la trahison formait un ulcère. Son estomac ne voulait plus garder un seul de ses repas plus d’une heure et elle aurait voulu échapper à cette sensation de surveillance continuelle. Le savoir si abstrait, si lointain la rendait d’autant plus nerveuse comme elle ignorait ce qu’il faisait de ses journées. Pensait-il à elle, gardait-il un œil sur elle, veillerait-il sur elle si quelque chose de grave lui arrivait ? Elle culpabilisait de laisser le doute s’insinuer mais il avait été dans l’incapacité de l’aider lorsqu’elle avait été captive du Ministère alors il se pouvait bien qu’il se retrouve une fois de plus les pieds et poings liés, forcé d’assister à son malheur sans pouvoir intervenir. Elle ne lui en voulait pas, évidemment, elle savait qu’il aurait agi s’il avait pu… En attendant, le passé était bien réel et cette fois, elle se jetait dans la gueule du loup, pleinement consciente du danger qu’elle encourrait si elle aidait les Vampires.
Elle avait vraiment imaginé que sa venue serait vaine, que l’Eternelle l’enverrait paitre, se riant de l’audace inutile de la jeune Sorcière. Elle s’était préparée psychologiquement à un refus, à une humiliation plus ou moins publique et avait même déjà envisagé un plan B. Il n’était pas suffisamment étoffé mais elle était déterminée à ne pas abandonner aussi rapidement, quelle que soit la réponse de Charlotte. Aussi, lorsque celle-ci déclara qu’aucune aide n’était risible, Satine resta un instant perplexe, attendant que le revers de la phrase éclate au grand jour, lui explose au visage. Mais la créature semblait tout à fait sérieuse et Satine sentit un vent de soulagement balayer son cœur. Elle n’avait pas fait tout ce chemin pour rien. Le risque avait été considéré mais il en valait la peine, finalement. Après la brise salvatrice, ce fut une pluie de picotements qui lui hérissa les poils des avant-bras et elle attendit patiemment la suite des événements. Elle n’avait pas vu plus loin que cette demande, persuadée qu’elle ne parviendrait pas à ses fins avec autant de facilité, par conséquent, maintenant que Charlotte avait marqué son accord, Satine était incapable de dire comment se passeraient les choses ensuite. Elle aurait peut-être pu y réfléchir plus tôt mais ce changement radical était tellement neuf et imprévu qu’elle ignorait comment le gérer.

« C’est d’accord. Je te dirigerai pour nous aider, et je ne dirai rien à ton frère (…) » Le ventre de Satine se tordit. Une réaction dont elle n’avait pas encore l’habitude et à laquelle elle s’accoutumerait par la suite. Son état ne s’améliorerait pas mais elle n’en tiendrait pas compte et lorsqu’elle réaliserait l’ampleur des événements, il serait déjà trop tard. « (…) que tu sois bien consciente que ce sera dangereux. »

Oh, elle savait parfaitement qu’il ne s’agissait pas d’un jeu. Cela pouvait paraître suicidaire comme plan mais Satine n’avait aucune intention de mourir. Elle voulait vivre, ce qui pouvait paraître paradoxal vu le danger auquel elle serait confrontée. C’était justement par désir de vivre réellement qu’elle avait fait cette démarche. Si elle continuait à vivre de la façon dont elle avait vécu durant des mois, au cours de ces dernières années, elle allait tomber dans une profonde dépression, elle en était certaine. Il était trop absent, trop abstrait, trop lointain, trop inaccessible. Il n’y pouvait rien, encore une fois, évidemment, en attendant, elle était celle qui restait cloitrée dans un endroit à peine vivable, elle était celle qui se languissait de lui sans pouvoir discuter avec qui que ce soit. Or, elle avait beau avoir été méprisante dans sa vie, le contact humain avait toujours été nécessaire, raison pour laquelle elle affectionnait ses joutes verbales avec Ricochet. A la pensée du Sorcier, le visage de Satine se referma. Leur dernière entrevue avait été bien moins plaisante que celles d’autrefois.

« Au point de risquer ta vie… »

Les yeux chocolat de Satine croisèrent ceux de l’Eternelle. Elle n’irait pas risquer sa vie tout simplement parce qu’elle ferait en sorte de rester en vie tout en étant utile. C’était d’ailleurs sa seule ambition pour l’instant. Inspirant profondément, Satine se pencha en avant, posant les coudes sur la table et dévisageant un instant le Vampire. Charlotte avait au moins l’avantage de lui rappeler qu’elle était bel et bien vivante, qu’elle pourrait avoir disparu depuis belle lurette mais qu’elle était toujours là, ce qui devait signifier quelque chose. De plus, la créature faisait naitre chez la Sorcière une sensation qui semblait ancestrale. Une sensation qu’elle n’avait plus ressentie depuis l’époque ou elles étudiaient dans la même maison. La Satine Blackhart d’antan, celle qui ne craignait pas son ombre, vivait toujours quelque part et cette constatation fit un bien fou à la demoiselle.

« On a notre deal. Tu me dis ce que je dois faire et en moi, je me contente de rester en vie bien que cela t’importe peu, finalement. »

Elle n’était pas stupide au point de croire que Charlotte pouvait exprimer une quelconque émotion à son égard. De toute manière, elle n’était pas venue pour cela et lorsque le propriétaire du bar repassa pour prendre les commandes, Satine choisit de se prendre un the brûlant. Le bonhomme lui répliqua qu'ils ne servaient pas ça ici et elle fut bien forcée de commander la même chose que Charlotte, même si elle savait pertinemment qu'elle n'y toucherait pas.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Lun 21 Déc - 0:56

~† Au moment où elle annonça à Satine qu'il lui faudrait accepter un danger mortel si elle s'engageait sur cette voie, la petite brune releva son regard vers elle. Les yeux sanguins de Charlotte ne bougèrent pas, restant ancrés dans ceux de l'humaine. Elle voyait dans ceux-ci une espèce d'acceptation du danger, mais elle y lisait également une certaine défiance. La vampire comprit alors que Satine n'était pas venue la voir simplement pour s'amuser mais que sa décision était mûrement réfléchie. Peut-être même avait-elle hésité des semaines avant de se décider à venir la voir. Peut-être même que Charlotte ne mesurait pas à quel point Satine avait changé et était plus "raisonnable" qu'avant, y réfléchissant à deux fois avant d'avoir à se retrouver face à un vampire. Était-ce dû au fait que son jumeau avait fini par se faire transformer ou non, ça, l'ancienne Emeraude ne le saurait certainement jamais. Quoiqu'il en soit, Satine avait conscience du danger qui la guettait, mais elle ne partait par pourtant autant déjà perdante. Elle ne se laisserait pas vaincre facilement, ni n'était prête à renoncer à la vie. Alors Charlotte se dit qu'elles verraient bien, qui d'elles deux avait le plus de volonté. Satine pour rester en vie, ou Charlotte pour la pousser vers la mort...

La sorcière prit une position semblable à celle de l'éternelle, coudes sur la table, penchée vers l'autre. Était-ce par défi ? Non, Charlotte ne le pensait pas. Pour lui montrer qu'elle n'avait pas peur et qu'elle était sur un pied d'égalité ? Non, non plus. Charlotte espérait bien que Satine n'était pas assez folle pour pouvoir penser qu'elle était aussi forte que l'immortelle, car dans ce cas elle devrait lui prouver elle-même le contraire. Et ce serait mille fois moins drôle que de la voir risquer sa vie tout en étant sous ses "ordres"... Non, Charlotte pensait plutôt que si Satine adoptait cette position, c'était pour lui montrer qu'elle entendait bien et qu'elle ne renoncerait pas. Soit. Tout comme la petite humaine se mit à la dévisager, Charlotte se mit à l'observer de manière attentive, notant les moindres détails. Cela allait de ces cernes sous les yeux, en passant par ses joues qui s'étaient creusées. Ses cheveux moins soyeux, moins luisants qu'avant. La vampire ne savait pas où la demoiselle Blackhart vivait, mais ce n'était certainement pas dans un hôtel quatre étoiles... Et pourtant, même si elle semblait affaiblie, ce n'était pas pour l'heure ce qui était le plus flagrant chez la brunette. Mais ce détail principal n'était pas visible à l'œil nu. Il fallait être vampire pour en avoir connaissance car il résidait dans les battements du coeur. Alors, au moment où les deux jeunes femmes se jaugeaient, Charlotte pouvait assurer que c'était l'excitation qui était prédominante chez la sorcière. Si, quelques minutes auparavant, c'était le soulagement qui primait, c'était maintenant bel et bien l'excitation...

Satine brisa le silence, assurant qu'elles avaient leur "deal". Charlotte ne put s'empêcher d'afficher un petit rictus au coin de ses lèvres. Une pensée fugace la traversa, durant laquelle elle se demanda si on n'avait pas appris à la petite Blackhart à ne pas pactiser avec le Diable ou ses émissaires. Mais il était trop tard, le pacte était signé, le "deal" était accepté. Charlotte lui confierait certaines missions susceptibles d'aider les immortels. Et Satine se contenterait de rester en vie. Si c'était possible, évidemment... Quelques secondes plus tard, la vampire hochait vaguement la tête avant de se redresser. Elle termina son verre d'une traite au moment où le barman revenait vers elles. Satine commanda un thé et, même si l'idée fit mentalement rire la vampire, elle resta de marbre. L'humaine fut contrainte de se rabattre sur la seule boisson servie ici, et Charlotte commanda un deuxième verre. Le tenancier repartit préparer les deux verres et l'éternelle profita de son absence pour reprendre la parole.
†~

    « Tu as raison. Je ne te donnerai pas les missions les plus simples pour te garder en vie. Je ne t'épargnerai pas parce que ton frère est un vampire.
    Et je suppose que c'est ce que tu souhaites, sinon tu ne serais pas venue me voir moi... »

~† Petit mouvement de sourcil pour asseoir sa certitude avant qu'on ne revienne leur apporter leurs deux verres pleins. En remerciement, Charlotte n'offrit qu'un hochement de tête, avant de s'emparer du verre entre ses doigts fins. Elle le porta à ses lèvres et en but une nouvelle gorgée, tout en continuant d'observer Satine. C'était son deuxième verre et pourtant elle avait toujours l'esprit clair. Depuis qu'elle était vampire, elle n'était jamais parvenue à être saoule, ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé... Une seconde plus tard, elle reposa son verre sur la table. †~

    « Tu sais quoi ? Nous allons tout de suite vérifier la valeur de notre marché. Rassure-toi, je ne vais pas déjà t'envoyer combattre un envoûté... »

~† Sourire sadique. Rire ironique. Plus sérieusement, Charlotte voulait s'assurer de l'accord qu'elles venaient de passer et de sa validité. Un petit test de bienvenue en quelque sorte... Se tournant légèrement vers le reste du bar, elle continua son explication tout en restant discrète. †~

    « Vois-tu ces deux filles là-bas ? Ce sont des vampires. Je leur ai, plus tôt, remis une poche de sang. J'ai besoin de savoir ce qu'elles vont en faire. Tu peux leur dire que tu viens de ma part si tu as peur... Mais ne reviens pas t'asseoir à ma table tant que tu n'auras pas l'information. »

~† Evidemment, Charlotte avait déjà cette information. Elle savait parfaitement que le sang de vampires récupéré en chassant des humains était récolté et stocké. Et qu'il était ensuite distribué par rationnement aux vampires qui créaient des nouveaux-nés, au cas où ces derniers devenaient trop incontrôlables... Personnellement, elle ne voulait même pas de ce stock. Elle préférait les bonnes vieilles méthodes, à savoir la chasse. Et de toute façon, elle savait parfaitement contrôler les vampires qu'elle engendrait. Bref. Elle savait déjà tout cela mais elle voulait que Satine lui prouve qu'elle était capable de faire cela, qui était peu dangereux comparativement à ce qu'elle aurait à faire dans le futur. Et si la sorcière remettait en question l'utilité de cette mission, en plaidant que Charlotte pouvait aller leur demander elle-même, alors elle remettrait les choses au point. Si elle ne voulait pas de ce que la vampire lui proposait, Satine pourrait toujours aller demander à son frère... Non ? †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Ven 1 Jan - 17:51

Elle n’avait pas prévu que les ennuis l’envelopperaient aussi rapidement. Lorsque le vent changea, refroidissant la pièce par la seule force des mots de Charlotte, Satine frissonna, ne pouvant s’empêcher de trembler un instant. Un tremblement d’hésitation, de frayeur, de panique. Elle ne s’était pas préparée à ce que l’Eternelle la mette aussi vite au défi de prouver sa détermination. Si elle avait su, elle aurait peut-être envisagé d’apprendre quelques sortilèges. À cet instant précis, elle se sentait démunie, inutile et plus que tout, pas suffisamment préparée à quoi que ce soit. Elle n’était pas dans son assiette, son visage blême laissait transparaître sa faiblesse mais la créature n’en avait certainement rien à faire, cela devait même l’amuser fortement de voir une Blackhart dans cet état, raison pour laquelle Satine ravala la terreur qui s’insinuait lentement dans ses veines et qui ne tarderait pas à paralyser son pauvre cœur de Sorcière si elle ne reprenait pas un peu de contenance. Aussi lava-t-elle sa tête de tout doute, de toute crainte, préférant se dire qu’elle était à même de se défendre, elle avait suivi les cours comme les autres, après tout. Elle avait été une élève de Poudlard, intégrant la maison des Emeraudes grâce à son statut de Pur Sang, de Blackhart. Elle n’était certes pas première de classe, bien trop occupée qu’elle était à l’époque à se soucier de sa réputation, de son rang, de sa famille, de son frère et de l’amour qu’elle lui portait. Ah, si seulement elle avait été plus encline à ouvrir un livre plus souvent, peut-être qu’elle ne serait pas dans cette position inférieure aujourd’hui. Peut-être qu’elle maitriserait des sorts complexes, à l’heure qu’il est. Mais à quoi bon s’accabler de reproches puisque le passé était ce qu’il était et que rien ne permettrait à la jeune Sorcière d’effacer les années qui la séparaient du temps où elle parcourait les couloirs la tête haute, les livres pressés contre sa poitrine menue, le regard froid et distant, les mots rares. Et puis, après tout, les étudiants qui excellaient dans toutes les matières n’étaient pas bien mieux lotis qu’elle, à présent, par les temps qui couraient. Ils étaient maintenus prisonniers par le Ministère ou avaient été envoûtés alors finalement, cela l’aurait peut-être aidé avant qu’elle ne soit captive du Ministère mais en dehors de cela, elle n’aurait pas été invincible. Cela ne l’empêchait pas de souhaiter connaître davantage de tours pour pouvoir s’en sortir plus aisément. Elle se promit donc de faire un sérieux effort de ce côté-là lorsqu’elle rentrerait de cet entretien désastreux et humiliant. Oui, elle se promettait de se couper en quatre pour trouver ne fût-ce qu’un ou deux ouvrages pour pouvoir étudier la Magie comme elle le faisait autrefois. Il lui semblait qu’il s’était passé une éternité depuis la fermeture de Poudlard et leur voyage en Russie. Que n’aurait-elle pas donné pour revivre certains moments passés…
L’Eternelle confirma ce que Satine pensait : elle ne serait certainement pas tendre avec elle sous prétexte qu’elle n’était pas aussi forte qu’eux, qu’elle représentait même une faiblesse accablante comparé à ces créatures immortelles dont le cœur avait cessé de battre, comme tout le reste de leurs organes à présent inutiles à leur survie. Nul besoin de respirer, ils ne pouvaient être étouffés, ils possédaient une force surhumaine, une vitesse hallucinante qui leur permettait de parcourir des kilomètres là où la Sorcières aurait mis le quadruple du temps, voire davantage. Elle était tout simplement ridicule comparé à son interlocutrice pourtant sa détermination lui permettait de ne pas flancher, de ne pas laisser le découragement prendre le dessus alors que tous les avantages allaient à Charlotte, la laissant plus misérable qu’elle n’était avant d’arriver.
« Je ne t’épargnerai pas parce que ton frère est un vampire » Satine eut un frisson de dégoût à l’énonciation de cette vérité. Elle savait parfaitement ce qu’était devenu son frère et c’était bien parce que c’était Eethaniel qu’elle ne ressentait pas la même aversion que pour les autres Eternels mais elle n’aimait pas du tout que Charlotte parle de ce détail. Elle ne voulait pas que la créature parle de son frère tout court ! « Et je suppose que c’est ce que tu souhaites, sinon tu ne serais pas venue me voir… » La remarque accentua la culpabilité qui habitait Satine, la hantait jour et nuit depuis que l’idée lui était venue à l’esprit, avec un goût amer de trahison envers son jumeau. Cela aussi, elle aurait préféré que Charlotte ne le pointe pas du doigt mais par souci d’être entièrement acceptée, Satine ne répondit pas, gardant sa colère et sa rancœur pour elle-même.
Les verres commandés furent servis et Satine observa Charlotte tandis que celle-ci ingurgitait le liquide comme s’il s’agissait d’un verre d’eau. Les yeux chocolat de la Sorcière se posèrent un instant sur son propre verre et elle n’amorça aucun mouvement pour imiter son adversaire. Elle n’avait aucune envie de toucher à cette horreur et ne l’avait commandé que pour éviter qu’on ne les remarque davantage. Charlotte reposa le verre vide sur la table et ne mit que quelques secondes avant de lâcher la phrase qui avait eu l’effet d’une bombe sur le cœur de Satine alors qu’elle lui annonçait qu’elles allaient immédiatement vérifier la valeur de leur marché. La jeune Blackhart déglutit avec peine et attendit l’ordre, presque soumise à la personne (si elle pouvait l’appeler comme ça) qu’elle devait probablement détester le plus à cet instant précis. Elle l’écouta toutefois attentivement, sachant qu’elle ne devait pas perdre une miette de ce genre d’information. Cette « mission-test » pouvait être plus simple que celles qui allaient suivre mais elle n’en restait pas moins essentielle. Si elle ne lui permettait pas de gagner le respect de Charlotte, elle aurait au moins l’opportunité de lui prouver que ce n’était pas un caprice d’une gamine pourrie gâtée lassée de rester dans son coin et qui voulait un peu d’action pour se distraire. Le respect, elle ne l’obtiendrait probablement jamais, qu’elle soit l’une des leurs ou non, leur relation avait commencé sur de mauvaises bases et ne changerait probablement jamais.
En apparence, la tâche pouvait sembler aisée, à un tel point qu’elle semblait inutile mais Satine savait parfaitement que les deux Vampires que Charlotte avait désignés seraient bien peu enclin à délivrer une telle information. Toutefois, Satine devrait s’acquitter de cette mission pour pouvoir gagner sa place dans la guerre et si elle ne savait pas du tout comment s’y prendre en se levant pour se diriger vers la table où les deux autres étaient installés, elle savait que cette information lui semblait familière, sans qu’elle sache pourquoi. Eethaniel lui aurait-il parlé de cela auparavant ? Il y avait de fortes chances, il ne lui cachait presque rien. Elle disait bien presque parce qu’elle n’était jamais sûre de rien, surtout depuis qu’il avait été transformé. Il semblait encore plus secret qu’auparavant. Mais si la question lui trottait dans la tête, c’est forcément qu’elle avait déjà entendu la réponse. Si jamais elle n’obtenait pas l’information requise des deux Vampires, il faudrait qu’elle fouille sa mémoire pour retrouver cette bribe de conversation qui lui permettrait de combler les trous. À son approche, les deux Vampires levèrent leur regard perçant, la jaugeant d’un œil méfiant tandis qu’elle finissait de les rejoindre, venant s’appuyer des deux mains sur le bord de la table, se penchant vers elles comme pour asseoir sa présence. Un risque à prendre si elle ne voulait pas se voir être coupée en morceaux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. La première des inconnues ouvrit la bouche, esquissant un sourire narquois que Satine ne connaissait que trop bien :

« Tiens, tiens, mais ne serait-ce pas la sœur Blackhart »
Si Satine savait que son nom suffisait comme notoriété il y a des années, elle ignorait qu’il était encore sur les lèvres aujourd’hui et elle garda la bouche résolument fermée. Bien sûr que son nom était connu, son frère jumeau était devenu l’un d’eux, cela suffisait à faire jaser les conversations lorsqu’on connaissait le mépris avec lequel les Blackhart avaient régné, en leur temps, un temps depuis longtemps révolu, dont elle avait été la dernière actrice. À présent, c’était un lointain souvenir.
« Qu’est-ce que tu veux ? » poursuivit l’autre sur un ton peu avenant, suffisant pour que Satine tourne son regard sombre vers elle, gardant du mieux qu’elle put un sérieux qui devait faire penser qu’elle n’était pas en proie à une frousse bleue. Une illusion, bien évidemment. « Qu’allez-vous faire de ce sang ? » demanda la Sorcière sans détour, désignant les poches d’un coup de menton.
Les deux autres échangèrent un regard qui en disait long, s’interrogeant l’une l’autre sur la folie qui avait pris l’ex Emeraude. Pour qui se prenait-elle pour venir se mêler d’affaires qui ne la regardaient pas ? C’était clairement ce qui transparaissait dans leurs yeux pourpres. La question ne tarda pas à s’évaporer des lèvres de la première, comme elle haussait un sourcil méprisant. Satine chercha la phrase adéquate et finit par opter pour le bluff, c’était risqué mais elle ne voyait aucun moyen de leur tirer l’information sans mentir un minimum, aussi répliqua-t-elle sur un ton qui se voulait assuré :
« Je veux juste m’assurer qu’ils iront bien là où ils sont censés aller » L’endroit exact, Satine ne connaissait pas son identité mais visiblement les Vampires en arrivèrent à la conclusion qu’elle désirait : qu’Eethaniel avait dû lui parler de ce trafic de poches, et qu’elle était donc parfaitement au courant de leur destination. Elles devaient donc aussi s’imaginer que si elles ne faisaient pas ce qu’il fallait, Satine irait les dénoncer chez son frère. Risqué…. Mais payant comme les deux créatures émettaient un grognement rageur avant que la deuxième n’ouvre les lèvres, dévoilant ses canines menaçantes :
« T’inquiètes, petite fouine, elles seront stockées pour les nouveau-nés, comme prévu. Alors fous-nous la paix et dégage ! »
Satine peina à dissimuler le sourire satisfait qui lui chatouilla les lèvres et elle hocha la tête comme si cela lui suffisait avant de se redresser, plaçant l’une de ses mains sur sa hanche, les remerciant de leur coopération avant de tourner les talons, sachant pertinemment que dans son dos, quatre pupilles dilatées devaient l’observer alors qu’elle retournait s’asseoir auprès de Charlotte. Ce ne fut que lorsqu’elle fut rassise qu’elle réalisa combien ses jambes tremblaient et combien son cœur battait à vive allure. Sur le moment, elle avait su garder son calme mais maintenant qu’elle était revenue, elle sentait combien la panique avait pris possession de son corps et elle souffla toute l’angoisse pour espérer retrouver un semblant de calme avant de lever les yeux vers sa « supérieure », haussant les sourcils comme pour dire « Alors ? ».
Elle n’avait nullement besoin de lui rapporter la nature de la conversation, elle savait parfaitement que Charlotte avait l’ouïe fine et n’avait donc pas raté une miette de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Lun 1 Mar - 17:49

~† Et effectivement non, Charlotte n'avait rien raté de la petite discussion qu'avait eu Satine avec les deux vampires. Depuis le moment où Satine s'était levée pour se diriger vers elles d'une démarche plus ou moins assurée, jusqu'à son retour flageolant à la table. Elle l'avait vue s'appuyer à leur table sans gêne, et la vampire s'était dit que la petite Blackhart ne manquait pas de culot. A moins qu'elle n'ait été portée par le fait de savoir qu'elle n'aurait qu'à dire le nom de Charlotte pour être épargnée des deux vampires, si elles commençaient à se montrer trop agressives. Certes cela la sauverait un temps, la renommée de la jeune Leonhart n'étant pas feinte, mais si les deux vampires lui demandaient de prouver qu'elle était "protégée" par Charlotte, pas sûr que cette dernière ne se donne cette peine. Satine pouvait la citer pour récolter l'information sur les poches de sang, mais Charlotte ne l'avait pas pour autant prise sous son aile. Si la petite humaine venait à avoir des ennuis, la vampire ne volerait certainement pas à son secours. Mais cela, Charlotte était certaine que Satine le savait parfaitement, aux vues de leur ancienne relation...

Alors certes la jeune Blackhart ne manquait pas d'audace, mais elle n'était pas non plus dénuée d'une certaine chance. Elle avait eu de la vaine d'avoir affaire à deux jeunes vampires. Si elles avaient été plus âgées, les deux éternelles n'en auraient certainement rien eu à faire que Satine puisse aller tout raconter à son frère vampire. Eethaniel était peut-être devenu un vampire, il n'en restait pas moins qu'il était encore assez jeune. Il n'avait été transformé qu'une paire d'années plus tôt. Et s'il n'avait pas été transformé par Lokhyan lui-même, les jeunes vampires ignoreraient même probablement son nom. Et par conséquent, elles ne se seraient certainement pas senties obligées de rendre des comptes à la jumelle Blackhart. En cela, Satine était chanceuse. Néanmoins Charlotte ne pouvait pas lui enlever que son attitude était osée. Au final c'était quitte ou double. Ou les vampires entraient dans son jeu, ou c'en était fini d'elle. Satine devait forcément être au courant, mais elle tentait tout de même, en connaissant les risques.

La jolie éternelle n'avait pu s'empêcher d'esquisser un mince sourire quand elle avait noté l'attitude de Satine. C'était encore mieux que ce qu'elle aurait pu imaginer. Elle avait pensé que Satine aurait été plus prudente, moins fonceuse et moins audacieuse. Charlotte s'était trompée sur toute la ligne et Satine se montrait téméraire et presque irréfléchie. Alors forcément, cela ravissait la vampire. Elle se ferait une joie de donner des missions difficiles et dangereuses à la sorcière, et si en plus de cela Satine se montrait imprudente, il était certain qu'elle ne ferait pas long feu. Autrement dit, Charlotte aurait sa revanche sur Eethaniel d'ici peu. C'était parfait, elle avait bien fait de sortir de la maison aujourd'hui, celle dans laquelle Lokhyan restait enfermé depuis qu'il était revenu à Londres et qu'ils s'étaient (re)trouvés.

A présent, l'humaine était de retour à la table. Elle venait de s'asseoir et Charlotte entendait déjà son coeur qui s'emballait. Il battait la chamade, faisait des bonds dans la poitrine de la sorcière. La vampire reconnaitrait cette mélodie cardiaque entre toutes, c'était celle de la peur. Elle adorait cette rythmique décousue et bourdonnante. Le sang circulait plus vite, les muscles étaient plus tendus mais la chair était plus facile à pénétrer. Et, plus que tout, elle adorait quand elle était elle-même à l'origine de l'accélération des battements de coeur. Ce n'était pas réellement le cas en l'occurrence, quoi qu'un peu tout de même. C'était elle qui avait donné cette mission à Satine donc c'était à moitié de sa faute si la sorcière se retrouvait dans cette état de panique. Mais cela n'avait rien à voir avec les fois où elle était en chasse et s'amusait à effrayer ses prochaines victimes. Les yeux de la petite brune lui demandaient maintenant ce qu'elle en avait pensé. Charlotte écouta pendant encore une ou deux secondes le rythme cardiaque affolé de Satine avant de lui répondre.
†~

    « Pas mal, pour une première fois. »

~† Satine ne s'en sortait pas si mal. Elle aurait pu tout foirer et se planter lamentablement, récoltant les moqueries et insultes de la vampire. Au lieu de quoi elle s'en tirait avec un "pas mal" qui n'était pas à sous-estimer venant de l'une de ses ennemies. Une dernière fois, Charlotte porta le verre de Whisky Pur Feu à ses lèvres et vida ce qu'il y restait. †~

    « Fais-toi à l'idée maintenant, aider les vampires ne sera jamais aussi simple que ce que tu viens d'avoir à faire.
    Je te contacterai bientôt Blackhart. »

~† Un léger hochement de tête en guise d'au revoir et Charlotte se leva, laissant là la sorcière et son verre plein. Sur le chemin qui la menait à la sortie, elle passa devant les deux vampires à qui elle avait donné plus tôt la poche de sang. Elle s'arrêta quelques secondes, et les toisa d'un regard hautain. D'une voix cinglante et mesquine, elle leur demanda si cela leur arrivait souvent de répondre à la curiosité un peu trop insistante d'humains. Si c'était encore possible, les deux vampires blêmirent et baissèrent la tête. Amusée bien qu'elle ne le montra pas, Charlotte leur assura que si elle entendait qu'on se plaignait d'elles, elle s'occuperait de leurs cas en personne. Les vampires acquiescèrent et Charlotte reprit son chemin sans un mot de plus, bien que la situation aurait pu la faire sourire. En chemin, elle irait chasser une petite humaine et la ramènerait à Lokhyan, toujours enfermé dans cette maison qu'elle avait fait sienne. Elle ne lui dirait rien de sa rencontre avec Satine mais au fond d'elle, elle était bien contente d'avoir bientôt sa revanche sur le frère Blackhart. Il n'aurait jamais dû lui mentir sur la mort de leur créateur... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine] Ven 5 Mar - 21:37

Quelle folie l’avait donc envahie ? Sous quelle emprise se trouvait-elle pour venir se jeter dans la gueule du loup ? Eethaniel n’aimerait pas cela. Pire, il serait furieux s’il venait à apprendre l’imprudence dont faisait preuve sa sœur jumelle. Et la donnée « enfant » n’était même pas encore incluse dans leur cercle maudit, comme Satine ignorait totalement sa future grossesse. Le mal qui la rongeait était uniquement dû aux temps difficiles qu’ils vivaient, c’était en tout cas ce dont elle était convaincue. Comment envisager qu’un tel bonheur vienne s’immiscer dans leurs vies alors que le malheur n’avait eu de cesse de s’abattre sur eux depuis des jours, des semaines, des mois, des années mais, également, des générations entières. Les Blackhart étaient victimes d’une malédiction, c’était ce à quoi Satine était arrivée comme conclusion. Sinon, comment expliquer que la douleur ne semblait jamais vouloir les laisser en paix, ne fût-ce qu’un temps limité ? Tout semblait concorder, les fléaux se passaient le mot afin d’en faire baver les jumeaux. Mais c’en était fini, à présent. Dès aujourd’hui, Satine prenait son propre destin en main. C’était elle qui choisirait d’aller au devant du danger. C’était elle qui maitriserait donc pleinement son avenir. Cela pouvait sembler absurde à d’autres, mais pour la jeune femme bipolaire, il s’agissait d’une évidence : si elle ne se chargeait pas de son futur, personne ne le ferait. Il n’y avait qu’elle pour savoir ce qui était mieux pour elle. Et si cela signifiait mettre sa vie en péril au nom d’un idéal complètement irrationnel ? C’était pareil. Elle avait vécu sa vie entière dans la peur qu’on découvre, ou même qu’on remarque simplement, qu’elle n’était pas tout à fait saine d’esprit. Que dans son sang, dans sa tête, il y avait un mal qui la gangrenait, sillonnant ses veines de manière invisible. Elle seule savait ce qu’il fallait qu’elle accomplisse pour être plus forte et rien ne pourrait se mettre en travers de son chemin. Pas même son frère, pas même le danger. Pas même la mort.
Déglutissant, Satine attendit patiemment que l’Eternelle témoigne un peu de respect à son égard. C’était probablement trop demandé, aussi la jeune Sorcière n’en espéra finalement pas autant. Tout ce qu’elle désirait, c’était une réaction, quelle qu’elle soit. Elle aurait même pu encaisser la moquerie, si c’était nécessaire, mais même cette réaction impétueuse aurait été plus gérable que le silence qui les enveloppait. Son ancien rang de Sang Pur l’empêchait d’apprécier la situation, l’assurance certaine de rester en vie grâce à la présence de Charlotte. Au lieu de remercier le Ciel d’être légèrement à l’abri d’un danger immédiat et potentiel, elle était frustrée par l’ascendance que la créature avait sur elle. C’était un sentiment qui avait toujours habité la jeune Blackhart. Se sentir amoindrie était tout simplement intolérable mais elle savait parfaitement que c’était principalement dû à la façon dont elle avait été élevée, dans l’optique qu’elle était elle-même supérieure à la plupart des autres Sorciers. Or, ici, la tendance était complètement inversée. Elle n’était qu’un misérable insecte pour son adversaire. Un geste rapide pourrait suffire à lui ôter la vie. Un geste. La jeune femme tâcha donc de garder son attention focalisée sur le Vampire.
Un fin sourire apparut sur les traits de marbre de Charlotte et Satine se crispa instinctivement. Elle n’avait plus vraiment peur, sachant que sa vie était entre les mains de l’Eternelle et que celle-ci devait certainement mourir d’envie de la mettre au défi. Il ne faisait aucun doute que l’action que Satine venait d’accomplir était un jeu d’enfant à côté de ce que Charlotte devait lui préparer pour la suite. Mais c’était quitte ou double et puis Satine avait pris sa décision depuis un moment. À présent, il n’y avait plus de retour en arrière possible. Tout était entre les mains de l’avenir.
« Pas mal pour une première fois » commenta finalement Charlotte.
Satine la fixa d’un air méfiant, durant quelques instants, puis ses muscles se relâchèrent, comme si le soulagement avait enfin droit à sa place entre les deux jeunes femmes. La jeune Sorcière attendit la suite mais rien ne vint à nouveau franchir les lèvres de la créature, laissant la demoiselle dans l’expectative. Finalement, elle se rendait bien compte qu’elle devait s’estimer heureuse d’avoir récolté une telle remarque de la part de Charlotte. Elle aurait pu s’en tirer avec bien moins. Le Vampire laissa Satine dans un état de torture et se contenta de porter le verre de Whisky Pur Feu pour en vider le contenu. Les yeux sombres de Satine se focalisèrent sur la gorge de Charlotte et, pendant un instant, elle s’imagina en train d’y planter un couteau. Rêverie bien inutile et ridicule mais cela eut au moins l’effet de calmer les battements de cœur de la jeune Sorcière, ancienne Emeraude. Elle écouta d’un air impassible la remarque de Charlotte qui prenait visiblement congé d’elle. Leur entretien avait été assez bref mais plutôt tumultueux pour le cœur de la jeune Sorcière et elle dut avouer être assez soulagée qu’elles en restent là pour aujourd’hui. « Je te contacterai bientôt, Blackhart. » Charlotte la salua brièvement et Satine ne répondit pas vraiment, gardant le regard posé sur un point fixe et invisible. Son interlocutrice se leva et la jeune imprudente n’amorça aucun mouvement pour l’imiter, la laissant s’en aller sans chercher à la retenir.
Un instant durant, elle resta encore assise à la table abandonnée par l’Eternelle, incertaine de savoir ce qu’elle devait attendre à présent du futur. Mais une chose était sûre : le cours de son existence venait de changer et elle se sentait libre, un poids en moins pesant sur sa poitrine. Mais l’heure n’était pas aux réjouissances, elle se trouvait en terrain ennemi et risquait des représailles des deux créatures qu’elle avait abordées. Aussi la jeune Blackhart se leva-t-elle à son tour, resserrant les pans de sa cape avant de se diriger d’un pas plus ou moins assuré vers la sortie. Ce n’est qu’une fois à l’air libre qu’elle laissa échapper le soupir qui avait pesé sur son cœur depuis son entrée dans la taverne.

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~† Eat it cold ! †~ [Satine]

Revenir en haut Aller en bas

~† Eat it cold ! †~ [Satine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Hide Ravage :: SECRET ROOM-