AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Is it a game for you? [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Is it a game for you? [Pv] Sam 13 Juin - 21:52

&


Imogen, qui avait toujours su se montrer plus que discrète, avait littéralement disparue. Après avoir été confrontée au Spirit, elle avait passé les derniers jours de leur séjour en Inde à l'infirmerie, où personne n'avait été autorisée à la voir, exceptée sa sœur jumelle, qui s'était montrée plus présente pour elle que durant les années passées. De nombreux élèves n'avaient parlé que de ça, et les rumeurs avaient couru. Et puis, ils avaient quitté l'Inde pour la Russie, et d'autres sujets de conversations étaient intervenus. La jeune Opale et ce qui s'était produit étaient tombés dans l'oubli. Mais elle n'avait pas pu oublier si facilement. Elle en faisait encore des cauchemars, et à chaque fois qu'elle voyait un miroir ou n'importe quelle surface réfléchissante, elle ne pouvait s'empêcher de scruter ses yeux, dans la crainte d'apercevoir dans les deux lacs verts un éclat d'argent. Elle n'en pouvait plus. Des cernes s'étaient creusées sous ces yeux, et elle évitait encore davantage le contact avec les autres élèves. Elle avait toujours été dotée d'une malchance effroyable, mais là elle devait bien reconnaître qu'elle s'était surpassée. Mais elle n'avait pas l'intention de se complaire dans ses craintes. Elle avait seulement besoin de temps. Elle était humaine, et ce genre d'agression laissait des traces. Fort heureusement, la médecine magique lui avait permis de ne conserver aucune séquelle physique. Elle était rassurée d'échapper aux mois de rééducation qui l'auraient attendue dans le cas contraire.

On l'avait appelée ce matin là. Elle avait reçu un colis, de Londres. Elle se précipita pour aller le chercher. Elle savait de qui il venait, la seule personne qui était susceptible de lui envoyer quelque chose de son pays, mais également la seule dont elle avait réellement envie de recevoir des nouvelles. Dès qu'elle l'eut entre les mains, elle l'ouvrit, et lut d'abord la lettre qui l'accompagnait. L'école avait prévenu son père visiblement. Elle aurait mieux aimé que ce ne soit pas le cas, mais c'était lui qui était responsable de sa scolarité. Ses deux filles lui manquaient. Il était désolée de ne pas être là. Et elle savait qu'il était sincère. Son visage s'éclaira d'un sourire lumineux. Elle allait passer une bonne journée. Elle ouvrit le paquet et découvrit un adorable pendentif. Il précisait dans sa lettre qu'il en avait envoyé un autre pour Penelope. Les Lancaster n'étaient pas particulièrement riches, et en dehors des fêtes, il était rare que des cadeaux soient offerts. La jeune humaine l'attacha immédiatement autour de son cou et sortit dans le parc. Elle avait envie de lui téléphoner, d'entendre sa voix, et elle se sentait plus à l'aise dehors pour le faire, malgré le froid mordant. Elle sortit son téléphone portable de sa poche. Il ne s'agissait pas d'un modèle de haute technologie, mais il fonctionnait, et c'était tout ce qu'elle lui demandait. Elle devait bien reconnaître que sur ce point, elle était heureuse de maitriser la technologie moldue.

Elle sélectionna le numéro dans son répertoire, et porta le téléphone à son oreille. Elle fut heureuse lorsqu'il décrocha et entama une longue conversation. Elle lui donna des nouvelles d'elle, de sa soeur, lui raconta sa vie et lui demanda de faire de même. Tout en parlant elle tournait et retournait le pendentif qu'il lui avait offert. Ce large sourire qui s'était dessiné sur ses lèvres ne la quittait plus.
Tout en parlant, elle avançait au hasard à l'extérieur de la demeure des deux prestigieuses familles russes. Ce pays était aussi enchanteur que le précédent, et elle devait bien avouer que l'absence de soleil ne lui nuisait pas. Mais il y avait quelque chose d'étrange dans la manière dont vivaient ces deux clans.
Un vent à la fois froid et léger soufflait, mais pas suffisamment pour faire voler ses épais cheveux bruns, disciplinés par un serre-tête noir. Elle s'était déplacée s'en vraiment s'en rendre compte, se retrouvant à côté de l'imposante et profonde fontaine. Hasard qui risquait de lui nuire. Imogen détestait l'eau depuis un accident qui s'était produit dans sa plus tendre enfance. Encore un coup de sa malchance. Mais depuis elle évitait de s'approcher des étendues d'eau trop profondes. Mais ici, l'eau était gelée. Peut-être avait-elle oublié que la fontaine était sous l'influence d'un sortilège magique qui conservait son état liquide. Ou peut-être avait-elle été inconsciemment charmée par le clapotis enchanteur de cette étendue limpide. Quoiqu'il en soit, elle était près, beaucoup trop près.

Inconsciente de sa situation, elle finit par raccrocher après avoir dit à son père qu'elle l'aimait, à quel point il lui manquait. Elle resta encore quelques instants un sourire fixé sur les lèvres, les yeux rivés sur son téléphone. Puis elle finit par le ranger dans sa poche. Elle entendit alors des éclats de voix, et mit quelques secondes avant de réaliser leur provenance, au-dessus de sa tête. Elle leva les yeux au ciel et aperçut quelques élèves de l'école qui s'amusaient sur des balais, visiblement à jouer au Quidditch. Depuis que les matches avaient été suspendus, cela devait manquer à certains. Elle eut alors l'impression de reconnaître l'un d'entre eux. Distraitement, elle se hissa, debout, sur le rebord de la fontaine afin d'être certaine qu'elle n'avait pas rêvé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Dim 14 Juin - 14:58

    Une nouvelle ville, un nouveau départ. Voilà comment Ricochet Archibald voyait les faits en leur base. Quitter l’Inde ne lui avait causé aucun souci. Bien au contraire. Plus il changeait de pays et mieux il se portait car il avait l’impression où qu’il aille, le souvenir de sorcier continuait de le hanter. Alors la fuite se révélait la meilleure des solutions. Allongé sur son lit, en ce matin de mars, il réfléchissait à ce qu’ils allaient devenir. La chasse au Spirit, tous les vampires se trouvant dans le Manoir. Est-ce que cela comblait Olympes ou était-ce le contraire ? Sa meilleure comptait excessivement pour lui et il craignait que son retour au pays ne l’attriste. Quoiqu’il en soit, il serait là pour elle, quoiqu’il arrive. Une autre demoiselle occupait ses pensées. Imogen. Il ne l’avait point revu depuis leur rencontre au lac. Elle lui manquait dans une certaine mesure. Apprendre qu’elle avait été blessée lui avait soulevé le cœur, le terrifiant par la même occasion. Elle était son coup de cœur et pourtant, il réagissait violemment à son sujet. Etait-elle bien plus ? Une interrogation supplémentaire à rajouter sur la longue liste. Comment pouvait-on se prendre autant la tête en si peu de temps ? Carpe Diem décida Ricochet. La vie est un jeu où chacun joue son rôle. Il avait le sien, elle aussi. Tout était dans le bon sens et dans le meilleur des mondes. Un hibou tapota du bec sur sa fenêtre, de sa baguette, il l’ouvrit, le laissant entrer. Il le connaissait bien. C’était celui de sa mère. Le pauvre, elle lui avait fait des mèches roses, vertes, jaunes. Tout, sa mère. Attrapant le bout de parchemin, un sourire amusé fleurit sur ses lèvres. Le premier depuis quelques jours. « Penses à ma Vodka mon choupinet. Signé maman. » lu-t-il à voix haute. Voilà qu’il allait devoir faire un tour en ville pour lui prendre de la Vodka. Depuis qu’il lui avait annoncé son installation dans cette ville, elle lui enjoignait de refaire sa cave d’alcool. Pour qui allait-il passer ? Tss. Sa mère, personne ne la changerait.

    Rapidement, il lui répondit qu’il y songerait à sa prochaine sortie mais qu’elle avait intérêt à le rembourser. Pas comme le thé Indien qu’elle lui avait réclamé. Heureusement, son anniversaire était tombé juste à ce moment là donc elle avait transformé cela en excuse pour ne pas le payer. Une véritable arnaqueuse. Quelques potes arrivèrent avec leur balai et leurs anciennes tenues de Quidditch. « Hey Rick, ramène toi, on va faire une partie sauvage. » lança son meilleur ami. Aussitôt, il reçut un grand sourire du fameux Rick. Lui parler de Quidditch, c’est comme séduire une fille : une seconde nature. Il adorait ce poste où il officiait avant comme batteur. Alors une partie sauvage –donc non autorisée, ne pouvait que lui convenir. Il se changea donc, s’habillant de sa tenue rouge et or qui lui sied toujours à merveille. Le match improvisait commença alors derrière le Manoir, où les sorciers s’y adonnaient à cœur joie. On pouvait ressentir toute sa joie de pratiquer à nouveau ce sport. Tant pis si c’était interdit ! Et puis tout ce qui n’est pas permis, et toujours meilleur non ? C’était ce que penser en tout cas notre Topaze. Le jeu s’écarta rapidement du terrain improvisé jusqu’à se dérouler au-dessus de la fontaine ensorcelée. D’un coup d’œil, il repéra Imogen. Ce petit coup d’œil lui fit rater un battement de cœur. Par Merlin, son cas ne s’arrangeait vraiment pas. Un de ses coéquipiers, balança le Cognard qui poursuivit sa route vers.. la jeune moldu. « Merde » jura Ricochet en plongeant à sa rencontre. Au dernier moment il arriva à cogner, détournant ainsi sa trajectoire mais ne pu s’empêcher de créer un brusque courant d’air qui propulsa Imogen dans la fontaine. Aussitôt, Rick se posa à terre, un peu mort de rire. Soulagé qu’elle ait frôlé le Cognard. Cela aurait pu vraiment faire mal.

    Ricochet l’aida ensuite à sortir de la fontaine. La pauvre était trempée des pieds à la tête et en ce mois de mars, elle allait attraper la mort, à rester ainsi. Surtout que le vent était glacial. « Attends, je vais arranger cela » murmura-t-il en souriant mi-amusé, mi-attendri. D’un sort, il la sécha complètement. La magie était réellement pratique n’est-ce pas ? « Rien de cassé ? Je suis désolé de t’avoir fait tomber mais crois moi sur parole, tu aurais préféré dix chutes dans une fontaine qu’un Cognard lancé à pleine vitesse. » Tenta-t-il maladroitement de se justifier. Le sorcier se passa une main dans les cheveux alors qu’un de ses camarades s’approcha d’eux sur son balai. « Bon tu reviens Rick, on a une partie à finir. » l’appela-t-il. D’un geste de la main, il lui signala de partir avant de lui adresser la parole, son regard plongé dans celui d’Imogen. « Allez-y sans moi. Je n’ai plus envie de jouer » . Non, il désirait plutôt rester avec une certaine Opale qui l’attendrissait. Son ami repartit en marmonnant contre le fait que dès qu’il apercevait une fille, Archibald ne savait plus se tenir. Sympa l’ami ! « On aime bien se retrouver autour des fontaines apparemment » lui fit-il en lui adressant un petit clin d’œil complice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Dim 14 Juin - 16:15

Ricochet. Elle était persuadée qu'il s'agissait de lui, qui volait sur son balai, et se rendit compte qu'elle avait du mal à en détacher les yeux. Il n'y avait pas si longtemps qu'ils s'étaient quittés, et pourtant elle avait comme l'impression qu'il s'agissait d'une éternité. Elle ignorait pourquoi, mais il arrivait à déclencher chez elle un trouble inhabituel. Elle ne devait pas, elle ne parvenait pas à s'attacher. Petite fille abandonnée, comment espérer parvenir à faire confiance à quelqu'un? Elle n'était pas la personne à qui s'attacher. Et pourtant, elle qui se sentait déjà mieux après avoir eu des nouvelles de son père se sentit plus enjouée encore lorsqu'elle l'aperçut. Mais elle ne devait pas, elle ne devait pas s'attacher. C'était une chose qui ne lui avait rien apporter de bon par le passée, ni à elle, ni aux autres. Peut-être n'était-elle tout simplement pas faite pour cela. Elle se sentait froide à l'intérieur, si froide. Les bras de sa mère n'était plus là pour la réchauffer. Partie. Elle était partie, et lui avait arraché le cœur au passage. Et pourtant, ce cœur, il battait à présent, peut-être plus fort qu'elle ne l'aurait voulu, sans pour autant qu'elle n'ait réellement envie de l'arrêter.

Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas le Cognard qui fonçait sur elle à toute allure. Elle ne réalisa pas non plus qu'elle était debout, en équilibre sur le rebord d'une fontaine dont l'eau n'était pas gelée. Mais elle comprit que quelque chose clochait lorsqu'elle aperçut la vitesse à laquelle le jeune sorcier volait tout droit vers elle. Et puis, elle vit cette balle de Quidditch, de plus en plus grosse. Il s'agissait de sa malchance qui revenait au galop. Elle n'avait pas été absente de sa vie bien longtemps. Elle n'eut pas le temps de se dégager. Par réflexe, elle baissa la tête et la protégea de ses bras, prête à encaisser le choc. Mais elle n'eut pas à le faire. Rick arriva à temps pour déjouer le projectile de sa trajectoire, mais elle se sentit poussée dans l'eau par le courant d'air et tomba en arrière dans la fontaine.
L'eau était certes profonde, mais fort heureusement pas suffisamment pour qu'elle puisse s'y noyée. Ses coudes cognèrent violemment contre le fond, et l'espace de quelques secondes, sa tête fut immergée. Et tout lui revint. Elle avait cinq ans de nouveau. Elle jouait sur un pont avec sa sœur, un pont désaffecté. Contrairement à Penelope, elle avait décidé de garder ses chaussures. Elle avait peur d'avoir des échardes. Ça faisait mal les échardes. Elle n'aurait pas dû, le pont était très glissant ce jour là. Et elle tomba, entendant sa sœur crier son nom. Elle se rappelait la scène. Elle était paralysée, elle ne pouvait plus respirer. Et puis elle avait senti des bras l'entourer, des bras qui l'avaient arrachée à l'eau.

Imogen, durant ces quelques instants eut alors le réflexe de tous ces jeunes enfants qui ne savent pas encore nager: elle inspira profondément au lieu de retenir son souffle. Elle se releva alors brutalement afin de pouvoir respirer l'air de nouveau, toussant, vidant ses poumons de l'eau qu'ils contenaient. Elle apprécia son aide, et sortit de l'eau, totalement trempée. Elle tremblait de tous ses membres, de froid avant tout, mais également de peur. Elle détestait l'eau, il s'agissait d'une véritable phobie. Elle resserra ses bras autour d'elle, tentant de se réchauffer un peu, mais n'eut pas besoin de le faire longtemps. Le sorcier pointa sa baguette vers elle, et un instant plus tard, elle était sèche et se sentit beaucoup mieux. La magie avait de nombreux avantages. Qui sait ce qu'elle aurait pu attraper, mouillée comme elle l'était, par un tel climat. Il s'excusait. Nerveusement, la jeune humaine replaça une mèche de ses cheveux derrières son oreille et une ébauche de sourire se dessina sur son visage.

    - Ça ne fait rien, ne t'en fais pas. Je te remercie au contraire.

Il avait raison, être frappée par un Cognard devait être bien pire. Et elle avait eu son compte dernièrement. Elle son regard était timide, fuyant. Elle se sentait gênée, ne savait comment agir surtout. Elle avait l'impression de perdre ses moyens, elle qui avait déjà du mal à être sûre d'elle-même. Et puis elle voyait qu'une fois de plus, elle s'était donnée en spectacle. Les étudiants présents semblaient avoir trouvé cela très drôle.
    - On aime bien se retrouver autour des fontaines apparemment.
    - Il faut croire. C'est plutôt étonnant d'ailleurs, en général j'évite tous les points d'eau.

Elle arbora un sourire puis baissa les yeux. Elle était maladroite elle le sentait bien, mais avait du mal à réfléchir à ce qu'elle devrait dire. Elle ne parlait d'ordinaire pas beaucoup, et avait toujours éprouvé quelques difficultés à s'exprimer correctement, sans aucune hésitation. D'un regard, elle avisa l'ami de Ricochet, qui ne semblait pas ravi. Elle n'eut aucun mal à comprendre ce qu'il lui reprochait, mais ne releva pas. Elle se tourna vers le Topaze, se montrant toujours aussi hésitante, avec des gestes maladroits.
    - Tu... tu sais, si tu préfères retourner jouer, ne te sens pas obligé de rester avec moi.

Puis elle baissa simplement les yeux. Ses joues pâles s'étaient colorées d'une légère teinte rouge. Peut-être sa gêne, peut-être le froid russe. Aurait-elle préféré qu'il reste? Peut-être, sans doute. Ce qu'elle savait, c'est qu'elle se sentait mieux lorsqu'il était là, bien qu'elle agissait d'une manière encore plus étrange que d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Lun 15 Juin - 19:38

    La partie devenait de plus en plus serrée. Les deux équipes composées uniquement de Topaze et quelques Opales se disputaient pour ne pas perdre. Ricochet rendait coups pour coups à l’autre batteur, tapant dans le Cognard avec le plus de force possible. Les poursuites entre les attrapeurs allaient bons trains. L’ambiance était on ne peut plus amicale tout en conservant cet esprit de compétition propre au sport. Loin de se douter qu’il était observé, Rick se donnait corps et âme. On pouvait lire tout le sérieux du monde sur son visage. On ne rigolait jamais avec le Quidditch. C’était une passion presque aussi importante que le dessin dans sa vie. Bien souvent, il s’était dit qu’être joueur professionnel pourrait être sympathique. Vivre d’une passion, quoi de plus réjouissant n’est-ce pas ? Au moins, vous êtes sûr d’aller au boulot du bon pied et non en reculant. « Rick, attention » lui cria son meilleur ami. En effet déconcentré par la surprise de voir Imogen, la jeune femme qui hantait bien trop souvent ses pensées, il n’avait pris garde à l’attaque de l’autre batteur. Avec une roulade calculée, il évita le Cognard mais s’aperçut, affligé de la direction que ce dernier empruntait. Il filait à grande vitesse vers… Imogen. Poussant son balai dans ses derniers retranchements, le sorcier tenta d’intercepter la menace avant qu’elle ne touche sa cible. La peur lui serrait l’estomac. Tout mais pas ça. Voilà à quoi il pensait sur l’instant T. On dit que la peur vous fait pousser des ailes, Rick ignorait si c’était véridique mais il se moqua bien du danger qu’il encourrait s’il n’arrivait à redresser son balai à temps. Tout ce qui lui importait, était vraiment de « sauver » Imogen d’une grave blessure. Heureusement, il arriva à temps pour : 1. Dévier le Cognard. 2. Redresser son balai.

    Imogen n’eut pas la même chance car elle tomba avec la force du vent qu’il avait crée en redressant son balai, dans la fontaine. Heureusement tenu à bonne température grâce à un sortilège. Sa réaction intrigua beaucoup Ricochet qui stoppa de rire sur le champ. Avait-elle peur de l’eau ? Avec rapidité, il l’aida à sortir de la fontaine. La pauvre tremblait déjà des dents sous la brise de vent glaciale. Le sorcier usa donc de la magie pour la sécher. Il l’aurait bien fait d’une autre manière mais ce n’était pas très convenable –surtout s’il ne voulait pas la faire fuir et qu’elle le prenne pour un pervers. « Ça ne fait rien, ne t'en fais pas. Je te remercie au contraire. » Le remercia-t-elle. Aussitôt, Rick afficha un air plus assuré. Elle ne lui en voulait pas. Pour une raison qu’il ne voulait identifier, son opinion l’intéressait tout en la redoutant dans un même temps. Son ami vint casser ce moment, en lui demandant de revenir jouer. Comme si, il pouvait avoir envie de retourner jouer quand elle était enfin devant lui ? Depuis le temps qu’il cherchait à déclencher une rencontre, elle lui tombait du ciel. Enfin techniquement, c’était lui et elle, elle avait fini dans l’eau. Mais ce n’était qu’un détail. « Tu... tu sais, si tu préfères retourner jouer, ne te sens pas obligé de rester avec moi. » lui dit-elle en baissant la tête.

    Le sorcier l’observa réellement attendrit par sa personnalité solitaire et timide. Elle possédait réellement peu de confiance en elle. Amusé, il lui prit la main pour l’attirer loin de la fontaine. Sa main chaude emprisonnée dans la sienne le troubla plus que nécessaire. Il en avait tenu des mains mais celle de la jeune Opale était différente. « J’ai cru comprendre que tu avais peur de l’eau. » expliqua-t-il son geste, tout en continuant d’avancer, loin de la fontaine. Arrivé devant un petit banc de pierre, il consentit à la relâcher. « Tu sais, comme je te l’ai déjà dit, j’aime ta compagnie et je n’ai pas envie de te quitter. J’ai appris ce qui t’étais arrivée en Inde. Je.. Je me suis beaucoup inquiété pour toi mais les visites étant interdites, je n’ai pas pu venir te voir. » Se désola Ricochet. Il se souvenait que trop bien de cette crainte. Une souffrance morale qu’il n’avait ressentie pour personne. Une sorte d’empathie improvisée dont, il était clair, qu’il s’en saurait largement passé. Cela n’avait pas du être facile pour elle. Et cela ne devait toujours pas être facile. « Tu sais ce quel est le remède à tous les soucis ? » commença-t-il, l’air mystérieux en passant son bras libre autour de ses épaules –l’autre était occupé à tenir son balai. « C’est de voler. Pour me faire pardonner de ton plongeon dans la fontaine, je te propose une petite balade dans les airs. Tu vas voir c’est enivrant de voler, on se sent libre, loin de tout problème. Plus aucun souci en tête, on ne fait que ressentir une liberté immense » s’enthousiasma-t-il. On comprenait facilement que voler était une passion chez lui. Rien qu’à l’entendre en parler. Les yeux lumineux, un sourire franc aux lèvres.. Ricochet avait tout de l’homme heureux. Ce qui ajouterait à son bonheur, serait qu’elle accepte cette balade. « Alors, ça te dirait un vol sur Ricochet Airlines ? » termina-t-il, en la faisant pivoter pour qu’elle lui fasse face. Son bras toujours autour de ses épaules, elle se retrouvait donc contre son torse. Rick en était totalement inconscient tant la perspective de passer un moment avec elle, le comblait d’une joie sans limite. « S’il te plait Imogen. Vole avec moi »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Mar 16 Juin - 13:59

C'était à présent qu'elle se trouvait en face de lui qu'elle arrivait seulement à réaliser à quel point il avait pu lui manquer. Elle avait tout fait pour ne pas se l'avouer pourtant. Tout fait pour se détacher. Mais elle ne se détachait pas si facilement au fond. Et pourtant, elle avait du mal à se reconnaître en sa présence. Elle était hésitante, profondément intimidée, davantage qu'avec quiconque. Elle s'était mis en tête depuis bien longtemps que nouer des liens avec les autres serait également prendre le risque de se perdre. Et ce risque elle ne voulait plus le prendre. Jamais. Être abandonnée par quelqu'un qu'elle aimait était bien trop dur. Pars Imogen, pars. Tu es en terrain glissant. Et bientôt tu ne pourra plus reculer parce qu'il sera trop tard. Tu le sens, tu le sais parfaitement, et pourtant tu refuses d'écouter cette voix dans ton esprit, la voix de la raison.
Elle n'écoutait plus, elle n'y arrivait pas. Elle était incapable de partir, encore moins de repousser Ricochet. C'était ce même sentiment qui l'avait empêchée de détourner les yeux lorsqu'elle l'avait vu voler sur son balai. C'était la même chose mystérieuse qui l'empêchait de lui en vouloir alors qu'il l'avait projetée dans l'élément qu'elle craignait le plus. Et tout cela lui faisait peur, réellement peur. Mais elle ne parvenait pas à reculer pour autant. Elle écarquilla les yeux surprise, et tressaillit en sentant le contact de sa peau sur la sienne. Et pourtant, elle ne retira pas sa main pour autant. Elle en aurait été bien incapable d'ailleurs. Mais une sensation étrange l'envahit, comme une douce chaleur. Et les neiges éternelles qui glaçaient son cœur et son âme se mirent à fondre presque instantanément.

Il avait remarqué bien sûr qu'elle craignait l'eau. Comment aurait-il pu ne pas le voir d'ailleurs. Elle baissa les yeux et esquissa un sourire gêné. D'un geste nerveux, elle porta ses mains à sa chevelure afin de replacer quelques une de ses longues mèches brunes derrières ses oreilles.

    - Je sais... je... j'ai eu un accident quand j'étais petite... enfin c'était il y a longtemps...

Autant elle pouvait se montrer parfaitement éloquente lorsqu'il s'agissait d'un débat, d'un exposé quelconque, autant au niveau des relations humaines, elle se montrait gauche et maladroite, avec lui plus encore qu'avec les autres. Elle était étonnée que cela ait l'air de si peu le déranger. Habituellement inspirait les rires, plus ou moins bienveillants, ou pire encore, de la pitié.
    - Tu sais, comme je te l’ai déjà dit, j’aime ta compagnie et je n’ai pas envie de te quitter. J’ai appris ce qui t’étais arrivée en Inde. Je.. Je me suis beaucoup inquiété pour toi mais les visites étant interdites, je n’ai pas pu venir te voir.

Elle releva les yeux, à la fois stupéfaite et très touchée. Il s'était réellement inquiété alors. Elle aurait difficilement pu l'imaginer. Elle se rendit compte que plus elle apprenait à le connaître, plus elle l'appréciait. Et sans savoir pourquoi, elle ressentit le besoin de le rassurer. Elle sourit, attendrie.
    - Ce devait être encore ma malchance habituelle. Ne t'en fais pas, je vais bien maintenant.

Elle ne lui avoua pas que ce n'était pas tout à fait vrai. Elle ne lui avoua pas les cauchemars qu'elle faisait, ni la peur qu'elle ressentait chaque fois qu'elle se trouvait face à une surface réfléchissante. Elle ne lui dit pas non plus qu'elle avait été d'accord pour que personne ne vienne la voir. Elle avait voulu être seule, vraiment seule. C'était ainsi qu'elle fonctionnait. Elle avait agi exactement de la même façon lorsque sa mère était partie, et c'était ce qui lui avait coûté sa relation avec sa jumelle. Et pourtant, elle n'arrivait pas à se confier, à se reposer sur les autres lorsque ce genre de choses lui arrivaient. Elle se sentait si seule qu'il lui semblait impossible de pouvoir partager sa peine, ne serait-ce qu'un peu. Alors elle gardait tout à l'intérieur.
    - Tu sais ce quel est le remède à tous les soucis ? C’est de voler. Pour me faire pardonner de ton plongeon dans la fontaine, je te propose une petite balade dans les airs. Tu vas voir c’est enivrant de voler, on se sent libre, loin de tout problème. Plus aucun souci en tête, on ne fait que ressentir une liberté immense

Il parlait avec une telle passion dans la voix, une passion qui s'inscrivait dans ses traits, dans ses yeux, ses yeux bleus dont elle avait du mal à se détacher. Il possédait cette incroyable capacité à lui inspirer un sentiment de plénitude. Elle se sentait plus... heureuse en sa présence. Il la fit même rire. Un petit rire, certes, mais clair et bien présent.
    - S’il te plait Imogen. Vole avec moi

Comment aurait-elle pu lui refuser quoique ce soit, lorsqu'il lui demandait quelque chose avec ce regard, cette expression sur le visage? Et puis, elle était comme de nombreux être humains. Elle avait toujours rêvé de voler, de sentir le vent dans ses cheveux, le vide sous ses pieds. Planer sans tomber, voir le monde d'en haut.
    - C'est d'accord. Mais tu ne me laisseras pas tomber?

La jeune fille jeta un coup d'œil au balai d'un air inquiet. Elle voulait parler du vol. Mais sans que ce soit volontaire, elle se rendit compte que cette question sonnait autrement dans son esprit. Elle avait l'impression d'être dans une bulle. Ils étaient proches, si proches à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Mar 16 Juin - 20:18

    « Je sais... je... j'ai eu un accident quand j'étais petite... enfin c'était il y a longtemps... » Consentit Imogen à lui révéler alors qu’il venait de relever qu’elle avait peur de l’eau. Afin de ne pas la brusquer et de lui montrer qu’il serait là pour elle, Ricochet décida de ne pas pousser l’interrogatoire bien qu’il mourrait d’envie d’en savoir plus. Son passé, son présent et son avenir l’intéressait énormément, il désirait tellement la connaitre. Pas seulement ses gouts ou ses dégouts mais bien ses pensées et ce que renfermait ce cœur si inaccessible. Cette prise de conscience l’affola quelque peu dans le sens où il n’avait jamais véritablement poussé plus loin les recherches sur ses anciennes petites amies. Pas même avec Elizabeth. En quoi Imogen était-elle donc différente ? Ricochet en ignorait la réponse. Quoi qu’il ne soit, le simple fait de lui tenir la main lui chamboulait l’âme et le cœur. Ce simple contact pourtant destiné à être éphémère l’émouvait au plus haut point. Comme si, il avait attendu depuis des mois, un tel rapprochement entre eux. Ricochet ne se reconnaissait plus dans sa manière de penser mais préféra-t-il jouer de la carte : qui vivra verra. Les interrogations, aux oubliettes. Autant profiter du temps présent. Pourtant, il l’interrogea sur le passé et notamment concernant l’épisode indien dont il n’avait eu que des brides. Un souvenir très frustrant. Le sourire qu’elle lui donna le combla de joie plus que n’importe quelle réponse. En retour, il lui sourit. « J’en suis heureux. Si un jour tu ressentais l’envie de parler, viens me voir. Je ne suis pas le plus qualifié, je le reconnais mais je sais me montrer d’une oreille attentive quand la situation s’y prête. » Lui expliqua Ricochet, le regard indéfiniment doux quand il se posa sur la jeune femme. La suite s’inscrivit dans une parfaite tentative de la convaincre de monter sur son balai qui s’avéra porteuse puisqu’elle accepta, à sa plus grande surprise. « C'est d'accord. Mais tu ne me laisseras pas tomber? » le questionna-t-elle.

    D’un geste tendre, il lui caressa la joue avant de murmurer, sur un ton doux « Jamais » . Un murmure dont on sentait toute sa sincérité transpirer. Puis, il déposa un rapide baiser sur son front avant de la lâcher pour monter sur son balai qui déjà lévitait. D’une main, il l’invita à grimper en amazone sur le manche, l’entourant de ses bras. « Pose tes mains là, comme ça » lui expliqua-t-il en posant ses mains sur les siennes pour lui montrer tous les mouvements qu’un sorcier devait faire pour « piloter » un balai. « Voilà, prête demoiselle ? Bienvenue sur Ricochet Airlines, nous espérons que vous passerez un agréable voyage en notre compagnie. Attention, décollage imminent » murmura-t-il à son oreille alors qu’il faisait s’élever le balai pour gagner en attitude. Puis, il commença à voler, à allure modérée pour ne pas l’effrayer bien qu’il se retenait à grande peine à tenir cette vitesse. Il désirait tellement lui faire ressentir pleinement ses émotions quand il volait. Aussi, il augmenta progressivement l’allure, jusqu’à voler comme s’il jouait au Quidditch. « Accroche-toi bien » la prévint alors qu’il amorçait une série de virage au dessus de l’imposant manoir. Le vol dura encore vingt minutes avant qu’il ne se pose sur le toit de la bâtisse, l’aidant à s’asseoir sur les tuiles. De là où ils étaient, ils jouissaient d’une vue magnifique sur les environs.

    « Alors, qu’est-ce que ça fait de voler ? Attends, tiens, mets ça, tu as l’air gelée » rigola-t-il. Quand on n’avait pas l’habitude de voler, on éprouvait le vent qu’avec plus de force. Ricochet ôta sa longue robe de Quidditch pour la lui mettre avant de se glisser derrière elle, pour l’entourer de ses bras. « Pour te réchauffer » dit-il, innocent. En fait, il voulait la garder dans ses bras. Durant tout le vol, il avait apprécié le contact d’Imogen contre lui et il ne désirait pas s’en défaire. En y repensant, c’était la première fois qu’il volait en compagnie d’une autre personne. Et il ne regrettait pas que ce soit avec elle, qu’il ait connu ce plaisir. Un calme régnait en lui, loin de la tension qu’il subissait depuis le désastre anglais. Il se sentait calme, tranquille, en paix. « Je me suis toujours demandé ce que les moldus.. enfin les personnes sans pouvoir éprouvaient depuis la découverte de la magie. Ce n’est pas frustrant de savoir et de ne pouvoir en jouir pleinement ? » L’interrogea Ricochet, sincèrement curieux d’en apprendre plus sur les moldus, mais surtout sur sa façon d’appréhender la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Mer 17 Juin - 8:36

Menteuse. C'était la toute première fois qu'elle se sentait mal à lorsqu'elle trompait quelqu'un sur ce qu'elle ressentait vraiment. Faire croire qu'elle allait bien, alors que ce n'était peut-être pas tout-à-fait le cas était habituellement sa spécialité. Menteuse, menteuse, menteuse. Elle aurait voulu que cela soit plus facile pour elle. Bien sûr, elle s'en remettrait, sans doute plutôt bien. Mais en attendant, ses cauchemars l'empoisonnaient. Elle avait des cernes sous les yeux. Ça ne se remarquait pas, ou peu. Des cernes, beaucoup en avaient en ce moment. Elle aurait aimé lui raconter. Mais elle n'y arrivait pas, pas encore. Cependant, son intention la toucha, et elle acquiesça d'un signe de tête. Elle voulait croire qu'un jour, elle y arriverait.
Et lorsqu'elle était avec lui, elle se sentait moins préoccupée. Ses gestes d'affections lui devenaient précieux, et elle se sentait bien moins... vide que d'ordinaire. Une sensation de plénitude l'envahissait, mais dont elle ne parvenait cependant pas encore à identifier l'origine. Sans doute le savoir l'effrayait-il encore un peu. Elle avait décidé que pour le moment, elle se laisserait porter, profitant simplement du moment présent. Étant d'un naturel réfléchi, il s'agissait de quelque chose qu'elle avait fort peu l'habitude de faire. Il était d'ailleurs probable que cela ne pourrait lui faire que du bien. C'était à la fois grisant, et effrayant. Elle avait comme l'impression qu'elle allait se jeter dans le vide, sans parachute ni filet, et sans pouvoir être certaine que quelqu'un serait présent afin de la rattraper en bas.

Elle se rappelait, petite fille, les moments où elle observait d'un regard envieux les oiseaux parcourir le ciel, rêvant de posséder à son tour, un jour, des ailes. Et aujourd'hui, elle eut l'impression que l'un de ses rêves d'enfant allait se réaliser. Elle se sentait comme une petite fille d'ailleurs. Emplie de craintes et d'excitation. Elle se laissa guider par Ricochet. Mais elle avait beau être persuadée qu'en sa présence, tout irait bien, elle n'en menait pas large au moment où le balai commença à s'élever dans les airs. Ses doigts se crispèrent autour du manche. Le jeune sorcier était très proche d'elle, ce qui contribuait à la perturber. Elle parvenait à sentir son souffle dans sa nuque. Elle se sentait aussi raide que le balai qui les portait. Et puis, elle se détendit, peu à peu. Elle ne pensa plus à rien, son esprit se vida entièrement pour laisser place à l'ivresse incroyable qui l'envahit. Imogen découvrait des sensations inconnues jusqu'alors. Elle avait craint que la sensation lors du vol ne soit comparable à celle que l'on éprouvait en transplanant. Elle se souvenait de ce qu'elle avait ressentit, en compagnie de Charlotte. Comme si, l'espace d'un instant, son corps entier s'était démembré. Mais là, volant au-dessus de tout, elle ne s'était jamais sentie aussi vivante. Le vent faisait voler ses longs cheveux bruns et elle voyait le monde s'étaler sous ses yeux écarquillés. Elle comprit alors, toute la passion qu'elle avait pu voir dans les yeux du jeune sorcier.

Puis il s'arrêtèrent, sur les toits. Fort heureusement, il l'aida à s'assoir, car à peine un pieds posé sur les tuile, elle eut l'impression que ses jambes avaient pris la consistance du coton. Elle grelottait et ses lèvres avaient pris une teinte violacée. Elle ne s'était pas rendue compte à quel point il faisait froid.

    - Alors, qu’est-ce que ça fait de voler ? Attends, tiens, mets ça, tu as l’air gelée
    - Ce... c'était incroyable... Je crois que j'ai compris pourquoi tu aimes tant ça.

Elle se sentait plus détendue qu'elle ne l'avait été depuis bien longtemps, et affichait un sourire rêveur qui ne la quittait pas. Elle fut néanmoins un peu gênée lorsqu'il lui passa sa robe autour des épaules, et esquissa un geste de refus, en vain. À sa grande surprise, elle n'eut aucun mal à se laisser aller dans ses bras. Il y avait quelque chose qui la rassurait chez lui. La faisait se sentir... en sécurité. Elle l'avait également perçu lorsqu'ils volaient tous les deux. Et là, sur ce toit, elle eut l'impression que rien ne pourrait lui arriver.
    - Je me suis toujours demandé ce que les moldus.. enfin les personnes sans pouvoir éprouvaient depuis la découverte de la magie. Ce n’est pas frustrant de savoir et de ne pouvoir en jouir pleinement ?
    - Et bien, ça a été surprenant surtout. Perturbant. On nous raconte depuis notre plus tendre enfance que la magie n'existe pas, alors apprendre que le monde dans lequel on vit n'est pas ce que l'on croyait... oui, c'est perturbant... Ensuite, je te mentirais, si je disais que je ne me suis jamais demandée ce que ça ferait de pouvoir tout faire avec une simple baguette. C'est effrayant aussi. On se sent démuni de savoir que quoique l'on fasse, on ne peut pas se défendre. Je m'en suis vraiment rendue compte l'autre jour...

C'était la première fois qu'elle parlait autant, et avec si peu de difficulté. Elle se rendit compte qu'elle commençait à évoquer l'attaque qu'elle avait subie. Elle redevint hésitante. Elle ne savait pas si elle devait continuer ou non. Mais elle ne voulait pas instaurer de malaise. Alors elle reprit la parole, changea de sujet.
    - Et vous, qu'est-ce que ça vous a fait d'être littéralement envahis? Je sais qu'il y en a qui ne nous aime pas beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Mer 17 Juin - 11:09

    Depuis qu'il a découvert ses pouvoirs au sein de sa famille, Ricochet s'est toujours émerveillé d'une seule et unique chose : le vol. Le pouvoir de voler est la chose la plus magnifique que les sorciers possédaient. La liberté que l'on ressentait sur son balai était tout bonnement indescriptible dans la mesure où elle ne pouvait être quantifiée. Tout comme le plaisir évident qu'il prenait à voler avec Imogen. Une moldue. Qui aurait cru que son cœur s'attacherait autant à une fille sans pouvoir alors que sa destinée était de se lier à une autre sang pur de l'école? Le sorcier ne désirait nullement s'attarder sur ce détail mais simplement ressentir le moment présent. Là, dans le ciel, libres de tout, loin des soucis et autres complications. Au début, la jeune femme fut tendue. Ricochet essaya donc de modérer la vitesse afin qu'elle s'y habitue. Un véritable crève cœur pour lui qui aimait tant ressentir l'ivresse de la vitesse. Toutefois, au creux de ses bras, il la sentit se détendre progressivement alors s'enhardit-il en accélérant l'allure au compte goutte jusqu'à voler comme il ferait sans elle. Ce moment d'une complicité forte le transportait dans un monde uniquement composé d'eux. Une bulle protectrice où plus rien d'autre ne comptait mise à part cette femme qui se trouvait entre ses bras. Puis, les prouesses commencèrent. Ricochet s'amusa à virer, à faire quelques petits piquets –pas non plus du genre de ce qu'il faisait lors des matchs; à vriller pour lui faire éprouver pleinement les capacités du balai. Au bout d'un certain temps, il décida tout de même de faire une pose. Lors du premier vol, il n'était pas franchement aisé de tenir sur un balai sans en ressentir quelques douleurs autre que la morsure du vent. Avec délicatesse, le sorcier l'aida à s'asseoir sur les tuiles, affichant un air attendri face à son sourire rêveur. C'est comme ça qu'il l'aimait son Imogen.

    Cette pensée le doucha brusquement. Venait-il de penser ce qu'il venait de penser? Apparemment oui. Ricochet l'observa alors attentivement, cherchant ce qui avait pu le conduire sur cette route sinueuse qu'est l'amour. Un sentiment qu'il se désespérait de trouver tout en le redoutant voir en le fuyant sans complexe. Tout ce qu'il vit, c'est une jeune femme belle, peu sûre d'elle mais ce qui justement lui conférait un charme fou. Jamais au grand jamais, Rick se serait imaginé accro à une moldue. Si sa famille l'apprenait, il se ferait sûrement tué dans la seconde avant de subir un sermon sur la transmission de leurs valeurs, de leurs traditions, de leurs sangs. Une relation plus ou moins vouée à l'échec. Remarquez qu'il ne se posait même pas la question de savoir si ses sentiments étaient ou non réciproques. Le sorcier avait la fâcheuse manie d'obtenir tout ce qu'il désirait et le cœur de la jeune femme était tout en haut de la liste. Etait-ce raisonnable pour autant? Certainement pas. Secouant la tête, Rick termina par sortir de ses pensées, s'apercevant qu'elle grelottait de froid. La pauvre pensa-t-il avec tendresse. "Tu m'en vois ravi ! Je savais que ça te plairait. Le vol, c'est une passion que j'ai depuis tout petit. Je me rappelle encore du premier modèle de balai que j'avais, il était tout petit. Je ne compte même plus les chutes que j'ai pu faire depuis. Une fois qu'on a pris le virus du balai, c'est comme une drogue." S'enthousiasma Rick tout en lui passant sa robe de Quidditch sur les épaules, pour la réchauffer avant de se glisser dans son dos et de l'entourer de ses bras. Un geste venu tout naturellement à la fois pour l'un comme pour l'autre. Depuis qu'il avait pris conscience de ses sentiments, tout s'éclairait pour lui. Son inquiétude, sa constante envie de la voir, de lui parler. Et cette envie de la protéger de tout et de n'importe quoi. Il était tout simplement amoureux d'elle. Le sorcier décida néanmoins de garder cela pour lui, d'avancer au fur et à mesure. Tout pour ne pas la perdre en réalité. Il fut touché quand il saisit l'impuissance qu'elle avait du ressentir face au Spirit. L'incapacité d'user de la magie, d'être sans défense. Cela avait du être terrible pour elle. "Je te protégerai" murmura-t-il en posant son menton sur son épaule, la serrant que davantage contre lui.

    Imogen en profita pour changer de sujet, lui retournant la question. Comment les sorciers réagissaient à l'intrusion des moldus dans leur monde? Bonne question. Le Topaze prit le temps de réfléchir à sa réponse avant de tout bonnement se lancer. "Je suis né dans une famille de sang pur, c'est à dire exclusivement constitué de sorciers et cela sur plusieurs siècles. J'ai été élevé dans l'acceptation des traditions et dans l'ignorance voir le dédain du monde des sans pouvoirs. Même si mon père n'ai pas haineux vis à vis de vous, il a conservé et m'a transmit sa répugnance. Je te rassure, tu me répugnes pas le moins du monde au contraire. Certaines familles sont juste trop conservatrices pour leur propre bien. La mienne en fait partie. Je me dois d'obéir à tout et n'importe quoi. Surtout à n'importe quoi" termina-t-il sur un ton songeur. Rick faisait ici référence à son union arrangée. Un ramassis d'idioties oui. "La magie a été de loin, le bien le plus précieux qui m'a été de détenir. J'avoue que j'ai beaucoup de mal à apprécier votre existence. Je veux dire, vous connaissez l'existence sans pouvoir l'utiliser ou même l'apprécier à sa juste valeur. Je trouve cela frustrant et je me demande si cela n'aurait pas été mieux que vous ne sachiez rien de notre monde. Je dis ça mais sans cela, nous nous ne serions pas rencontrés et j'en aurais été très attristé." Lui confia-t-il en souriant franchement. Ni moqueur, ni charmeur. Un sourire vrai, sincère.

    Ricochet accola sa joue sur la sienne, la serrant un peu plus dans ses bras. Il ressentait l'envie impérieuse de l'embrasser, de se montrer plus doux, plus amoureux face à elle mais il craignait de dépasser les limites, de la voir se renfermer à lui. Puis, une question le tracassait. "Tu es libre de me répondre ou non mais en fait, je me demandais si quelqu'un t'intéressait à l'école. Un sorcier, un moldu ou même un elf de maison. Sur ce dernier point, je plaisante hein?!" s'amusa-t-il. Un brin de folie pour casser une question sérieuse. Voilà la devise d'Archibald. "Désolé si je me montre trop indiscret."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Mer 17 Juin - 13:07

Après avoir volé ainsi, avec lui, elle s'en sentait plus proche qu'elle ne l'avait jamais été. Elle avait eu l'impression de toucher du bout des doigts quelque chose, une chose réellement importante pour lui. Ces muscles étaient douloureux, en particulier au niveau des jambes et des bras. Mais peu lui importait. Elle savait qu'elle le connaissait bien mieux à présent qu'elle avait partagé ce précieux moment avec lui. Elle aurait aimé lui demander ce qu'elle représentait pour lui. Elle aurait tant voulu le savoir. Mais elle n'osait pas. Elle maudit ses stupides craintes, qui l'empêchaient de faire le nécessaire pour être rassurée. Elle l'écoutait parler de sa passion pour le vol, profondément attendrie. Il ne lui semblait pas avoir déjà vu un tel engouement dans son regard, et elle avait du mal à le quitter des yeux. Elle s'aventurait sur un terrain qui était dangereux pour elle. Elle en était consciente, mais comment reculer? Comment renoncer à quelque chose qui lui faisait tant de bien. Car oui, c'était ce qu'elle ressentait. L'impression qu'aucun mal, jamais, ne pourrait l'atteindre. Elle avait déjà découvert en elle des ressources qu'elle n'aurait pas imaginé. Ce moment, celui où elle avait frappé le Spirit avec plus de force que son petit corps n'aurait pu en contenir en temps normal. Elle avait puisé cette énergie, elle ne savait où. Elle ne s'était pas enfuie en courant comme elle l'aurait cru dans une telle situation, bien que le comportement qu'elle avait adopté, ait été, avec le recul, plutôt stupide. Il l'aurait tuée, ou bien pire, envoûtée si Charlotte ne s'était pas finalement décidée à intervenir. Qui était-elle alors? Cette fille peureuse et fuyante, ou celle qui choisissait l'attaque pour défense? Elle se sentait perdue depuis ce jour-là.
Il la protégerait. Cette simple phrase de trois mots l'emplit d'une douceur sans précédent. Et, serrée ainsi contre lui, elle ne pouvait que le croire. Croire que quoiqu'il advienne, il serait là. Elle ne s'était que rarement sentie d'aussi bonne humeur et sentit un léger rire franchir la barrière de ses lèvres.

    - Tu risque d'avoir du fil à retordre alors. Je te rappelle que je suis poursuivie par la malchance.

Et maintes preuves en recouvraient son corps entier, qui n'avait rien à envier à celui de cascadeurs. Elle aurait eu de multiples histoires et anecdotes à raconter, certaines très banales, mais d'autres qui sortaient de l'ordinaire. Elle s'était parfois demandé si elle n'était pas victime d'une malédiction. Peu probable. Elle était tout simplement très gauche. Trop curieuse aussi, un trait de caractère qui lui causait des ennuis.

Elle l'écouta parler des moldus. Ou plutôt des êtres humains, comme elle préférait les désigner. Elle regrettait son opinion, ignorait si elle devait se sentir vexée ou non. Mais il est vrai que le choc entre ces deux mondes avait fait des vagues. Elle se rappelait encore du regard des jeunes sorcières de son dortoir lorsqu'elle avait sorti son ordinateur portable de son sac. Elle n'avait jamais été victime d'une quelconque forme de discrimination avant de découvrir que le monde des sorciers existait bel et bien. Excepté sociale, peut-être, mais de façon très réduite. Or, depuis son arrivée à Poudlard, les choses avaient changées. Certains s'étaient montrés très hostiles. Heureusement, nombre d'entre eux venaient de familles moldues, et avaient donc l'habitude d'en fréquenter. La magie avait des aspects bien attrayants. Mais aussi d'autres, redoutables. Elle en avait étudié la théorie, avait passé des heures en bibliothèque, fascinée par le sujet. Le monde telle qu'elle l'avait toujours vu, n'était en partie qu'un mensonge.

    - Je crois que c'était mieux de savoir. Il n'y a rien de pire que de vivre dans le mensonge.

Elle se rendit compte qu'elle ne parlait plus seulement des sorciers. Elle se remémora tous ces mois où elle avait vécu en se persuadant que sa mère allait revenir. Ces années où elle était là, où la jeune Imogen croyait qu'elle les aimait sincèrement. Pas assez visiblement. Elle était partie.
Le contact de la joue de Ricochet sur la sienne, la fit revenir à la réalité. Il la serrait si fort qu'elle n'aurait sans doute pas pu s'enfuir. Elle ne le voulait pas d'ailleurs, ce qui était surprenant. Avec un autre, elle se serait déjà éloignée. Mais là, tout lui paraissait si... naturel. Elle le sentit sourire, son sourire.

    - Je dis ça mais sans cela, nous nous ne serions pas rencontrés et j'en aurais été très attristé.
    - Tu aurais simplement pris un autre chemin.

Elle s'était légèrement tournée vers lui, attendrie. Cette pensée l'attristait également. Mais l'on ne regrette pas ce que l'on a pas connu, n'est-ce pas?

    - Tu es libre de me répondre ou non mais en fait, je me demandais si quelqu'un t'intéressait à l'école. Un sorcier, un moldu ou même un elf de maison. Sur ce dernier point, je plaisante hein?!

Elle ne s'était bien sûr pas attendue à cette question et laissa échapper un rire nerveux. Puis elle redevint sérieuse. Comment lui expliquer quelque chose, qu'elle même avait du mal à comprendre, sans lui faire peur ni le faire fuir?
    - Non... enfin pas vraiment. Je te l'avais dis c'est difficile pour moi de vraiment m'attacher, ou même juste faire confiance à quelqu'un... Parfois je me sens froide de l'intérieur...

Elle parlait de nouveau avec difficulté. Et une fois de plus, elle n'arrivait pas à continuer. Elle ignorait s'il avait pu comprendre le moindre mot de ce qu'elle venait de dire. Elle craignait d'avoir trop parler. Elle se sentait proche d'évoquer sa mère, beaucoup trop proche. Elle détestait penser à elle. Et pourtant, elle n'avait jamais pu oublier, ni même pardonner. Son père lui avait déjà dit que c'était malsain de raisonner ainsi. Peu lui importait. La méchante, c'est celle qui part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Jeu 18 Juin - 18:36

    « Tu risque d'avoir du fil à retordre alors. Je te rappelle que je suis poursuivie par la malchance. » Blagua Imogen. Ricochet eu un petit rire qui le secoua légèrement en pensant à toutes ses mésaventures. Il est vrai qu’elle était surnommée le corbeau et non sans raison. La pauvre cumulait les ennuis, même lui, qui vivait dans la magie n’avait vu personne aussi maladroite. A croire qu’on lui avait jeté un sort. Amusé au plus haut, point, il fronça les sourcils faisant mine de réfléchir avant d’afficher une grimace. Allait-il lui dire qu’il renonçait finalement ? Cela en avait tout l’air mais le sorcier termina par afficher une mine réjouie et un brin fataliste. « Alors je défierai les parques pour te garder en vie ! Je me suis trouvé une nouvelle passion : te protéger de toi, des autres et du monde entier » s’amusa-t-il à lui confier, le cœur léger. Maintenant qu’il comprenait ses sentiments à son égard, il respirait que davantage. Etre devant le fait accompli le soulager au plus haut point malgré que sa vieille amante nommée la peur lui noue l’estomac. Ricochet n’appréciait pas franchement l’amour. En réalité, ce sentiment l’intriguait tout en le rebutant. Il se souvenait que trop des sensations qu’il avait éprouvé en s’y approchant dans les bras d’Elizabeth. Cette passion, cet élan et cette dépendance vis-à-vis de la personne aimée. En réalité, on se sentait bien dans les premiers temps, grisé par l’idée de ne plus être seul, d’avoir quelqu’un sur qui se reposer mais aussi avec qui voir l’avenir ou un bout du chemin. Puis, le doute s’installe, vicieux, pernicieux. On commence à se dire que l’être aimé va finir par nous quitter, ou qu’on n’est pas suffisamment bien pour lui. Ou alors que l’on fait tout de travers. Le doute cède doucement sa place à la peur. On en devient méfiant car on veut se protéger d’une rupture, ne pas avoir trop mal. C’est là que les ennuis commencent. A force de se protéger, on en vient à oublier l’essentiel : aimer. Et au final, l’histoire se termine là, vous laissant comme un con sur le bord de la route avec pour seule compagnie : vos regrets et votre amertume.

    Ricochet se protégeait donc de cette douleur, de ne pas être au final, plus seul qu’avant. Aussi, il fuyait quand cela devenait trop sérieux. Trop intime. Il préférait jouer, garder ce rapport de séduction, de superficialité tout en éprouvant cette soif dévorante d’affection. En fait, il n’avait simplement besoin que d’une chose. Trouver la personne qui le comprenne, qui sache lire entre les lignes. Pas forcément qu’on lui dise qu’on l’aime, qu’il n’y a personne d’autre de mieux que lui. Il peut se rassurer tout seul, c’est un grand garçon. Juste, trouver la personne qui sache le retenir, calmer ses instincts de fuyard. La conversation s’orienta alors sur le rapport à la magie qu’éprouvaient les moldus. Le sorcier désirait connaître davantage la pensée de celle qu’il aimait désormais, en secret. Assez comique. Le coureur de jupon amoureux de la seule fille que personne ne remarquait. Une moldue. Le monde à l’envers mais cette situation l’importait peu. Maintenant qu’il comprenait son cœur, la seule chose qu’il désirait, était de se brûler les ailes, de se damner auprès d’elle. Toutefois, il craignait de l’amener sur un chemin qui ne ferait que davantage la faire souffrir. Or, il lui avait promis de la protéger, d’elle et des autres. Et de lui par conséquent. « Oui. Nous nous mentons suffisamment à nous même pour supporter le mensonge des autres » répondit-il avec le plus grand calme alors qu’intérieurement, il brûlait. Imogen en profita par la suite pour lui retourner sa question. Après un temps de réflexion, Rick lui répondit, dévoilant un peu de ses origines et de la façon dont vivait sa famille.

    Tout en apposant sa joue contre la sienne, il lui expliqua qu’il était heureux d’avoir eu l’occasion de la rencontrer. La jeune femme se détacha légèrement pour lui sourire. En retour, il en fit de même, cette lueur tendre accrochée à son regard bleu. Pourtant, il gâcha une nouvelle l’ambiance en lui posant une question qui le dévorait. Si la réponse obtenue ne fut pas celle escomptée, il n’en montra rien. A la place, il desserra un peu son étreinte pour se laisser retomber sur la toiture, uniquement relevé sur ses coudes. Ricochet contempla le ciel, et les nuages. Un mystère entouré Imogen. Un secret qu’il rêvait de percer à jour. Comment faire sans la blesser, sans qu’elle ne se referme à lui ? « Pourquoi n’arrives-tu pas à faire confiance à quelqu’un ? Qui t’a blessé au point que tu te fermes aux autres ? » L’interrogea-t-il, avec affection. Puis, sans lui laisser le temps de répondre, il posa sa main sur sa joue pour qu’elle le regarde. « Si tu ne peux me faire confiance, ni t’attacher, puis-je avoir l’illusion que tu me fasses une petite place près de toi ? » murmura-t-il, légèrement attristé. Ricochet comprenait un peu mieux ses anciennes conquêtes à qui, il refusait le moindre sentiment. Imogen par cette simple phrase ne venait-elle pas de lui signifier qu’elle ne pourrait jamais l’aimer ? Certes, elle ne connaissait pas ses sentiments. Cela changerait peut-être quelque chose. Qui sait ?! « Une simple place Imogen. » ajouta-t-il en effleurant ses lèvres de son pouce, l’envie impérieuse de l’embrasser, le saisissant. « Pardonnes moi » prononça-t-il avec difficulté alors qu’il comblait la distance pour lui ravir un unique baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Ven 19 Juin - 16:35

Elle avait déjà rencontré des personnes qui avaient déclaré désirer la protéger. Cependant, jamais en entendant une telle phrase elle n'avait eu l'impression que son cœur, qu'elle sentait si vide en temps normal, s'emplissait. Elle ignorait de quoi exactement, mais ce sentiment de plénitude qu'elle éprouvait en présence de Ricochet n'allait qu'en s'intensifiant. Quelle était cette sensation qui l'envahissait? Une simple attirance, ou bien plus encore. Imogen ne pouvait y croire. Si longtemps elle avait cru être incapable d'éprouver un sentiment d'amour véritable pour quelqu'un. Elle éprouvait pourtant de l'amour pour sa famille, ainsi que pour ses rares amis. Mais vive une véritable relation avec quelqu'un lui avait paru impossible. Elle avait essayé pourtant. Elle aurait pu s'attacher, peut-être. Mais elle avait besoin de temps, de beaucoup de temps. Les mystères qui l'entouraient séduisaient, au départ. Et pourtant, au fil du temps, cela lassait. Elle était trop discrète, et ne savait pas se protéger. Alors elle le faisait mal, s'entourant d'une forteresse impénétrable, au point que plus personne n'osait l'approcher. Et pourtant, avec le jeune sorcier, tout lui semblait si différent. Elle ne se sentait plus autant sur la défensive. Mais cela n'était-il qu'une illusion? Elle avait peur que cette sensation de bien-être lorsqu'elle se trouvait en sa compagnie, serrée contre lui, ne disparaisse tout à coup. Les sentiments qui la submergeaient étaient forts, bien trop pour qu'elle se sente tout à fait apte à les assumer pleinement. Et pour lui, qui était-elle au fond? Elle ne connaissait que trop bien sa réputation auprès des jeunes demoiselles de l'établissement. Et pourtant, aujourd'hui, elle l'avait totalement oubliée. Il était simplement son Rick, celui qu'elle avait mieux appris à connaître depuis quelques jours et qui déclenchait chez elle un émoi qu'elle ne se connaissait pas.
    - Pourquoi n’arrives-tu pas à faire confiance à quelqu’un ? Qui t’a blessé au point que tu te fermes aux autres ?

La première chose qu'elle en conclut fut qu'Olympes ne lui avait pas parlé. Elle était la seule qui savait, la seule à qui Imogen avait su se confier. Elle avait bien évidemment toute confiance en elle, mais savait également qu'elle était la meilleure amie de Ricochet, et qu'il aurait peut-être pu deviner certaines choses. Elle aurait tant voulu le lui dire. Tout lui raconter. Pleurer peut-être. Jamais elle n'avait ressenti un besoin si impérieux de se confier à quelqu'un. Et pourtant, elle resta muette. Une boule bloquait sa gorge et l'empêcha de prononcer le moindre mot. Son estomac la faisait souffrir. Déjà, il s'était écarté, et une impression de froid s'empara d'elle. Le voir s'éloigner, ne serait-ce que de quelques centimètres, lui déplaisait. Cela avait-il une signification particulière? Elle se comportait en aveugle, refusant de voir l'évidence qui s'étalait pourtant devant ses yeux.
Elle comprit lorsqu'il enchaîna, qu'il avait peut-être deviné qu'elle n'était pas encore tout-à-fait prête à répondre à cette question, à lui dire ce qu'elle ressentait.

    - Si tu ne peux me faire confiance, ni t’attacher, puis-je avoir l’illusion que tu me fasses une petite place près de toi ?

Ce fut à cette instant précis qu'Imogen réalisa toute l'ampleur de la place qu'il occupait dans sa vie. Cela avait pris si peu de temps qu'elle s'en était à peine rendu compte. Mais le fait était là. S'il décidait de partir, elle se sentirait démunie. Les mots n'arrivaient toujours pas à lui venir, mais elle ne voulait le laisser avec une telle tristesse dans le regard. Alors elle baissa simplement les yeux, et attrapa délicatement sa seconde main, qu'elle emprisonna doucement dans la sienne. Puis elle releva son visage vers lui, et c'est alors qu'il déposa un baiser sur ses lèvres. Son esprit, une fois de plus, lui cria de s'enfuir. Elle allait droit dans le mur. Mais son corps, ainsi que son cœur, refusèrent catégoriquement toute obéissance. Elle ferma les yeux, profitant de cet instant. Et elle sut que désormais, Ricochet Archibald ne sortirait plus de son esprit. Elle était prise sans ses filets, à la fois hésitante et terrifiée. Mais pourtant, il lui semblait impensable de rebrousser chemin. Ce n'était pourtant pas le premier baiser qu'elle recevait, et pourtant, elle ne se rappelait pas que cela ait pu déclencher ce genre de sensation auparavant.
Cela dura à la fois un instant, et une éternité. Lorsqu'ils se séparèrent, la jeune humaine baissa les yeux, semblant regarder le sol fixement.
    - Je ne sais pas si je vais arriver un jour à pouvoir me livrer totalement à toi. Mais je peux te promettre d'essayer. J'ai vraiment envie d'essayer. Enfin je... je comprendrai si ça ne te suffit pas.

Elle savait qu'elle devait le lui dire. Elle ne pouvait lui laisser croire que tout cela allait être aussi simple, qu'elle lui dévoilerait sans difficulté quelque chose qui lui avait fait tant de mal et qu'elle avait parfois du mal à comprendre elle-même. Car elle ne réalisait toujours pas l'étendue de la colère qu'il y avait en elle. Même à Olympes, elle avait tendance à dire qu'elle allait bien, qu'elle ne se souciait plus de ce qui était arrivé. Elle sentit la crainte l'envahir, la crainte qu'effectivement, ce ne soit pas assez. Elle ne pouvait cependant mentir. Mais cette vérité risquait de lui coûter plus qu'elle ne le croyait. Le froid était revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Ven 19 Juin - 17:02

    Rick avançait à l’aveuglette avec Imogen tant elle ne ressemblait pas à ses autres conquêtes. Le terme même de conquête ne s’appliquait pas à elle pour la simple et unique raison qu’il l’aimait totalement avec sa lumière et ses nombreuses zones d’ombres. Le sorcier ne s’attendait pas à ce qu’elle se confie à lui. Il était trop tôt mais déjà, elle ne fuyait pas. Dans un sens, il avait gagné une petite bataille pour son cœur. Si seulement, il y allait vraiment, qu’il lui parlait de ses sentiments. Malheureusement, il craignait toujours et irrévocablement de lui faire peur. Olympes avait raison en affirmant qu’elle était fragile. Toutefois, Rick ne la considérait pas comme une poupée de porcelaine. Il sentait, au fond d’elle, qu’elle possédait une force de caractère qui ne demandait qu’à être exprimé, être libéré. Quant à lui, il ne souhaitait qu’une seule chose, être présent à ses côtés. Comment décrire les émotions qu’elle faisait naître en lui ? Impensable. Elles étaient trop nombreuses, trop complexes. Lorsqu’il s’enhardit à poser ses lèvres sur les siennes, ce fut comme si un nouveau monde s’ouvrait à lui. Ricochet avait embrassé bien des femmes mais aucune ne lui laissait ce gout de plénitude avec un si chaste échange. Malheureusement, ce moment ne s’éternisa pas, et déjà il en ressentait le manque. Flagrant, indomptable. Et l’envie tapie au fond de lui, rugissait jusqu’au tréfonds de son âme. Le sorcier désirait renouveler cet aller retour au paradis, à ses côtés, pour et avec elle. « Je ne sais pas si je vais arriver un jour à pouvoir me livrer totalement à toi. Mais je peux te promettre d'essayer. J'ai vraiment envie d'essayer. Enfin je... je comprendrai si ça ne te suffit pas. » Lui confia-t-elle. Sans lui laisser le temps de réfléchir, il l’embrassa une nouvelle fois. Un baiser encore d’une simplicité émouvante qui ne dura l’espace de quelques secondes. D’un regard tendre, il l’observa quelques instants, lui caressant la joue. Son sourire à la fois sérieux et attendri éclaira son visage alors qu’il tentait de la rassurer. « Imogen, j’attendrais le temps qu’il faudra. Je ressens quelque chose de sérieux pour toi et tu m’es plus précieuse qu’aucune autre. Alors j’attendrais le temps qu’il faudra mais accorde moi, d’être proche de toi. C’est tout ce que je demande. »

    Le sorcier affichait un air vraiment calme et reposé, comme s’il avait enfin trouvé sa source de sérénité. Désireux de partager cette même apaisante sensation, il la reprit dans ses bras, la berçant contre son torse alors qu’il apposait ses lèvres au creux de son cou. Il lui restait tant de choses à lui confier mais à l’instar de l’Opale, le Topaze conserva le silence. Chacun gardait au fond de son cœur des secrets et une violence rentrée. Ricochet ignorait ce qui se passerait pour eux dans un futur proche ou lointain. Tout ce qu’il désirait, était de jouir du moment présent, de se contenter de ce qu’elle voudrait bien lui donner. Il était plutôt rare qu’il soit si attentif à besoin d’une tierce personne. En règle générale, il prenait sans demander son reste et s’en allait une fois comblé. Un comportement des plus égoïstes qu’il revendiquait. Seulement avec Imogen tout était différent. Posant son menton sur son épaule, il observa l’horizon. Ses doigts cherchèrent ceux de la jeune femme pour ne plus les lâcher. « Est-ce.. » commença-t-il, soudainement nerveux. Bon sang, il avait l’impression d’être avec son premier rencard, comme quand il était plus jeune et qu’il souffrait d’une timidité presque maladive. « Est-ce que.. tu veux bien devenir ma petite amie ? On ira à ton rythme Imogen. » Reprit-il, pour la rassurer. Il désirait réellement qu’elle le devienne car il ne supporterait pas de la savoir si loin de lui. Un peu un moyen de se rassurer, de se dire que ses attentes ne seraient pas vaines, que quelque part, il trouverait son cœur au bout du chemin.

    Le vent commença alors à souffler un peu plus fort. Ricochet soupira. Il était temps de redescendre de leur perchoir et de retrouver l’ambiance tumultueuse de l’école. Pourtant, il aurait tout donné pour pouvoir rester ici, avec elle. Dans un certain sens, durant quelques minutes, ils s’étaient offert une bulle d’intimité qui malheureusement devait éclater à un moment ou un autre. « Bien que je le déplore, nous devons redescendre. Le vent se lève et je crains que le vol ne devienne dangereux pour toi. » Souffla-t-il avant de se redresser après avoir déposa un rapide baiser sur sa joue. Ricochet l’aida à se redresser sur ses jambes puis à grimper sur son balai. Tant pis, songea le sorcier. Il aurait réellement apprécié rester en sa compagnie mais peut-être désirait-elle la même chose. Auquel cas, il se ferait un plaisir de lui tenir compagnie. Voilà qu’il songeait à ne plus la quitter. Tout ce qu’il espérait, c’est de ne pas se transformer en pot de colle. Il avait sa fierté et une certaine dignité.

    « La compagnie Ricochet Airlines espère que vous avez bon voyage en leur compagnie. Veuillez faire attention à la descente et veillez à ne rien oublier dans l’habitacle » s’amusa-t-il à faire le pitre pour la dérider et gagner un de ses sourires qu’il appréciait tant. Ricochet n’osait pas lui demander quels étaient ses projets pour le reste de la journée. Pour la première fois de sa vie, il se montrait timide vis-à-vis du sexe opposé. Au moins, elle pouvait se targuer de lui faire perdre ses moyens –chose pour le moins très rare chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Sam 20 Juin - 18:00

Imogen ne s'était que rarement sentie si mal à l'aise. Elle avait peur, peur qu'il ne veuille pas d'elle. Quelle sensation étrange. Elle en avait eut pourtant, des déceptions. Mais les sentiments que Ricochet lui inspirait, elle savait ne les avoir encore ressenti pour nul autre. Et s'il refusait d'assumer les nombreuses difficultés qui allaient de paire avec elle, que se passerait-il? Et surtout, que deviendrait-elle? Elle avait pris un risque fou, en l'accompagnant, en baissant sa garde de cette façon. Elle avait le sentiment d'avoir placer son sort entre les mains du jeune sorcier. Elle osait à peine le regarder. Aussi, cette fois-ci, lorsqu'il l'embrassa, un sentiment de surprise s'empara d'elle, mais qui ne dura que le temps d'un éclair, la jeune humaine se laissant aller ensuite, ressentant de nouveau cette chaleur qui l'envahissait et qui était si agréable qu'à peine séparés, les lèvres de Rick lui manquaient déjà.
Mais plus important que ce baiser en lui-même, c'était sa signification. Voulait-il réellement dire qu'il était prêt à accepter les difficultés qu'elle lui avait présentées.

    - Imogen, j’attendrais le temps qu’il faudra. Je ressens quelque chose de sérieux pour toi et tu m’es plus précieuse qu’aucune autre. Alors j’attendrais le temps qu’il faudra mais accorde moi, d’être proche de toi. C’est tout ce que je demande.

De simples phrases. Quelques mots à peine. Comment était-il possible que ces mots là fassent autant de bien, davantage que beaucoup d'autres? Et pourtant, elle qui souriait habituellement si peu, sentit son visage s'éclairer et ses joues pales se colorèrent d'une teinte rosée. Ou peut-être était-ce tout simplement le froid qui picotait sa peau. Ses yeux verts brillaient et fixaient ceux du jeune sorcier. Elle ignorait si ce qu'elle ressentait était de l'amour, mais quoiqu'il en soit, cela s'en rapprochait fortement. Elle aurait sans doute dû éprouver de la peur, mais lorsqu'il lui disait qu'il ne désirait être qu'avec elle, elle se sentait tout simplement invincible.
Ce fut avec tendresse qu'elle se réfugia dans ses bras, emplissant ses poumons, s'imprégnant de son odeur. Elle ne pensait plus à rien, ni à sa mère, ni à sa sœur, ni à la colère qu'elle pouvait éprouver pour l'une ou l'autre. Elle ignorait ou cela la mènerait, et préférait au fond, ne pas y penser de crainte de voir ses vieilles peur reprendre le dessus. Elle était si bien qu'elle ne laisserait rien gâcher ces doux instants de bonheur, qui s'étaient fais si rares depuis quelques années.

    - Est-ce que.. tu veux bien devenir ma petite amie ? On ira à ton rythme Imogen.

Cette demande... elle en eut le souffle coupé. Elle eut soudain l'impression d'être projetée dans son passé, alors qu'elle venait d'entrer dans l'adolescence, et qu'elle ne connaissait encore rien du sexe opposé. Elle aurait sans doute dû dire quelque chose. Son premier réflexe fut de fixer les yeux de Ricochet, afin de vérifier la sincérité de ses propos. Ce ne fut que lorsqu'elle fut assurée qu'il était sérieux qu'un sourire se dessina sur son visage, un tel sourire, si éloquent que toute parole était inutile. Cependant, elle ne put s'empêcher d'acquiescer d'un signe de tête énergique et assurée. Rarement au court de son existence elle n'avait été aussi sûre de vouloir quelque chose, et rarement elle n'avait osé faire ce qu'il fallait dans l'espoir de l'obtenir.
    - Je... j'ai envie d'être avec toi...

Cette phrase fut plus difficile à prononcer que toutes les autres. Et pourtant, lorsqu'elle l'eut fait, elle en éprouva une intense satisfaction. Elle était gauche, et mal assurée. Elle avait longtemps pensé qu'elle n'était pas faite pour une relation de ce genre. Et d'un seul coup, Ricochet avait réussi le prodige de faire voler en éclat toutes ses belles certitudes.

Jusqu'ici, elle avait pu passé outre le froid hivernal. Mais le vent, plus enragé qu'auparavant, sembla prêt à s'acharner sur le couple naissant. Ses craintes se confirmèrent par les paroles de son compagnon. Redescendre. Elle n'en éprouvait pas la moindre envie, ce qui était visible à l'air déçu qui s'était dessiné sur son visage. Elle n'était vraiment bien que lorsqu'elle se trouvait contre lui. Mais puisqu'il le fallait... Résignée, elle s'installa sur le balai. Et pourtant, la sensation qu'elle avait éprouvé à leur arrivée revenait, accompagnée cette fois-ci du plaisir qu'elle éprouvait à présent. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire, le sentant contre elle. Cependant, cette fois-ci, elle ne put passer outre le vent qui se levait et rendait leur course bien moins agréable et fit naître en elle la peur d'un quelconque accident, bien qu'elle ait pu être consciente que Ricochet maîtrisait le balai. Elle fut légèrement soulagée lorsqu'ils atterrirent, et se dérida lorsqu'il la fit rire. C'était aussi quelque chose qu'elle aimait en lui. Qu'il la fasse rire. Cela ne lui arrivait pas si souvent, et pourtant avec lui c'était devenu quelque chose de naturel. Tout en descendant du balai, elle hésitait à lui poser cette question qui lui taraudait l'esprit. Elle n'avait aucune envie de le quitter, et pourtant, n'en était pas encore à ce stade où elle osait exprimer clairement ce qu'elle ressentait. Elle préféra une question plus neutre, trop peu sûre d'elle pour être plus directe.

    - Tu... tu as envie de retourner voir tes amis?

Son corps entier la faisait souffrir, lui donnant l'impression d'avoir couru un marathon, elle qui n'était absolument pas sportive. Elle ne réalisa que trop tard qu'elle ne tenait pas sur ses jambes. Il suffit qu'elle trébuche un peu pour qu'elles cessent de la porter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv] Sam 20 Juin - 22:54

    Le sourire d’Imogen, la brillance ses yeux furent ses récompenses pour son attente. Il voulait bien attendre des siècles si elle continuait de l’éblouir de la sorte. Ricochet se félicitait d’être une de rares personnes à pouvoir la voir aussi magnifique qu’à cet instant précis. Leur relation prenait une tournure qu’il n’avait point prédite et pourtant, il se sentait bien. Confiant, en paix avec lui-même. Il ignorait réellement les tenants et aboutissants. Toutefois, il restait intimement persuadé qu’il arriverait à les protéger tout en exprimant son émoi à son égard. Rick allait simplement devoir faire plus attention, être plus concerné par la jeune femme qui venait de se blottir contre lui qu’à lui-même. Le sorcier était prêt. Des obstacles se dresseront certainement sur leur route néanmoins, un seul de ses sourires lui redonnerait suffisamment confiance pour reprendre, pour avancer. Avec tendresse, il raffermit l’étreinte autour de son frêle corps, la gardant jalousement contre son torse. Le bonheur à l’état pur, voilà ce qu’il expérimentait. Imogen n’était certes pas sa première petite amie, bien de loin même, mais elle était la première qu’il aimait aussi sérieusement, aussi tendrement. Dans un sens, lui aussi avançait à l’aveuglette, seulement conduit par l’étincelle qui officiait au creux de son cœur. Alors rendant hommage aux qualités de sa maison, il prit son courage à deux mains pour lui demander officiellement d’être sa petite amie. Ricochet n’appréciait pas les choses à moitié faite, ou les non-dits. Il préférait de loin quand les choses étaient claires et nettes. Inutile de se repaitre dans le doute, ou le questionnement incessant que provoquait une situation laissée dans le flou le plus total. Contre lui, il sentit Imogen se redresser pour plonger son regard dans le sien.

    Ricochet le lui rendit, sérieux, amoureux, fier d’éprouver de tels sentiments. Le sorcier sentait bien qu’elle testait sa sincérité et même s’il ne comprenait pas l’origine d’un tel manque de confiance en elle, en les autres, il soutint ce jugement. Il ferait tout pour la rassurer, la combler, la rendre heureuse. Même se taire et passer son chemin –bien qu’il lui serait mal aisé de devoir renoncer à elle. Il n’eut heureusement pas à le faire car elle lui sourit, doucement, progressivement. Le cœur de l’animagus se gorgea de plénitude avant de rire, amusé de sa vivacité. D’une main sur la joue, il l’attira une nouvelle fois dans ses bras. Il se refusait à la tenir loin de lui. Imogen allait devoir apprendre qu’elle venait d’accepter la demande d’un sorcier très câlin et tactile. Elle en avait envie. Ces quelques mots tournèrent en boucle dans sa tête, alors qu’un fin sourire se gravait sur ses lèvres ; heureusement il n’affichait pas son air niais et pervers au possible. Malheureusement tout bon moment doit se terminer et le froid eut raison de leur intimité nouvellement créée. Il commençait sérieusement à faire froid mais par-dessus tout, Ricochet craignait de mauvaises conditions de vol, s’ils tardaient à descendre de leur perchoir. Or, il désirait ardemment qu’elle garde de bonnes sensations sur un balai. Après tout, il comptait bien emmener sa petite amie, aussi souvent qu’il le pourrait, dans les contrées libres du ciel. Sa petite amie. Rick éprouvait encore de grandes difficultés à mesurer toute l’étendue de son acte. Toutefois, aucun regret n’obscurcissait l’horizon.

    Le vol fut de courte durée, tant il ne voulait prendre aucun risque avec Imogen sur le balai. Une prochaine fois peut-être. Le sérieux fut supplanté par le pitre à mesure qu’il se sentit soulagé de mettre les pieds sur la terre ferme. Le rire de l’Opale ne l’encourageait pas non plus à s’arrêter. Amusé, Ricochet joua quelques instants les stewarts avant de stopper pour l’attirer à lui quand elle lui demanda s’il comptait retourner avec ses amis. « Aucune envie ! Je préférais passer ce temps avec toi, si tu n’y vois pas d’objection » murmura-t-il avant de l’embrasser, plus longuement que les précédents, l’assurance de ne pas y trouver un refus de sa part aidant. Le baiser s’approfondit de lui-même avant que le manque d’oxygène ne les force à se séparer. Encore là, Ricochet la garda contre lui, déposant son front contre le sien. Un tendre sourire ornait ses lèvres. Il était réellement heureux et il ne ressentait aucune honte à l’afficher devant elle. Leur couple en surprendrait sûrement plus d’un mais il s’en moquait. Que le premier ou la première s’attaque à Imogen et il ou elle comprendrait sa douleur. Ricochet est un être pour qui la loyauté équivaut à la protection. Jamais il n’accepterait qu’on la blesse d’une quelconque manière. Et cet avertissement valait aussi bien pour sa propre personne. Il ne supporterait pas de lui porter atteinte. D’aucune sorte. « Rentrons à l’intérieur avant de mourir de froid. »


TOPIC CLOS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Is it a game for you? [Pv]

Revenir en haut Aller en bas

Is it a game for you? [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Le Retourneur de temps :: Le Passé :: Russie (saison1)-