AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

~† Yes, I rise again †~ [Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Ven 30 Avr - 10:45

~† Une semaine. Déjà une semaine. Seulement une semaine. Cela faisait une semaine qu'elle avait assisté à sa première réunion depuis sa libération. Une semaine qu'elle avait revu Lokhyan, recroisé ses pupilles redevenues rouges. Une semaine que son dernier baiser restait sur ses lèvres et que ses mots hantaient ses pensées. "Pardonne-moi" qu'il avait dit. Le pardonner de quoi ? De l'avoir laissée dans cet Enfer ? De n'être pas venue la chercher ? De n'avoir même pas essayé ? De ne pas avoir tenté d'avoir de ses nouvelles même après qu'elle ait été libérée ? De lui avoir fait croire qu'il l'aimait ? - car si cela avait été le cas, il ne l'aurait pas laissée. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas lui pardonner tout cela. Tout comme elle ne pouvait pas se pardonner à elle-même de ne pas l'avoir écouté plus tôt quand il avait tenté de la convaincre que c'était trop dangereux d'être avec lui. Elle n'aurait jamais dû le rattraper chaque fois qu'il avait essayé de partir. Elle n'aurait alors sûrement jamais eu à subir tout cela...

Cela faisait une semaine et pourtant, tous les jours, elle avait une pensée pour lui. Parfois haineuse, parfois colérique, parfois vengeresse, parfois triste, parfois nostalgique de ce qu'Ils avaient été... Elle avait pensé que ce qu'elle avait eu à subir durant sa capture l'avait totalement guérie de lui, mais il fallait bien avouer que ce n'était pas tout à fait le cas. Peut-être était-elle moins dépendante, un peu moins intoxiquée. Mais il restait toujours là, quelque part, dans un coin de sa tête. Et elle savait qu'elle ne pourrait jamais totalement l'effacer. Pour la simple et bonne raison qu'elle était ce qu'elle était, et ce qu'elle était redevenue, en partie grâce à lui. Il était son Créateur et elle ne pourrait jamais le changer. Mais cela ne l'empêchait pas d'essayer de tuer dans l'œuf tous les sentiments qu'elle pouvait encore avoir pour lui. Elle n'avait pas encore réellement réussi, mais au moins elle essayait, et cela lui faisait passer le temps...

Dans quelques jours, le monde apprendrait la manière dont le Spirit avait été maîtrisé lors de la première guerre, un peu plus d'un millénaire plus tôt. Dans quelques jours, une grande vague d'espoir soufflerait sur le monde, l'espoir de pouvoir mettre fin à tout cela. Mais pour l'heure, il essayait toujours de survivre péniblement, replié sur lui-même. Et Charlotte s'amusait. Pour oublier Lokhyan, et pour effacer de sa mémoire les images de sa torture qui revenaient la tourmenter régulièrement. Le seul point positif de sa captivité était que celle-ci l'avait rendue plus hargneuse que jamais. Elle était redevenue elle-même, avait retrouvé sa soif de sang, sa violence. Le Diable qui se tapissait quelque part au fond d'elle avait retrouvé la clé pour sortir de sa boîte. Il était temps. Et cela faisait un bien fou... Elle comptait bien faire à nouveau corps avec sa gloire d'antan. Redevenir l'une des vampires les plus sanguinaires, si ce n'était LA plus sanguinaire. Elle ne voulait plus inspirer autre chose que la crainte et le respect. Et elle y parviendrait, elle était faite pour cela.

Elle sortait d'une réunion entre vampires dans le Hide Ravage. Fini d'aller assister aux réunions juste pour faire acte de présence et ne rien dire. Aujourd'hui elle parlait et crachait toute sa haine contre les humains. Elle élevait la voix, demandant rhétoriquement combien de vampires avaient été capturés et torturés par les chasseurs. Elle annonçait fougueusement qu'il était venu le temps de la vengeance. Les vampires dans leur globalité s'étaient laissés écraser ces dernières années, et il était temps pour eux de reprendre la place qu'ils méritaient : le sommet. Ils ne pouvaient pas laisser impunis tous les supplices qu'avaient connus leurs frères, et qu'ils connaissaient toujours car tous n'avaient pas encore été libérés. Il était encore trop tôt pour elle, et de toute façon il n'avait pas assisté à cette réunion, mais quand elle serait prête, elle irait trouver Lokhyan pour lui répéter ce discours. A eux deux, elle était certaine qu'ils pouvaient convaincre la plupart des vampires, et régner sur le monde, comme ils l'avaient fait par le passé. Mais pour l'instant, leur histoire était encore trop fraîche... La cicatrice n'était pas encore refermée et ce ne serait que l'ouvrir un peu plus que de collaborer tout de suite avec lui. Elle attendrait le moment venu.

Charlotte quittait donc le Hide Ravage. Elle aurait pu rentrer directement chez elle, soit en courant, savourant sa pleine vitesse vampirique à nouveau. Soit en passant par les sous-terrains. Mais elle se souvint de la manière dont les humains venaient dans ce quartier sans se faire repérer : les armoires à disparaître. Dont l'une se trouvait au Cabaret Trois Ponts. Tiens, le cabaret. Quoi de mieux pour se distraire ? D'un pas décidé, la jolie vampire avait donc pris le chemin du petit bistrot dévergondé. Elle avait franchi la porte d'un pas conquérant et avait cherché celui qui pourrait être le patron. Une fois trouvé, elle s'était avancée vers lui et lui avait offert un petit sourire à la fois hypocrite et carnassier.
†~

    « Sais-tu qui je suis ? »
    « Oui. B.. B... Bien sûr. »
    « Parfait. Alors je n'ai pas à me présenter.
    Donne-moi une fille et je ne fais pas de massacre. Si tu me connais, tu sais aussi que j'en suis capable, non ? »

~† L'homme hocha fébrilement la tête. Il sembla réfléchir un instant. Elle pouvait voir sur son visage sa contrariété. Probablement ne voulait-il pas lui livrer la plus belle de ses filles, mais il ne voulait pas non plus se moquer de cette vampire en lui donnant la pire... Il appela une charmante demoiselle qui répondait au prénom de Sally. Joli sourire, petites fossettes, lèvres pulpeuses, grands yeux verts et chevelure blonde qui retombait en cascade. La fille n'était que peu vêtue, comme la plupart des danseuses ici. Charlotte la jaugea un instant du regard, la "respira" avant de donner son approbation au gérant. L'odeur de la jeune fille lui convenait. A la fois entêtante et fraîche, chaleureuse et sensuelle. Ce serait parfait pour ce soir. †~

    « Sally je m'appelle Charlotte. Tu sens très bon. »

~† La danseuse lança un regard hésitant à son patron, qui se contenta de détourner la tête après lui avoir offert un petit sourire désolé. Sans attendre plus, Charlotte prit Sally par la main et l'entraîna vers une table au beau milieu de la salle, devant la scène. Elle s'assit sur un fauteuil - très confortable par ailleurs - et proposa à la blondinette de s'asseoir sur ses genoux. Une fille se trémoussait sur la scène, sur une musique entraînante. Pas de préambule supplémentaire pour elles, la vampire dégagea les cheveux du cou de la douce Sally. Elle ne prêta pas attention au regard de quelques hommes déjà installées qui se tournèrent vers elles deux. Approchant avec lenteur ses lèvres du cou de la jeune humaine, elle plongea doucement ses canines dans la jugulaire de l'enfant. Celle-ci eut un petit gémissement mais ne protesta pas. Lentement, Charlotte commença à aspirer un peu de son sang. Pas trop vite tout de même, elle voulait la garder pour toute la soirée... D'aucuns auraient pu croire qu'elle l'embrassait simplement dans le cou. Mais, enivrée par l'odeur de Sally, la vampire ne remarqua pas l'odeur d'un homme qui ne se méprenait certainement pas sur ce qu'elle faisait actuellement... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~


Dernière édition par Charlotte Leonhart le Lun 3 Mai - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Ven 30 Avr - 13:29

- J’ai ce qu’il vous faut. Il y a un endroit à Londres où les plaisirs charnels sont encore honorés et suivis. Ca s’appelle le cabaret des trois ponts. Je suis sûr que vous allez vous amuser.

Le porc hoche la tête. Enfin je préférerais qu’il ne s’agisse que d’un porc. Ce serait plutôt un hybride en l’occurrence. Cet énorme sorcier allemand, représentant officiel de son pays pour la réunion à venir, cette réunion dont j’espère tant, hésite encore à me donner son soutien. Ou plutôt il n’hésite plus mais il attend de moi que je fasse montre de mes largesses en lui payant tout ce qu’il désire, ou qui il désire. En l’occurrence il aime les jolies filles qui font semblant de le trouver beau. Et Merlin, la tâche doit être difficile. Quadruple menton. Petits yeux porcin. Cou inexistant. Cheveux blonds plaqués sur son crâne. Ce qui est incompréhensible c’est qu’il aurait pu améliorer son aspect grâce à la magie mais non. Pense t il que sa graisse est un signe extérieur de richesse ?

Quoiqu’il en soit cela fait déjà quatre heures que je le conduit de bistrot en bistrot, de spectacle en spectacle, avec ses deux gardes du corps. Rien que ça c’est… un sorcier de son rang ayant besoin de gardes du corps ? Impensable. Sauf bien sûr si le rang en question a été acheté, ce qui ne fait pas l’ombre d’un doute. Et ce qui me rend d’autant plus fou de rage. Je dois tout payer, tout montrer, tout faire découvrir, à un vieux tas de graisse richissime, sans doute plus que moi même ! Mais enfin. J’ai hélas encore besoin de lui. Cependant dès que ce ne sera plus le cas il verra ce qu’il en coûte de me ridiculiser ainsi. Car il me ridiculise. Adam Shave guide touristique conduisant les étrangers aux putes. Charmant. Je grimace. Il va vraiment me le payer. J’ai un sourire à la pensée de ma vengeance future. Il le remarque et me jette un regard interrogatif. Haussement d’épaule de ma part. Il doit prendre ça comme une marque de connivence et éclate d’un gros rire.

Si encore nous pouvions simplement transplanner. Mais non, il tient absolument à visiter la ville à l’ancienne. Cette lubie me fait courir des risques inutiles et c’est encore un grief que je dois lui imputer. Je retiens un soupir. Devant moi les façades des hôtels particuliers défilent au fur et à mesure qu’on se rapproche des quartiers les plus huppés. Le cabaret s’y trouve, parfait exemple de la distraction pour riches désirant s’encanailler quelque peu. Encore cinq ou huit minutes et nous y sommes. Le bâtiment annonce la couleur sans se cacher. Bannières magiques représentant des scènes sans équivoque, filles dénudées déguisées en lapin, Herr Freidrich en est déjà tout émoustillé.

Nous entrons, les deux gardes du corps de l’allemand bousculant tout ce qui a le malheur de se trouver entre nous et le patron. Lequel patron nous regarde arriver avec un sourire radieux. Il me semble évident qu’il nous connaît tous les deux, au moins de vue. Je me dirige vers lui et je plonge mon regard glacé dans ses yeux avides. Il me fait les salamalecs d’usage. Je conduis les tractations, ne laissant pas paraître ma gêne et contenant les propensions rougissantes de mon visage. L’allemand part avec deux filles et j’insiste pour que ses gardes du corps en aient une chacun, de façon à me laisser la paix. Ils partent ravis en multipliant les courbettes. Dès qu’ils sont hors de vue je me retourne vers le patron.

- Ecoutez moi bien vous. Je ne doute pas que la nouvelle de ma présence ici se répande mais ça ne sera pas grâce à vous. Si on vous le demande vous serez ravis de confirmer que je n’ai pas profité des… services, de votre « maison », à l’inverse de ce gros porc répugnant. Si vous veniez à exagérer les motifs de ma présence céans, je saurais… m’en souvenir. Compris, monsieur ?

Il déglutit avec difficulté. Et acquiesce frénétiquement comme si sa vie en dépendait. Je devais avoir l’air particulièrement sinistre quand je lui ai dit. A ma décharge il faut dire que la seule pensée qu’on m’associe de près ou de loin avec le répugnant individu que j’ai accompagné ici. Qui plus est j’ai l’impression irrationnelle de lui avoir livré moi même la chair fraîche. Cette pensée me donne un haut le cœur. Je vais m’asseoir et je commande une flûte de champagne. En attendant qu’elle vienne je laisse mon regard se promener sur l’assistance. Fort heureusement beaucoup sont trop occupés pour me porter attention.

Je laisse échapper un soupir. A quelles extrémités en suis je réduit ? Il me faut me souvenir de son visage pour ne pas m’écrouler. Bientôt j’espère je serais le maître de la race sorcière, je serais au cœur de l’effort contre le Spirit, et une fois que cet importun sera vaincu, je m’occuperais de rendre aux moldus leur juste place, à ces êtres qui sont coupés de la Magie, source de toute vie. Et alors Helena, ma chère Helena, tu auras ta vengeance. Je laisse la colère m’envahir doucement, je la laisse s’insinuer en moi par tous les pores. Chaque centimètre s’emplit de cette rage bienfaisante. Mon esprit quitte l’endroit sordide dans lequel il était quelques instants auparavant et je revois la bombe. Le magasin qui s’écroule. Sa disparition sous les décombres. Mes cris.

Bientôt, bientôt, bientôt. Mes yeux s’ouvrent à nouveau. Perdu dans mes souvenirs j’ai néanmoins cru entendre une voix familière. Je regarde autour de moi. Etrange. J’étais persuadé d’avoir entendu une femme… je tente de retrouver cette impression. Cette voix, dans quel endroit est ce que je l’ai déjà entendu récemment ? Cette voix si particulière… ah ! Je me souviens. Charlotte. Mais j’ai dû rêver, je doute qu’elle soit là. Merlin voilà que je me met à avoir des hallucinations auditives. A moins que…

Non loin de moi une opulente chevelure noire est perdue dans le cou d’un océan de blondeur. La blonde est assise sur les genoux de sa comparse dans une pause sensuelle. Un instant je crois qu’elles s’adonnent à un jeu érotique avant de passer dans les chambres de l’établissement mais je révise vite mon jugement. La brune, qui n’est autre que Charlotte, est en train de sucer le sang de la blonde sans aucune retenue. J’ai un sourire sarcastique. Elle s’en est sortie finalement. Je me sens un peu plus léger. J’ai toujours regretté de ne pas avoir pu la sauve ce soir là. J’attends qu’elle ait fini de prélever sa première gorgée et je laisse échapper un rire vaguement moqueur.


- Je ne te connaissais pas des goûts si féminins. Ne risques tu pas de faire un jaloux ?
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Lun 3 Mai - 21:42

~† Le sang de Sally s'avérait être un petit délice. Charlotte n'avait pas imaginé, en sentant son odeur quelques instants plus tôt, que son hémoglobine recèlerait de tels trésors gustatifs. Elle l'avait pensée presque banale, mais ce n'était définitivement pas le cas. Elle la trouvait légèrement au-dessus du lot. Son sang avait un goût à la fois fruité, et vaguement épicé. Il y avait un petit goût de vanille, de fraise aussi. Et de café. La demoiselle devait être une grande consommatrice. Un peu moins agréable mais pas non plus repoussant, du tabac brun. Et, cachée dessous tous ces arômes, une petite note de gingembre qui donnait au sang une saveur assez aphrodisiaque. Décidément, oui, elle allait garder la jeune fille pour toute la soirée. Ou du moins, elle allait essayer. Ce n'était jamais facile pour un vampire de se retenir et de faire durer le plaisir. Ils avaient plutôt tendance à vouloir étancher rapidement leur soif, surtout quand le sang avait un aussi bon goût. Mais elle allait faire de son mieux...

Un petit sourire sur les lèvres, elle retira finalement avec délicatesse ses canines de la chair palpitante de la jeune Sally. Presque avec tendresse, elle déposa un baiser là où elle avait mordu, y laissant un mince filet de salive pour que les perforations se referment correctement. Elle releva son regard vers la jolie danseuse, celle-ci lui lança un petit sourire forcé. Elle savait que le client était roi et, si cette vampire avait décidé de lui pomper tout son sang, il fallait qu'elle le fasse avec le sourire aux lèvres. Plus facile à dire qu'à faire quand l'instinct de survie s'en mêlait... La petite moldue avait beau trouver cette Charlotte tout à fait charmante, surtout en comparaison de l'horrible bonhomme gras et blond auquel elle avait réussi à échapper quelques minutes auparavant, cela ne l'empêchait pas pour autant d'éprouver une certaine crainte de finir comme repas... Heureusement pour elle, elle n'eut pas à dissimuler plus longtemps sa peur puisque l'attention de la vampire fut attirée ailleurs, ou plutôt par quelqu'un d'autre.

Une voix s'était élevée, un peu plus loin derrière elle. Une voix presque moqueuse. Le timbre lui disait quelque chose mais, la dernière fois qu'elle l'avait entendue, les accents n'étaient pas tout à fait les mêmes... Pour la simple et bonne raison que ses oreilles d'humaine n'avaient pas pu déceler toutes les vibrations de cette voix, chose que ses oreilles de vampires faisaient maintenant. Sans précipitation, elle détacha ses yeux carmins du visage de l'humaine pour pivoter légèrement. Quelques tables plus loin se trouvait Adam Shave, assis dans la pénombre. Contrairement à elle, lui ne s'était pas installé devant la piste de danse. Il se tenait plus à l'écart, dans un renfoncement. Elle ne savait pas exactement pourquoi, mais elle trouvait cela plus pervers. Peut-être parce que cela lui donnait l'impression qu'il profitait du spectacle sans pour autant vouloir être à visage découvert.
†~

    « Un jaloux ? Je ne pense pas non. »

~† La jolie brune afficha un petit sourire malin, tandis qu'elle haussait négligemment les épaules. Elle tut bien évidemment la raison qui lui faisait penser cela. Si Adam Shave pensait que Lokhyan pourrait être jaloux de la savoir ici, c'était que leur séparation n'était pas parvenue à ses oreilles. Et ce n'était pas elle qui le renseignerait sur cela. Elle préférait garder le mystère, quitte à émettre quelques doutes, comme ce qu'elle venait de dire. Après tout elle ne mentait pas. Et, même si elle avait eu à le faire, cela ne l'aurait pas tellement dérangée... Mais pour le coup elle pensait ce qu'elle disait : non, elle ne croyait pas que son créateur aurait été jaloux. Qu'elle ait été enlevée par des chasseurs ne l'avait pas fait bouger, alors ce n'était pas qu'elle vienne dans un cabaret qui lui aurait fait quelque chose... †~

    « Quand à mes goûts féminins... Adam Shave, tu es bien naïf si tu imagines qu'en plus de quatre siècles, je ne me suis pas diversifiée un peu... »

~† Provocation. Ouh le joli fantasme des deux filles qu'elle venait de soulever... Oui elle savait parfaitement que le sorcier ne pourrait pas s'empêcher de les imaginer, elle et la petite Sally. Mais encore une fois, elle ne mentait pas. En 431 années, elle avait largement eu de quoi s'amuser. Sans compter son petit côté volage... Charlotte adorait séduire et amener ceux ou celles qui lui plaisaient dans son lit. Elle n'avait à l'époque - ou en tout cas, elle pensait n'avoir - aucun sentiment. Alors cela ne la dérangeait absolument pas d'aller s'amuser à droite et à gauche. Aujourd'hui, ce n'était plus vraiment le cas. Lokhyan encore... Quant à savoir pourquoi elle avait choisi de se nourrir du sang d'une fille, et pas d'un homme... Elle ne supportait plus qu'un homme la touche depuis qu'elle avait été violée par cette ordure de chasseur. Elle était même capable d'achever un représentant de l'espèce masculine simplement parce qu'il avait posé une main sur son épaule... †~

    « Tu ne connaissais pas mes goûts, mais je dois dire que je ne te connais pas non plus. Pourtant, je n'aurai jamais imaginé que tu puisses venir te divertir dans ce genre d'endroit. »

~† Elle ne connaissait pas le sorcier, non. Elle n'avait discuté qu'une fois avec lui, alors qu'elle était humaine. Et encore, elle n'était pas vraiment dans son état normal puisqu'elle avait été rendue malade par l'alcool. Pourtant elle se souvenait que sous ses airs distants et quelque peu ironiques, il l'avait aidée à aller un peu mieux, et qu'il l'avait même sauvée d'une bande d'ivrognes. Pourtant, le si grand sorcier n'était pas parvenue à la protéger de quatre chasseurs. Il avait essayé d'attraper sa main quand elle avait voulu s'agripper à sa cape. Mais il n'avait rien pu faire et elle avait vécu un Enfer. Elle ne le tenait pas pour responsable. Mais, qu'il revendique être un sorcier puissant, sans pouvoir agir contre quatre chasseurs, ne le faisait pas monter dans son estime. Alors non, Charlotte ne considérait pas Adam comme une menace ni comme quelqu'un d'important. Il était juste un sorcier. Un banal sorcier qui venait, comme les autres, regarder les demoiselles se trémousser en petite tenue... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~


Dernière édition par Charlotte Leonhart le Jeu 13 Mai - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Dim 9 Mai - 20:46

Je promène un regard étonné sur le visage parfait de la femme qui me fait face. Enfin pas réellement étonné. Je constate un petit miracle que j’ai déjà vu à l’œuvre un certain nombre de fois, à savoir la résistance surnaturelle des vampires. Quand j’ai su qu’ils détenaient Charlotte Leonhart, ces êtres frustres et pathétiques que sont les chasseurs, j’ai longtemps imaginé ce qu’elle pouvait subir. Je sais que certains ne sont pas dénués d’une moralité relative et d’une once d’honneur, mais je sais que la plupart des chasseurs ne sont que des soudards répugnants qui ne chassent pas les vampires mais leur sang. Ils considèrent que les vampires ne sont pas des êtres conscients et qu’ils ne sont que des contenants. Et quant à savoir ce qu’ils sont capables de faire à une femme qu’ils ne considèrent pas comme vivante…

Néanmoins elle n’a rien. Absolument rien. Ses yeux sont un miroir de verre qui me renvoie mon reflet assis dans l’alcôve de ce cabaret, dissimulé dans les ténèbres, son visage est tout de marbre blanc et ne reflète aucune émotion sinon la causticité qui se dégage de ses propos. Je ne sais même pas pourquoi j’ai engagé la conversation avec cette femme. La seule chose que je vais récolter ce sont ses sarcasmes et son mépris. Voire sa colère. Elle se tourne vers moi sans rien montrer mais il serait étonnant que quelque part au fond elle ne m’en veuille pas. Si ces chasseurs s’en étaient pris à moi je les aurais balayés mais j’ai été si surpris… ils l’ont emmenés comme un rien, sans que je ne réagisse assez vite.

Son préambule me surprend. Le ton, le contenu et les mots. Est ce… elle ne serait plus avec Lokhyan ? Etonnant. Ils étaient mordus c’est le cas de le dire. Mais la raison est facile à imaginer. Il n’est pas venu la sauver et elle lui en veut. Ce n’est pas moi qui jetterait la pierre à la jeune femme. J’empêche mes poings de se serrer en songeant que si j’avais pu te sauver toi simplement en allant te chercher, t’arracher aux mains de quelques chasseurs, si ta mort avait peu être évité seulement avec cela… Soudain je songe que lors notre dernière rencontre, je l’avais déjà pensé, qu’être avec Lokhyan était une activité dangereuse pour une femme. Je ne peux pas m’empêcher de laisser échapper un très mince sourire sarcastique.

Sourire qui ne disparaît après qu’elle ait rappelé sa nature séculaire. Le moins qu’on puisse dire c’est que la captivité et les brimades ne lui ont pas fait perdre son sens de l’humour. Et comme d’habitude son humour se fait au dépends de son interlocuteur. Je dois retenir un rictus acide. Ne t’inquiète pas va, j’aurais pas non plus imaginé que je me retrouverais dans un tel endroit un jour. D’un autre côté je n’ai guère pensé à me divertir depuis que le destin a cru bon de me frapper.


- Si ce n’est pas le jaloux auquel je pensais, tu auras au moins déclenché l’intérêt insistant de tous les hommes qui nous entourent. Non pas qu’il me soit impossible de les comprendre. Il est dommage que d’autres ne soient pas restés aussi tétanisés par ta personne n’est ce pas ?

Je me fais apparaître une nouvelle flûte de champagne que je porte à mes lèvres, la levant ironiquement pour la fille avec qui se trouve Charlotte et qui me semble assez soulagée que la saignée soit finie. La pauvre, elle n’imagine pas sur les genoux de qui elle est assise. Le caractère impitoyable de la vampire ne doit pas s’être arrangé aux mains des chasseurs et je me demande avec un intérêt très relatif si la moldue va sortir vivante de cette petite sauterie.

- Et je suis surpris qu’il y ait des choses qui aillent au delà de ton imagination. Je te pensais extrêmement imaginative au contraire. Autant pour la torture que pour trouver les turpitudes qui sommeillent chez les gens que tu méprises.

Car il ne fait aucun doute qu’elle me méprise non seulement parce que je n’ai pas pu la tirer d’affaire quand on l’a enlevée mais aussi parce que je ne suis, dans sa pensée, j’imagine, qu’un misérable sorcier, tandis qu’elle comme elle prend plaisir à le rappeler, est une vampire puissante, âgée, terrible, etc. Ce qui rend cette conversation encore plus paradoxale. Je dois être un peu masochiste. Est ce que je cherche à me punir d’être dans cet endroit en absorbant tout le fiel qui est capable de couler des lèvres délicates de Charlotte ?

- Tu vas rire.

Pas de doute, je suis d’humeur à me faire cogner dessus, verbalement ou pas. Ce que je vais dire me fera plonger dans une mer de ridicule, dans un océan, dans un univers. Je retiens un soupir. Au moins je ferais rire quelqu’un n’est ce pas ? Ou dans un autre cas de figure j’entendrais des insultes pittoresques, car je ne doute pas que le sexe n’est pas la seule chose dans laquelle elle a varié ses habitudes en aussi longtemps.

- Je suis désolé.

Je vide ma flûte. Je jette un regard vers les escaliers du fond. Qui est le plus méprisable ? Ce tenancier de cabaret qui vend ses « danseuses » dès qu’il voit un homme d’influence, ou moi, qui laisse une femme aux mains d’êtres abjects en sachant parfaitement ce qui l’attend. Je me laisse couler dans mon fauteuil. Si l’autre n’en finit pas bientôt, vais je mourir sous les traits sarcastiques de Charlotte Leonhart ? Il y aurait des morts plus affreuses, au moins celle ci me ferait rire, quitte à ce que ça ne soit pas un rire de joie.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Jeu 13 Mai - 16:34

~† Elle venait de terminer de parler et, déjà, elle replongeait dans le cou de Sally. D'une main, elle dégagea ses cheveux blonds pour lui laisser l'accès total à sa jugulaire. Elle détourna son regard d'Adam, qui assurait qu'elle avait déclenché l'intérêt des hommes présents. Grand bien leur fasse. Elle savait que la plupart fantasmaient et espéraient que la vampire qu'elle était ne se priverait pas pour se donner en spectacle publiquement. Oh bien sûr elle en était capable mais... non. Ses yeux étaient donc maintenant rivés sur la peau joliment dorée de la jeune Sally. Elle pouvait presque voir le sang qui pulsait, palpitait là, sous cette fine enveloppe de chair. La vampire enfouit son nez dans le cou de la blondinette. Pas mordre non, juste sentir son odeur. Cette odeur qui lui chatouillait les papilles et ouvrait en grand son appétit... Shave poursuivit, avouant à demi-mots qu'il comprenait parfaitement le fantasme. Un mince sourire railleur se glissa sur les lèvres de la jolie brune à ce moment-là. En voilà encore un qu'elle ne laissait pas indifférent, d'une manière ou d'une autre... Mais la phrase qu'il prononça ensuite...

Son petit sourire amusé disparut et elle dirigea lentement ses yeux carmins en direction du sorcier. Son nez était toujours contre le cou de Sally mais son regard était maintenant dardé sur Adam. Pas d'ironie, pas de sarcasme, pas de moquerie, juste une colère sourde et froide. Comment osait-il ? Il était dommage que d'autres n'aient pas... Contre le cou de Sally, sa mâchoire s'entrouvrit, laissant apparaître ses dents alors qu'un feulement presque inaudible s'échappait de sa gorge. Animale. Il n'avait pas le droit d'évoquer ces chasseurs. Il n'avait aucune idée de ce qu'elle avait vécu et, même s'il s'en faisait une vague idée, il était encore loin du compte. Et, encore moins que tout autre, elle ne l'autorisait pas à se moquer d'elle sur ce sujet car, s'il n'avait pas été si faible, peut-être qu'elle aurait pu échapper à tout cela. Alors non, il ne pouvait pas lui parler de ces choses en espérant qu'elle en rie avec lui. Jamais.

Elle l'entendit vaguement ensuite se moquer de son imagination qu'il pensait plus vaste. Il n'imaginait pas à quel point. Elle était simplement restée sur le ton de la discussion. Et ce n'était pas tellement qu'elle ne "l'imaginait" pas ici mais, à vrai dire, elle ne le connaissait pas assez pour imaginer quoi que ce soit sur lui. Mieux, elle n'avait rien à imaginer puisqu'elle n'avait que faire de lui. Il pouvait bien courir tout nu dans les bois tous les matins que cela ne l'intéressait pas... Cependant elle ne releva pas, elle était restée fixée sur son allusion aux chasseurs. Et ses yeux ardents ne le lâchaient pas. Elle l'entendit aussi lui annoncer qu'elle "allait rire". Mais elle ne releva pas non plus. Il était désolé ? La belle affaire. Cela lui faisait une belle jambe tiens ! Charlotte le lâcha finalement du regard et le releva vers Sally. Un petit sourire, alors qu'elle lui caressait la joue.
†~

    « Sally lève-toi et reste ici. Je reviens. »

~† Lorsque la jolie blonde ne fut plus sur ses genoux, la vampire se leva à son tour. Elle contourna le fauteuil sur lequel elle était installée un instant plus tôt et se dirigea vers Adam, slalomant entre les tables qui les séparaient. Son attitude n'était pas offensive. Sa démarche était féline, mais cela elle le devait à son statut de vampire. Cependant rien ne portait à croire qu'elle allait attaquer le sorcier. Sans s'arrêter en route, elle rejoignit le sorcier et se stoppa finalement juste devant lui. Lentement, elle se pencha au-dessus de lui, pour amener ses lèvres au niveau de son oreille droite. †~

    « Ne sors pas ta baguette Shave, je ne compte pas t'attaquer. Et tu sais comme moi que je t'aurai arraché la tête avant que tu n'aies le temps de penser à un sort. »

~† Sa voix était suave. Rauque. Légèrement enjôleuse peut-être. Et elle n'était pas sans savoir qu'ainsi penchée au-dessus de lui, il avait une vue immanquable sur son joli décolleté. Il avait avoué comprendre ceux qui lui portaient de l'intérêt. Elle ne faisait que jouer de ses atouts, tous, pour avoir ce qu'elle voulait. Ce n'était pas la première fois, ce ne serait pas la dernière. Elle avait toujours eu ce qu'elle voulait, d'une manière ou d'une autre. Cela pouvait être en persuadant, en séduisant, ou par la force. Mais elle arrivait toujours à ses fins. Même Lokhyan, elle avait fini par l'avoir. Il lui avait peut-être fallu 431 années, mais elle y était tout de même parvenue. Et ce soir elle n'avait pas envie de se chamailler, elle voulait juste profiter du sang exquis de la petite Sally. Elle comptait bien que le sorcier le comprenne, d'une manière ou d'une autre... †~

    « Je me fiche de savoir que tu es désolé. Ta désolation ne changera rien à ce que j'ai vécu. Et parce que tu ne sais pas ce que j'ai vécu, je t'interdis de plaisanter là-dessus.
    Je suis venue ici pour m'amuser, pas pour faire une bataille de verbes. Ces quelques mots étaient sympathiques mais ne gâche pas ma soirée, et je ne gâcherais pas la tienne. Si tu te penses capable de domestiquer ta langue, je t'invite à ma table avec Sally. Si tu considères le défi trop ardu, reste dans ton coin et ne m'importune plus.
    Mais n'aies pas l'audace de parler encore de ces chasseurs devant moi... »




    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Jeu 13 Mai - 19:52

Mon attention est attirée par un mouvement dans le fond de la salle. Je tourne imperceptiblement la tête et je vois pachyderme allemand sortir d’une entre salle, avec ses deux cerbères. Il jette un regard dans ma direction, interrogatif, se demandant sans doute il repart avec moi ou pas. D’un geste de la main je lui fais signe qu’il peut partir. Il hoche la tête avec un sourire ravi et me fait un v de ses doigts. J’ai donc son soutien, mais à quel prix. Si je… non quand j’aurais atteint mon premier objectif, il sera un des premiers qui descendra de son ministère jusqu’au fond du panier. En plus je n’aurais même pas besoin de trouver un prétexte, je suis persuadé, après lecture de divers dossiers, qu’il s’est rendu coupables de diverses malversations et de diverses lâchetés au cours du combat contre le Spirit. Je ne suis pas le seul à apprécier le départ de cet homme, le soupir de soulagement lâché par le taulier est très visible.

Quoique Charlotte ne s’est aperçue de rien, étant retourné à ses sanglantes occupations du côté de la gorge de la jeune femme sur ses genoux. Je me demande vaguement quelle serait la réaction du maître des lieux si la vampire saignait à blanc son employée. Probablement qu’il ne fera rien, en bon moldu qu’il est. Il se contenterait de hausser les épaules et d’enlever le corps en pestant contre le monde surnaturel, par trop au dessus de sa petite personne insignifiante. De la même façon je suis de plus en plus surpris par la façon dont la fille se soumet à la vampire. Certes celle ci dégage un magnétisme certain mais tout de même, faut il être faible pour accepter de se faire ainsi prendre son sang sans réagir, sans même tenter de protester ou de fuir, quitte à en subir les conséquences ? Décidément, il n’y a rien à porter à leur décharge, à ces moldus, même, surtout, du point de vue moral.

Je suis distrait de ces considérations raciales par une soudaine hostilité latente du côté de Charlotte, qui prouve que ma petite pique n’a pas été sans déclencher une réaction. Quand elle se lève et s’avance vers moi je me dis que j’ai peut être sous estimé l’ampleur de la réaction en question. Bien qu’elle ne soit pas ouvertement menaçante je prends mes précautions et je passe très vite en revue les sorts que je peux utiliser sans baguette. Rien d’utile mais je pourrais au moins déclencher une poussée capable de m’éjecter assez loin pour sortir ma baguette. Dans un coin de mon esprit je me concentre, tandis que dans l’autre je regarde la vampire s’approcher.

Quand elle se penche vers moi et approche dangereusement ses crocs forts aiguisés de ma gorge, je ne bouge pas mais je suis prêt à me mettre hors de portée. La seule raison qui me fait ne pas bouger c’est que je ne peux pas me permettre de donner l’impression de craindre un danger. Quant à la posture qu’elle prend et au ton de sa voix, j’y serais peut être sensible en d’autres circonstances mais pour l’heure mon instinct de survie prime sur le reste. Quand elle dit qu’elle ne souhaite pas m’attaquer qu’elle m’assène une vantardise éculée que j’ai maintes fois entendues dans la bouche de vampires, je baisse à peine ma garde. Si il y a une chose que j’ai compris sur cette femme c’est qu’elle est totalement et absolument imprévisible.

Quoique sa réaction à l’expression de ma désolation, je l’avais prévue. Il est évident qu’à sa place j’aurais réagi exactement de la même façon. Néanmoins je ne peux pas regretter ce que j’ai dit, puisque je suis vraiment désolé de ne pas l’avoir tiré d’affaire. J’aurais réellement aimé la sauver. Mais ce qui est fait est fait. Quant au futur il devient plus lumineux puisque l’hypothèse de l’affrontement s’éloigne au fur et à mesure que Charlotte Leonhart passe du temps sans me sauter, littéralement, à la gorge.

Quand elle finit de parler je suis hésitant. Enfin ma première réaction quant à sa dernière phrase, c’est de crier « chasseurs ! ». J’en ai assez de ces menaces ridicules. La plupart des gens qui me menacent finissent par avoir une tombe pour nouvelle résidence, qu’ils soient vampires ou pas. Mais puisqu’il ne me semble pas opportun de provoquer l’affrontement que j’étais satisfait d’éviter, je retiens mes pulsions combatives, quoiqu’une lueur rougeâtre soit passée dans mes yeux. Je ne l’ai pas vu mais je l’ai sentie. La pratique de la magie noire a tendance à m’affecter plus physiquement que je ne le voudrais ces temps ci.

A la place je me demande si je vais accepter son invitation ou pas. Bien qu’elle n’ait pas tenté de m’arracher la moitié de la gorge, rien ne dit que l’idée ne se manifestera pas avec plus de force dans le futur. Mais après tout… J’ai un léger sourire ironique. Que serait la vie sans un peu de risque ? Après tout, tandis que Charlotte s’approchait de moi après avoir émis ce qui ressemblait à un feulement bas, la moldue ne s’était pas enfuie à toute jambe et je pouvais difficilement avoir moins d’audace qu’une moldue.


- Je m’en voudrais de refuser une si charmante invitation. Encore que si ma langue doit être domestiquée, j’apprécierais que tes crocs le soient aussi. Je préférerais que tu aies le monopole des paroles menaçantes dans la soirée.

Après que tout ce petit monde soit rassis à la même table, la moldue sur les genoux de la vampire, je dois retenir un rire. Le sorcier, la vampire et la moldue. Moldue qui me jette occasionnellement un petit regard inquiet, se demandant sans doute si je vais provoquer Charlotte encore une fois auquel cas elle aimerait sans doute s’enfuir à temps.

- Qu’est ce que tu comptes faire maintenant ?

La question était très vague, très imprécise, puisque la réponse que j’attendais l’était aussi. Dans la question il y avait « que comptes tu faire maintenant que tu ne vis plus dans la plate béatitude avec ton cher Lokhyan ? », « te verrais je à la réunion qui s’approche ? », et en règle général son avis sur les derniers événements qui secouaient Londres.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Jeu 13 Mai - 23:36

    « Je te l'ai déjà dit. Je compte profiter de la soirée et m'amuser. »

~† Le sourire qui apparut au coin des lèvres de la jolie Charlotte en disait bien long. Et tout en même temps, il en disait si peu... Elle comptait s'amuser, d'accord. De quelle manière ? Juste comme une fille qui vient de retrouver son célibat ? Ou comme une fille qui profite de sa liberté ? Ou plutôt comme une vampire qui compte faire un carnage dans ce cabaret... ? Ce à quoi je répondrais : elle comptait s'amuser comme seule Charlotte pouvait le faire. Et décidément elle ne connaissait vraiment pas ce Shave car elle n'avait pas songé qu'il accepterait son invitation. Ou alors pas plus d'une seconde. Mais il fallait croire qu'elle s'était trompée puisqu'il était à présent assis à sa table... Lentement, la vampire se retourna vers l'endroit où se trouvait le patron, non loin de l'entrée. Elle attendit de capter son regard, ce qui ne prit que peu de temps puisqu'il lui jetait régulièrement un coup d'œil pour voir ce qu'elle faisait de sa danseuse. Quand elle eut obtint son attention, le mot "Whisky" se forma clairement sur ses lèvres. Il hocha la tête et envoya une autre de ses filles. Charlotte se détourna, reportant son regard vers la scène.

Une minute plus tard, une autre jolie jeune fille venait leur apporter une bouteille de whisky sur un plateau. Elle disposa trois verres sur la table, mais la vampire refusa poliment. La jolie serveuse ne servit donc que deux verres. Un petit sourire sur les lèvres, Charlotte se pencha sur la table. Elle avança l'un des verres vers Adam, et attrapa l'autre pour le tendre à Sally. Celle-ci sembla hésiter un instant. N'avait-elle pas le droit de boire "en service" ? Mais elle devait certainement avoir obtenu l'accord de son patron puisqu'elle remercia la vampire avec un sourire chaleureux. Si Sally semblait souriante et très à l'aise en apparence, la manière dont elle vida son verre en dit long sur l'état dans lequel elle se trouvait intérieurement. Terrorisée. Cela pouvait se comprendre. Adam restait silencieux. Elle aussi. Quelques secondes après que la petite humaine eut englouti son verre, Charlotte attrapa sa main délicatement, et l'amena avec précaution jusqu'à ses lèvres. Sans violence, elle mordit son poignet et commença à prélever un peu de ce sang tout à fait à son goût. Et le Whisky qui venait s'ajouter aux autres saveurs accentuait son attirance pour ce sang. Un petit délice. Étonnamment, Shave ne dit rien. Elle ne chercha pas non plus le bâton, se contenant de fixer la scène. A regrets, elle s'éloigna après un petit moment du sang, relâchant le poignet de la jolie blonde.
†~

    « Jolie Sally, va danser, veux-tu ?
    Quant à moi, si tu veux bien m'excuser Adam, je dois aller faire quelque chose de typiquement féminin : aller vérifier mon rimmel. »

~† Sourire ironique au coin des lèvres. Non, Charlotte n'était plus en colère suite à leur petite discussion. Elle avait oublié, et tout ce qui l'intéressait maintenant était de profiter de la soirée. Quant à savoir si elle allait véritablement vérifier son rimmel... Bien sûr que non. Néanmoins, la vampire se leva juste après Sally et se dirigea tranquillement vers les toilettes du bar. En chemin, elle lança quelques regards suggestifs aux hommes qu'elle croisa, assis à leurs tables. Mais sans se retourner, elle poursuivit son chemin vers les toilettes. A l'intérieur, elle s'assura qu'elle était bien seule. Alors seulement, elle sortit sa baguette de sa jarretière. Un grand classique me direz-vous... Tout en se regardant dans le miroir, elle pointa le morceau de bois sur sa propre gorge et lança une ancienne et mystérieuse incantation. Avant de sortir, elle lança un sort dans la salle, et une musique s'éleva, interrompant sans préambule celle qui précédait.


Et maintenant, elle allait s'amuser comme elle l'entendait... Elle rangea sa baguette d'où elle l'avait sortie et décida d'attendre un peu, pour brouiller les pistes. Quelques secondes plus tard, elle se décida finalement à sortir des toilettes et revint dans la salle. Pas un regard pour personne cette fois. Mais, au lieu de retourner s'asseoir à sa place, là où Shave se trouvait toujours, elle se dirigea directement vers la scène, où les danseuses s'étaient déjà remises à danser. Pas de micro, et pourtant, au moment où elle arrivait sous les projecteurs, elle commença à chanter.
†~

    « Shame, such a shame
    I think I kind of lost myself again
    Day, yesterday
    Really should be leaving but I stay

    Say, say my name
    I need a little love to ease the pain
    I need a little love to ease the pain
    It's easy to remember when it came

    'Cause it feels like I've been
    I've been here before
    You are not my savior
    But I still don't go

    Feels like something
    That I've done before
    I could fake it
    But I still want more »

~† Un petit sourire amusé et incendiaire sur les lèvres, elle dansait lentement au rythme de la musique. Regardant droit devant elle, pas le moins du monde déstabilisée. Les danseuses, ou plutôt serveuses, qui se trouvaient dans la salle et non pas sur la scène se mirent bientôt à danser. Mais, chose plus étrange, comme les mots s'écoulaient de la bouche de la vampire, les hommes assis se levèrent également, les uns après les autres, et allèrent se frotter sensuellement en rythme contre les danseuses, ou même entre eux. Alors, quand les guitares retentirent, ils explosèrent. Tous. Pas littéralement, non. Mais ils se serrèrent plus près, les mains sur les cuisses, les poitrines ou dans le dos se firent plus pressantes. Passionnés. Brûlants. Fous de désirs... †~

    « Fade, made to fade
    Passion's overrated anyway
    Say, say my name
    I need a little love to ease the pain
    I need a little love to ease the pain
    It's easy to remember when it came

    'Cause it feels like I've been
    I've been here before
    You are not my savior
    But I still don't go, oh

    I feel live something
    That I've done before
    I could fake it
    But I still want more, oh »

~† Peu à peu, les caresses se firent regards, sourires, puis baisers. Cependant aucune des personnes ici présentes ne se vit abusée. Pas de sexe, juste un désir particulièrement brûlant. Et Charlotte ne cessait de sourire, de chanter et de danser. Sensuelle, lascive, érotique, dangereuse... Voilà comme elle aimait s'amuser. Quand les barrières n'étaient plus. Plus de préjugés, plus de pudeur, plus de questions... Juste de l'action. Oui, indéniablement, cette soirée était son amusement. Sally se trémoussait doucement contre elle. Satisfaite, l'ensorcelante vampire promena son regard dans la salle. Partout, du désir, de la danse, des corps qui se frottaient, se collaient... Mais pas de vulgarité. Alors seulement, elle baissa ses yeux carmins pour venir les poser sur Adam Shave. Le grand sorcier s'était-il prémuni, protégé, ou comme tous les autres, avait-il simplement succombé... ? †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~


Dernière édition par Charlotte Leonhart le Sam 15 Mai - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Ven 14 Mai - 2:19

Qu’est ce qu’elle croit ? Que ses simples paroles suffiront à m’ôter tout soupçon. J’ai un sourire sarcastique. On peut s’amuser de toutes les façons possibles et imaginables et en ce qui la concerne, je suis presque persuadé qu’elle est du genre à trouver un plaisir intense à arracher les gorges des gens qui l’agacent. Donc même si son assurance badine ne me déplaît pas, j’envisage à chaque seconde, de façon presque inconsciente, la façon dont je pourrais saisir ma baguette. Cette méfiance n’est pas nouvelle, dès que j’ai engagé la conversation j’ai eu cette réaction, mais depuis son passage d’éponge pour le moins surprenant quant à mes sarcasmes, elle s’est accrue. Ce qui ne m’empêche pas de profiter pleinement du moment présent. Quelle homme normalement constitué n’apprécierait pas de se retrouver en tête à tête dans un cabaret avec une femme aussi séduisante que Charlotte Leonhart ? Le danger ne fait que rendre les choses plus intéressantes.

En outre elle n’a pas répondu réellement à ma question, qu’elle n’a pas pu manquer de comprendre. Elle veut donc à ce point s’amuser qu’elle dédaigne faire la conversation sur un sujet qui n’ait pas trait au sang frais ou aux soirées en cabaret ? Je retiens une moue agacée. Cette femme est encore assez écoutée parmi les siens et j’aurais espéré quelques petites phrases en avant première qui m’éviteraient d’être surpris pendant la réunion qui va se tenir bientôt. Manifestement elle préfère les surprise ou, et c’est plus probable, elle se moque totalement de la dite réunion et n’y viendra que pour semer le désordre et faire subir diverses vexations verbales à l’assistance. Tout comme elle fait subir des vexations physiques à une certaine jeune fille blonde.

J’ai un sourire amusé quand la jeune moldue avale le verre de whisky d’un trait. Mais si tu as peur sauve toi, ai je envie de lui dire tout en le faisant pas puisque son sort n’est au mieux qu’un vague motif d’amusement. Je suis étonné par ce qui suit. Charlotte boit du sang au whisky directement à la source. Je ne crois pas avoir déjà vu un vampire utiliser un semblable procédé. Maintenant que je suis proche des deux femmes je vois les veines du poignet de Sally qui saillissent, je vois le sang effectuer son flux et son reflux. C’est fascinant cette aptitude qu’ont les vampires, tout comme la longueur de leur vie même si des sorciers ont déjà obtenus des résultats similaires sur ce dernier point. Le fait d’observer cette prédatrice de plus près me fait un drôle d’effet. Tout en sachant que c’est impossible, tout en me disant que c’est impossible, je ne peux m’empêcher de songer à quel point il me déplairait de me faire sucer mon sang comme un gibier.

Je suis singulièrement refroidi par cette pensée et ma nature méfiante effectue un retour en force. Quoique c’est davantage le simple bon sens que la méfiance qui me dit : si elle va vraiment s’occuper de son Rimmel moi je suis un magyar à pointes. Ne pourrait elle pas le faire d’un coup de baguette ? C’est donc d’un regard attentif que je suis Charlotte tandis qu’elle s’en va vers les toilettes. Je ne peux m’empêcher de me dire qu’à chaque fois que je la croise les sanitaires sont dans le coup. Mais comme il est extrêmement peu probable qu’elle devienne saoule et malade du haut de sa nature vampirique, je reste assis et je patiente.

Je patiente jusqu’à ce que je sente – et je ne suis pas le seul sorcier doué dans l’assistance vu que deux ou trois têtes se tournent dans la même direction – que quelqu’un vient de lancer un sort dans la pièce dont on ne va pas tarder à ressentir les effets. D’un geste si vif qu’on pourrait ne pas l’apercevoir, je sors ma baguette et je me prépare à repousser un assaut quelconque, tout en ne sentant aucun assaut physique psychologique ou moral pour l’instant. Finalement je suis surpris quand je crois comprendre l’effet du sortilège. Il diffuse de la musique. Je suis amusé et mon visage se décrispe. Je ne sais pas qui est le plaisantin mais l’ambiance sonore n’est pas déplaisante.

Et en l’occurrence je ne tarde pas à apprendre qu’il ne s’agit pas d’un plaisantin mais d’une farceuse. Quoique je ne sais pas si je peux associer farce et Charlotte Leonhart dans la même pensée. Toujours est il que c’est elle qui vient danser sur scène, captant les regards de toute la salle, les pensées émoustillées de tous les hommes et même d’une partie des femmes. Je reconnais que sa voix n’est pas déplaisante. Au contraire elle éveille en moi une envie, un désir que je n’ai pas senti depuis un certain jour neigeux. Une sensation de chaleur monte. Je suis à deux doigts de me lever pour me joindre aux gens qui se lèvent, l’un après l’autre et qui sont en pleine excitation collective quand mon esprit, formé par la légilimencie, l’occlumencie et toutes les manipulations magiques d’altération du comportement comme à m’envoyer des signaux d’alarme. Tout ça n’est pas normal.

Je tente de prendre ma baguette pour arrêter ce cinéma mais je n’y parviens pas. J’ai la baguette dans les mains cependant mon esprit se refuser à lancer le sort. Il semble que j’ai réagi trop tard et maintenant je me sens écarter ma chaise et me lever, comme si je n’étais plus moi, ce qui en fait est exactement le cas. Je lève les yeux et je vois Charlotte de qui j’ai toute l’attention, qui vrille son regard sur moi, espérant sans doute que je… que je quoi exactement ? Que je prenne une fille contre une table, me déchaînant comme les autres ne vont pas tarder à le faire si ça continue ? Je combats violemment la séduction que l’idée commence à m’inspirer et je tente de faire le vide dans mon esprit. Quelle garce ! Son sortilège est en train de prendre le dessus et je ne peux pas accepter de perdre la face, je refuse de danser sur le rythme des envies de cette femme.

Prenant le dessus un instant, je prends un couteau qui traîne sur une table à côté d’une assiette pleine d’amuses gueule et je m’entaille violemment la main droite. La douleur me fait grincer des dents mais elle capte tout l’attention de mes centres sensoriels et pendant un moment je suis totalement libéré de l’emprise du sort que la vampire a jeté dans la salle. J’en profite pour me jeter un contre sort de façon à me protéger de l’influence pernicieuse et je guéris l’entaille que je me suis moi même infligé. Je jette un regard glacé à Charlotte qui n’a pas bougé et je m’avance vers elle, traversant la salle et écartant sans ménagement ceux qui se trouvent entre elle et moi.


- J’aurais dû m’en douter quand tu as émis te surprenante invitation. C’était quoi le but ? Que je fasse la même chose qu’eux et que tu aies la satisfaction de m’humilier devant une salle comble ? Ou est ce que ton sort m’aurait poussé à faire plus encore ? Te proposer de mordre dans ma jugulaire jusqu’à plus soif par exemple ?

Je m’approche davantage, la touchant presque, et j’opte pour le murmure, lourd de sarcasme. Mais dénué de vraie fureur. Je déteste ce qu’elle a tenté de faire, comme je déteste en général qu’on tente de s’insinuer en moi et de modifier ma volonté et ma pensée, c’est d’ailleurs parce que cette idée me répugnait tant que j’ai étudié pour devenir le legilimens que je suis. Néanmoins comme elle n’a pas réellement tenté de m’agresser – encore que je ne sais pas ce qui se serait passé si le sort avait continué de m’oppresser – je n’attaque pas.

- Je ne pensais pas que tu doutais de tes atouts à ce point. J’imaginais que pour la grande Charlotte Leonhart, rien n’était plus aisé que d’avoir un homme, sort ou pas sort.

En le disant je sais que ça n’est pas exact puisqu’elle ne m’a pas lancé le sort à moi seul, néanmoins je ne peux m’empêcher de le dire, espérant blesser son orgueil puisque c’est visiblement ce qui prime chez elle. Quant au fait que à mon tour je murmure près de son oreille, je me réprimande moi même pour cela, mettant l’imprudence – elle n’a qu’à avancer les crocs pour m’arracher la tête – sur le compte des effets résiduels du sort, plutôt que sur une impulsion venant réellement de moi. Sous l’effet de la colère je dois me retenir de lâcher une phrase bien sentie en évoquant sa captivité. Car finalement je suis en colère, mais plus après moi qu’après elle. Tandis que je suis à quelques centimètres d’elle et que je ne manque rien, je me dis que ce sort m’aurait peut être poussé à des actes qui ne m’auraient pas complètement déplu, et cette pensée m’est si irritante que je suis à deux doigts de riposter à son petit jeu par un autre divertissement plus violent. Au prix d’un gros effort je m’abstiens et j’attends une réponse, préparant déjà mes nerfs à son verbe.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Sam 15 Mai - 18:23

~† Une odeur de fer. De sang... Une seconde plus tôt Charlotte souriait de voir Adam Shave debout comme tous les autres, bien qu'il ne fût pas en train de danser. Mais qu'elle ait réussi à le faire se lever était déjà une petite victoire en soit... Une seconde plus tôt elle souriait et pourtant maintenant, elle n'avait plus qu'une envie. Soif. Mordre. Boire. Chaire. Sang. Ses yeux voyaient le sorcier qui s'ouvrait lui-même la main avec un couteau mais son esprit ne comprenait pas, obnubilé par la pensée de lui sauter dessus, d'amener ses crocs à sa gorge et de le vider de son sang. Elle le voulait. Elle le voulait tellement... Juste, mordre et... Boire. Boire sans s'arrêter. Indéfiniment. Car sa soif ne serait jamais abreuvée, assouvie. Elle en voudrait plus, toujours plus. Elle pouvait sentir d'ici ce goût du sang de Shave. Pas exceptionnel mais tout de même un peu particulier. Frais, aussi frais et froid que la menthe. Mais aussi sucré, mielleux, presque sournois. Pas le genre de sang que l'on trouverait sensationnel à la première goutte mais qui se montrerait rapidement capable de provoquer une certaine dépendance. Et il y avait ce petit arrière goût amer qui relevait certainement le tout. Oui, rien qu'en humant l'odeur du sang, Charlotte pouvait deviner tout cela...

Aussi, pour éviter de se jeter sur lui, la vampire attrapa sans douceur le corps de la jolie Sally et enfouit son nez dans sa gorge, se réfugiant dans celle-ci. Elle la mordit et but quelques longues goulées de liquide rouge, avant de la relâcher, un peu sonnée. Ce n'était pas que cela l'aurait dérangée de provoquer un incident diplomatique en se pendant au cou de Shave, cela l'aurait même sûrement amusée. Mais elle ne voulait pas lui donner la satisfaction d'avoir un prétexte pour l'attaquer. Pas sans qu'elle ne l'ait décidée elle-même, et non sous la puissance de sa soif. Car le sorcier avait beau être désolé de ne pas l'avoir sauvée des chasseurs, elle voyait bien qu'il cherchait tous les prétextes possibles pour qu'elle passe à l'attaque, et donc lui aussi par défense. Du moins c'était ce qu'il aurait prétendu. Il détestait les vampires autant qu'elle ne détestait les humains. Il ne cessait de la chercher, de la titiller. Alors, soit il était complètement masochiste, soit il cherchait tout et n'importe quoi pour trouver une excuse pour s'en prendre à elle. Mais il ne semblait pas encore avoir compris que Charlotte n'était pas une vampire comme les autres. Elle ne voulait pas se montrer esclave de son désir de sang. Alors elle résisterait, sauf si elle décidait du contraire.
†~

    « Mais je n'ai jamais dit que je te voulais Adam Shave. »

~† Sourire sarcastique sur les lèvres, alors que le sorcier était penché vers elle, sur la scène, devant tout le monde, lui exhibant sa carotide sous les canines. Non, elle n'avait jamais prétendu le vouloir. Et s'il croyait pouvoir la déstabiliser ou la blesser avec cela, il se trompait. Et elle se ferait une joie de retourner ses arguments contre lui. Car si elle l'avait vraiment voulu, lui, elle l'aurait eu. Comme tous les autres. Il n'aurait pas fait exception et n'aurait pas résisté plus d'une minute. Charlotte connaissait quelques ruses, après plus de quatre siècles, qui faisait fondre la volonté d'un homme comme neige au soleil... Si elle l'avait voulu, il n'aurait rien pu dire d'autres qu'un "oh oui". Mais elle ne le voulait pas. Ou juste pour rire. Alors, juste pour rire, elle enfonça ses canines dans la gorge d'Adam Shave. Pas boire, juste mordre. Ses dents venaient à peine de perforer la chaire que ses mains le repoussèrent et l'envoyèrent s'écraser quelques mètres plus loin. Il eut à peine touché le sol que la vampire se trouvait au-dessus de lui, accroupie, sourire aux lèvres. †~

    « Te crois-tu donc le centre du monde ? Le sort ne t'était pas destiné. Ne l'as-tu pas vu ? Tout le monde a été envoûté.
    Il n'y avait aucun but si ce n'est celui de m'amuser. Je te l'ai pourtant déjà dit, deux fois. Tu ne vois pas. Tu n'écoutes pas.
    Je n'ai pas besoin de te forcer à me proposer de te mordre pour le faire. J'en prendrais le droit si j'en ai envie.
    Tu n'as toujours pas compris. J'ai beau savoir que tu t'appelles Shave, pour moi tu ne seras jamais rien d'autre qu'un Adam quelque-chose. Rien qu'un vulgaire sorcier, incapable de faire fuir quatre minables chasseurs. Tu n'as rien compris au fonctionnement du monde, et tant que tu n'auras pas compris, tu resteras un sorcier qui voit trop grand. Tu joues au-dessus de tes moyens, tu n'as pas la carrure.
    J'aurais pu te tuer il y a une seconde si je le voulais. Mais je ne l'ai pas fait. Parce que je l'ai décidé. Tu n'as pas été épargné parce que tu aurais pu me lancer un sort avant pour y échapper, retire-toi cette idée. Tu as été épargné parce que je l'ai décidé.

    Et je crains malheureusement que nous devions écourter cette charmante petite soirée. Tu n'es pas drôle. Tu m'ennuies. Tu aurais dû te laisser aller avec le sort, cela t'aurait changé un peu de ce sérieux perpétuel. Tu aurais pu en profiter pour t'amuser un peu toi aussi. Mais non.
    Et les gens sérieux ne m'intéressent pas. »

~† Bon. D'accord, elle y avait été un peu fort... Mais au moins, c'était sorti. Et, oui, Charlotte voyait Adam avec un balai géant dans... Enfin, là où elle le pensait. Il l'agaçait avec ses airs de Monsieur-grand-sorcier. Il se croyait invincible, que la Terre tournait autour de lui et la vampire abhorrait ce genre de personnage. Elle ne s'était jamais privée de les remettre à leurs places, et Adam venait d'en faire les frais. Néanmoins elle pensait tout ce qu'elle disait. Il aurait du profiter de son sort pour se lâcher. Et surtout, il devait arrêter de la considérer comme une vampire quelconque qu'il pourrait maîtriser d'un coup de baguette. Car ce n'était définitivement pas le cas... Sourire encore, tandis que lentement, à vitesse d'humaine, elle commençait à se relever. †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Jeu 20 Mai - 14:21

Les crocs s’enfoncent dans ma gorge. Depuis que je connais l’existence des vampires je m’interroge sur ce qu’on ressent quand leurs crocs s’enfoncent en soi. J’ai la réponse. C’est la sensation la plus étrange que j’ai vécu mais pas forcément la plus désagréable malgré la douleur. Quand les crocs détruisent le fragile rempart que constitue ma peau et pénètrent ma chair je tressaille à peine, tentant d’analyser ce qui se passe. J’ai l’impression que ces crocs se dissolvent en moi plus qu’ils ne me mordent. Je comprends mieux que la victime de Charlotte ait été consentante quand bien même moi je ne le suis pas, raison pour laquelle je m’apprête à lancer un sortilège sans baguette avant d’enchaîner sur quelque chose d’assez enflammé pour qu’elle se morde littéralement les doigts de son imprudence.

Je n’en ai pas le temps. Je me sens éjecté dans les airs et projeté au sol, et à peine je touche le sol que déjà la vampire est au dessus de moi. Pour la première fois je me songe qu’elle pourrait bien avoir pour projet de me tuer. Au moment où je suis prêt à riposter, elle parle et ses mots sont des flèches bien plus redoutables que les crocs qui m’avaient frappés précédemment. Toutefois, même si une froide colère s’empare de chaque cellule de mon corps et que j’imagine la vampire qui se tient au dessus de moi prise dans diverses magies de torture, je me fais violence et j’écoute jusqu’au bout les immondices déversées par sa jolie bouche.

Qu’est ce qu’elle croit cette traînée ? Pour maximiser mes chances j’attends qu’elle fasse mine de se retirer ce qui sera fatalement le cas puisqu’elle a commis l’erreur de m’humilier au lieu de me tuer. Et encore humilier est un mot trop faible. De toute ma vie de magie je n’ai jamais ressenti pareille brûlure. Les crocs d’abord, j’aurais pu passer l’éponge et faire fi de ma dignité outragée, mais ce plaquage au sol et ce discours, quel homme serais je si je tournais les talons et si je m’en allais simplement ? Le pire c’est réellement le discours. Chaque mot a été un coup de poignard. Elle me croit donc si impuissant ? Peut être qu’elle a raison et que je ne suis finalement pas de taille mais si elle s’imagine que je ne vais pas me battre pour prouver le contraire et pour riposter vis à vis de ce qu’il faut bien considérer comme une attaque, elle se trompe.

Je l’observe qui se relève, son insupportable sourire aux lèvres. Elle est vraiment persuadée que je ne vais rien faire ? Incroyable. Elle se méprend totalement et absolument sur ce que je suis. Elle s’imagine que je suis comme cette fille qu’elle avait sur les genoux, que me faire piétiner et bafouer comme de la merde ça me plaît ? Cette arrogance… Je me remets debout, sortant ma baguette du même mouvement, vrillant mon regard glacé, furieux, presque haineux, dans le sien, si odieusement confiant.


- Charlotte, qu’est ce que tu t’imagines ? Tu as en effet décidé de ne pas m’attaquer mais tu es bien naïve si tu crois que tu peux m’éparpiller en un coup de main. Ta décision de ne pas m’attaquer précédemment, quand tu t’es penché vers moi, était juste une expression de bon sens. Ce que tu viens de faire c’est exactement à l’opposé. Tout comme tes paroles. J’ai été incapable de faire fuir des chasseurs ? Admettons, et toi tu as été incapable de leur échapper, je me trompe ?

Non tu n’aurais pas pu me tuer il y a une seconde pas plus que tu ne le peux maintenant. Et ton incompréhension du monde ne s’arrête pas là. J’arrive à te tuer, que se passe t il ? Rien, tu es morte, point final. Tu vis pour toi même donc tu n’as personne qui désirerait te venger. Tu arrives à me tuer moi, que se passe t il ? Tu as la majorité des sorciers de ce pays sur le dos et toute ton arrogance ne changera pas le résultat d’une telle opposition. Pourtant tu m’attaques quand même – ou tu m’infliges ce que tu viens de m’infliger, nomme ça comme tu veux.

C’est toi qui n’a rien compris.


Sans crier gare la magie m’entoure et un serpent enflammé sort de ma baguette, dégageant une chaleur si intense qu’elle fait fondre le métal et le verre à proximité. Je n’ai moi même rien à craindre de cette fournaise mais étant donné que seul le l’utilisateur a ce petit avantage…. J’ai un sourire mauvais tandis que je prononce un mot de pouvoir et que les flammes fusent dans la direction de la vampire, à une telle vitesse qu’on peine à suivre le feu, qui finit par frapper et brûler.

Oui, qui finit par frapper et brûler deux sorciers derrière Charlotte, après être passé à un millimètre de son oreille qui a dû prendre un sacré coup de chaud. J’ai un nouveau sourire, plus sinistre. Le sort que Charlotte a jeté précédemment a eu un effet inattendu qu’elle n’a pas remarqué. Dans l’assistance il y a six ou sept sorciers qui n’ont pas bougé d’un pouce alors que les autres – qui désormais s’égaient en tous vers les sorties – étaient sous l’effet du sort. Il était facile de comprendre que le seul moyen pour que leur esprit résiste si parfaitement était… que ce ne soit pas leur esprit à eux.

Déjà les cinq compagnons des deux envoûtés se placent dans la salle, baguette levée, ne me laissant que peu de temps pour m’interroger. Je me demande si ils me visent moi, Charlotte ou les deux, ou encore si ils ont vus en notre querelle une bonne occasion d’éliminer deux personnalités dangereuses pour le Spirit. Ce qui est sûr c’est qu’ils ont sortis leurs baguettes en même temps que la mienne et qu’ils auraient bien fait de la fricassée d’Adam à la sauce Charlotte. D’ailleurs n’eut été ce petit discours de ma composition pour distraire l’attention du Spirit quelques secondes, il aurait attaqué immédiatement.

En l’occurrence j’ai deux possibilités. Je peux partir d’ici avant qu’ils ne lancent un sort anti transplannage et laisser la dream team des envoûtés s’occuper de Charlotte – qui, à cinq envoûtés contre un, sera loin d’avoir la survie facile, ou alors je peux rester et tuer quelques envoûtés, quitte à subir un « je t’ai pas ton aide pauvre abruti arrogant par la suite ». Cependant quelques envoûtés en moins ça ne peut pas faire de mal, Charlotte ou pas. Et quand tout cela sera fini il sera temps de régler d’autres querelles, si le besoin s’en fait toujours sentir. Sur ces réflexions je me place derrière un pilier et de nouvelles flammes fusent vers un envoûté.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam] Ven 28 Mai - 0:56

~† A présent debout, Charlotte ne cessait de fixer Adam Shave, qu'elle venait copieusement de remettre en place, quoique pas assez encore. Si elle pensait qu'il allait attaquer ? Non. Il avait beau être arrogant, prétentieux, incapable et tout ce que l'on voulait, elle ne le pensait pas (encore) idiot. Car s'il l'attaquait, certainement, il signerait son arrêt de mort. Elle ne lui donnait pas deux minutes dans un combat contre elle. Et encore, elle était généreuse. Ce sorcier avait beau être quelque peu doué en magie, Charlotte, non contente d'être une vampire très habile, pensait également comme une sorcière. Il n'avait aucune chance contre elle. Ce n'était pas une question d'orgueil ou de fierté de le dire - quoiqu'un peu -, mais contrairement à lui, elle pouvait se vanter d'être puissante et dure à cuire puisqu'elle avait plus de quatre siècles de survie, dont une guerre contre les sorciers, pour prouver ses arguments. Adam était un poids plume. Un nourrisson. Il n'imaginait pas à quel point il la sous-estimait.

Pourtant, d'un autre côté, elle aurait adoré qu'il réplique. Qu'il réponde à ses mots assassins, à ses attaques parfaitement personnelles. Elle voulait qu'il essaye de se venger, qu'il l'attaque. Car alors elle le briserait. Oh elle n'irait peut-être pas jusqu'à le tuer, mais elle lui prouverait qu'elle avait raison et qu'il ne pouvait pas l'écraser d'un vulgaire sort. Elle le remettrait définitivement à sa place en lui infligeant une humiliation plus que correcte. Et peut-être alors cesserait-il de se prendre pour un super-sorcier. Oh oui, elle aimerait tellement qu'il l'attaque... L'envoûtement qu'elle avait lancé. Comme elle l'avait mordu puis sauté dessus, tout cela n'était rien comparé à ce qu'elle pouvait faire, comparé à la monstruosité dont elle pouvait être capable. Il n'imaginait même pas. Elle était peut-être même une des seules vampires capable de le faire implorer sa mère tellement elle était impitoyable et avait soif de sang. Il ne serait pas le premier ni le dernier qu'elle effrayerait... Psyché aussi avait cru qu'elle serait éternellement à l'abri dans sa forteresse de courage, mais Charlotte savait gravir les murs et les remparts. Psyché disait qu'elle n'avait pas peur, mais la vampire sut lui prouver le contraire. Et Adam ne ferait pas exception...

Debout, elle vit le sorcier qui faisait de même et se relevait, sortant au passage sa baguette magique. Ceci, ajouté à la haine qu'elle pouvait voir dans son regard, ne firent qu'accentuer son sourire. Elle ne chercha même pas à le dissuader de sortir sa baguette, au contraire, elle était curieuse de voir ce qu'il pouvait faire. Alors il parla, mais étrangement les mots ne l'atteignirent pas. Il n'avait pas encore compris qu'elle se fichait de ce qu'un pauvre sorcier pouvait penser d'elle. Il continuait à se prendre pour Merlin, assurant qu'elle ne pourrait pas l'écraser. Et encore une fois, il n'avait rien écouté à ce qu'elle avait raconté... Elle aurait pu tiquer lorsqu'il la blâma de ne pas avoir échappé aux chasseurs. Peut-être, mais elle avait une excuse. Déjà, elle ne se prenait pas pour Merlin et, en plus, elle était humaine alors. Si elle avait été vampire, ils ne l'auraient jamais attrapée. Et il le savait tout aussi bien qu'elle.

Il croyait que personne ne voudrait la venger ? Il se trompait. Lokhyan n'était peut-être pas venu la chercher mais il ferait payer cher ceux qui lui retireraient l'une de ses meilleures guerrières. Alexey... avait peut-être disparu de la circulation actuellement, et ils ne se voyaient plus comme avant, mais elle était certaine qu'il la vengerait aussi, rien qu'en souvenir du bon vieux temps. Et c'était sans compter Isobel. Sa partenaire de sang, de chasse, de carnages et de... bien d'autres choses. Elle ne l'avait pas revue depuis son entrée à Poudlard il y avait quelques années mais elle savait qu'Isobel ne la laisserait pas impunie. Tout comme elle vengerait son esprit comme il le fallait si un malheur devait arriver. Adam la pensait seule mais il se trompait. Les relations n'étaient simplement pas les mêmes entre vampires... Même si elle vivait pour elle-même et aimait son indépendance. Et si Charlotte s'en prenait au sorcier, tous ses compères voudraient le venger ? Elle en doutait. Car si des sorciers s'en prenaient à une vampire, les vampires répliqueraient et ils seraient repartis pour une guerre comme au bon vieux temps. Sauf qu'avec le Spirit, l'heure était au ralliement... Pas sûr que les sorciers fassent passer la vie de leur chef avant la leur et celle de leur famille. Contrairement aux vampires...

Les mots de Shave coulaient donc sur elle sans lui faire aucun effet. Il aurait très bien pu énoncer une série de "Bla bla bla" que cela aurait été la même chose... Probablement endormie par son monologue sans intérêt, elle ne vit pas venir le tour qu'il préparait. Et le serpent de feu était déjà créé quand elle s'en rendit compte. Adoptant une position de prédateur animal, Charlotte se retrouva presque accroupie, les canines apparentes, des grondements sourds s'échappant de sa poitrine. Qu'il ose le lancer sur elle et elle jurait le faire souffrir de mille morts... Et si c'était elle qui mourrait la première, elle promettait de revenir des Enfers pour lui faire payer et le ramener avec elle là-bas ! Mais... Mais il osait ! Il lançait ce serpent de feu sur elle. Un grondement plus fort que les autres retentit dans la panique générale, alors qu'elle se baissait pour éviter le sort, pour se rendre compte au même moment qu'il ne fonçait pas sur elle, mais à côté d'elle. D'un mouvement elle se retourna et vit deux sorciers qui prenaient feu. Leurs yeux étaient argentés.

Un rapide regard dans la salle suffit à lui apprendre que les cinq seuls humains non paniqués étaient eux aussi des envoûtés. Ouh, génial. Elle adorait tellement se battre avec eux... Ironie, ironie. Elle n'avait que faire d'eux. Ils ne l'intéressaient pas. Tant qu'ils ne l'attaquaient pas, ou quelqu'un de son entourage, cela ne la dérangeait pas de les laisser où ils étaient. Elle avait eu tendance, ces derniers semaines, à développer une haine et une rancœur beaucoup plus importante pour les sorciers et moldus, qu'ils soient chasseurs ou non. Adam venait de se cacher derrière un pilier et se continuait la bataille. Et Charlotte ? Allait-elle s'en mêler ou non ? Hum. Elle venait de se défouler sur Shave, elle n'avait pas forcément besoin d'une bonne bagarre maintenant. Elle voulait s'amuser ce soir, pas se battre ! Et pas seule de préférence. Se dirigeant vers la scène, elle croisa le chemin d'un envoûté qu'elle envoya voler dans le bar, sur les bouteilles d'alcool. Sa jolie Sally dans les bras, elle se dirigea sans attendre vers les toilettes, où elle avait vu une petite fenêtre pour sortir, évitant au passage quelques sorts qui fusaient. Elle bloqua la porte, aida Sally à sortir, se hissa à son tour et, une fois à l'air frais de l'extérieur, elle emmena la jeune humaine vers l'entrée. Ce qu'elle attendait ? De voir si Shave allait s'en sortir tout seul. Juste par curiosité.
†~

    « Oh jolie Sally, tu trembles. Ne t'inquiète pas, le futur Merlin à l'intérieur va terrasser les vilains envoûtés ! »




    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~† Yes, I rise again †~ [Adam]

Revenir en haut Aller en bas

~† Yes, I rise again †~ [Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Hide Ravage :: LE CABARET TROIS PONTS-