AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

McCarter's - Since 1975

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: McCarter's - Since 1975 Mar 1 Déc - 22:17

Ce n'était pas un jour de grande affluence au McCarter's, la boutique de vêtements pour jeunes où Valentin travaillait à temps partiel. Les clients n'étaient pas venus nombreux, jusque-là, et ceux qui étaient entrés et avaient acheté quelque chose n'avaient pas traîné. Il y avait de bons jours et de mauvais jours, et celui-ci faisait assurément partie de la deuxième catégorie. Oui, ils avaient déjà vu mieux.

Un disque de vieux pop rock anglais tournait en boucle dans le silence persistant du magasin, à peine troublé par le ronronnement régulier du climatiseur qui réchauffait l'air et le bruissement des pages d'un magasine que Valentin feuilletait distraitement, assis sur un tabouret qu'il avait tiré près de la porte du fond. La patronne, Jenny McCarter, était à moitié affalée sur la caisse, tapotant ses ongles sur la plaque vitrée en rythme avec la musique. De temps à autres, un long soupir résigné lui échappait, rompant la monotonie de cette dure après-midi. C'était aussi le seul moment où Valentin levait le nez de la revue qu'il lisait pour au moins la centième fois de la journée, pour la regarder avec une expression parfaitement neutre qui semblait la démoraliser un peu plus encore, avant de replonger dans sa passionnante lecture.

Heureusement, il ne leur arrivait pas souvent de se retrouver de la sorte à court de clients, mais il y avait parfois des jours où Valentin se demandait ce qu'il fichait là, alors qu'il avait nettement plus important à faire. Eplucher un magasine de mode périmé en attendant que l'aiguille tourne et en espérant qu'elle le fasse plus vite qu'un chronométrage de course d'escargots était une perte de temps inimaginable.

-C'est déprimant, lâcha McCarter dans un nouveau soupir.

Une fois encore, Valentin lui jeta un bref regard indéchiffrable. En cet instant, il aurait préféré être à des lieues de là plutôt que coincé ici à écouter la boss se plaindre au son d'une musique pour adolescents boutonneux. En désespoir de cause, il avait plusieurs fois failli céder à l'envie de sortir son exemplaire chiffonné et censuré de la Gazette, mais il détestait l'idée de se trahir auprès de McCarter. Tant qu'il restait un citoyen ordinaire aux yeux des autres, il se sentait à l'abri. C'était absurde, bien sûr. Les Moldus étaient les premiers sur qui se jetait le Spirit, à ce qu'il avait entendu dire. Il ne faisait pas bon avoir une âme ordinaire ces derniers temps, visiblement.

Mais ce n'était pas vraiment de cette entité insaisissable qu'il se cachait. Plutôt de lui-même, en vérité.

Ce qui ne l'avait pas empêché de retomber dans la chasse aux vampires, à peine quelques semaines plus tôt. A cause d'une information non vérifiée qu'il tentait en vain de confirmer. Il s'était pourtant juré de ne jamais recommencer. Ne jamais dire jamais. Après tout, il était prêt à n'importe quoi pour retrouver sa sœur, non ? Il n'allait pas flancher pour ça, ça non. Pour l'instant, il ne pouvait qu'espérer que l'info soit juste, à défaut d'avoir pu en trouver une preuve. C'est que ces bestioles étaient devenues de plus en plus dures à attraper - pas très étonnant, par les temps qui couraient. Tout le mode se planquait, lui le premier.

Il ne devait pourtant pas se faire trop d'illusions. Ce ne serait pas la première fois qu'il suivrait une fausse piste ; en six années de recherches, il les enchaînait à tel point qu'il en perdait le nord. Il y avait, dans son appartement, un tableau magique où il avait tout répertorié, des soupçons aux preuves, tous les noms de personnes et de lieux dont on lui avait parlé ou qu'il avait vus de lui-même. Plus que de trouver un lien entre tout ce fatras, cela lui servait surtout à savoir où il en était.

Autant dire nulle part.

-Je vais m'allonger, décréta soudain Jenny McCarter en se levant. Tu tiens la boutique.

-Okaaayyy... marmonna Valentin.

La patronne disparut dans l'arrière-boutique, abandonnant là son employé en proie à ses pensées et son impatience. Presque dix ans qu'il n'avait pas eu de nouvelle de Blandine. Etait-elle seulement encore en vie ? Il valait mieux. Sans quoi il extirperait son maudit père de son foutu tombeau histoire de lui infliger une mort bien pire que celle à laquelle il avait eu droit. Et aviserait ensuite. Il serra le poing, froissant une page entre ses doigts. Oui, Blandine était encore en vie. Penser le contraire serait comme de l'abandonner à un sort terrible, et ça, il ne pouvait pas l'accepter. Sa jumelle devait être en vie.

Ce fut à peine s'il entendit la clochette au-dessus de la porte d'entrée, perdu comme il l'était dans ses doutes et ses dénis de réalité.


Dernière édition par Valentin Matthew Shepard le Mer 2 Déc - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mer 2 Déc - 16:00



      « Les hunters ne sont rien d’autres que des enfants qui souhaitent faire joujou avec leur baguette » Voici la conclusion qui avait émané d’une simple petite réunion entre éternels dans le courant de l’après midi. Une petite vingtaine de vampire s’était retrouvé pour discuter sur la nouvelle qui avait secoué le monde magique- les humains seraient donc la solution aux spirit ? Et ils avaient dérivé sur le problème « hunter ». Car même s’ils n’étaient que de simples gosses aux hormones explosifs, ils n’en restaient pas moins de brillant tueurs de vampires, ce qui allait se révéler problématique dans les semaines à venir. Certains avaient émis l’hypothèse qu’on devait les exterminer comme de la vermine, leur déchirant la gorge et les entrailles. La majorité avait été pour, mais un seul avait refusé cette solution. Lokhyan Dewitt en personne. Il n’avait pas donné de raison, et était parti en demandant juste de ne pas toucher aux hunters pour le moment, de les laisser s’amuser encore quelques jours. Personne n’avait compris, et avait accepté sans trop de remarque. On ne refusait rien à Lokhyan Dewitt.
      Habillée d’un simple t-shirt blanc, et d’une veste de costard noir, l’éternel vagabondait dans les ruelles sombres de la Capitale, suivant la délicieuse odeur d’une humaine un brin alcoolisée. Il était affamé, et la simple pensée d’un cou gracile lui mettait l’eau à la bouche. La petite était à plus de 800mètres devant lui, marchant tel un pantin agrippé à ses amies. Certains étaient encore assez fous pour se balader le soir, sans magie, ni garde du corps privé. La jeunesse londonienne n’était donc pas entièrement détruire.
      Le sang coulait sur sa chemise écarlate, sa main agrippait la taille féminine de la douce, tandis que sa bouche était occupée à se délecter de son hémoglobine. Elle était plus délicieuse qu’il le pensait. A coté, gisaient les deux corps inertes des autres adolescents. L’un était mort, l’autre juste assommé. Le vampire se délectait du sang jeune de la douce adolescente, ne se préoccupant pas des bruits de pas qui approchaient de la ruelle sombre. Il avait été très discret et pourtant, il y avait des guetteurs partout et lorsque que quelqu'un semblait étrange, les hunters étaient prévenus aussitôt. Surtout quand Lokhyan Dewitt était repéré quelque part. S'abreuvant une dernière fois au cou de la jeune femme,il laissa tomber son corps par terre avec dédain, pour se diriger vers l'un de ses amis. Un jeune homme,de dix neuf ans environ, bien bâti comparé aux jeunes de cet age. Portant déjà la marque d'une morsure au niveau de l'épaule, Lokhyan planta ses crocs dans son poignet, laissant filer le sang durant une infime seconde dans la bouche du bel inconnu. Dans quelques heures un nouveau vampire allait naitre. Encore une de ses progéniture. Laissant les trois corps sur le sol humides, il bondit sur le toit de l'immeuble en une fraction de secondes. Au loin, il voyait déjà les balais filer telle des étoiles, dans sa direction. Il était temps pour lui de partir.

      Quelques secondes lui suffirent pour quitter la ruelle du Nord de Londres et pour se retrouver dans le centre de la ville.Quelques passants se dépêchaient de rentrer chez eux et Lokhyan ne voyait aucun potentiels hunters. Descendant de son perchoir, il referma un bouton de sa veste pour éviter qu'on puisse voir les taches d'hémoglobine, et s'arrêta devant une échoppe- McCarter's. Une boutique de vêtements. Il devait être dans le Hide Ravage dans 30minutes, et il n'avait plus de chemises propres.Même un vampire avait besoin de faire du shopping. Ouvrant la porte,il s'engouffra dans le petit magasin, arborant un petit sourire amusé. L'odeur était atroce -un mélange de flagrance humaine terriblement ensorcelantes.Il imaginait que quelques heures plutôt,des corps regorgeant de sang étaient venu ici faire leur petits achats. Délicieuse pensée.
      Lokhyan s'arrêta devant un homme,et se racla la gorge.

      "Bonsoir...J'aurais besoin d'une nouvelle chemise blanche,vous devez avoir, non?


      Fit-il, tout sourire,montrant sans peur son t-shirt maculé de sang. La soirée allait être productive.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mer 2 Déc - 17:23

Valentin releva le nez de son journal lorsqu'une voix masculine parvint jusqu'à lui. Il ne put retenir un bref tressaillement à la vue de la chemise blanche tachée de sang - du sang humain, sans doute. Ce type puait le vampire à plein nez. Instinctivement, il tourna la tête vers la porte de l'arrière-boutique, où se trouvait encore la patronne, probablement endormie puisqu'elle n'avait pas montré le bout de son nez au son des clochettes - parfait, pas la peine de mêler une humaine sans pouvoir à une affaire de vampires. C'était aussi là qu'il avait laissé, bien planquée dans la doublure de sa veste, sa baguette magique. Une confiance irresponsable en sa cachette moldue qui risquait de lui coûter cher. Il n'avait pas peur des vampires, bien entendu, pas après quatre années de chasse intensive, mais il était plutôt démuni et ça, il n'appréciait que très peu.

Résigné à devoir l'affronter à mains nues si les choses tournaient mal, Valentin reporta son attention sur le vampire. Son visage lui semblait familier, extrêmement familier, même. Aucun risque qu'il l'oublie un jour, celui-là. Le jeune homme esquissa un sourire sarcastique avant de se lever, se poser le magasine sur le tabouret abandonner et s'incliner dans une révérence un tantinet trop parfaite pour être tout à fait honnête.

-Seigneur Lokhyan, dit-il d'un ton narquois. Cela faisait longtemps que je n'avais eu le plaisir de vous voir.

Il lui semblait impossible que le vampire se souvienne de lui. Un être immortel tel que lui croisait trop de gens dans sa mort pour se rappeler du moindre bambin qu'il croisait au détour d'une petite bagarre remportée en cinq minutes contre un hunter dépassé mais lui, Valentin, n'oublierait jamais ce jour et tout ce qu'il avait signifié pour lui par la suite. Aussi bien pour son père que pour lui-même. Ce jour qui, après tant d'autres, avait entériné sa vie dans un chaos indescriptible.

Il se retint de se masser le haut du bras et de tripoter le pendentif qui pendait à son cou comme il lui arrivait souvent de le faire inconsciemment lorsqu'il pensait à Lokhyan. Ce qui arrivait somme toute assez souvent, ces temps derniers.

-Des chemises blanches, vous avez dit ? Si vous voulez bien me suivre, c'est par ici.

Il le précéda vers les penderies où tout un panel de chemises colorées, bariolées et autres étaient suspendues, ainsi que les blanches, mises en valeur un peu à l'écart des autres. Le hunter n'éprouvait aucune crainte à tourner le dos au vampire le plus puissant qu'il ait rencontré ; il savait pertinemment qu'il n'avait aucune chance contre lui, baguette magique ou pas, surprise ou pas. Autrefois il avait vu son père, hunter pourtant réputé, se faire mettre au tapis par cet ogre en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Une claque magistrale pour un gamin sans défense qui assistait à sa première chasse au vampire.

Il avait cru mourir, ce jour-là. Peut-être aurait-il préféré.

Et Blandine, alors ? Accepterais-tu de l'abandonner de la sorte ?

-Quel gâchis, si je puis me permettre, monsieur, glissa-t-il avec un once d'ironie dans la voix en désignant les taches de sang du menton. J'espère au moins que votre repas fut bon et agréable.

Il ne détestait pas spécialement les vampires - un reste de l'éducation qu'il avait reçue avant ses treize ans, avant le chaos de son existence - mais il ne pouvait pas s'empêcher de les asticoter de toutes les manières possibles, ce qui n'était généralement pas tellement de leur goût. C'était viscéral, il fallait qu'il les provoque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mer 2 Déc - 18:43

      Ah l'humour moldu. Un délice. La petite courbette de l'humain le fit sourire,s'était tellement dérisoire et stupide. Tout être constitué normalement aurait crié, serait parti en courant, ou mieux, aurait appelé des congénères en renfort,mais non, lui souriait, affublant l'éternel du surnom de Seigneur. Le vampire ne réagit pas lorsque l'humain précisa que cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu. Il rencontrait beaucoup de gens, et en tuaient encore plus, donc comment se rappeler d'un simple petit humain ô combien insignifiant? Le regardant, il ne pu s'empêcher de sourire devant la petite pique de l'humain. Il pouvait très bien se laisser taquiner par une de ces vermines, durant quelques minutes, il finirait de toute façon, dans le même état que les autres- soit mort, soit transformé. Et la deuxième solution était plus intéressante.L'homme brun était plutôt bien bâti,même athlétique, et avait cette petit lueur de malice, qui se transformerait en sadisme s'il devenait un éternel. Le millénaire allait réfléchir sérieusement a ce qui allait se passer dans une dizaine de minutes.Suivant le garçon, il fut surpris de voir qu'il n'avait pas peur,qu'il se fichait de tourner le dos à un vampire, surtout connaissait la réputation de Lokhyan. Oui,il ferait certainement un excellent vampire.

      Les chemises de couleurs s'étalaient sur un petit mètre, tandis que celles blanches étaient mieux rangés, mieux disposées,surement pour donner l'illusion que la foie des jeunes pour le shopping continuait malgré la guerre. Bon nombres d'habitants n'osaient pas sortir de chez eux, restant cloitrés dans leur appartement, totalement effrayés par ce qui se passait au dehors. Ceux qui osaient pointer le bout de leur nez, se cachaient dans les sous terrains, ou flânaient avec insouciance comme la demoiselle de tout à l'heure. Remerciant d'un petit coup de tête le vendeur, l'éternel regarda rapidement les chemise,et en prit une, au hasard sans doute, Lokhyan n''était pas du genre a faire attention au prix et encore moins à la marque. Il retira sa veste, et la glissa dans les mains du brun. Défaisant rapidement les boutons de sa chemise tachée il fut amusé des paroles du jeune homme. Soit ce dernier voulait mourir,soit il était totalement timbré, personne n'avait le droit de demander a l'éternel si son repas avait été agréable.

      "Je ne savais pas que les humains avaient pris l'habitude de discuter avec leurs tueur....C'est assez plaisant je dois avouer.

      Retirant sa chemise, il la laissa tomber à terre, et pris la nouvelle pour l'enfiler. Sa longue cicatrice était toujours présente, s'étirant sur une bonne vingtaine de centimètre au milieu du thorax,ancienne blessure du à sa volonté d'extraire le spirit de son corps humain. Douloureux souvenir. Fermant les boutons tranquillement, il ne pouvait s'empêcher d'humer les odeurs de la pièce.Il y avait quelqu'un d'autre ici, mais la flagrance de l'inconnue ne lui plaisait pas assez. Elle crèverait de peur en voyant le corps déchiqueter de son vendeur. Puis il s'intéressera à l'odeur du jeune homme. Elle lui rappelait quelque chose..Un ancien souvenir, étrange, presque douloureux...Il n'avait pas à se souvenir, et resta quelques secondes à fixer l'homme.

      "Vous savez que je partirais pas d'ici sans avoir...accomplie ma mission? Je peux très bien vous faire souffrir le martyr, ou au contraire...Vous rendra la vie plus simple...Etre éternel 'est loin d'être un fardeau... Et puis je n'ai pas envie de salir ma nouvelle chemise!


      La scène était presque hilarante- un vampire vendant les mérites de sa race à un humain. Tout les deux savaient qu'il avait autre chose derrière, une envie de se rappeler de cet être, et le seul moyen pour Lokhyan de se remémorer l'identité du jeune homme, était de le mordre...





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mer 2 Déc - 19:48

Lokhyan se comportait avec autant d'aisance que Valentin en affichait depuis son entrée. Bien sûr, ce n'était qu'une façade, censée dissimuler la tension qui existait naturellement entre un vampire et un hunter, mais tout cela paraissait presque naturelle au jeune homme, au tel point qu'il avait le sentiment que chacun de leurs gestes, chacune de leurs paroles, suivaient un schéma défini depuis longtemps, presque gravés dans leurs gènes. Ridicule. Au moins, le vampire était entré dans son jeu, ce qui excluait pour l'instant toute agressivité de la part de l'un ou de l'autre. C'est déjà un bon début. De loin, ils ressemblaient à un client et un vendeur tout à fait ordinaire, ce qui était parfait. De cette façon, un vrai acheteur débarquant à l'improviste, voire même la patronne s'avisant de venir voir comment les choses se passait en boutique, ne courrait pas grand risque d'être blessé, voire mangé vif. Bien entendu, il fallait compter avec Lokhyan, et espérer que ce vieux bonhomme savait maintenir son appétit en laisse quand il le fallait. Jusque-là, il s'acquittait très bien de cette tâche.

La veste que lui tendait le vampire était froide, comme si elle était restée pendue toute la journée dehors. Rien d'étonnant à cela, mais Valentin était encore un être à sang chaud, et tant que ce serait le cas, il n'apprécierait que moyennement le contact d'un vêtement froid alors que le climatiseur peinait à maintenir une température tout juste normale pour lui. Pourtant, il la plia d'un geste et la jeta en travers de son bras, le temps que son possesseur se change. Il regarda Lokhyan se débarrasser de sa chemise souillée et la lancer négligemment au sol sans la moindre gène. Valentin ricanait intérieurement en l'écoutant, grisé par la tournure que prenaient les événements. Je ne suis pas n'importe quel humain. Tout ça n'était certes pas banal. Lui, le hunter, se trouvait en face du plus puissant vampire de la région, et ils discutaient calmement comme si rien ne les opposait, à mots à demi couverts - à demi, seulement. Avec cela, voilà que le vampire tentait de le rallier à son peuple. Qui pouvait se vanter d'avoir vécu un instant pareil ? C'était hors de toute logique.

-Ma foi, l'idée ne me déplait pas, dit-il finalement en lui tendant sa veste dépliée, prêt à l'aider à l'enfiler. Vous autres avez quelques avantages non négligeables qui me seraient fort utiles en ces temps troublés. D'un autre côté, je ne suis pas sûr de pouvoir supporter qu'on me donne la chasse jour après jour. Je suis un chasseur de nature, pas une proie. De plus, il semble que je sois du genre indigeste...

Le coin de ses lèvres s'étira comme un sourire railleur prenait place sur son visage. Une fois la veste enfilée, il se recula d'un pas et demanda, souriant toujours :

-Avez-vous besoin d'autre chose ? Je pense pouvoir vous apporter satisfaction sans qu'il y ait besoin d'en venir aux mains...

Il n'était pas bête. En dehors du fait de finir de se remplir la panse avec un sang bouillonnant - il avait plusieurs fois entendu des vampires vanter l'odeur de son sang, durant son adolescence, ce qui n'était pas franchement un souvenir très agréable - Lokhyan avait très envie de fouiller ce qui se cachait dans sa tête. Et cela, il devait l'éviter à tout prix. En dehors de la disparition de sa sœur jumelle, il y avait une myriades d'autres secrets plus terribles qu'il comptait bien conserver pour lui. Quoi qu'il en fut, il était tout de même flatteur de voir que le vampire tentait de se souvenir de lui. Il y avait peut-être matière à négocier.

Son sourire s'agrandit.

-Mais je vous demanderai quelque chose en contrepartie, si vous voulez bien. C'est que rien n'est gratuit, en ce bas monde, malheureusement...

Là. Il jouait avec le feu. Pas de baguette magique, pas de renforts à portée - pas de renforts tout court, il était difficile de renouer avec les anciens après six ans d'absence - et en face de lui, une des plus grande menaces en ce bas monde, comme il disait. Pour peu que le vampire décide de faire les choses à sa façon, Valentin n'en mènerait pas large. Il pourrait peut-être jouer de ruse, mais c'était là aussi très dangereux.

Mais il fallait bien se l'avouer : il n'avait guère le choix. Il fallait jouer serré s'il voulait s'en sortir vivant, en une seule pièce, et avec des renseignements sur sa sœur. Très serré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mer 2 Déc - 20:48

      Pour Lokhyan, les regards comptaient autant voir plus que les paroles. C'était grâce à eux que l'on pouvait faire passer des émotions, ou des pensées. La parole n'étais même pas nécessaire parfois. Il suffisait des regards pour comprendre, ou au contraire, se perdre. Et à ce moment là, Lokhyan était totalement dans le flou. L'humain avait su cacher ses émotions, et savait comment transmettre d'autres sentiments par son regard. II déstabilisait le vampire, et ça ne faisait qu'accroitre la curiosité de l'éternel. Les seuls humains sorciers qu'il avait rencontré et qui avait su le piquer au vif avait fini en pâture pour rats en quelques seconde,s mais cet inconnu représentait quelque chose pour Lokhyan. Son odeur, la lueur de ses yeux...Il devait se rappeler, sinon il ne pourrait le faire flancher. Laissant l'être humain poser sa veste noire sur ses épaules, l'éternel se regarda rapidement dans le miroir, vérifiant qu'aucune tache de sang ne trainait autours de sa bouche, essuya quelques gouttes, et regarda de nouveau l'ange brun.

      "Tu dois être bien présomptueux pour demander quelque chose à un éternel...Ou tout simplement confiant de ta pseudo-puissance....

      Ironisa Lokhyan. Se rapprochant de l'humain, le vampire remplit ses poumons de la flagrance familière, essayant de réveiller ce souvenir lointain. Son regard cramoisi essayait de lire dans les prunelles chocolats du vendeur. Flash. Tout lui revient en mémoire en une fraction de secondes. Mais oui. Comment avait-il pu oublier cette rencontre? Comment avait-il pu enfermer ce souvenir ? Il avait les mêmes yeux, la même couleur de cheveux, le même froncement de sourcils. Durant quelques instants le vampire ne bougea pas, restant figé devant ce qu'il venait de comprendre. Sa main droite vient se plaqua violemment contre l'épaule du jeune homme, le poussant contre le mûr. Un gémissement de douleur sortit de la bouche du vendeur, mais Lokhyan appuyait toujours. Son autre main, reconstruite par magie il y a quelques semaines grâce à Charlotte, vint fouiller au niveau du cou de l'homme, et y trouva ce qu'il cherchait -le pendentif qui lui avait donné il y a des années de cela. Le blason de sa famille humaine. Triturant le collier pendant quelques secondes, le millénaire lacha Valentin pour se reculer. Il se souvenait de tout à présent0

      "Tu as bien grandi, tu es devenu un...homme. Je dirais même un hunter, vu que tu sens le vampire à deux kilomètres à la ronde. Alors, que veux tu Valentin?






I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mer 2 Déc - 21:28

Présomptueux. Oui. Il en prit réellement conscience lorsque la main du vampire se referma dans une poigne puissante sur son épaule - cette épaule - et le cloua presque au mur avec violence. Valentin ne put retenir le gémissement qui lui vint ; la douleur était pire parce qu'il l'avait anticipée, appréhendée. C'était la même scène qu'autrefois, les mêmes gestes, la même brutalité. Le regard que le vampire rivait sur lui était le même, lui aussi. Ne manquait que la carcasse inanimée de son père à dix pas de là pour compléter ce tableau revenu du passé. Dix ans. Dix ans que cette scène le hantait, même aujourd'hui, même après qu'il ait combattu et vaincu de nombreux vampires. Même maintenant qu'il n'avait plus peur de rien - hormis de ne jamais la revoir, elle.

L'autre main de la créature fouilla sous la chemise, comme s'il savait que le pendentif s'y trouvait toujours, si longtemps après. Comme s'il n'avait jamais songé que Valentin ait pu le jeter quelque part, lui ou son père, peut-être. Oui, si Shepard avait eu connaissance de ce pendentif, il s'en serait emparé et s'en serait servi contre le vampire qui avait causé sa plus brûlante défaite. Mais Valentin l'avait bel et bien conservé, par devers lui, incapable d'en parler à quiconque, incapable de s'en défaire. Il avait grandi avec cet objet perpétuellement noué autour de son cou, comme un talisman censé le protéger des vampires, ou comme rappel incessant de la nature de ce qu'il combattait. Même après avoir coupé tout lien avec cette pleine de sang, il n'avait pu se résoudre à s'en séparer.

Et aujourd'hui, Lokhyan le retrouvait, pendu à son cou comme le jour où il l'y avait lui-même attaché. Il se souvenait.

Valentin frissonna. Et Lokhyan le relâcha.

Tâchant de reprendre un minimum de contenance, le jeune homme remit en place le col de sa chemise, renonçant à la reboutonner, geste qui aurait trahi bien mieux que n'importe quoi d'autre le malaise qui s'était emparé de lui à la réaction imprévisible du vampire. Il laissa également le pendentif bien en évidence sur sa poitrine. Il avait toujours détesté le contact de cette chose sur sa peau ; mais il préférait ça plutôt que de l'exposer ainsi à la vue. Il avait cru pouvoir mener la barque, en choisissant bien ses mots et expressions faciales. Force était de constater qu'il n'était pas encore prêt à se confronter à cet être particulier. Il n'avait jamais essayé de s'y préparer. Etait-ce parce qu'il croyait pouvoir tout supporter, ou parce qu'il n'imaginait pas le retrouver un jour sur son chemin ?

Quelle que fut la vraie raison, elle n'en était pas moins stupide que l'autre, en fin de compte.

Valentin était acculé, mais ce n'était pas une raison pour le montrer. La moindre faiblesse maintenant, alors que tout se jouait, pouvait lui être fatale. Les dernières paroles de Lokhyan le déstabilisèrent, tant elles ressemblaient à celles qu'un père pourrait dire à son fils perdu depuis longtemps, sans savoir comment lui dire à quel point il était fier de la façon dont il s'en était sorti. Lokhyan n'était pas son père, ne le serait jamais. Pas même un substitut. Valentin n'avait pas de père.

-Je veux des renseignements, répondit le hunter avec le plus d'assurance qu'il pouvait mettre dans sa voix - plus qu'il n'en éprouvait, en tout cas. Sur une personne que vous avez probablement hébergée durant ces dix dernières années.

Mieux valait dire hébergé que séquestré ou même transformé. Les vampires pouvaient se montrer susceptibles, à l'occasion, et il ne pouvait pas risquer de se montrer impoli à cette minute même. Pour Blandine.

Mais à présent que Lokhyan s'était souvenu par lui-même, Valentin n'était plus très sûr qu'il accepte de répondre à sa requête. Il se sentait à l'abri de la moindre attaque, pour l'instant, du moins, Rien ne l'assurait néanmoins qu'il était tout à fait hors de danger, ni qu'il apprendrait quoi que ce soit. Lokhyan avançait, mais lui piétinait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Jeu 3 Déc - 16:51

      Des renseignements? Valentin ne voulait donc que ça? Il avait donc penser que le vampire lui aurait donné réponses à ses questions s'il ne le connaissait pas? Le petit garçon peureux et chétif avait donc bien changé, et croyait tellement en sa puissance qu'il avait failli oser questionner l'éternel le plus dangereux de ce millénaire. Lokhyan ne fit aucune remarque sur cette prétention humaine qu'il détestait tant. Les moldus avaient ce sentiment de toujours devoir être supérieur aux autres, dans tout les domaines possibles. Le sport, les études, le travail, les femmes. Surtout les femmes en fait. Ils écrasaient leur rival comme s'ils étaient de farouches ennemis, alors qu'ils étaient de la même espèce. Voila ce que détestait Lokhyan chez les moldus- il n'y avait aucune confiance dans l'espèce humaine, aucune alliance possible, au contraire des vampires qui acceptaient d'obéir à un seul chef pour écraser leur ennemis.
      Le jeune homme recherchait donc une personne ayant disparu depuis deux ans. Et bien entendu, il mettait en cause les vampires. Même si ces derniers étaient les êtres les plus vils et les lus craints de ce monde il y a dix ans, le Spirit se réveillait déjà, et il aurait très bien pu envouté cette jeune femme- car oui, il s'agissait certainement d'une fille, encore- et la faire sienne. Le millénaire resta silencieux quelques secondes, puis détourna son regard vers la porte d'entrée. Lokhyan n'avait peur de rien, mais il craignait tout le temps de se faire attraper. Il savait très bien qu'une horde de sorciers prêts à combattre n'aurait rien pu faire contre lui, mais à deux reprise il avait été séquestre, et torturé, et en était ressortie totalement détruit. Il ne voulait pas que ça recommence,e ne voulant faire souffrir à nouveau la seule femme qui ait été créer pour lui, Charlotte.

      "Sache que même si je suis leur...chef, je ne m'occupe pas de toutes les histoires de mes congénères...Demande moi toujours, mais je ne te garantie rien.

      Un silence de nouveau, cela faisait tellement longtemps que le bellâtre n'avait pas fait preuve de compassion envers quelqu'un qu'il ne savait plus trop comment s' y prendre. Quand Lokhyan avait rencontré le petit Valentin, il avait en lui quelque chose d'indescriptible, une force à modeler, une puissance brute. Il lui ressemblait en tout point lors de sa période humaine, et le chef vampirique avait vu en lui un futur leader, un être aux pouvoirs exceptionnel qu'il pourrait peut être rangé de son côté. Il s'était reconnu en lui. Il le regarda fixement, essayant de savoir ce qu'il devait faire de lui. Le tuer? Il ne pouvait pas. Le transformer? Pas encore, il n'était pas prêt.

      "Si cette..personne a vraiment été séquestre par les miens...Je crains qu'elle ne soit plus en vie. Nous ne gardons jamais des humains- nous les transformons ou les tuons. Mais donne moi son nom, peut être que je pourrais essayer de savoir si elle est toujours en vie.

      Lokhyan se rapprocha de Valentin, humant la nouvelle flagrance qui dansait autours de lui. Il y avait plusieurs personnes dehors. Surement des hunters, ceux qui le cherchaient tout à l'heure, après son...quatre heure. Ils attendaient peut être des renforts pour attaquer, sachant très bien qui se trouvait dans cette échoppe. Lokhyan prenait des risques, et il en était conscient. Empoignant le bras du jeune homme, le bellâtre se pencha à son oreille.

      "Car il s'agir bien d'elle n'est ce pas? J'espère pour toi qu'elle n'est pas très jolie, les vampires ont une préférence pour les belles femmes...Et je ne pourrais rien faire contre ça..





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Jeu 3 Déc - 17:44

Lokhyan lui accordait son souhait. Ce fait en lui seul aurait suffi à déstabiliser n'importe qui - n'importe qui n'étant pas Valentin Shepard. Lui prenait cette soudaine et inexplicable générosité comme un dû, sans chercher à comprendre le brusque changement de comportement qu'avait provoqué le retour des souvenirs chez le vampire. Il avait cessé d'essayer de comprendre ces créatures, il s'en fichait bien, de toute façon.

Il laissa le silence s'installer entre eux, observant par la force de l'habitude - une habitude qu'il croyait pourtant avoir perdue depuis longtemps - les brefs mais fréquents coups d'œil que l'invincible éternel jetait vers le seuil de la boutique. Que fallait-il conclure de cette étrange manie ? Il était bien connu dans le monde des hunters, et ce depuis de très nombreuses années, que le célèbre Lokhyan n'avait peur de rien ni de personne. Pourtant, malgré ce masque de supériorité naturelle qu'il affichait depuis le début de leur face à face, Valentin pouvait presque voir une aura de crainte l'entourer. Surprenant. Devait-il s'en réjouir ou s'en méfier ? Si son intuition ne le trompait pas sur l'émotion que dissimulait le vampire - avec brio, il devait en convenir - Lokhyan risquait de se montrer plus imprévisible et retors. Ou disparaître sans crier gare. Emportant avec lui la moindre réponse qu'il possédait, si insignifiante soit-elle.

Lokhyan hésitait. Pas sur ce qu'il pourrait ajouter, Valentin l'aurait parié. Il se doutait trop bien de ce qui trottait dans ses méninges d'immortel, sûrement la même chose que lors de leur première rencontre, dix ans plus tôt : son sang était-il aussi bon que son odeur le laissait suggérer ? Le jeune hunter n'avait pas l'intention de le laisser obtenir cette réponse, pas avant d'avoir retrouvé sa sœur, morte ou vive, en tout cas. Lokhyan penchait pour la première solution ; libre à lui. Valentin n'y croirait pas tant qu'on ne lui en aurait pas livré la preuve formelle. Jusque-là, il continuerait de la chercher, inlassablement. Parce que c'était devenu sa seule raison de vivre. Il la retrouverait, s'assurerait que son avenir soit heureux, sans souci.

Après ça, Lokhyan pourrait faire de lui ce que bon lui semblait.

Valentin s'apprêtait à prononcer le nom de sa sœur - pour la première fois depuis dix ans - lorsque le vampire saisit de nouveau son bras, s'approchant de lui au point qu'il ne pouvait voir son visage qu'en tournant le regard vers lui. Ce qu'il s'abstint de faire. Ne pas frémir. Ne pas lui laisser deviner la tempête que cette proximité, ce contact, créaient en lui. Ses paroles. Valentin se figea, le souffle presque coupé. Elle. Parlait-il de la même personne ? Savait-il... Le ton de sa voix laissait sous-entendre qu'il en savait plus que Valentin ne pouvait le soupçonner alors que, l'instant précédent, il ignorait encore qui se tenait devant lui. Etait-il au courant de son existence ? Venait-il seulement de faire le lien ? L'information qu'il avait reçue quelques semaines plus tôt était-elle donc juste ?

-Blandine Shirley Shepard, répondit-il d'une voix monocorde, trop lisse pour n'être qu'indifférence ou défi. Si tu me trouves beau, alors oui, elle est belle.

Il n'avait plus la tête à la provocation. La main sur son bras l'étreignait toujours d'une poigne de fer, physiquement et psychologiquement. Sa voix était blanche quand il poursuivit, avec une fermeté qui l'étonna lui-même :

-Tu as intérêt à avoir de bonnes nouvelles à son sujet. Si j'apprends qu'un seul de ta race lui a fait du mal, vous le regretterez, toi et tes semblables.

Et, dans son esprit, ça n'avait rien de paroles en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Jeu 3 Déc - 18:45

      Blandine. Blandine Shepard. Valentin était trop jeune pour être marié, Lokhyan en conclue donc rapidement qu'il s'agissait d'une sœur ou peut être d'une cousine. Ou d'une gamine qui avait prit son nom pour se protéger. Qu'importe, il y tenait et voulait la retrouver. Tellement de femmes étaient enlevées par les vampires, soit pour servir de repas, soit pour devenir la compagne, souvent même sans consentement, que Lokhyan ne savait même pas si la fille qu'il connaissais était cette Blandine. Elle avait le même prénom, et en y repensant, les mêmes traits de visages mais...Il ne l'avait vu qu'une seule fois, durant une réunion. Humaine ou vampire? Il ne s'en souvenait même pas. L'éternel ne sourit même pas à la petite que que le jeune homme venait de lui envoyer, sur sa "beauté", trop concentré sur les battements frénétiques des cœurs des humains au dehors. Ils n'attaqueraient pas à l'intérieur, de peur de blesser quelqu'un, ils attendraient de voir le vampire sortir. Une équipe devait se trouver derrière le bâtiment, peut être même quelques hunters étaient debout sur le toit, baguette en main. L'adrénaline montait petit à petit dans les veines glacés du prince de la nuit, tandis que son jeune "ami" le menaçait de se venger sur lui et ses congénères si sa Blandine était morte.

      "Je ne suis pas un héros, encore moins un sauveur. Je fais ce qui est bien pour ma race...Valentin, pour toi, les vampires ne sont que des êtres sans cœur, mais..T'es tu déjà mis de l'autre coté du miroir? As tu déjà émis l'hypothèse que vous, sorcier, pouviez être aussi horrible envers mes semblables? Certains éternels sont bons, certains se nourrissent de sang animal, ne voulant tuer les humains..Et pourtant vous les bruler, les décapiter, tuer leur congénère devant eux...Nous sommes pareils. Identiques en tout point.

      Lokhyan avait été rapide dans son monologue, et ne comprenait même pas comment ces mots avaient pu sortir de sa bouche. Durant des année,s il avait oublié ce petit garçon, et en l'espace de quelques minutes, ce dernier s'était engouffré dans le corps du vampire, le tiraillant dans son choix de transformation. En lui, il revoyait le gamin qu'il avait été, le petit seigneur promis a un grand avenir, fait d'amour et de richesse. Le spirit lui avait volé sa vie, les vampires l'avaient sauvé. Mais dans tout les cas, l'humain loyal, attentionné et fidèle avait disparu à cause de la magie. Voulait-il qu'il arrive la même chose à Valentin? Même si le jeune homme était déjà bien détruit par la Guerre, il restait encore en lui une pat d'humanité, et ça Lokhyan ne pouvait le lui retiré.

      " Oublie ton rôle d'hunter à présent. S'il te plait Valentin. Sois un simple sorcier, figé par l'angoisse de mourir. Ne t'emmêles pas...Ou je serais obligé de te tuer. Tu auras tes réponses, ne t'inquiètes pas.

      Quelques derniers mots, un regard, et une seconde suffit au vampire pour foncer vers la porte, et l'éclater ans un brouhaha atroce. Face à une petite dizaine d'hunter, baguette pointées, Lokhyan n'avait pas le choix. Tuer ou être tuer. Il s'était promis de plus réfléchir avant de commettre un massacre, d'être lus mature et moins sanguinaire. Mais lorsqu'une brochette de sorcier se présentaient à lui comme ça, ayant comme simple envie de l'attraper, ses instincts animales revenaient en force.
      Le premier avada kedevra fusa, l'effleurant son épaule. La brulure était intense mais largement supportable. Il sauta sur l'un des sorcier, lui arrachant la tête d'un simple mouvement de bras. Le sa g dégoulinait sur les pavés, et le combat n'allait que commencer...Tout serait simple si Valentin restait à sa place.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Jeu 3 Déc - 20:59

Valentin n'esquissait pas un geste. Pétrifié par le contact et la proximité de cet être qui l'avait hanté pendant dix longues années, il était à peine capable de respirer. Mis son esprit, lui, tournait à toute vitesse, effleurant des dizaines, des centaines d'images différentes, autant de sorts macabres réservés par son imagination désespérée à sa précieuse jumelle. Inventait les mille et une tortures qu'il infligerait au responsable du malheur de Blandine. Si malheur lui était arrivé. Pourvu que non. Pourvu que... Il ne pourrait pas le supporter. Il deviendrait fou. Comment un homme qui a perdu la seule raison de se battre peut-il survivre ? Un nom, un souvenir fané dans les limbes de sa mémoire, c'était tout ce qui le maintenait encore rattaché à ce monde, à cette vie. Sans tout cela, sans ce but à atteindre à n'importe quel prix, qu'était-il ?

Le sermon de Lokhyan ne l'atteignait pas ; il aurait pu lui enfoncer un poignard dans le cœur qu'à cet instant, Valentin ne l'aurait probablement pas senti. Non. Il s'était retrouvé un instant prisonnier de ses pensées sinistres - un instant de trop. Un lot d'interminables secondes qui auraient pu lui être fatales - si le vampire ne faisait preuve d'autant de magnanimité à son égard. S'il...

L'étrange supplique de l'Eternel le ramena subitement au présent, lui faisant oublier tout le reste. Qu'est-ce que c'était que ça ? Une blague ? Qui pouvait croire que Lokhyan, le vampire le plus craint, le plus pourchassé du pays le suppliait d'arrêter sa chasse ? Qu'il ne voulait pas le tuer ? Si le mur dans son dos le lui avait permis, Valentin aurait reculé d'un pas ; stupéfait par le ton employé, les paroles prononcées, il voulait voir l'expression de son visage, certain que ce qu'il y verrait serait aussi incroyable. Que lui arrivait-il ? Le jeune homme ne voulait pas croire qu'il puisse être responsable d'un tel trouble chez le vampire, mais c'était la deuxième fois qu'ils se croisaient, la deuxième fois que Lokhyan le menaçait... et la deuxième fois qu'il décidait de le laisser en vie. Il y avait plus à comprendre là-dessous qu'on ne pouvait le penser au premier abord, Valentin en était certain. Mais quoi ? C'était inconcevable, incohérent. Totalement opposé au personnage. Inexplicable.

Tout cela avait pris moins d'une minute ; il avait parlé vite, très vite. Une dernière promesse - “ Nous nous reverrons un jour... ” - un dernier regard, et avant que Valentin ait le temps de réaliser ce qui se passait, la créature avait déjà disparu du magasin en fracassant l'entrée à grand bruit, répandant du verre tout autour de lui, plongeant dans la nuit comme si elle lui appartenait. Tu auras tes réponses ? Quelles réponses ? Pourquoi cette promesse ? Lokhyan n'était pas du genre à trahir sa parole donnée, Valentin en était témoin aujourd'hui, mais il ne comprenait pas, non, comment le pouvait-il ?

-Lokhyan !

La porte ne s'était pas refermée que Valentin bondissait déjà à sa suite dans l'obscurité, alors que sa patronne surgissait de l'arrière-boutique comme un diable de sa boîte et poussait un cri mi-épouvanté mi-scandalisé en découvrant l'état de sa porte. Si le vampire avait paru si fébrile un peu plus tôt, ce n'était pas pour rien, le hunter s'était montré stupide d'occulter cette donnée. Qu'est-ce qui pouvait rendre Lokhyan si exalté, qu'est-ce qui avait pu le propulser dehors à cette vitesse, au point de laisser le hunter derrière, en vie ? Pas un repas plus alléchant, non.

Des hunters.

Valentin s'immobilisa sur le seuil du magasin, au moment même où Lokhyan rejetait à terre le cadavre d'un sorcier dont la tête faisait presque un angle droit avec le corps - angle mort. Une inquiétant lueur verte fusa soudain de nulle part, finissant de pulvériser toute la vitrine et propulsant une avalanche de débris à l'intérieur aussi bien qu'à l'extérieur. Jenny McCarter poussa un hurlement strident, et le son d'une chute laissa penser à Valentin qu'elle s'était jetée à l'abri derrière la caisse - du moins, il l'espérait. Ils étaient moins d'une dizaine, là dehors, et ça canardait déjà furieusement. Et Valentin n'avait pas sa baguette magique. Fameux. Rester là et manquer se faire tuer au moindre sort perdu ou au moindre accès de folie de Lokhyan ? Ou retourner en arrière chercher sa baguette et... et quoi ? Allait-il aider ses anciens et nouveaux collègues ou défendre le vampire ? Question à mille gallions.

-Fuck, Lokhyan ! s'écria-t-il avec fureur. Je fais pas ça pour toi, compris ?

Adieu son job chez McCarter. Il l'aimait bien, cette femme, pourtant.

Il fit demi-tour et se précipita vers l'arrière-boutique, dérapant sur les éclats de verre qui jonchaient le sol sur son passage. Se ruant sur sa veste qu'il enfila presque machinalement, il en extirpa sa baguette magique et revint sur le devant de la scène. Le tiers des assaillant avait déjà rejoint l'autre monde, et Lokhyan continuait son massacre sans temps mort - on reconnaissait bien là l'expertise d'un assassin millénaire. Sans se laisser le temps de réfléchir, Valentin lança à son tour quelques sorts verdâtres qui atteignirent l'un des hunters en pleine poitrine. Dans le mille, un de moins. Il enchaîna les sorts les uns après les autres, passant à la victime suivante lorsque l'un d'eux tombait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Sam 5 Déc - 9:16

      Ca lui avait manqué. Se battre pour le plaisir, se battre pour tuer, pour déchirer les corps et les âmes. Se battre pour rire. Le vampire savait très bien que ces sorciers ne pouvaient rien contre lui. Ils pouvaient le blesser, ou essayer de l'attraper, mais aucun humain n'était capable d'emprisonner le bellâtre. Aucun être vivant sur cette terre ne pouvait l'enfermer dans une cage à présent. Il était comme un lion qu'on avait gardé longtemps en sureté, et qu'un jour, on avait oublié d'endormir. Il était une bête qu'on avait laissé filer, une bête atroce qui prenait son pied en tuant tout ce qui bougeait. Le sang giclait sur les pavés londoniens, et les cris brisaient le silence de la nuit. Parfois on voyait quelqu'un passer en courant pour éviter de se faire toucher par un Avada Kedavra, ou pire, par le vampire lui-même. La rumeur avait du se propager dans le Londres comme une fumée noire -Un combat opposait les sorciers contre le Prince de la Nuit. Son retour était donc réel.
      Le vampire s'attaqua à une autre vermine, déchirant son bras par la seule force de ses dents acérées, ne prenant même pas la peine de gouter au liquide rougeâtre qui se dissipait sur le par terre. Il s'amusait comme une gosse écrasant des fourmis, il était presque au point d'éclater de rire devant les regards, mi-pétrifiés mi-haineux, de ses ennemis. Tournant la tête sur le côté, le visage de Valentin lui apparut soudain. Que faisait le gamin a quelques mètres e lui, lançant des sortilèges de morts sur...ses congénères?! Lokhyan resta quelques instants figés sur le visage de l'humain, puis reprit sa course folle vers la mort. Balançant un sorcier de l'autre côté de la rue, l'odeur d'autres hunters lui parvint immédiatement. Des renforts allaient débarquer dans quelques secondes. Lokhyan aurait pu les battre sans problème, mais...Il y avait Valentin, et même si l'humain était doué, il ne pourrait tenir face à d'autres hunters. Fuir devant l'ennemi pour sauver quelqu'un? Inconcevable pur le vampire. Il n'avait pas beaucoup de temps devant lui, et il devait choisir maintenant.
      En une fraction de secondes, l"éternel attrapa le bras de l'humain, et le déposa violemment sur son dos. Il ne fuyait pas.Il retardait juste la mort de ces hunters aux piètres capacités. La course folle du millénaire commença enfin, et il se fichait totalement de la souffrance qu'endurait le pauvre Valentin, allongé sur son dos. Les rues défilaient à la vitesse de la lumière, et en quelques instants, les deux hommes se retrouvaient dans le Hide ravage...Dangereux pour l'un, confortable pour l'autre. S'arrêtant précipitamment, Lokhyan fit tomber avec douceur le jeune homme sur les pavés.

      "Si tu as envie de vomir, ne le fais pas devant moi s'il te plait.

      Ironisa l'éternelle, sachant très bien qu'une course effrénée vampirique pouvait en secouer plus d'un. Marchant quelques pas dans la rue, il sentait déjà l'odeur de ses congénères... Il lui tendit la main, pour l'aider à se relever.

      "Ne t'éloignes pas de moi. Si tu veux des réponses, c'est ici que tu vas en trouver.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Sam 5 Déc - 16:13

Valentin n'en menait pas large. Vacillant sur le pavé à côté d'un vampire passablement amusé par l'état du pauvre humain qu'il était, le jeune homme essayait de rattraper la situation. Tout s'était passé si vite - et il s'était senti si mal pendant la course effrénée qu'il venait de vivre - qu'il en était encore à se demander ce qui pouvait bien lui être arrivé pour qu'il se mette à dégommer - assassiner - des sorciers. Des vampires, il comprenait presque. Des humains, il comprenait moins.

En l'espace de quelques minutes, il venait foutre en l'air boulot et couverture, sa réputation auprès des hunters, sorciers et autres... de ruiner tout ce qu'il tentait de reconstruire depuis près de six ans, en somme. Tout ça pour sa jumelle. Tout ça pour Blandine. Ça en valait la peine, en fin de compte. S'il obtenait bel et bien les réponses que Lokhyan lui promettait.

-Va te faire... répliqua-t-il au vampire lorsque celui-ci lui conseilla d'aller cracher ses tripes ailleurs.

Il se sentait chancelant et nauséeux, d'accord. Mais pas à ce point-là. Valentin n'était pas une petite nature, Lokhyan ferait bien de s'en souvenir. Son estomac aussi, d'ailleurs. Il respira profondément à plusieurs reprises, les yeux fermés, le temps pour lui de réaliser ce que tout cela signifiait pour lui - d'essayer, en tout cas. Conclusion ? Les brusques changements que sa vie connaissait ce soir, et les lourdes conséquences qu'ils allaient entraîner, il s'en fichait bien. Il était prêt à retourner le monde, à l'embraser de fond en comble, si cela lui assurait de retrouver Blandine.

Il rouvrit les yeux et regarda autour de lui. Pas besoin d'observer bien attentivement pour savoir où il se trouvait. Hide Ravage. Le repaire des vampires. L'endroit était tellement imprégné de leur odeur qu'il était difficile de se tromper, surtout pour un être habituer à les traquer. Que diable foutaient-ils là, au milieu du territoire des créatures de la nuit ? Qu'est-ce que Lokhyan avait derrière la tête ? Soudain méfiant, Valentin observa sa main, puis son visage, avec une circonspection bien légitime.

Il se pouvait fort bien que le vampire le menât directement à sa sœur jumelle. Mais le jeune homme en doutait fortement. Le tuer ? Il aurait pu le faire depuis bien longtemps, maintenant.

Crispant sa main sur le pendentif sans même s'en rendre compte, l'ancien hunter saisit la main du vampire - par pure politesse plutôt que par réel besoin d'aide ; il allait bien, merci pour lui - et se redressa sans un mot, gravant le conseil et la nouvelle promesse du vampire dans sa mémoire. Il n'était pas dans son élément, contrairement à son aîné, mieux valait donc le suivre sans faire d'histoire, et se fier à lui, dans la mesure du possible. Il n'avait pas réellement le choix, en vérité. Il espérait que personne ne viendrait poser de question indiscrète, ou chercher à sentir son parfum de plus près ; il espérait aussi que ceux qu'il croisait ne sache rien du métier pour lequel il avait été formé - et qu'il exécutait encore quelques heures plus tôt.

L'adrénaline s'était envolée, l'excitation du combat était retombée. Avec le malaise provoqué par ce voyage à vitesse-lumière et celui né de la difficulté qu'il avait à se cerner lui-même et ce qui découlerait de cette soirée trop riche en événements, Valentin n'était plus très sûr de se sentir à sa place où que ce fut - ici encore moins qu'ailleurs. Il rangea précipitamment sa baguette et tâcha de dissimuler sa gène. Ça devenait une habitude, ce soir. En deux rencontres, Lokhyan était parvenu à bouleverser sa vie deux fois. Une prouesse dont Valentin n'était pas sûr que le vampire puisse vraiment se vanter.

-Où va-t-on ? demanda-t-il, aussi posément que cela lui était possible.

Il devait surtout se concentrer sur le présent, et s'empêcher de réfléchir. Il n'y avait plus de temps pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Sam 12 Déc - 22:02

      Hide Ravage. Le célèbre quartier infréquentable pour tout homme étant encore en vie. Chaque être humain, chaque sorcier connaissaient cet endroit, et la plupart le craignait. Il n'était pas bon de se balader dans le Hide Ravage quand on n'était pas vampire, pour la simple et bonne raison qu'il s'agissait du quartier général des éternels. Ici tout se planifiait, les combats, les attaques, les meurtres. Ici, les vampires s'écoutaient, débattaient pour comprendre comment combattre le spirit ou les sorciers. Hide ravage était un peu le ministère des vampires. Lorsqu'un humain y entrait, la plupart des éternels et savaient à l'instant où il avait passé la frontière.L'odeur d'un être vivant était reconnaissable parmi mille. Lokhyan était conscient du danger qu'il prenait, mais qu'importe, personne n'oserait toucher à Valentin, s'il était près de lui. Personne. Depuis son retour le chef vampirique n'avait que très peu parler, préférant reprendre doucement son rôle. Il ne se sentait pas assez fort pour revenir à la tête de ce monde, encore trop faible psychologiquement. Même s'il avait la puissance et le physique, Lokhyan refusait de revenir ce chef que tous attendaient. Il n'en était pas encore capable.Marchant tranquillement, les vampires s'arrêtaient de débattre lorsqu'il passait près d'eux. Ils le regardaient, baissaient la tête, puis voyait l'humain qui le suivait.

      "Si tu restes près de moi, il ne t'arrivera rien...

      Murmura-t-il en direction du bel hunter. Il essayait de s'en convaincre, mais certains nouveaux nés ne respectaient pas assez l'éternel pour laisser un sandwich se faire la malle. Il serait dans le hangar dans quelques minutes, et il ferait venir les plus vieux éternels de Londres pour leur poser des questions et de surcroit, amener des réponse au sorcier. Mais tout n'allait pas être aussi simple. Trois vampires, d'à peine quelques jours, vu leur odeur, se mirent en travers de leur chemin. De grands gaillards, surement transformé a cause de leur physique impressionnant, regardaient Valentin avec un appétit féroce.

      "Il est avec moi.

      Fit Lokhyan en direction des nouveaux nés. Le plus grand regarda l'éternel, et esquissa un sourire. Son nom ne valait rien pour ces éternels de second ordre. Ou peut être ne l'avaient-il pas reconnu, tout simplement. Lokhyan attrapa le bras de Valentin et le plaça derrière lui. Un grondement se fit entendre. Deux des nouveaux nés hésitaient à rester, mais décidèrent de se reculer. Le dernier ne bougeait pas d'un cil.
      Le chef éternel fonça sur son nouvel ennemi, l'envoyant de l'autre côté de la place. Les éternels arrivaient rapidement, pour voir ce combat qui se finiraient en quelques secondes. Cela faisait longtemps que l'éternel ne s'était pas battu en publique. Durant un instant, il oublia tout. Sa rencontre avec Valentin, ses souvenirs d'enfance, Charlotte. Tout ce qui le tourmentaient depuis quelques jours, tout ce qui le rendaient vulnérable, tout. Lokhyan redevenait durant quelques secondes l'animal que le monde connaissait, la bête assoiffée de sang et de cri. Le vampire que la terre haïssait et désirait. Avançant d'un pas lent, ses crocs se refermèrent sur la gorge glaciale du vampire, lui arrachant la jugulaire. Laissant tomber le corps du nouveaux nés, il resta quelques instants à le surplomber, sachant très bien qu'il n'était pas tout a fait mort. D'un signe de tête, deux éternels arrivèrent près de lui, une bouteille d'essence et des allumettes a la main. Lokhyan se retourna, laissant ses confères bruler le corps déchiqueter du vampire.

      "Quiconque touchera à cet humain finira dans le même état que cet imbécile, est ce bien compris?

      Sa voix était claire et puissante, semblable à celle qu'il avait quand il était encore le chef de cette armée. Les regards des éternels restaient figés sur le millénaire durant quelques instants, puis la foule s dispersa. Lokhyan avança vers Valentin. Ils étaient là pour une chose- trouver des réponses aux question du jeune homme.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Jeu 17 Déc - 21:46

L'inquiétude du vampire au sujet de ce lieu sur lequel couraient les rumeurs les plus folles au sein de la communauté des hunters paraissait superflue, exagérée, à Valentin. Les créatures de la nuit se tenaient à l'écart à la vue de Lokhyan, baissant la tête et les yeux avec respect sur son passage ; et même s'ils jetaient un regard franchement désapprobateur - et luisant d'appétit - sur le jeune homme, ils s'en tenaient là. Lokhyan était respecté - Lokhyan était le maître. Il n'y avait donc aucune raison pour que sa voix se teinte de cette parcelle d'inquiétude que le Hunter sentait en lui.

Et, de toute façon, Valentin n'était pas un agneau innocent. Des vampires, il en avait tué plus qu'il ne pourrait le compter.

Valentin ne répondit rien. Il obéit docilement au conseil de Lokhyan, restant aussi près de lui que possible, presque jusqu'à devenir son ombre. Dans son cas aussi, l'Eternel menait la danse. Après les hunters, pas la peine de chercher des crosses aux vampires. Il n'était de toute façon pas là pour ça.

Puis, peu à peu, il décela l'évolution de son entourage ; d'agacés, les regards devenaient franchement hostiles ; de respectueuses, les attitudes se métamorphosaient en intentions. De transformer l'Humain en tas de chairs déchiquetées vidées de leur sang, sans doute. Il lui fallut un moment pour le remarquer, mais dès lors un profond sentiment d'insécurité s'empara de lui. La présence de leur chef ne les retiendrait peut-être pas aussi bien qu'il l'avait cru. En fin de compte, six ans de retrait de ce monde sanglant, ça comptait plus que prévu.

-Tu es sûr que tu les tiens en laisse, tes chauves-souris ?

Il en doutait de plus en plus.

Lokhyan n'eut pas le loisir de répondre : trois vampires s'étaient placés en travers de leur route, l'air d'apprécier le met savoureux que rapportait leur vieil aîné avec lui. Quelque chose soufflait à Valentin qu'ils auraient bien aimé en goûter, eux aussi. Instinctivement, il porta la main à la poche de sa veste, où sa baguette n'attendait qu'un geste pour agir, prête comme lui à faire couler le sang - ou la poussière. Il avait déjà la confirmation de ses doutes.

Promptement ramené en arrière par Lokhyan, Valentin vit celui-ci s'élancer sans sommation vers l'un des trois jeunes, le plus téméraire d'entre eux qui, contrairement à ses comparses, ne s'était pas reculé devant l'autorité de son chef. La lutte qui suivit, le jeune homme n'aurait su en décrire ni l'horreur ni la fascination qu'elle provoqua en lui. La silhouette sombre et dangereuse de Lokhyan fondant sur sa proie, l'anéantissant, la lueur farouche des flammes consumant son adversaire... En un instant, il appréhenda tout ce qui le différenciait de ces bêtes sauvages - et il prit peur.

Il était tombé dans le pire nid de frelons que la Terre ait jamais porté.

Sa main se crispa sur sa baguette, à travers le cuir de sa veste, alors que son guide, après avoir lancé une ultime menace d'une voix à lui donner froid dans le dos, revenait vers lui. Involontairement, le jeune homme recule d'un pas. Tout autour, la foule immortelle se retira, en silence ; mais Valentin ne détournait pas son regard de Lokhyan, l'imposant et menaçant Lokhyan. Valentin n'était pas coutumier de la peur, cette faiblesse qui fait trembler les membres et vaciller les volontés - mais il avait eu un aperçu de l'enfer, six ans après avoir juré d'oublier tout ce qui s'y rapportait, et tous les souvenirs enfouis de cette époque lui revenaient en mémoire sous forme d'un film confus où les images se mélangeaient.

-Bouge plus, lança-t-il d'une voix tendue, sortant vivement sa baguette de sa poche.

Il n'y avait plus autour quiconque pour s'insurger de ce qu'il faisait - il l'espérait.

-J'avais failli oublier où je mettais les pieds, et avec qui je fricotais.

Un rictus désabusé déforma son visage alors qu'il pointait son arme sur Lokhyan - le point de départ de tout ce qui avait forgé son adolescence. Une figure admirée autant qu'haïe. Un être évité et recherché. Il ressentit en faisant ce geste un mélange perturbant de joie malsaine et de dégoût de lui-même - comme menacer un père.

-Tu n'as sans doute rien à m'apprendre sur Blandine, je me demande même si tu as jamais su qu'elle existait. Et moi qui te suis bien gentiment jusqu'ici ; tu voulais m'attirer dans un piège, n'est-ce pas ?

C'était une accusation infondée et il le savait. Lokhyan ne lui avait jamais demandé de tuer des sorciers pour l'aider à fuir. Il ne l'avait pas entraîné à sa suite dans les dédales de Hide Ravage. Et c'était bel et bien lui qui l'avait sauvé des griffes avides de ses semblables...

Mais cette scène de violence l'avait mis mal à l'aise, et il n'avait trouvé que ce moyen d'évacuer la tension qu'il éprouvait. La mise à mort perpétrée par le vampire l'avait ramené loin en arrière, réveillant la peur paralysante qui sommeillait au fond de lui depuis son enfance - depuis sa première chasse, depuis le premier échec de son père. Lokhyan l'impressionnait de nouveau - Lokhyan l'effrayait. La lueur tremblotante qui s'était allumée au bout de sa baguette en témoignait mieux encore que le sombre éclat de ses prunelles.

Pendant qu'il parlait, un nuage de brume était descendu sur eux, les enveloppant lentement de ses volutes fantasques, s'épaississant encore et encore de sorte que, lorsque Valentin se tut, il réalisa que la silhouette immobile du vampire disparaissait déjà à moitié de sa vue. Sa colère s'envola, laissant le malaise du jeune homme se transformer en angoisse d'un autre genre. Il frissonnait.

-Eh ! Qu'est-ce que c'est que ce truc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Ven 18 Déc - 21:52


    *c'est court, desolée*

    Ce regard empli de haine, et de peur, cette lueur qu'il n'avait pas vu depuis longtemps. Lokhyan revoyait l'enfant qu'il avait laissé vivre il y a déjà dix ans. Il avait l'impression d'être revenu dans le passé, lorsque la guerre n'avait pas encore éclatée, et qu'il pouvait tuer sans peur de voir souffrir ses proches. Valentin tenait sa baguette fermement, la lueur argenté brillant à l'extremité de celle-ci. Il en était capable, le vampire le savait. Mais même s'il lançait un sortilège de mort, Lokhyan ne sentirait rien. Les Avada kedevra ne lui faisait plus rien ressentir. Il en avait été maintes fois victime,s et a chaque fois, des cicatrices apparaissaient, mais la douleur disparaissait petit à petit. Il n'était plus qu'un bloc de pierre, qui se fissurait mais qui ne souffrait pas. Qui ne souffrait plus. Valentin restait figé devant lui, ne baissant pas son arme. Tout ce qu'il disait était la stricte vérité, sauf son dernier murmure- Lokhyan avait bien entendu parler d'une Blandine, mais ne pouvait être certain que ce soit la femme que le jeune homme recherchait. Ce dernier ne comprenait pas le lien qui les unissait. Valentin n'était pas encore conscient de la chance qu'l avait d'avoir comme protecteur le célèbre Lokhyan Raphäel Dewitt. Il n'était pas encore prêt.

    "Valentin..

    Murmura le millénaire, sans faire un pas vers le sorcier. Comment lui faire comprendre qu'il était son allié alors que quelques années auparavant il avait failli tuer son père, Comment lui montrer que les vampires n'étaient pas les seuls ennemis à combattre? Il y avait bien pire qu'eux. Le Spirit. Il dérobait l'âme de ces victimes, ne leur donnant plus aucun moyen d'être eux -même. Les vampires ne faisaient pas cela, il ne faisait que prolonger leur espèce. Ils amplifiaient la rage et la puissance, mais ils ne volaient pas l'esprit de la personne transformer. A coté du Spirit, les éternels faisaient office d'anges. Comment expliquer cela à un hunter? Comment lui faire comprendre qu'il ne combattait pas les bonnes personnes? Lokhyan fit un pas vers l'humain, mais s'arrêta aussi. Une odeur flottait dans l'air. L'odeur de la mort. Son regard se leva vers le ciel, et il apercevait déjà la fumée sombre approcher du Hide Ravage. Le brouillard les entourait doucement, signe que le Spirit allait attaquer. Comment pouvait-il oser s'introduire ici?! Valentin disparaissait petit à petit dans la masse noire. Les vampires avaient tous disparu, surement conscient qu'il allait y avoir une attaque. Le vampire se rapprocha rapidement de l'humain, l'empoigna par le bras, et l'amena rapidement derrière un baraquement. Le tenant fermement, Lokhyan regarda la fumée noire se créer, cherchant un humain à attaquer et à envouter. Valentin empestait le sorcier, Lokhyan le savait, et le Spirit ne prendra pas longtemps à le trouver, même s'il n'était pas dotée de corps. Lorsque l'esprit magique était immatériel, il prenait plus de temps à trouver un être dotée d'une âme, mais s'il y arrivait, l'envoutement était dix fois plus rapide que s'il avait été fait grâce a une simple entaille.
    Durant quelques instants, le vampire resta immobile, le regard fixe sur l'entité magique. Elle les cherchait, et les trouverait sans aucun doute. Lokhyan se retourna, regardant Valentin de haut en bas. Une idée lui venait à l'esprit, mais il n'était pas certain que ça fonctionne. En tant que très vieux vampire,s son odeur était si forte et si puissant,et que parfois, elle suffisait à camoufler celle des humains... Le millénaire retira sa veste tachée, ainsi que son t-shirt, et le donna avec rapidité au jeune hunter

    "Enlèves ton t-shirt et enfile ça maintenant.

    Sa voix était comme un murmure, mais le ton employé était plus un ordre qu'une douce parole.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Dim 20 Déc - 14:43

Valentin n'eut guère le temps de se poser plus de questions, que Lokhyan l'avait déjà harponné pour l'entraîner au loin, à distance de cette étrange brume sombre et opaque qui s'abattait sur eux. Une fois à l'abri, le jeune homme reprit ses esprits, suffisamment pour tenter d'arracher son bras à la poigne du vampire - mais c'était comme s'il tentait de secouer un arbre centenaire bien campé sur ses racines.

Quel retournement de situation ! Une minute ils s'affrontaient du regard au milieu d'une rue désertée, prêts à se battre pour des raisons qui leur échappaient aussi bien à l'un qu'à l'autre, tant elles étaient futiles et injustifiées, et la seconde d'après... Valentin ignorait tout de ce nuage noir dont pourtant tout le monde parlait dans la ville, mais il sentait confusément que, une fois encore, le vieil assassin venait de lui sauver la vie. Il ne comprenait pas ; et doutait de pouvoir comprendre un jour.

Le vampire se tourna soudain vers lui et le scruta sur toute sa hauteur, comme s'il le jaugeait. Valentin fronça les sourcils ; avait-il besoin de montrer aussi ouvertement son peu de confiance en ce pauvre Humain volatile qu'il était ? Il ouvrit la bouche pour lancer il ne savait quelle bêtise mais les mots ne franchirent jamais ses lèvres : comme un peu plus tôt dans la boutique, mais avec plus d'empressement, Lokhyan retirait veste et T-shirt sans la moindre pudeur, dévoilant son torse parcouru d'une longue cicatrice. Le hunter fit un pas en arrière ; des cicatrices, il en avait vues, mais celle-là... Celle-là le dérangeait. Oui, c'était ça. Elle le dérangeait profondément.

Et Lokhyan, lui tendant son T-shirt, lui ordonna de le mettre à la place de ses propres vêtements.

-Va te faire voir, gronda Valentin, braqué.

Il avait toujours au fond du regard la vision atroce de cette scène de meurtre sauvage qui n'avait laissé aucune chance au pauvre malheureux. Et il détestait qu'on lui donne des ordres ; cela l'incitait en général à faire l'inverse de ce qu'on lui demandait. Ce qui avait bien souvent causé des problèmes...

-Garde tes frusques tachées de sang, j'en veux pas. Dis-moi plutôt ce qui se passe.

C'était à son tour de donner des ordres.




[j'ai fait encore plus court, sorry x_x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Lun 21 Déc - 22:58

      Les mots de Valentin firent sourire le millénaire. Il avait du caractère le gamin, un sale caractère même. Lui redonnant avec violence son t-shirt, Valentin ne baissa pas le regard, fixant le vampire. Lui expliquer? Lui expliquer quoi? Que le spirit était à coté d'eux, essayant de retrouver leur trace, pour envoûter le jeune l'humain? Lokhyan refusait de voir Valentin devenir un monstre, il ne voulait pas que ça arrive. Il avait déjà bien trop souffert à cause de cette créature mystique. Il avait tué les deux femmes qui avaient pu briser la pierre qui était à la place de son cœur. Le Spirit lui avait tout prit, en ne lui laissant que l'immortalité. Le vampire refusait d'offrir a Valentin ce cadeau empoissonné. Il ne le méritait pas. Personne ne le méritait. Pas même le plus horrible des hunters, pas même les ennemis du vampire. Personne. Lokhyan resta impassible, fixant durant quelques secondes le regard haineux de Valentin. Se rapprochant de lui, il pouvait sentir le souffle chaud de l'être humain sur sa peau glaciale. Depuis combien de temps n'avait-il pas été aussi proche d'un être au cœur battant et encore en vie?

      "Reste avec cette odeur, et tu crèveras comme les milliers humains envoûtés....

      Fit-il dans un murmure, proche des lèvres gorgés de sang du bellâtre. Son odeur était appétissante et si Lokhyan ne s'était pas promis de l'aider, il en aurait bien fait son quatre heure. Il résistait difficilement à la flagrance humaine, et laissait rapidement ses désirs prendre le dessus. Mais s'il lui avait laissé la vie sauve lorsqu'il était enfant, ce n'était pas pour rien. Valentin serait plus à sa place en tant que vampire, que dans l'estomac de Lokhyan. Attrapant sa main, il lui donna une seconde fois, ses vêtements l'humain n'ayant plus le choix.

      "C'est soit ça, soit je te transforme. Je pense que tu préfères la première solution, non?

      Un brin ironique, Lokhyan sourit à peine à Valentin, puis se recula, attendant qu'il s'habille. Mais l'heure n'était plus à la rigolade. A quelques mètres d'eux, la fumée noire déambulait dans le Hide Ravage, à la recherche d'une pauvre âme innocente à envoûter. A présent,il n'y avait plus aucune frontière, alors qu'il y a seulement quelques mois, le spirit ne se serait jamais aventuré dans le Hide Ravage. Comment tenir à l'écart la créature la plus dangereuse de ce monde? Comment se protéger d'elle lorsqu'on n'est qu'un simple humain? Lokhyan avait beau être un tortionnaire, il voulait trouver une solution. Pas pour protéger et sauver les humains, non, mais plutôt pour garder en vie la seule nourriture des éternels. Comment les vampires survivront-ils si le sang humain est envoûté par le Spirit? Ils crèveront comme les autres et ce sera la fin d'une seconde espèce.

      "Valentin, je ne t'ai pas tué la première fois, alors que chaque être vivant s'était retrouvé sur mon passage a fini en un tas de cendre. Fais moi confiance.

      L’iris cramoisi du vampire resta fixée dans celle brillante du jeune humaine. Comment faire confiance à l’homme qu’on a toujours détesté, ou admiré? Valentin devait laisser sa vie entre les mains de Lokhyan s’il souhaitait la garder. Et il ne lui restait que quelques minutes pour se décider a retirer sa chemin, et à l’offrir a son ennemi. Ou il serait envoûté comme tout les autres, et ça, Lokhyan ne pourrait rien y faire.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself


Dernière édition par Lokhyan Raphaël Dewitt le Mar 22 Déc - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Broken soul Ω Searching for you ∞ Searching for me

avatar


♦ Lettres Envoyées : 466
♦ Crédit : By Angelys
♦ Citation : Moi sans toi n'est rien...

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 24 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Mar 22 Déc - 15:11

Le ton de Lokhyan changea du tout au tout, et c'est avec une espèce de mépris non voilé qu'il s'adressait alors à l'Humain. Les ordres ne fonctionnaient pas alors le vampire passait aux menaces... Valentin devait bien avouer que cette technique avait plus d'effet sur lui ; il commençait à penser que Lokhyan ne s'inquiétait pas pour rien - et qu'il était fort bien capable de le bouffer plutôt que de le laisser crever par la main d'un autre que lui. Pensée originale qui fit presque hausser un sourcil au jeune homme ; il ne concevait pas que le vampire puisse réellement envisager de le transformer - le tuer, oui.

Il fallait admettre aussi que Lokhyan en imposait... Il s'était rapproché de Valentin à le toucher et murmurait ses menaces avec un aplombs qui n'aurait pas manqué de faire taire le plus teigneux des hunters. Avec ce qu'il fallait d'urgence dans la voix pour le convaincre qu'il n'y avait pas de temps à perdre en disputes stériles de gamins de maternelle. La confiance n'entrait pas en ligne de compte. Non. Il ne pourrait jamais y avoir de confiance entre eux.

Parce que les vampires effrayaient Valentin. Que ceux-ci décident de l'épargner ou non.

Avec des gestes hargneux - on n'évacuait pas sa colère contre Lokhyan d'un simple claquement de doigts - le jeune homme retira veste et chemise pour les remplacer par le T-shirt du vampire, taché de sang et encore humide. Le contact du tissu souillé lui arracha une grimace, mais il ne détourna pas le regard de celui de son aîné - à vrai dire, cela valait mieux que de lorgner sur cette affreuse cicatrice qui barrait son torse. Jeter toute sa haine dans ce regard était tout ce qu'il pouvait faire pour lui signifier à quel point ils étaient différents et le resteraient, quoi qu'il arrive.

Les yeux rivés à celui de son ennemi-allié, baguette en main, Valentin attendait des explications - qui ne venaient pas. Sa fureur augmentait avec son ignorance, et cette petite voix sournoise qui lui soufflait que Lokhyan se moquait de lui. Il avait clairement eu peur qu'un nuage - aussi noir soit-il - s'attaque à l'Humain ; pourquoi ? Il avait parlé d'envoûtement. Valentin n'était pas très au fait de l'actualité, d'accord, mais ça, il en avait entendu parler. Et il ne s'était encore jamais laissé dire qu'un peu de brume pouvait répandre cet envoûtement. A ce qu'il savait, ce machin progressait un peu comme la rage : une plaie ouverte, et le virus s'infiltrait en vous, et fini, plus de libre arbitre.

-N'essaye pas de me mener en bateau, lâcha-t-il. Depuis quand cette espèce de peste nouveau genre se transmet par l'air ? J'ai jamais entendu ça.

Comment diable une soirée aussi ordinaire que celle qui avait commencé aujourd'hui avait-elle pu tourner de cette façon ? Plus les événements s'enchaînaient et plus la question tournait en boucle dans sa tête. Il voulait retrouver Blandine, pas se retrouver en plein cœur de batailles avec lesquelles il n'avait rien à voir !

Il avait presque envie de courir à travers ce brouillard pour s'échapper de ce territoire de malheur et rentrer chez lui, où l'attendaient déjà assez de problèmes comme ça. Seul le retenait Lokhyan, et l'obstination avec laquelle il s'appliquait à prétendre vouloir le sauver. Jusqu'à présent, et même s'il se maudissait d'avoir suivi le vampire jusqu'ici, il ne pouvait pas nier que celui-ci avait tout fait pour le garder en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975 Sam 26 Déc - 10:34

      Enfin. Valentin retira avec hargne ses vêtements, ne lâchant pas des yeux le millénaire. Il était énervé, il le haïssait mais il l'avait tout de même écouté. Allez savoir pourquoi, mais l'humain le regardait malgré son dégoût, il le respectait pour x raisons. Lokhyan, lui, devait le protéger, c'était son rôle, il se l'était promis, mais Valentin ne lui devait rien. Rien du tout. Car même s'il voulait retrouver cette fille dont il parlait souvent, même si les vampires, le spirit, le rendaient fou, Valentin restait près de Lokhyan, comme aimanté vers lui. Ils étaient liés depuis longtemps, mais ça, l’humain n’en avait pas encore pris conscience. Attrapant son t-shirt, Lokhyan l’enfila rapidement, essayant de passer outre la délicieuse odeur que son protégé dégageait. Un petit sourire apparut sur le son visage, amusé par le comportement de son ami- puait il autant que Valentin le mimait ? Où n’était ce qu’une réaction typiquement humaine ? Personne ne lui avait jamais dis quelque chose sur son odeur vampirique. En même temps, personne ne disait rien de déplaisant à Lokhyan Dewitt. Sauf Charlotte. Ils s’étaient retrouvés il y a quelques semaines déjà, et s’était la première fois que l’éternel sortait de la petite maison coquette de la douce. Passer des nuits et des jours à la regarder, à examiner sa peau sous tous les angles possibles, à apprendre par cœur les formes de son corps. Lokhyan aurait pu rester encore enfermé, ne pensant à rien d’autres qu’à elle, mais sa soif, et surtout son rôle, l’avaient obligé à sortir de sa prison dorée. Selon les vampire,s il devait reprendre les reines de leur monde, mais encore hésitant, le bellâtre laissait ce rôle a son frère de cœur, Alexey Andropov. Reprendre sa place signifiait qu’il allait devoir se battre, et encore laisser quelque chose lui appartenait derrière lui. Il avait déjà perdu la femme qu’il aimait, une main, ainsi que de nombreuses parties de sa peau, suite aux agressions infructueuses des hunters, il ne voulait pas perdre la dernière chose qui lui restait. Charlotte.
      Secouant la tête, essayant d’oublier cette pensée, il releva le regard vers Valentin, qui lui parlait à nouveau. Combien de temps était-il resté, planqué dans son paradis imaginaire, pour ne rien connaître du spirit ?! Comment ne pouvait-il pas savoir que la puissance du spirit avait été multipliée par trois au cours des derniers mois, lui permettant de se promulguer par simple inhalation ?! Lokhyan resta silencieux durant quelques instants, étonné de voir que l’hunter n’avait aucun connaissance de l’ennemi qu’il aurait du combattre ce soir là si le vampire n’était pas entré dans sa vie.

      « Il s’agit de la forme originelle du Spirit. Si elle te touche, si elle réussit à s’engouffrer dans ta gorge. Tu perds automatiquement ton âme. Jamais l’humain qui est en toi reviendra. Jamais.

      Le silence qu’avait engendré sa parole lui fit comprendre qu’ils devaient partir maintenant. Lokhyan agrippa la main de Valentin, et le hissa de nouveau sur son dos, sans attendre que l’humain lui réponde qu’il était assez grand pour marcher seul. Si son plan marchait, le spirit ne s’entourait que l’odeur du vampire, celle de l’humain était dissimulée. Mais il devait être sur ses gardes. Si la fumée noire les ressentait, s’en était terminé pour Valentin. Sa course folle débuta alors, ses pieds frôlaient le sol a une vitesse incroyable. Passant devant le Spirit, Lokhyan ferma les yeux, pour ne pas y penser, accélérant sa course. La créature ne les suivait pas, il ne sentait plus cette horrible sensation derrière lui. Valentin sur le dos, il continuait de courir, dépassant les rues sans en regarder les noms. Puis il s’arrêta, à quelques mètres du lieu de travail du jeune Hunter. Il y quelques personnes qui traînaient devant la porte, mais aucun ne sentiraient leur présence. Lokhyan fit tomber le jeune homme à terre, s’assurant qu’il tienne sur ses deux pieds, retira son t-shirt, et le redonna à son propriétaire.

      « Si un vampire t’attaque, dis lui simplement que tu me connais, et il te laissera tranquille. Mon odeur restera ancrée dans ta peau pour le restant de tes jours, et ça les vampires le sentent. Je t’ai assez dérangé ce soir Valentin, passe une bonne nuit…

      Se retournant, Valentin pouvait apercevoir les dégâts de ses chers compagnons sur le dos martelé du bellâtre. Lokhyan était conscient que de le laisser seul était un énorme risque, il pourrait se faire arrêter, et même peut être tué par ses congénères s’il découvraient qu’il aidait le plus puissant des éternels. Mais Valentin devait être seul pour réfléchir, et prendre un choix- faire confiance à Lokhyan, ou le traquer.

      « Si tu me cherches, je le saurais, et je te retrouverai où que toi sois Valentin…En attendant, j’essayerais de retrouver cette fille que tu chéries tant…

      S’agrippant au mûr de pierre, le vampire disparut dans la nuit noire. Encore une qui venait de modifier sa route. Encore une qui allait avoir de lourdes répercussions sur son éternité. Encore une nuit typique pour le vampire.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: McCarter's - Since 1975

Revenir en haut Aller en bas

McCarter's - Since 1975

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: The magnificient London :: AUTRES COMMERCES-