AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Rolling in the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Rythm girl † To tame this relentless marauder

avatar


♦ Lettres Envoyées : 13
♦ Crédit : Enjoy

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 23 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Rolling in the dark Jeu 16 Juin - 11:28

Il n'y avait aucun doute, la nuit était définitivement mon milieu. Tout en elle me plaisait. L'obscurité qu'elle offrait, donnant une cachette aux amants, une atmosphère d'aventure dans les quartiers dévastés, et un paquet d'heure pour se perdre avant que le jour ne revienne. En somme, c'était la meilleure amie des gens comme moi. Les perdus, les rejetés par leur proche. Elle nous offrait du temps pour oublier nos malheurs. Et elle retenait les gens normaux de s'aventurer dans les rues à ce moment là, pour que ne restent que les personnes extra-ordinaires en quête de frissons.

Je n'étais pas en quête de frisson. En fait je frissonnais de colère depuis que j'avais du rester plus d'une heure dans la même pièce que ma sœur cadette quelques heures plus tôt. La soirée s'était terminée comme d'habitude. Avec une crise de larmes de crocodile de son côté et une colère froide et sourde à la raison de mon côté, me poussant à me servir de mes poings pour rétablir la justice qui s'était manifestement oubliée dans la maison de mes parents. Sauf qu'évidemment, je ne faisais pas le poids contre trois sorciers, même si j'avais réussit à aller assez vite pour faire lâcher à ma sœur son bout de bois magique pour lui en coller une avant qu'elle ne riposte par un sortilège.
Ce qui m'échappait à chaque fois, c'était de comprendre comment elle s'y prenait pour faire en sorte qu'on ne voit en elle que la pauvre victime d'une sœur tyrannique et frustrée d'être la seule sans pouvoir magique dans la famille.

Ce qui était très loin d'être le cas. Au contraire, je me sentais plus forte que n'importe quel sorcier. J'étais contente d'être différente, ce qui m'énervait, c'était que ma sœur essaie de me blesser par ce biais là. Et qu'elle arrive toujours à ne pas hériter du mauvais rôle. A chaque fois que quelqu'un intervenait, et ce depuis que nous étions gamines, la seule chose que voyait ce quelqu'un, c'était moi en train de corriger par la force cette peste. Et personne pour me croire quand je disais que c'était elle qui avait commencé.
Enfin personne, seuls mes deux frères savaient que je ne mentais pas, parce qu'ils avaient eux aussi à la supporter jours et nuits. Ce dont, merci par Merlin !, j'étais privée depuis que j'avais loué mon propre appartement. Mais je devais encore venir manger au moins une fois par semaine là bas pour prouver que ma "tare" ne m'avait tué et que j'étais toujours apte à me défendre toute seule. Et après ce genre de retrouvailles, seule la nuit pouvait me calmer.

J'aimais sentir l'air frais des ventilateurs des bars sur ma peau après avoir passé une journée chaude. Voir les gens s'amuser autour de moi sans se préoccuper de ma petite personne, ça me changeait des mines renfrognées des membres de ma famille qui me toléraient à peine parce que j'étais une cracmolle. N'être personne dans une foule de centaines de personnes. C'est ce que je voulais, n'être personne pour une nuit. Arrêter d'être Hadley Clara Elizabeth Heatherington--Smythe ne serait ce que pour quelques heures. Rien d'autre ne me ferait le plus plaisir.

Rencontrer quelqu'un lui parler comme s'il était un ami, boire comme un trou, perdre la notion du temps, et rentrer chez moi comme s'il ne s'était absolument rien passé. C'était à ça que servait l'obscurité de la nuit après tout ? Cacher tout ce qui doit être oublié. La lune le gardera comme un secret, et elle est certainement la dernière qui pourra trahir vos secrets. La lune, la plus fidèle des confidentes.

J'ai décidé de passer la nuit dans un bar, et d'adresser la parole à la première personne qui passerait par là. Le Secret Room me semblait être parfait, c'était mon frère Gabryel qui me l'avait fait découvert, pour un anniversaire de plus qui avait finit dans les larmes, il avait voulut que j'ai quand même un anniversaire digne de ce nom. Et il y était parfaitement parvenu : il m'avait laissé prendre ma première cuite, avec du Whiskey pur feu, ça n'avait pas été très long et m'avait surveillé du début jusqu'à la fin. C'était pour ça que je venais ici quand je m'engueulais avec le reste de ma famille. Je ne me saoulais pas ! Ça n'aurait pas été raisonnable au beau milieu de la nuit et toute seule dans la capitale..

Sauf qu'une demie heure plus tard, suivie par un gars encore plus collant qu'une huitre à son rocher, je regrettais mon choix de parler au premier venu. Et encore plus d'avoir montré des signes d'humanité quand il avait commencé à me draguer en essayant de le faire lâcher prise par la manière douce. Et que ça n'avait pas marché. J'aurais plutôt du être méchante, ça aurait été nettement plus efficace. Maintenant, pour regretter, à ça je regrettais.

" - Bordel Scott lâche moi ! Ai-je braillé quand il a attrapé mon bras pour m'empêcher de sortir du bar. Mais il continuait à s'accrocher. Je lui ai pincé la peau entre le pouce et l'index en m'aidant de mes ongles il m'a lâché le temps que je sorte du bar, mais pas assez méchamment apparemment pour lui faire comprendre que je ne voulais pas qu'il me suive dans les rues obscure de Hide Ravage.

Je voulais parler à quelqu'un comme à un ami, pas finir avec quelqu'un certain d'être tombé sur sa prochaine petite amie. Ça ne intéressait pas ce genre de relation. Je n'avais ni le temps, ni l'envie, ni même la patience de m'accorder sur quelqu'un.

Et Scott, dans son genre était le parfait exemple de ce que je voulais éviter en temps normal.

En sortant, j'ai bousculé quelqu'un, je me suis excusée sans regarder de qui il s'agissait, trop occupée à secouer mon bras pour faire lâcher prise au poivrot. Et celui ci n'a rien trouvé de plus malin que de me cogner contre un mur, réplique d'un vieux film pas romantique pour deux sous, en plus violent. La délicatesse ne devait pas être son fort.

Il fallait reconnaître que j'étais en assez mauvais posture là. Mais j'avais toujours l'expérience de mes poings et une bombe anti-agression dans la poche arrière de mon jean. Achetée au rayon dressage de chien, allez savoir ce que ça faisait là d'ailleurs.

" - Scott, lâche moi ou je te met du pchitt au poivre dans les yeux, ai-je menacé assez calmement pour la situation.

Il a chopé mes poignets et les a bloqué avec ses bras. Là, il passait du "lourd" à "potentiellement dangereux". Et avec les fêtards dans la rue, il ne devait pas y avoir beaucoup de gens pour remarquer ma situation assez embarrassante.
Je lui ai écrasé violement le pied. Il m'a encore une fois lâché, mais j'avais fini par comprendre qu'il allait continuer à s'accrocher.

" - Scott lâche moi bordel ! Ai-je crié assez fort dans l'espoir d'attirer l'attention de quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rolling in the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Hide Ravage :: SECRET ROOM-