AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Aide-moi... [Jason R. Lockaway]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur Message

avatar


♦ Lettres Envoyées : 125
♦ Crédit : ?

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Dim 5 Juin - 21:20

Travailler dans le dos de Elisabeth. Cela ne me dérangerait pas le moins du monde. Ou plutôt, ce serait plutôt facile, plus aisé que de lui demander directement ce qui n'allait pas. J'aurai probablement plus de chances d'obtenir des résultats concluants. Bon, si la jeune femme le découvrait, elle risquait de se fâcher. Ou de s'inquiéter plus qu'elle ne l'était déjà. Inutile de nier : au travers de ses blessures, comment ne pas deviner l'état dans lequel était la jeune femme à mes côtés ? Rien que le fait de son débarquement ici révélait bien des choses à son sujet. Mais je ne débattrai pas dessus plus longtemps. Après tout, en ayant essayé d'en discuter avec elle, je m'étais fait insulter. Tout cela était certainement trop récent pour elle, et je le comprenais.

Un enveloppe qui se décachèterait quand elle le voudrait. Quand elle s'en sentirait capable, ou qu'elle serait appelée à le faire. Personne ne savait quand cela arriverait. Pas même moi. Dans quelques minutes, secondes, dans plusieurs jours, des mois, une année entière... Je ne savais pas de quoi serait fait le lendemain. Tout comme j'ignorais la constitution véritable de mes sentiments. Et cet instant me semblait bien mal choisi pour en débattre, surtout face aux blessures de Elie, qui se révélaient, une à une, plus profondes pour certaines. Plus saillantes.

Sous mes vêtements, ceux que je lui avais prêté, je voyais alors sa lèvre fendue, gonflée, les coups sur une partie de ses épaules, le haut de son dos, son coups, ses bras. Le tee-shirt ne recouvraient pas la totalité de ses derniers, aérant les plaies. J'avais proposé de la glace, et à sa réponse, je ne peux m'empêcher de poser mes yeux sur les différentes blessures. La douche les avaient lavées, mais beaucoup demandaient plus de soin que ce qui avait été fait. Je lève mon regard sur la jeune femme, lui répondant.


" Je vais voir ce que je peux faire, ne bouge pas. "

Je m'éloigne alors, et vais chercher un vieux tee-shirt, ainsi que le bac de glaçons. Je prends en accompagnement ma trousse de secours, avant de me revenir à mon point de départ. Nouant le tee-shirt à sa base, j'y verse ensuite un bon nombre de glaçons, repliant l'autre extrémité. Je la pose ensuite doucement contre la joue de mon invitée. Surprise.

" Tiens, ce sera toujours ça. Ça te fera du bien. Ne bouge pas, je vais regarder ton oeil... Tu permets ?"

Je me penche ensuite sur son oeil, sortant un tube de crème, contenant de l'arnica. Ce serait toujours ça. J'appliquais aussi tendrement que possible la pommade fraîche sur le coup de la jeune femme, demeurant silencieux. Je ne voulais pas réveiller la douleur ; imprégner la crème serait donc un peu plus long. Je soupirais un peu.

" Elisabeth... Je suis content que tu sois venu ici. Je veux dire... Tu sais que si tu as besoin de moi, tu n'as pas à hésiter. Ne te pose pas de question. Mais je crois que tu l'as bien compris. "

Je lui adresse un petit sourire encourageant, désireux de détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Lun 6 Juin - 19:42

Si je découvrais qu'il menait quelques recherches dans mon dos... alors oui, je risquais et de me fâcher, et de m'inquiéter. Et pourtant, il ne faudrait alors pas que j'oublie que s'il faisait tout cela, c'était pour moi, pour me venir en aide. Je devrais alors en être touchée et le remercier, mais je ne pouvais pas promettre que ce serait bel et bien ma réaction sur le moment. Il me faudrait peut-être un peu de temps pour réaliser cela.
Jason avait raison. Tout cela était bien trop récent pour que je parvienne à en parler. Ce serait revivre une deuxième fois ce cauchemar, ce serait mettre Jason en danger, ce serait réaliser vraiment ce qui m'était arrivé... Et pour l'instant, je ne pouvais pas m'y résoudre. Les blessures non pas physiques mais psychologiques étaient bien trop récentes pour que je puisse mettre des mots sur ma mésaventure.

Une année entière ?! Il allait donc falloir que je prenne mon mal en patience... J'avais beau me dire que j'attendrai Jason autant de temps qu'il le faudra, je savais qu'au fond, je n'étais pas une fille très patiente. L'attente serait longue. Surtout si, au final, il m'avouait qu'il ne me considérait que comme une amie ou qu'il préférait que ça n'aille pas plus loin. Je tomberai alors de haut. Malgré moi, je nous imaginais un futur commun. De longs moments à passer ensemble. De l'amour à partager. Des soirées au restaurant ou au cinéma. Et puis plus tard, un appartement et pourquoi pas des enfants. Ce n'était que la troisième fois que je voyais Jason, certes, mais au fond, je voulais vivre un rêve de petite fille : celui de rencontrer le prince charmant. Bien sûr, je ne lui avouerait jamais tout cela. Il risquait alors de prendre ses jambes à son cou et de s'éloigner le plus possible de moi. Attendre en silence, c'était tout ce qu'il me restait à faire.

Alors qu'il était de nouveau à mes côtés, je le regardai préparer la glace. Lorsqu'il posa le linge sur ma pommette, un petit frisson me parcourut, provoqué par ce froid soudain sur ma peau réchauffée par l'inflammation. Je levai la main pour maintenir la glace en place, effleurant les doigts de Jason au passage, pour lui permettre d'avoir les mains libres et continuer ainsi de s'occuper de moi.

"Merci, je... Oui oui, bien sûr."

Aussitôt, la fraîcheur de la glace apaisa quelque peu la douleur.
Je laissai Jason appliquer de la crème autour de mon œil. C'était douloureux et il m'arrivait de gémir ou de grimacer un peu lorsqu'il passait ses doigts sur un endroit plus sensible. Il avait beau user de la plus grande délicatesse possible, il ne pouvait cependant pas effacer ma souffrance du bout de ses doigts. Tant qu'il ne décidait pas de m'emmener chez le médecin, cela me convenait. Il était hors de question de me montrer dans cet état et encore moins devoir répondre aux questions qu'il me poserait inévitablement.

Quelle drôle de façon de détendre l'atmosphère... Si cela me faisait plaisir d'entendre les premières phrases de Jason, je devais bien avouer que je n'avais pas très bien compris... ce que j'étais censée avoir compris justement. Je fronçai les sourcils. Je ne devais pas me poser de questions, mais ça allait être difficile vu que je ne savais absolument pas comment interpréter ses paroles.

"Excuse-moi mais... J'ai peur de ne pas avoir compris, justement..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 125
♦ Crédit : ?

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Mar 7 Juin - 12:12

Si vraiment Elisabeth n'avait pas voulu me mêler à cette histoire, et que je reste à part de tout ce dans quoi elle était plongée, elle n'aurait jamais dut franchir la porte de cette appartement. Elle aurait dût rentrer directement chez elle, ou se rendre chez quelqu'un d'autre. Un membre de sa famille, retrouver sa nièce et lui parler de tous ses soucis, bien que cette dernière soit un peu jeune pour encaisser le passé de Elisabeth. Mais cela aurait voulu dire impliquer la petite dans une histoire qui n'était pas la sienne, et qui risquait de lui apporter plus de problèmes qu'elle ne pouvait amener de solutions à sa tante.
Aussi aujourd'hui, c'était bien chez moi que Elisabeth s'était rendue, afin de recevoir le secours qu'elle appelait depuis qu'elle avait reçu ces coups. Qui avaient été porté par une - ou plusieurs ? - personnes qui semblaient déterminées dans leur geste. Rien ne semblait avoir effleuré la peau de la jeune femme. Chaque blessure avait été préparée, et bel et bien destinée à Elie.
Je fronçais un peu les sourcils à cette pensée.

Le temps était détenteur de beaucoup de nos décisions. Si je fais ceci, ce ne sera pas avant... Je remettrai ça à plus tard... J'aurai dut m'y prendre plus tôt... Certains sentiments y étaient même liés, nécessitant une certaine maturation avant de pouvoir s'exprimer comme ils le désiraient. Mais cela dépend aussi de la personne qui les contient, si oui ou non, elle souhaite réellement les ressentir. Le contexte joue plus ou moins en leur faveur, de même. Mais il est possible d'aller très loin, comme ça.

Alors que je lui demande de prendre la glace en main et de l'appliquer sur ses douleurs et hématomes, Elisabeth s'exécute. Je me concentrai de mon côté sur ma tâche, étalant doucement la pommade sur l'oeil jauni de mon invitée surprise. J'essayai de m'appliquer, mais les gémissements émis par la blessée ne m'encourageaient pas du tout à continuer, au contraire même. Je m'arrêtais pendant quelques secondes, et reprenais après m'être excusé, confus. Jamais je n'aurai put être infirmier. J'aurai l'angoisse de faire ressentir de la douleur aux patients, qu'ils auraient probablement put éviter. Ce métier n'aurait pas été fait pour moi. Et aujourd'hui, voilà que j'étais tout comme.

Tirant presque la langue en signe de concentration sur ma tâche, je lève de grands yeux étonnés sur Elisabeth en l'entendant me répondre. Elle... N'avait pas compris ? Ah bon. Je retirais mon doigt du contour de oeil, et souriait en coin.


" Et bien tu es venu ici parce que tu avais besoin d'aide... Donc je pense que tu as bien compris que tu peux compter sur moi si tu as besoin de quoique ce soit... "

La dévisageant, je vois ses sourcils froncés et son air interrogé. Un charme qui me va droit au coeur. Je souris un peu plus, et referme le tube de pommade.

" Voilà, je crois que j'ai terminé. "

Je me penchais vers la jeune femme, déposant un baiser sur le côté de son oeil blessé.

" On ne sait jamais, ça peut aider."

Je souriais un peu et me levais, rangeant la crème dans la trousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Mar 7 Juin - 16:13

Que disais-je... Je n'aurais jamais dû venir ici. Je le savais très bien. Enfin. Ce qui est fait est fait, et si j'avais pu revenir en arrière, j'aurais aimé tout effacer de cette journée. Tout recommencer à zéro. Je ne sais pas trop ce que j'aurais pu changer... Mais j'aurais tenté, en tout cas. Mais les choses ne se déroulaient jamais comme dans les livres de Musso.

Lorsque Jason s'arrêtait et s'excusait, je lui disais que ce n'était rien, qu'il pouvait continuer, que ça allait passer. Ca ne passait pas tellement, à vrai dire, et ça ne passerait pas tout de suite. Il faudrait un peu de temps pour que mon corps se remette des multiples coups qu'il avait dû encaisser.

"Merci... C'est gentil. Je ne suis pas venue ici par hasard, tu sais..."

Enfin la fin de la séance de torture. Finalement, la fraîcheur de la pommade, à l'instar de la glace sur ma pommette, apaisait quelque peut la douleur mais ce n'était pas génialissime non plus. J'espérais juste que je ne me réveillerais pas le lendemain avec l’œil tout violet, boursouflé, et la vision floue...
Je lui souris un peu alors qu'il me disait avoir terminé. Il était si adorable de s'occuper ainsi de moi. Je me répétais peut-être un peu là, mais qu'est-ce que je le pensais.

"Merci..."

Je laissai s'échapper un petit rire à son baiser au coin de mon œil et à ses paroles. Il en faisait tellement pour moi, j'en étais vraiment touchée.

"Le fameux bisou magique..."

Bon, au moins, il ne me parlait pas de médecin, c'était déjà un excellent point ça. Et je n'allais sûrement pas lui en donner l'idée.

Alors qu'il revenait, je le regardai, la main toujours sur ma joue à maintenir le linge glacé qu'il m'avait préparé.

"Je vais mieux Jason, occupe-toi de ce que tu as à faire... Je t'attendrai pour aller chez moi."

Je savais que son domicile était également son lieu de travail, donc s'il devait s'occuper de quelques affaires aujourd'hui, je ne devais pas l'en empêcher. En attendant, j'allais nettoyer mon assiette et mes couverts, peut-être l'aider un peu s'il avait besoin d'un coup de main pour son appartement, ou bien... me reposer, sinon ? Je n'étais pas contre l'idée de m'allonger un peu et d'essayer de faire une petite sieste, si j'y arrivais du moins. Mais je n'oserai jamais le lui demander, j'attendrai d'être chez moi pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 125
♦ Crédit : ?

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Mer 15 Juin - 18:59

A chaque instant où j'entendais la jeune femme gémir par un geste que j'avais peut-être eu trop dur, trop brusque, je me retirai, alors encouragé par Elisabeth pour ne pas lâcher prise devant sa sensibilité. Sensibilité qui pouvait d'ailleurs être bel et bien excusé, suite aux coups qu'elle avait reçu avant son arrivée à mon appartement. De mon côté, je ne savais comment j'aurai réagi face une telle situation. J'aurai probablement été touché, autant dans mon honneur, ma fierté et mon intimité, que vexé, et gêné par le fait de demander ainsi de l'aide à Elisabeth. Mais que la jeune femme se rassure, elle n'avait rien à craindre de moi., et ne devait ressentir aucune honte.
A sa phrase, j'esquissais un sourire avant de me redresser.


" Je sais, Elie. "

Je n'appuyais sur aucun autre point. Nous n'avions pas à en discuter pour l'instant, notre dernière entrevue ramenant de nombreux souvenirs, qui étaient remplis de signification. Que je passais constamment sous silence, mais qui se comprenait progressivement. A son remerciement, et son rire, je souriais un peu plus. C'était beaucoup mieux que les injures que j'avais reçu auparavant, alors qu'elle se trouvait sous la douche. A sa remarque, je m'éloignais pour ranger la trousse de secours.

" Une méthode qui a fait ses preuves, et plus encore ! "

Appeler un médecin reviendrait à en dire plus que tout ce que je savais. Et Elisabeth risquerait par la suite d'avoir des ennuis. Alors c'était une idée à mettre de côté. Revenant auprès de mon invitée, je lui récupérais ses couverts, avant qu'elle n'ait put faire quoique ce soit. Je lavais tout cela dans l'évier, et revenais ensuite.

" Ne t'en fais pas, j'ai juste deux-trois affaires à emporter. Mais si tu souhaites te reposer avant de partir..."

Je m'éloignais, et allais ouvrir la porte de la chambre.

" La chambre est à ta disposition toute entière. Ce n'est pas que je veuille te blesser, mais tu as une petite mine."

Je lui offris un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Mer 15 Juin - 21:39

Le voyant prendre mon assiette et mes couverts, j'allais lui répliquer que j'allais m'en occuper mais n'en eus pas le temps. Et je n'osai pas l'en empêcher. Cependant, j'étais gênée qu'il en fasse autant pour moi. Je n'étais pas handicapée, non plus, juste un peu... blessée. Mais je pouvais encore marcher et m'occuper de quelques petites choses. Seulement, je doutais que mon hôte l'entende de cette oreille. Il devait se faire du souci pour moi et même si j'avais du mal à le concevoir, je devais admettre que je ne pouvais que le comprendre. Si c'était lui qui avait débarqué chez moi dans cet état, je me ferais un sang d'encre.

C'était un gros sous-entendu que j'avais fait et volontairement, cela va de soi. Pas que je tentais de presser Jason à se décider, mais j'avais, comme toujours, envie d'être sincère avec lui. Cela pouvait peut-être le mettre mal à l'aise, mais je ne m'en rendais pas tellement compte. C'était sans doute un de mes défauts : ne pas faire attention à ce que pourrait ressentir mon interlocuteur.
En tout cas, il était clair que ce n'était pas vraiment le moment d'aborder un tel sujet. Même si j'avais hâte, d'un certain côté, de mettre les choses au clair avec lui, je crois que j'aurais été incapable de le faire maintenant. J'avais bien d'autres choses en tête pour le moment, des choses plus... graves. Il s'agissait quand même de la survie ou du moins de la liberté d'une amie, ainsi que du maintien de l'intégrité physique de mes proches et moi, ce qui était nettement plus important que mes histoires de cœur.

Il n'avait aucunement l'intention d'appeler un médecin, et tant mieux. A vrai dire, mon état ne le nécessitait pas non plus, il faudrait peut-être voir dans les prochains jours si mes blessures me faisaient toujours autant souffrir. Mais pour l'instant, c'était hors de question et Jason s'en doutait, de toute façon. J'étais sûre qu'il y avait quand même pensé, mais qu'il connaissait d'avance ma volonté.

Patiente, j'attendis, toujours sur le sofa, qu'il finisse sa vaisselle. Je maintenais toujours contre ma joue la glace, de moins en moins froide soit dit en passant, mais qui continuait d'apaiser quelque peu la douleur. Lorsqu'il revint, je me levai, gardant le linge dans ma main. A sa proposition, je m'avançai un peu vers lui, hésitante.

Cette chambre... J'en gardais un souvenir ardent. La nuit que nous avions passée ensemble, si intense, si passionnelle... Ca me faisait bizarre de me dire que j'allais retourner dans cette pièce que je ne pensais pas revoir de sitôt, et dans des circonstances totalement différentes de la première fois. Jason devait bien voir mon mal-être et comprendre d'où venait mon hésitation à accepter sa proposition. J'avais pourtant bien envie de m'allonger un peu, l'épisode de ce matin m'avait quand même bien fatiguée, mais... Non. J'étais ridicule à chercher des excuses ainsi. Je n'étais pas en forme, j'avais une petite mine, la chose la plus raisonnable à faire était donc d'aller m'allonger un peu, en attendant qu'il finisse ce qu'il avait à faire.

"Je... Je crois que je vais aller m'allonger un peu, oui, merci."

Lui adressant un sourire, je passai devant lui et pénétrai dans la pièce, regardant un instant autour de moi. Rien n'avait changé, tout semblait exactement à la même place que dans mon souvenir. Puis je me tournai vers Jason, mal à l'aise, n'osant pas fermer les rideaux et m'allonger sans qu'il ne me le propose lui-même, d'autant plus que des images de notre nuit d'amour ne cessant de me revenir en mémoire, à l'instar de flashes qui auraient décidé de m'assaillir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 125
♦ Crédit : ?

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Dim 19 Juin - 21:31

Qu'une personne arrive chez vous en sonnant à la porte, ou sans frapper est une chose. Que cette dernière soit couverte de coups, d'hématomes et de blessures en est une autre. La réaction que l'on peut avoir par la suite est totalement différente. Ainsi, comment ne pas être inquiet pour Elisabeth.

Comme je l'avais dit, alerter un médecin n'amènerait pour l'instant certainement que des ennuis. A part peut-être un avis plus professionnel sur la situation dont nous n'avions pas besoin actuellement, et dont nous saurions nous passer tant que tout ne serait pas remis au clair, et surtout arrangé. Ce qui ne serait pas une mince affaire.

Je n'avais fait que proposer ma chambre à mon invitée. Après tout, la jeune femme était toujours dans un piteux état, meilleur qu'à son arrivée certes, mais ce qu'elle avait dernièrement vécu devait encore la travailler. Peut-être désirerait-elle ainsi dormir. Tout oublier. Le temps de quelques minutes, ou de quelques heures. Redevenir soi-même, afin de se retrouver, et de se rassurer, s'apaiser.

Alors que je lui avais lancé mon invitation, je la vois hésiter. Je posais mon regard sur la chambre, qui était pourtant bien rangée : je savais ce qui la bloquait ainsi.
C'était la dernière fois que nous nous étions retrouvés tous les deux dans cette pièce. Ou dans cet appartement, plutôt. Les souvenirs me revenaient aussi, que je le désire ou non. Des sentiments de cette intensité, une fois ressentis, ne peuvent que laisser une marque. De plus lorsqu'ils ne sont pas éteints.

A son remerciement, j'hochais la tête, et lui lançais un petit sourire. Je ne voulais pas la mettre mal à l'aise, loin de là. Je la vois cependant hésiter, et demeurer debout au centre de la salle. Toujours à l'entrée, je souris un peu plus, amusé.

" Mets-toi à l'aise, prends ton temps. Je te laisse te reposer, viens me voir lorsque tu souhaiteras partir."

Je m'éloignais alors, fermant la porte derrière moi. Elle l'ouvrirait si elle le désirait.
Retournant à mon bureau, je réunissais quelques affaires, que je rassemblais dans un sac à dos. Des dossiers en cours, en retard, mon chargeur de téléphone, mon ordinateur et le matériel qui le concernait, mon carnet de notes... Les affaires vestimentaires attendraient que la belle endormie ne se réveille.


Une bonne heure plus tard, la concernée vint me retrouver. Je lui souriais, amusé de sa mine encore endormie, et récupérais le reste de mes affaires, pour ensuite clôturer l'appartement. Le petit "chez-soi" de Elisabeth nous attendait. Ce serait certainement plus sûr. Ce fut en voiture que je l'emmenais. Les regards des passants n'étaient pas les bienvenus. Et nous nous ferions probablement moins remarquer ainsi.

Je me garais plusieurs mètres avant notre destination. Si vraiment quelqu'un en voulait à Elisabeth, ce que je n'espérais pas, mieux valait éloigner mon véhicule de son colimateur dans ce cas. Sortant, j'ouvris ensuite la portière de ma passagère et lui saisissait doucement la main afin de la faire sortir, ne la lâchant pas pour autant le long de notre trajet. J'étais là à présent, et je comptais bien le faire comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Lun 20 Juin - 15:34

Du sommeil, il était vrai que j'en avais besoin. Oublier un instant ce qui s'était passé ce matin et la pression que les chasseurs m'avait mise sur les épaules... Je serai sans doute un peu plus fraîche à mon réveil.
Je finis donc par accepter sa proposition. Déposant un tendre baiser au coin de ses lèvres au passage, je rejoignis sa chambre et m'étendis sur le lit. Bien sûr, je repensais à cette nuit que nous avions passée ensemble. Tiens, était-ce une coïncidence que je me sois mise du même côté du lit ? Peut-être pas. Il me semblait que je me souvenais de la moindre parcelle de sa peau, du goût exact de ses lèvres, du parfum de son cou. Penser à cela me permit de quitter un instant mes sombres idées qui me hantaient jusqu'à présent. Je finis par trouver un semblant de sommeil, quelque peu agité de mauvais rêves néanmoins. Je me réveillais assez souvent, mais j'étais si épuisée que Morphée m'attirait alors rapidement dans ses bras une nouvelle fois.

Au bout d'une heure d'un sommeil qui ne fut guère réparateur, je finis par me lever et rejoignis Jason dans le salon, me frottant les yeux pour tenter de me réveiller un peu. Son sac à dos était déjà prêt ou presque, il ne manquait plus que quelques vêtements de rechange. Tandis qu'il finissait de se préparer, je regagnai la salle de bains où je remis mes vêtements sales. J'étais déjà loin d'être présentable, je n'allais pas en plus sortir avec les affaires de Jason sur le dos qui me faisait ressembler à un sac en toile de jute - pour ne pas dire à un sac à patates.

Nous ne tardâmes pas à partir, en voiture. Quelle délicate attention. Je n'habitais pas loin mais quelques embouteillages nous retardèrent quelque peu. Je regardait les passants indifférents à la lenteur des véhicules. Certains semblaient heureux, d'autres pressés, d'autres tourmentés. J'aimais regarder ainsi les gens passer. assise dans l'herbe de Hyde Park le plus souvent. Mes pensées était alors totalement ailleurs et pourtant, je mettais sur chaque passant un mot. Présentement, je pensais à ce que j'allais bien pouvoir dire à ma nièce pour justifier mes blessures et la venue de Jason à la maison. Comment allais-je le présenter ? Il n'était pas vraiment mon copain, pas un simple ami non plus, et je ne me voyais guère l'accueillir à son retour de l'école en lui disant "Bonjour Thalie, je te présente Jason, mon amant". Je gardai néanmoins toutes ces questions pour moi et ne prononçai presque pas un mot de tout le trajet. Pendant deux ou trois minutes, je fredonnai presque sans m'en rendre compte les paroles de la chanson qui s'échappait de l'autoradio - Memory, de Barbra Streisand.

Enfin, nous arrivâmes dans ma rue. Jason trouva une place de stationnement non loin de mon immeuble. Parfait. J'espérais simplement ne croiser personne entre sa voiture et la porte de mon appartement. Alors que je récupérais mon sac à main posé à mes pieds, mon chauffeur ouvrit ma portière et me tendit sa main. Lui adressant un sourire, je la saisis et sortis du véhicule.
Nous nous rendîmes rapidement à l'appartement, sans rencontrer personne, main dans la main. Je ne la lâchai que pour sortir mon trousseau de clés de mon sac et ouvrir la porte de mon antre.

Je le précédai à l'intérieur. Sur la gauche s'étendait directement le salon avec, à sa gauche, la cuisine séparée. Au fond, droit devant nous, un couloir. Une chambre de chaque côté, la salle de bains au bout. Le tout semblait un peu désordonné. Nous avions de nombreux livres, CD, DVD qui s'entassaient sur les étagères du mur le plus grand, du sol jusqu'au plafond. Pour tous meubles, un canapé, une table basse, une table ronde et des chaises. Le téléviseur était perdu au milieu des bouquins. Au fond, près de la fenêtre, mon ordinateur un peu vieillot trônait fièrement sur mon bureau. avec mon petit matériel d'enregistrement. Sur les murs, des dessins de ma sœur étaient encadrés, mettant quelques taches de couleur au milieu des murs peints en blanc.Je ne pouvais me résoudre à les retirer, malgré son départ. C'était une façon de la garder un peu ici malgré tout. Le parquet en bois sombre et les poutres de la même couleur, ainsi que le plafond mansardé, donnait un aspect un peu ancien à l'appartement mais c'était ce qui nous avait plu. Nous avions réussi à lui donner la petite ambiance cosy que nous cherchions, même s'il nous avait toujours été impossible de maintenir le salon en ordre. Des piles de papiers, livres, autres documents faisaient partie du décor de la pièce, mais c'était ce que j'aimais appeler, en français, du bordel organisé.

Avançant dans la pièce, je lui désignai le canapé.

"Bienvenue chez moi. Installe-toi, fais comme chez toi. Je reviens dans une minute."

Je rejoignis ma chambre et piochai dans mon armoire des vêtements propres. Je voulais quand même être présentable et un tant soit peu sexy pour Jason, tant qu'à faire. Sans compter qu'ôter ces affaires sales qui me collaient à la peau ne pouvait me faire que du bien. Je choisis un jean clair et un pull gris moulants, les enfilai et me recoiffai rapidement avant de rejoindre mon invité.

"Excuse-moi, j'avais vraiment besoin de me changer. Je peux te proposer quelque chose à boire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 125
♦ Crédit : ?

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Ven 24 Juin - 22:42

Arrivés dans le quartier de ma jeune invitée, et à présent hôte, je garais la voiture un peu à l'écart. Lui ouvrant la porte, je n'avait ensuite pas lâché la main d'Elisabeth, au cas où nous rencontrions quelconques ennuis. Je l'accompagnais silencieusement jusqu'à la porte d'entrée de l'immeuble, ne croisant personne dans la rue. Je ne lâchais pour autant pas mon attention sur tout ce qui nous entourait ; si vraiment Elie avait de graves ennuis, ce dont je ne doutais guère, mieux valait être prudent à tout moment.

Acceptant que la jeune femme ne se dégage de ma petite emprise, je la suivais dans les couloirs, les escaliers - " Ascenseur en panne, veuillez utiliser les escaliers, nous sommes désolée de ce désagrément et tentons de le résoudre dans les plus brefs délais. Merci de votre compréhension. " - et observais silencieusement la porte de cet appartement dans lequel je ne m'étais encore jamais rendu. Mon sac en main, je pénétrai dans l'antre de la famille Latiolais une fois le déverrouillage effectué.

L'atmosphère de cet habitation était étrange. A la fois triste, enfantine et réconfortante, elle surprenait par tous les détails qui la constituait, de la couleur blanchâtre des murs accompagnée de quelques dessins colorés, aux meubles correctement installés, en passant par le poste de télévision perdu au milieu d'un tas impressionnant de livres. Inutile de préciser que je n'en avais sûrement pas lu la moitié. Et encore, je suis gentil : j'aurai en effet put dire le tiers. Passant dans le couloir d'entrée, je remarquais l'excès de papiers, documents et autres paperasses en différents coins des pièces, et appréciais ce détail : enquêteur de mon côté, ce genre de détails faisait parti de mon quotidien.

A l'invitation de Elisabeth, j'acquiesçais doucement d'un signe de tête, posant mon sac aux côtés du canapé. Je rangerai tout cela plus tard.


" Merci, mais prends ton temps, ne t'en fais pas. "

M'exécutant et rejoignant ainsi le confort des coussins du canapé, je laissais mon hôte aller se faire un brin de toilette. La pauvre devait sûrement le désirer depuis un moment. C'est cependant surpris et charmé que je la vois revenir changée, plus à l'aise, et surtout... Plus élégante. Je baragouinais en lui répondant, quelque peu déstabilisé. Il fallait garder les pieds sur terre, mon cher Jason.

" Wouaw, je.. Heu... Oui, merci. Qu'est-ce que tu as ? "

Je la rejoignais, attendant ses propositions. Mon regard déviait cependant un peu, et je le ramenais bien vite à l'ordre.

" Tu es... Charmante comme ça, Elie. Et sûrement plus à l'aise que tout à l'heure, non ? "

Je lui offrais un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway] Dim 26 Juin - 23:43

"Dans les plus brefs délais", pour le syndicat de copropriété, c'était trois ou quatre ans. Autant dire que cela faisait une éternité que je n'avais pu y mettre les pieds. L'immeuble n'était pas très haut, heureusement, mais ma petite voisine du dessous - une petite mamie bientôt octagénaire - ne manquait pas de me faire part de tous ses malheurs de dos, de hanches et de genoux et de la souffrance que lui engendrai la montée quotidienne de trois étages. Heureusement que nous ne l'avions pas croisée, il m'arrivait de parler pendant trente minutes de son arthrose et de ses rhumatismes.

Que Jason se rassure, je n'avais pas non plus lu le tiers de tous ces bouquins. A vrai dire, ils appartenaient aussi bien à moi qu'à mes deux frères aînés, à ma sœur jumelle (qui n'avait pas tout prix en partant) ou à ma nièce. Quant aux piles de paperasse qui semblaient intéresser Jason, s'il pouvait y faire un peu de rangement, je n'étais pas contre. Le désordre apparent de mon appartement m'exaspérait un peu parfois, mais je devais bien avouer que j'en étais la seule et unique responsable.

Oui, je désirais faire un brin de toilette ou plutôt changer de vêtements depuis un moment déjà. Pouvoir enfiler des vêtements propres, qui n'avaient pas été salis par les chasseurs, Pouvoir passer une brosse dans mes cheveux qui avaient tendance à boucler un peu avec l'humidité. Etre un peu plus présentable face à Jason mais me sentir un peu mieux dans mon corps, également, c'était important pour ma dignité qui en avait quand même pris un sacré coup le matin-même.

A mon retour dans le salon, je remarquai bien le trouble de Jason. Je n'avais pourtant rien revêtu d'extraordinaire, ni enfilé un masque qui dissimulerait les hématomes sur mon visage. Je lui adressai un peu sourire, quelque peu gênée mais malgré tout flattée de le mettre dans un tel état, et traversai le salon pour rejoindre la cuisine et lui faire un inventaire des boissons -alcoolisées ou non- que je pourrai trouver dans mes placards.

Alors que j'inspectai le contenu d'un meuble, je fus surprise d'entendre la voix de Jason juste derrière moi. Je n'avais pas prêté attention au bruit de ses pas. Je me redressai et lui adressai un petit sourire, les joues légèrement rosées -et violacées, mais ceci n'est qu'un détail, n'est-ce pas. J'avais l'impression d'être une adolescente de quatorze ans à qui son premier amoureux lui dit qu'il la trouve belle. Mon Dieu, je me faisais honte, parfois.

"En effet... Et merci du compliment."


Me penchant à nouveau, je commençai à lister les boissons en ma possession.

"Whisky, de quoi faire un mojito, bière, ou dans le soft, limonade, jus de fruits, sirop de cassis ou coca."

Je ne voulais pas passer pour une alcoolique à ne lui proposer que des boissons alcoolisées mais pour ma part, mon choix était fait. J'avais bien besoin d'un petit remontant - non pas que Jason n'était pas suffisant, mais c'était... différent, dirons-nous.

Son choix fait, je lui servis sa boisson avant de me préparer un whisky-coca. Seule, j'aurais sans doute pris un - ou plusieurs - whisky pur mais devant Jason, j'essayais quand même d'être un peu plus civilisée... va-t-on dire.
Déposant le tout sur la table basse, j'invitai Jason à s'installer de nouveau sur le sofa. J'approchai un cendrier et un paquet de cigarettes avant de m'asseoir à mon tour et de ramener les jambes vers moi, légèrement tournée vers mon invité. Je sortis ensuite une clope avant de l'allumer, tendant le paquet à Jason s'il en voulait une.

"Je ne sais pas ce qu'on va dire à ma nièce... A vrai dire, je ne sais pas comment te présenter, justifier mes hématomes et encore moins ta présence ici.."

Ami, chéri, amant, connaissance... De toute façon, ma nièce serait bien assez intelligente pour rapidement comprendre qui il était vraiment.
Je fixai le regard de Jason, guettant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aide-moi... [Jason R. Lockaway]

Revenir en haut Aller en bas

Aide-moi... [Jason R. Lockaway]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Résidences :: KNIGHTSBRIDGE :: Logement de J. Lockaway-