AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

« All fights are awesome for the victorious » ▬Antonine Maillet #Ebony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur Message

avatar


♦ Lettres Envoyées : 67
♦ Crédit : LLAM

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 20 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: « All fights are awesome for the victorious » ▬Antonine Maillet #Ebony Lun 17 Jan - 15:32

Je me sentais vraiment, vraiment toute flasque. Une vraie poupée de chiffon. J'étais exténuée, mais je luttais toujours. Je ne voulais pas dormir. Je ne voulais pas retrouver ce cauchemar affreux, pas après toutes les horreurs auxquelles j'avais assisté ce soir. En y repensant, j'eus comme un haut le coeur. J'avais vu des gens mourir, trucidés, lapidés. J'avais vu Cameron se faire transpercer le ventre par un sabre, j'avais vu son épaule déchiquetée, sa cuisse perforée, j'avais vu des quantités effroyables de sang. C'était trop pour moi. Trop pour n'importe qui, surement, d'ailleurs. J'eus des frissons en revoyant la scène, comme si une nouvelle vague de froid me gagnait. C'était surement ce qu'on appelait le "contre-coup". L'adrénaline m'avait plus ou moins permis de laisser toutes ces atrocités de côté pour rester concentrée jusque là, mais maintenant que je n'avais plus la moindre force, tout me revenait de plein fouet dans la figure. J'étais mal. J'avais mal. J'avais envie de pleurer, et en baissant mon regard vers ma main, posée sur l'épaule du vampire, je me rendis compte qu'elle tremblait un peu. Je me mordis les lèvres. Il disait que la douleur allait partir, j'en étais soulagée. Mais ce soulagement n'était pas suffisant pour me remettre sur pieds. Je me demandais s'il avait conscience de tout le choc émotionnel qui s'opérait en moi. En entendant sa remarque suivante, je ne pus m'empêcher d'être atrocement gênée, mais j'eus également un petit sourire, que je dissimulais tant bien que mal contre son torse. Je lui donnais un minuscule coup de poing pour réprimander son audace.

- Ton orgueil te perdra, fis-je dans un murmure amusé, mais faible.

Mais le souvenir du combat, des blessures, du sang ainsi que la peur de tomber de fatigue pour retrouver mon enfer personnel ; tout cela ne quittait plus mon esprit. Je ne pouvais pas plaisanter bien longtemps, je ne pouvais plus. J'étais trop choquée, trop anéantie. Ce soir, mon monde avait basculé alors que je le croyais déjà chamboulé depuis des années... Et Cameron n'avait pas l'air de s'en soucier plus que ça, ni même d'en avoir conscience. Il continuait de me jouer son petit jeu de séducteur, de me mener en bateau, de... jouer avec sa nourriture comme un enfant gâté. Je me redressai d'un coup, me tenant à califourchon sur lui, mes mains posées sur son torse. C'était la seule chose qui m'empêchait de retomber aussitôt, d'ailleurs, car j'avais du mal à retenir mon corps droit. Mes cheveux en bataille dissimulaient un peu ma poitrine, et j'en fus très heureuse, je n'étais pas là pour lui offrir un spectacle. Je me mordis les lèvres, car un mal de crâne s'empara de moi d'un coup, comme une barre de fer au milieu du front. Je fronçai les sourcils, agacée. C'en était trop.

- On arrête de jouer, Cameron. Ne crois pas que je fais ça par plaisir. Mon envie d'éclater en sanglots était de plus en plus présente. Mes bras tremblotaient, mes doigts se resserraient sur son torse. Cinq personnes sont mortes à cause de toi, ce soir. Cinq vies humaines. Avec des amis, des familles. Tout un entourage qui ne vont pas les voir rentrer ce soir, qui vont pleurer leurs morts, qui vont souffrir, qui ne s'en remettront peut-être jamais. C'est en pensant à eux que je fais ça. C'est pour ceux qui restent. Une mèche de cheveux glissa et cacha un peu mon visage. Une larme s'échappa de mes yeux et coula le long de ma joue. Je n'étais ni pour ces cinq chasseurs, ni pour toi, ce soir. Je suis contente que tu sois en... vie. Mais je ne peux pas l'être pleinement. Pas après les avoir vus se vider de leur sang en pleine rue. Mes bras tremblaient beaucoup trop, et je sentais les larmes dévaler mes joues. Mon bras gauche lâcha prise, et je me rattrapai juste à temps à l'accoudoir du canapé, juste à côté de la tête du vampire. Quelques larmes s'écrasèrent sur son torse de marbre. Je murmurai après un léger silence. Si jamais je m'enfuis parce que j'ai trop peur, promets-moi que tu me traqueras jusqu'à me retrouver. Promets-moi que tu ne te nourriras plus que de moi, que tu ne tueras plus personne. Promets-le.

Je plongeai mes yeux embués de larmes dans les siens, rouges sang. Je m'écroulai de fatigue sur son torse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOOD DRAWS BLOOD╰☆╮I'm a cannibal just like an animal with more charm.

avatar


♦ Lettres Envoyées : 315
♦ Crédit : moi
♦ Citation : Human blood was flowing only one way : between my teeth.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 83 ▬ 24 apparently
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: « All fights are awesome for the victorious » ▬Antonine Maillet #Ebony Mar 1 Fév - 17:25

    La fatigue se faisait encore plus sentir. Ses mains sur mon torse étaient frêles malgré qu'elle me donnait un coup juste pour plaisanter. C'était ironique d'avoir un tel moment avec une humaine. D'avoir ce moment privilégié car oui Ebony était une privilégié à mes yeux. Elle aurait pu très bien me servir de nourriture comme tout les autres humains que j'ai côtoyé dans ma vie mais la vérité était tout autre. Mon regard fut soudain attiré par le sien tandis qu'elle se positionna à califourchon sur moi. La colère émanait d'elle. Elle m'en voulait, je pouvais le sentir. Elle m'en voulait d'avoir survécu car elle l'avait espéré. Je l'écoutais parler, l'expression de mon visage redevint neutre au fur et à mesure qu'elle déballait ses mots. Elle pleurait ces humains que j'avais tué, sa gorge s'était tout bonne nouée. Je ne la coupais toujours pas dans son élan. Il était loin le temps où je pouvais comprendre ce genre de sentiment : la tristesse, la pitié, la peine. Elle avait de la peine pour leur famille, pour leurs amis qui n'allaient plus les revoir. Je me souvenais encore de ce soir où j'ai assisté à l'exécution de tout mes collègues de travail. J'avais vu l'atrocité que ma race pouvait générer. Dorénavant, c'était habituel pour moi de voir des corps déchiquetés. Des vies enlevées. C'était une habitude. Je ne réfléchissais pas aux conséquences que mes actes pouvaient avoir. Je m'amusais à les tuer. Pourtant si j'étais encore humain ou bien si j'avais gardé ma part d'humanité, peut-être que j'aurais senti cette peine de les avoir fait disparaître à tout à jamais. Peut-être que je me serais dit que leurs proches allaient être anéantis par ma faute et que ce que je faisais n'était absolument pas bien du tout. Au fond je savais que tuer des personnes n'étaient pas morales mais en même temps dans ce monde, cela faisait une éternité que la raison n'était plus présente dans les esprits.

    Elle flancha une première fois mais restait tout de même relevée encore. Juste assez pour sortir ses dernières phrases. Elle voulait que je lui promette de ne plus traquer personne d'autre ? Elle voulait que je ne morde plus personne à part elle ? Des promesses que je pourrais tenir si je le voulais. Cependant, tout à l'heure je lui avais déjà dit que je me contenterais juste de son sang non ? Ce n'était pas assez suffisant pour elle ? Des promesses. C'étaient juste des paroles en l'air qu'on pouvait dire pour faire plaisir à l'autre. Ce n'était pas mon domaine, je n'étais pas doué à tenir parole à des choses aussi futiles comme ça. Cependant avec Ebony, c'était autre chose. J'avais envie d'essayer pour une fois. Je l'accueillais de nouveau contre mon torse, restant dans mon mutisme encore un instant. Elle était toujours apte à entendre ma réponse et pourtant je devinais qu'elle était en train de sombrer peu à peu, rejoignant doucement le monde du sommeil. Mon regard se figea sur le plafond et une de mes mains se posa sur sa tête, caressant sa chevelure d'ébène.
    ❝ Je sais que les gens vont souffrir de ne plus voir leur proche revenir. Cependant tout ça m'est complètement égale. Tu dois comprendre que j'ai tué ces personnes car cela dépendait de ma survie et que c'était exactement pareil pour eux. Si je ne l'avais pas fait, tu m'aurais vu décapité ou en feu et ça... Ça je n'accepterais jamais que tu puisses me voir mourir devant tes yeux. ❞
    Je fermai mes paupières et humai doucement l'odeur de ses cheveux.
    ❝ Je te traquerais sans relâche si jamais tu t'enfuies, comptes sur moi. Je me nourrirais rien que de ton sang si tu le veux car le tien me suffit amplement comme je te l'ai dit. ❞
    Je me dégageai d'elle doucement, me relevant lentement et la mettant alors allongé sur le canapé. Elle était fatiguée mais je savais qu'elle m'entendait encore. Je pris une couverture qui était à côté et l'enveloppa à l'intérieur, ma main caressant ensuite sa joue. J'approchai mon visage vers le sien, murmurant à son oreille.
    ❝ Mais je ne pourrais pas te promettre de ne tuer plus personne. C'est dans ma nature, c'est pour ma survie. ❞
    Mon corps se déplaça de nouveau lentement, me reculant d'elle. Mon regard s'attarda encore un instant sur elle et je me décidai à reprendre mes affaires, prêt à partir. Pourtant je ne pouvais pas m'en aller ainsi sans laisser quelque chose. Je pris un bout de papier qui était sur sa table et inscris mon numéro de téléphone. Avant de me relever, je la regardai encore. Ce petit bout de femme qui avait chamboulé ma vie et je souris machinalement tout en disparaissant dans l'ombre, en silence.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« All fights are awesome for the victorious » ▬Antonine Maillet #Ebony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Résidences :: KNIGHTSBRIDGE :: Logement de E. Van Heel-