AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

HUMAINS [5/6]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: HUMAINS [5/6] Ven 29 Oct - 18:55

les humains


    Parfois appelés Moldus, les humains sont les êtres vivants n'ayant aucun pouvoir, aucune magie en eux, ce qui ne les empêchèrent pas de participer activement à la guerre contre le Spirit. Utilisant des manières plus... Expéditives pour combattre le Spirit autrefois, ou les vampires à présent, énormément d'humains ont été envoutés durant ces dix dernières années, et se souviennent de cette période horrible. Les Gardiens leur apparaissent souvent, bien qu'ils ne les aient pas encore bien identifiés...





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself


Dernière édition par Lokhyan Raphaël Dewitt le Sam 30 Oct - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6] Ven 29 Oct - 18:55

PARKER, HANNA YSOLDE
PRISE


© Box&Shock


Informations
31 ans (née en 2063), ancienne envoutée, humaine.

Discrète ; Renfermée ; Dure envers elle-même ; Intelligente ; Cultivée ; Puissante.

Avatar
Rachel Weizs (négociable)


Son histoire

AVANT LE DÉPART DU SPIRIT. Personne ne croit aux contes de fées. Pas depuis le début de la Guerre entre Espèces en tout cas. Et pourtant, c'est ce qu'a vécu la belle Hanna Parker. Une famille des plus typiques, qui en plus d'accepter la magie, ne voyait pas de problèmes à l'existence des vampires. Un père médecin, une mère vendeuse de prêt-à-porter, une vie simple, faite d'éclats de rires et de joie. Des amis par dizaines, des petits amis présents, un parcours scolaire pratiquement parfait, rien n'aurait prédit le destin funeste de la belle Hanna Parker.
A l'age de 21ans, elle entra en école d'infirmière, bien décidée à travailler dans la même branche que son père, et fit la rencontre la plus importante de sa vie. Un homme, oui, comme toujours. Un jeune interne qu'elle croisait pratiquement tous les jours à l'hôpital. Andreas il s'appelait. Il ne fallut que quelques mois aux deux jeunes gens pour se rapprocher et devenir un couple. L'un ne pouvait vivre sans l'autre et vice versa. Ils avaient été créés pour être ensemble, c'était un fait. Après avoir fini leur écoles respectives, ils se fiancèrent à l'âge de 27ans, et emménagèrent dans un petit appartement du centre de Londres. Une vie de rêve, un conte de fée que tous espèrent vivre un jour. Puis la noirceur du monde les rattrapa... Un soir, Hanna rentrait de l'hôpital, il était tard, il pleuvait à torrent, et elle n'entendait pas les pas rapides derrière elle. Elle n'eut pas le temps de souffrir, l'attaque fut rapide, et le Spirit s'insinua en elle par le coup de couteau que l'envouté lui avait donné. Elle resta inconsciente longtemps, deux jours peut être, derrière une poubelle, dans le froid Londonien et quand elle se réveilla, le Spirit avait eut raison d'elle, Hanna n'ayant jamais eu un caractère très fort. Pourtant, quand elle rentra chez elle, trouvant un Andreas angoissé, la véritable Hanna se réveilla, mais ne pouvait ni parler, ni agir, étant juste témoin de ce que faisait l'envouté à sa place. Violente, grossière, méchante. Pendant quelques jours, son fiancé mit ça sur le coup du stress du travail, mais comprit aussitôt que sa femme n'était plus là quand la lueur argentée fit apparition dans le regard d'Hanna. Elle essaya de le tuer quand il comprit, mais Andreas étant sorcier, il put avoir le dessus, et enferma sa fiancée dans la cave de l'immeuble. Pendant plus d'un an et demi, il veilla sur elle, essayant de trouver une solution pour la sauver, tandis que le monstre qu'était devenue Hanna devenait plus fort, plus violent. Et un soir, Andreas ne put le contenir. Quand il entra dans la pièce sombre, l'envouté ne bougea pas, comme mort, et quand le sorcier se rapprocha, Hanna lui sauta la gorge, enfonçant un bout de métal dans le torse de son amant. L'humaine à l'intérieure hurlait de tout son être et put prendre le contrôle quelques secondes pour éviter que son fiancé soit envouté. Hanna disparut après, abandonnant Andreas sur le sol crasseux de la cave. La suite ne mérite pas d'être racontée, l'horreur qu'engendra l'envouté qu'était Hanna ferait pâlir le plus téméraire d'entre vous.

DEVANT DIEU. Elle tuait quand la voix du Spirit lui est parvenue. Elle allait envouter à nouveau quand son créateur fit la révélation du siècle. Dieu. Il était Dieu. Quand elle dut choisir entre s'allier ou continuer la guerre, l'envouté ne fut pas en mesure de prendre la décision, la force de conviction d'Hanna étant beaucoup trop présente - elle voulait s'allier, et s'il fallait qu'elle meurt pour cela, elle se laisserait faire. Mais Hanna ne fut pas l'une des envoutés sacrifiés. Non, Hanna fut sauvée, et redevint humaine quelques secondes après le départ du Spirit.

LA FIN DE LA GUERRE Comment revivre après avoir commis des atrocités pendant plus de trois ans ? Comment ne pas avoir honte en sachant tout le mal qu'on a fait autour de soit? Hanna n'a toujours pas trouvé la réponse à ces questions. Durant son envoutement, elle fut consciente de chaque geste, de chaque meurtre, de chaque seconde, et pendant tout ce temps, elle ne pouvait intervenir. Vivant dans une petite chambre d'hôtel, elle y reste la plupart du temps, mais chaque jour, elle s'oblige a sortir dehors, pour prendre l'air, pour essayer de retrouver foi en elle. Pour se sentir vivre tout simplement. Hanna a changé depuis son envoutement, elle le sait, elle le sent. En elle, une envie de destruction, de danger survit, une envie qui lui vient directement de son alter-ego envouté...
Cela fait déjà quatre mois qu'elle est redevenue humaine mais pourtant, elle n'est ni retournée chez elle, voir ses parents, ni dans son appartement du centre... Que va-t-elle y trouver? Un autre couple? Une famille? Lui avec une autre? Hanna ne sait même pas si Andreas a survécu à son agression, et elle ne souhaite pas le savoir. La raison? Comment réagiriez-vous en voyant votre ancien fiancé, vivant ou mort, en sachant que c'est vous qui l'avez agressé? Que c'est vous lui avez porté le coup fatal?



ANDREAS MATTHEW ALINOVITCH
Parler d'un coup de foudre entre Hanna et Andreas ne serait pas exagéré. S'étant rencontrés à l'hôpital, pendant leur internat, ces deux-là ont tout de suite compris qu'ils ne pourraient vivre l'un sans l'autre. Ils se sont fiancés, malgré les horreurs de la guerre et ont même vécu ensemble. Mais un soir, Hanna rentra changée, et ce fut la fin de leur histoire. Envoutée, Andreas dut l'enfermer dans la cave, voulant à tout prix la sauver et la protéger d'elle-même. Mais la violence de la belle eut raison de leur amour, et elle le poignarda pour le laisser mort un an et demi après son envoutement. Hanna pense qu'Andreas est mort, maintenant qu'elle est redevenue humaine. Andreas pense qu'Hanna a été sacrifiée par Dieu. Cela fait bientôt deux ans qu'ils ne se sont pas vus, mais chacun d'entre eux porte encore sa bague de fiançailles, soit au doigt, soit au cou, comme si l'amour ne s'effacerait jamais...


BENJAMIN EDWARD MACFADEN
Voisins depuis déjà quelques mois, Benjamin et Hanna n'ont en apparence rien à voir, et pourtant, ils se ressemblent énormément. Solitaires, un peu perdus, ils ont commencé à se voir quand le jeune homme a frappé à la porte de la jeune femme, le visage en sang, après qu'une de ces petites bombes artisanales lui ait explosé à la figure. Elle l'a soigné, contente de pouvoir faire quelque chose de bien. Depuis, ils se voient régulièrement, Benjamin voyant en Hanna une sorte de grande sœur qu'il n'a jamais eu, et Hanna, retrouvant peu à peu son humanité grâce au jeune homme. Se protégeant, s'aidant, se confiant l'un à l'autre, ils s'apportent mutuellement quelque chose.






I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself


Dernière édition par Lokhyan Raphaël Dewitt le Dim 31 Oct - 16:56, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6] Ven 29 Oct - 18:57

JONES, PIERCE CLYDE


© THRILLING GLOW


Informations
34 ans (né en 2050), humain, chasseur de vampires.

Courageux ; Protecteur ; Amical ; Faible ; Obstiné ; Fidèle ; Attaché à la liberté ; Rancunier ; Justicier.

Avatar
Ian Somerhalder (négociable)


Son histoire

AVANT LE DÉPART DU SPIRIT. Fils de paysans, Pierce avait toujours profité de l'air frais de la nature, des grands espaces, se promenant, aidant ses parents aux champs, et courant sans cesse au milieu des sillons. Il aimait sa vie, prenait plaisir à planter une par une les graines qui germeraient dans quelques mois, s'occupait avec amour des animaux, et travaillait dur, pour tenter d'entrer dans une grande école de journalisme en ville. C'était certainement la nature, qui avait fait de la photographie son domaine d'excellence. Et passionné par l'écriture, Pierce avait déduit qu'il consacrerait sa vie au journalisme.
Pierce quitta la campagne pour Londres à l'âge de vingt ans, où il commença des études de journalisme, malgré l'influence grandissante du Spirit. Faute d'être embauché pour un journal après l'obtention de son diplôme, il dut commencer en tant que pigiste, écrivant des articles pour différents quotidiens encore en kiosque, comme le Sun, le Daily Express, le Today, et prenait des photos avec son vieux Canon récupéré dans une boutique vandalisée et abandonnée. Il capturait les scènes de batailles entre sorciers et vampires, caché dans des buissons, fasciné par leur force et leurs pouvoirs, regrettant de n'avoir aucune once de magie dans son sang.
Pierce découvrit un jour la photo d'une jeune femme inconnue parmi celles qu'il venait de développer dans sa chambre noire, dont il n'avait aucun souvenir de la prise. Jones préférait utiliser les anciennes méthodes, jugeant que la qualité était bien meilleure ainsi. Il retrouva la demoiselle quelques semaines plus tard dans une ruelle, coincée entre une gigantesque palissade et un envoûté avide de lui contracter son fléau. Sans réfléchir, il brisa son Canon sur la tête de l'envoûté, qui s'évanouit, ou mourut, Pierce ne prit pas le temps de vérifier. Il s'échappait déjà de l'impasse, la main de la femme dans la sienne. Elle lui indiqua le chemin de sa maison, où ils se réfugièrent, essoufflés. Puis une chose en entrainant une autre, les deux jeunes gens tombèrent amoureux l'un de l'autre, et restèrent vivre dans le logement de la jeune femme. Cet appartement se transforma rapidement en une prison au fil du temps. Plus les mois passaient, plus Pierce avait l'impression d'être enfermé dans ce ridicule deux pièces ; il se sentait comme un animal en cage, en captivité, avec de la "nourriture" infecte pour remplir sa panse. Il fallait qu'il change d'air, c'était vital.
Pierce sortit. Après des mois, il sortit. Et, pas de pot, il se fit envoûter. C'était par surprise, alors qu'il se penchait devant une vitrine brisée, les yeux fixés sur un vieil argentique. Les premiers jours furent abominables. Pierce était opprimé par le Spirit, il n'arrivait pas à reprendre le dessus, il était trop faible. Et pourtant, déterminé, Pierce réussissait à dominer, pendant quelques secondes, puis quelques minutes. Il haïssait son reflet dans le miroir, il se détestait. Il se sentait encore plus captif que lorsqu'il logeait encore chez Camilla, cantonné dans son propre corps, esclave, loin, bien loin de la liberté. Qu'est-ce qui l'avait mené à devenir ce... Monstre ? Qu'avait-il fait pour mériter ça ?

DEVANT DIEU. Pierce était au Ministère de la Magie, sous la totale emprise du Spirit, lorsque celui-ci fit sa déclaration publique. Pierce choisit l'apocalypse, il n'aurait, ainsi, plus besoin de fuir son ombre, qui ne lui ressemblait plus. Si Dieu avait été quelqu'un de bon, il aurait su que Pierce tenait à la liberté. Si Dieu avait été quelqu'un de compréhensif, ce ne serait pas Pierce qu'il aurait envoûté. Et pour ces raisons, le jeune homme abhorrait le Spirit, qu'importe qu'il soit Dieu ou Satan. Il n'avait pas foi en l'humanité, Pierce n'avait plus foi en rien.
Il se prépara alors mentalement à mourir, comptant une à une les secondes, paré à subir la fin du monde, et à entendre le dernier battement de son coeur. Le monde avait pris sa décision. Pierce leva les yeux vers le plafond, instinctivement. Et ce fut le noir.

LA FIN DE LA GUERRE. Pierce se réveilla dans une chambre blanche, couché sur un lit aux draps blancs. Était-il au paradis ? Était-il mort ? Il tourna sa tête et aperçut un homme, d'environ la cinquantaine, qui gardait un œil fixe sur lui. D'accord, il n'était pas mort, il n'était pas un de ces envoûtés sacrifiés par Dieu. L'homme eut un sourire d'excuse. Pierce soupira puis se laissa glisser sur le lit. Le livre du calvaire venait juste d'entamer le chapitre quatre.
Pierce retourna au domicile de Camilla. Elle avait disparu. L'homme mit ça sur le compte des vampires, ses nouveaux boucs-émissaires. Après tout, maintenant que les envoûtés n'existaient plus, il fallait reporter sa haine autre part.



CAMILLA SOLENN GREYS
Elle fut sa bien aimée, mais aussi son bourreau. Camilla refusait de le laisser sortir, par crainte d'être seule, Pierce acceptait par amour, par peur de la perdre. Il l'aimait, un peu, beaucoup, puis à la folie. Il admettait le fait qu'elle soit névrosée, qu'elle soit épouvantée par quelque danger pouvant atteindre sa vie - il trouvait ça tellement attendrissant. Il cédait, la laissant dominer, tandis qu'il commençait sérieusement à manquer d'air. Elle l'obsédait, mais le dégoûtait en même temps. Les intentions de Camilla n'étaient-elles pas, en réalité, totalement égoïstes ? C'était pour elle qu'il restait, bien que l'amour aussi était une des causes - bien moindre cependant. C'était parce qu'elle l'obligeait, elle avait fait de lui son doudou humain. Il partit alors, d'un coup de tête. Besoin de grands espaces, de vert, de laisser-aller. Il n'avait jamais pensé en avoir le courage, mais il l'avait fait. Et il ne rentra jamais, bien qu'il aurait aimé. Dans les rares moments où Pierce prenait le dessus sur le Spirit, il avait envie de rendre visite à Camilla, lui expliquer, s'excuser. Mais il craignait le moment où le Spirit allait dominer à nouveau. Il craignait de blesser Camilla, chose qu'il ne se pardonnerait jamais, envoûté ou pas.


DAMIAN SAMAËL BLAIR
C'est chez Damian que se réveilla Pierce. D'abord récalcitrant à l'idée de vivre, Pierce se résigna, n'étant pas suicidaire. Le jeune homme découvrit alors la haine que vouait Damian aux vampires, ce désintéressement lorsqu'il égorgeait les éternels. La passion de Pierce pour la photographie se réveilla alors à nouveau. Il capturait vampires et boucheries, essayant de saisir quelque chose d'indescriptible, que seul lui semblait voir. Il cataloguait, dans un même temps, tous les suceurs de sang que Damian exterminait, créant ainsi son propre album, son book, avec lequel il pourrait, peut-être, percer dans la photographie. Son sens pour reconnaître les éternels s'aiguisait de jours en jours, jusqu'à pouvoir les reconnaître de dos, leur démarche, et bientôt, leur traits. Tous ces éternels le fascinaient, ils se ressemblaient tellement - outre leurs yeux et leur teint cireux - et étaient tant différents. Damian lui apprenait, dans un même temps, à tuer les vampires, et parfois, à en tirer un certain plaisir. Damian faisant office de père, d'hôte et de maître, Pierce pense lui être redevable. Peut-être pas éternellement, mais pour quelques temps du moins.







I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself


Dernière édition par Lokhyan Raphaël Dewitt le Sam 30 Oct - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6] Sam 30 Oct - 12:46

MACFADEN, BENJAMIN EDWARD


© Box&Shock


Informations
25 ans (né en 2069), humain.

Sarcastique ; Opportuniste ; Surdoué ; Charmeur ; Solitaire ; Débrouillard ; Caractériel.

Avatar
Thomas Dekker (négociable)


Son histoire

AVANT LE DÉPART DU SPIRIT. Quand on ne connait pas sa véritable faille, il est parfois compliqué de se construire. Ce fut le contraire pour Benjamin MacFaden. Né sous X, il a écumé les foyers d'accueils durant toute son enfance et son adolescence, renvoyé à chaque fois pour des motifs comme" Dangereux, Irrespectueux, ou Totalement fou". Il était vrai que le jeune homme n'était pas du genre sociable, et préférait la compagnie des ordinateurs à celles des êtres humains. Surdoué, personne ne le comprenait, et mis de coté à chaque fois, il se créa une carapace aussi dur que le béton, refusant de s'attacher à quelqu'un. Des amis, des petites amis? Rien de tout cela, bien que les aventures d'une nuit soit son credo depuis sa majorité. Accro à l'informatique, il se trouva une autre passion vers l'age de 17ans - les explosifs. Fasciné par la chimie, et la construction de bombes, il mit ses talents au service de la nation quand il décida que les vampires devenaient trop nombreux et trop...libres. Depuis ses 18ans, le jeune homme construit, pose, et fait exploser ses bombes dans les repères les plus importants des vampires. La destruction du Hide Ravage est en partie sa faute. Voila pourquoi il est devenu l'un des résistants anti-vampires les plus connus de Londres, celui qui fut rapidement surnommé Mister Boom par ses congénères. Vivant dans un petit appartement depuis des années, il sait que si un jour un vampire apprend sa véritable identité, il se fera traquer jusqu'à ce que mort s'en suive. Il parait même qu'un contrat aurait été mis sur sa tête... Ce qui le fait beaucoup rire.

DEVANT DIEU. Il était dans son appartement, en train de fignoler une bombe censée tuer des envoutés et des vampires en même temps, quand la voix du Spirit lui vint. Dieu? Il n'y croyait pas une seconde, et décida de ne rien écouter, se concentrant sur sa dernière petite merveille. Puis quand le moment de faire son choix arriva, il pensa à une seule chose - tuer des vampires. L'apocalypse, en gros. Dommage pour lui, c'est l'Union qui emporta le plus de voix.

LA FIN DE LA GUERRE. Malgré la paix, malgré la volonté de certains éternels de s'allier, Benjamin n'a pas abandonné ses méthodes plus qu'explosives, et continue de semer la panique dans les lieux de rendez-vous des vampires. La trêve? Il n'en veut pas, pour lui, les vampires doivent disparaitre. Tous disparaitre. Et étant donné qu'il n'a plus d'envouté à faire exploser, il a encore plus de temps pour remplir sa mission de Mister Boom.



CAMERON DWIGHT STEELES
Cameron était un vampire parmi d'autres pour Benjamin. Un éternel à éliminer d'un Boum qui l'aurait encore fait rire. Mais lorsque la bombe, qu'il avait posée dans le bar où une réunion entre vampires avait lieu, explosa, Cameron eut le temps de sortir du lieu, sans une égratignure, tandis que ses confrères mouraient brulés. Cette histoire aurait pu ne pas avoir de suite si le vampire n'avait pas vu le terroriste, un détonateur à la main, en train de rire. Depuis, Cameron le traque, voulant une bonne fois pour toute tuer ce fou furieux. Benjamin, lui, frétille de bonheur à l'idée même de poser une mini-bombe sur le vampire quand celui-ci s'approchera de lui...



HANNA YSOLDE PARKER
Voisins depuis déjà quelques mois, Benjamin et Hanna n'ont en apparence rien à voir, et pourtant, ils se ressemblent énormément. Solitaires, un peu perdus, ils ont commencé à se voir quand le jeune homme a frappé à la porte de la jeune femme, le visage en sang, après qu'une de ces petites bombes artisanales lui ait explosé à la figure. Elle l'a soigné, contente de pouvoir faire quelque chose de bien. Depuis, ils se voient régulièrement, Benjamin voyant en Hanna une sorte de grande sœur qu'il n'a jamais eu, et Hanna, retrouvant peu à peu son humanité grâce au jeune homme. Se protégeant, s'aidant, se confiant l'un à l'autre, ils s'apportent mutuellement quelque chose.












I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself


Dernière édition par Lokhyan Raphaël Dewitt le Mer 13 Avr - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
GUARDIAN Ϟ I'll face myself To cross out What I've become

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3608
♦ Crédit : BS*
♦ Citation : "La cruauté est le remède de l'orgueil blessé"

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 1125 ans Ϟ 24ans d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6] Sam 30 Oct - 19:38

KANTI, YASMINN NITHYIA


©Box&Shock


Informations
21 ans (née en 2073), humaine et chasseuse de vampires

Affective ; Seule ; Perdue ; Volontaire ; Combattive ; Résignée ; Fidèle ; Reconnaissante ; Généreuse.

Avatar
Freida Pinto (négociable)


Son histoire

AVANT LE DÉPART DU SPIRIT. Yasminn est indienne. Issue d'une famille nombreuse dont elle est l'aînée, elle a toujours eu le coeur sur la main. Généreuse, elle s'est toujours dévouée pour aider ses frères et sœurs, quitte à prendre sur elle. Elle refusait un présent de ses parents si l'un de ses cadets pouvait en profiter. Leur famille n'était pas très riche et le fait qu'ils soient si nombreux n'aidait pas. Malgré tout, le manque d'argent ne les empêcha pas d'être heureux.
Yasminn et sa famille, comme beaucoup d'indiens, n'avaient aucune connaissance de l'arrivée du Spirit jusqu'à ce que Poudlard s'installe à New Delhi. Un après-midi ensoleillé, elle se fit attaquer par un indien au regard argenté. Chance ou destin, un élève de l'école de magie était présent à ce moment-là et intervint, évitant à Yasminn de se faire envoûter elle aussi. Assommée, il l'amena tout de même à l'infirmerie de l'école. Lorsqu'elle se réveilla, il était là. Il s'appelait Caesar. Il lui fit visiter l'école et ils se promirent de se revoir avant le départ de Poudlard. De retour chez elle, Yasminn raconta ses mésaventures et sa découverte à sa famille. Ses parents, n'ayant jamais vu leur fille aussi enthousiaste, lui proposèrent d'intégrer l'école. Ils savaient que d'elle-même, elle n'aurait jamais demandé une telle chose, ne voulant pas les abandonner. Mais ils pensèrent que c'était pour le mieux, au moins serait-elle protégée et à l'abri du besoin. Yasminn rejoignit donc Poudlard, et retrouva Caesar qui, au début de sa scolarité, se fit son protecteur et guide. Elle fit le voyage en Russie, puis en Angleterre. Au fil des mois, elle rencontra de nouvelles personnes et Caesar et elle se perdirent un peu de vue. Lorsque Poudlard ferma, débarquant en Angleterre avec les autres, elle n'eut d'autre choix que de rester avec eux. Ceux de qui elle se sentait la plus proche rejoignirent les chasseurs de vampires. Elle suivit le mouvement, se révélant être une élève douée pour la chasse. Hormis ces activités, Yasminn se porta volontaire à l'hôpital. Elle visitait les malades, leur apportait un peu de sourire et de bonne humeur. Durant ses visites, elle se rendit compte que personne ne venait voir ce jeune homme dans le coma. Andreas. Elle veilla sur lui durant les huit mois que dura son coma, s'entichant peu à peu de lui. En mai, enfin il se réveilla. Ils devinrent peu à peu amis.

DEVANT DIEU. N'étant pas chasseuse par conviction, Yasminn n'est pas exactement pour la destruction de tous. Sa famille est très croyante, pratiquant l'hindouisme. Elle ne douta pas lorsque le Spirit prétendit être le Dieu Universel, et choisit bien entendu de s'allier aux autres espèces.

LA FIN DE LA GUERRE. Quelques semaines après la disparition du Spirit, Andreas et elle devinrent un couple. Il ne sait pas qu'elle est une chasseuse et elle ne compte pas le lui dire. Pour dire vrai, elle envisage même de cesser cette activité. Certes les vampires sont plus dangereux que jamais aujourd'hui, mais même si elle est douée pour les chasser, elle n'a jamais vraiment rien eu contre eux.



ANDREAS MATTHEW ALINOVITCH
Volontaire à l'hôpital, Yasminn n'a pu faire autrement que de remarquer que ce garçon plongé dans le coma n'avait jamais de visites de personnes. Compatissante, elle l'avait veillé durant les huit mois qu'il avait passé là, tombant peu à peu sous son charme de prince endormi. Lorsqu'enfin il se réveilla, elle lui expliqua tout, exprimant son désir d'apprendre à le connaître maintenant qu'elle pouvait enfin lui parler. Ils devinrent amis, puis finalement un peu plus. Cela dure depuis quatre mois mais Yasminn est malheureuse. Elle est certaine qu'Andreas ne l'aime pas. Il porte toujours sa bague de fiançailles autour du cou et, la nuit, ce n'est pas son prénom qu'il prononce mais celui de cette Hanna qu'elle envie tant. Pourtant, elle ne veut pas le quitter. Elle a trop peur de se retrouver seule. Elle envisage même de quitter la chasse pour lui, espérant qu'en ayant plus de temps à lui accorder, elle finisse par se faire vraiment aimer de lui.


CAESAR ANDREW KRAVITZ
Poudlard était arrivé depuis quelques jours à New Delhi quand Yasminn se fit attaquer par un envoûté. Elle échappa à l'envoûtement grâce à un jeune élève de l'école magique qui passait par là. Assommée par son agresseur, elle se réveilla dans un lit de l'infirmerie de Poudlard. Son sauveur se prénommait Caesar. Une fois remise sur pied, il lui fit visiter le château qu'elle trouva somptueux. Elle aurait aimé étudier ici. Ils se promirent de se revoir avant que l'école ne parte ailleurs mais ils n'eurent aucun mal à tenir cette promesse puisque les parents de Yasminn inscrivirent leur fille à Poudlard, après avoir vu son excitation. Durant tout le début de sa scolarité, elle passa beaucoup de temps avec Caesar. Il lui expliqua tout le fonctionnement de cette école, la protégeant des élèves un peu trop heureux de pouvoir embêter une nouvelle. Elle lui en serait éternellement reconnaissante, malgré tout la vie fit qu'ils se perdirent peu à peu de vue, Yasminn se faisant de nouveaux amis.





I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside, I can't control myself
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com
QUEEN ♣ she's a deluxe edition

avatar


♦ Lettres Envoyées : 780
♦ Crédit : THRILLING GLOW

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6] Dim 3 Avr - 20:01

LEONARD, EMMA ROSE


© THRILLING GLOW


Informations
24 ans (née en 2071), humaine

Sournoise ; Protectrice ; Possessive ; Joyeuse ; Mystérieuse ; Joueuse ; Confiante ; Animale ; Enfantine.

Avatar
Katerina Graham (négociable)


Son histoire

AVANT LE DÉPART DU SPIRIT. Emma aime les femmes. Y a-t-il un mal à cela ? Sa mère tenta vainement de l'en dissuader – les voisins les éviteraient, ses grands-parents les chasseraient – mais les sentiments, ça ne se plie pas à la raison. Son père ? Elle ne l'avait jamais connu – sa mère avait travaillé dans une maison close jusqu'à qu'il la mette en cloque et qu'elle doive laisser tomber, bien qu'elle aurait très bien pu avorter. Cet être qui grandissait en elle, elle voulait le garder. Elle n'aurait peut-être pas dû. Elle aurait pu la comprendre mieux que quiconque. Elle aurait pu la soutenir. Tous les jours elle sermonnait Emma sur son choix, elles se disputaient violemment avant qu'Emma sorte de l'appartement miteux pour prendre l'air et courir dans le stade.
Emma grandit à Paris, ville des lumières, avant que le pauvre métier de sa mère – critique littéraire – les force à aller loger dans un petit appartement miteux et puant. Elle n'avait pas peur des caïds qui les entouraient, sa mère si. Elle mourut ainsi, parce qu'elle avait eu peur et qu'elle s'était montrée trop méfiante. Emma, elle, sut les apprivoiser et devint leur protégée, cachant son penchant pour les femmes, sachant que ça pouvait lui porter préjudice. Elle ne sut jamais que ce fut Xavier, son « grand frère » qui descendit sa mère. Plus tôt elle quitterait ce trou, mieux ça serait.
« Excusez-moi, ça vous dirait de défiler pour Heaven&Hell ? » Haussement de sourcils. Oui, c'était bien à elle qu'on parlait. Si c'était un billet d'avion pour un voyage autour du monde, malgré la menace constante du Spirit qu'elle mettait où elle le pensait, elle était partante. Si c'était une offre pour s'échapper de ce dépotoir, elle était partante. C'était un billet d'avion pour un tour du monde. Génial, la chance lui souriait. Enfin. « Oui. »

DEVANT DIEU. « Dis Dieu, est-ce que si je te dis que je préfère la paix sur Terre, tu me rendras ma mère ? Parce que même si elle était chiante à mourir, elle me manque. Je n'ai même pas eu le temps de lui dire au revoir, et de lui dire que les meufs et moi, c'est éternel...
« Non.
« Merde. Tant pis pour la Terre. Apocalypse, please. »

LA FIN DE LA GUERRE « J'me casse, j'en ai marre. » Le tour du monde s'était résumé en Dubaï, New York, Miami, Porto Rico, Séoul et Londres. Londres, point culminant de son ennui pour ce métier où la victoire de la course pour la minceur était le réel trophée. Elle lança son adieu définitif au monde de la mode à Bethev Dhunk, « célèbre » styliste qui commençait tout juste à faire renaître la mode après le départ du Spirit. En plus, ses fringues étaient atroces à dégueuler. Peut-être que Veel la suivrait ? Ouais, probablement pas, elle avait toujours rêvé d'être mannequin, et maintenant qu'elle l'était, elle n'allait pas laisser tomber.
« Veel, on s'quitte ici ? »
« Dis pas de bêtises, je te suivrais vingt milles lieux sous terre si il le faudrait. »
« Je t'aime. »



XAVIER BENICIO KAPONE
Xavier lui montra un chemin dans un monde de brute. Ce fut le premier à lui tendre la main lorsqu'elle s'écroula maladroitement sur le béton de la rue, son pied coincé dans une petite crevasse. Ce fut lui qui présenta Emma au reste des gens du quartier qu'il connaissait, et assurait, de ce fait, sa sécurité. Car connaître du monde, avoir des gens derrière soi, voulait dire qu'on était intouchable, ou une armée géante naissait pour venger. Xavier avait fait d'Emma sa protégée, elle le considérait comme un grand frère, mais n'hésita pas à tout abandonner pour le mannequinat. Lui en voulait-il ? Emma l'ignore, elle put seulement lui annoncer précipitamment qu'elle partait et l'embrasser une dernière fois sur la joue avant de le quitter à jamais. Xavier est l'assassin de sa mère. Emma ne le sut jamais. Mais peut-être que leurs chemins se croiseront et qu'il avouera son meurtre ? Reverra-t-elle alors le protecteur qui lui a ouvert les bras ou un traitre, celui qui décima sa seule attache avec une balle de pistolet, qui n’eut pas le cran de lui avouer son pêché ?


VEEL ASH-PAK JUSH
Veel est sa petite amie. Cela vous choque-t-il ? L'amour n'a pas d'yeux, seulement un cœur. Et Emma sait que le sien bat pour cet ange déchu. Elle saura protéger Veel des truands qui viendront attaquer cette innocence qu'elle chérit tant, elle saura parer les attaques du monde extérieur avec habilité, car Veel ne peut pas être réveillée brutalement. Emma saura la sortir de son songe, de ses pilules, de ses enfantillages. Emma dénicha Veel au coin d'une rue. L'agence qui l'employait se retrouvait en manque de personnel, et Veel semblait être assez grande et assez mince pour l'intégrer. Sans timidité, Emma l'aborda et naquit une amitié puis un amour qui survécut malgré les envoûtés et tous les petits problèmes de ce genre-là. Veel n'aurait pas du naître dans un monde de brutes, Emma le comprit rapidement. Fidèles l'une à l'autre, elles ont une relation fusionnelle, bien que les allers-retours de Veel au Pays des Merveilles commence à sérieusement ennuyer Emma.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
QUEEN ♣ she's a deluxe edition

avatar


♦ Lettres Envoyées : 780
♦ Crédit : THRILLING GLOW

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6] Dim 3 Avr - 20:01

KAPONE, XAVIER BENICIO


© THRILLING GLOW


Informations
30 ans (né en 2065), humain

Protecteur ; Hautain ; Fort ; Bref ; Fermé ; Sourit Peu ; Sombre ; Calme ; Trompeur ; Génie de l'informatique.

Avatar
Vincent Lacrocq (négociable)


Son histoire

AVANT LE DÉPART DU SPIRIT. Xavier, d'origines française et italienne, est né et a vécu à dans un village près de Milan jusqu'à l'âge de six ans. Sa famille déménagea à la suite d'une dispute avec des voisins qui entraina un engrenage d'alliances. Ils voulaient éviter que leurs enfants (qui étaient déjà trois en comptant Xavier lorsqu'il avait six ans) soient en danger, qu'ils soient rejetés à l'école et qu'on les insulte. Ils ne pouvaient pas grandir dans de telles conditions.
Etant pauvres, ils arrivèrent en banlieue parisienne avec beaucoup de mal. Ils réussirent à trouver un logement correct, et le père de Xavier empocha enfin un travail dans une usine après avoir patienté pendant des mois. Ils eurent enfin de la nourriture convenable et les enfants furent inscrits à l'école. Elève moyen, Xavier trouva son bonheur dans les consoles de ses camarades, qu'il traficotait en essayant de ne pas les bousiller, ce qui arriva les toutes premières fois où il tenta d'améliorer l'écran des consoles. Petit à petit, il devint meilleur avec les matériaux d'informatique et lorsqu'il eut son premier ordinateur, put enfin se défouler à son aise. Améliorer ci, bidouiller ça, c'était tout simplement magnifique.
Repéré par un « gang » du quartier, on l'engagea pour pirater les ordinateurs des bandes rivales. Xavier apprit à user des armes et à conduire, laissa tomber les études, intégra les racing effrénés lorsque l'âge lui permit, où il ne fut pas, malheureusement, toujours gagnant, se fit tabasser, but son premier verre, fuma pour la première fois, flancha du « mauvais côté » de la vie. Mais il aimait ça. Tout était si facile : on lui fournissait autant de machines qu'il voulait, il gagnait assez pour qu'ils puissent se payer un poulet tous les jours – ce qui n'était pas le cas lorsqu'ils survivaient seulement avec le piètre salaire de son père. Et surtout, il se fit un nom – le sien ressemblant déjà assez à celui d'Al Capone. Il n'était pas aussi méchant, et ne voulait pas l'être, mais aimait bien être référé à cette personne lorsqu'il se présentait pour la première fois. On le regardait généralement avec un air ébahi ou effrayé, c'était cool.
Xavier tua, mais seulement deux ou trois personnes. Parmi elle, la mère de sa protégée. Il ne l'avait pas su, elle l'avait juste insulté haut et fort. Il n'avait pas résisté, il avait appuyé sur la détente. S’il avait su que c'était la mère de sa protégée, il n'aurait jamais tiré. Personne, cependant, ne trahit ce lourd secret qui ne disparut jamais. Il se tira définitivement de la banlieue lorsque sa protégée disparut, emportée par les podiums. Il donna toutes ses économies à sa famille, qui se retira à la campagne en ayant acheté des terres. Xavier les savait en sécurité dans le fin fond de la France, il n'avait plus à craindre pour ses parents et ses six frères et sœurs.
Il prit le premier train pour Londres puis tenta de commencer une nouvelle vie. Nouveau nom, il voulait vraiment tout recommencer. Mais le cri et les insultes de la mère de sa protégée le hantaient toutes les nuits. Il avait une belle vie, une petite amie, un métier dans l'informatique qui lui plaisait, un appartement bien plus confortable que celui dans lequel il avait vécu en France, et des nouvelles de sa famille. Son passé le rattrapait sans cesse, il retrouva ses anciennes habitudes et des gens qui ressemblaient aux amis qu'il avait laissé tomber en venant à Londres. Il assurait, visiblement, mais au fond de lui, il n'acceptait pas de retrouver son ancienne vie et encore moins de ne pas pouvoir s'en sortir seul.

DEVANT DIEU. Xavier était dans une épicerie, au coin de son appartement, à faire ses courses, lorsque la radio du commerçant se brancha automatiquement sur une station qui diffusa un discourt du Spirit. Le Spirit, entité effrayante, annonçait qu'il était Dieu. Que croire ? En même temps que le sentiment d'absurdité l'emplissait, la voix du Spirit s'infiltra en lui, lui demandant de faire un choix de la plus haute importance : l'apocalypse ou la paix.
« Dieu » l'avait laissé flancher à nouveau dans son passé, il aurait pu lui donner la force d'oublier les manières de son passé et d'atteindre la lumière. Il lui reprochait de ne pas avoir effacé la voix de la mère, de ne pas lui avoir donné la force de s'en sortir, car s'il était réellement Dieu, il aurait du veiller sur lui. Xavier était, après tout, un homme comme tous les autres. Dieu l'avait trahi, l'avait oublié, et pour cette raison, Xavier décida que toute l'humanité devait en pâtir. L'apocalypse serait la meilleure solution : il disparaîtrait, et cette humanité pourrie jusqu'à l'os en même temps. La nature reprendrait ses droits, tout irait pour le mieux. Il ferma les yeux, versa une dernière larme avant d'attendre la mort, qu'il accueillerait comme une vieille amie.

LA FIN DE LA GUERRE Se préparer à la mort et voir que l'humanité avait fait le choix contraire du sien était frustrant. Xavier se remit avec beaucoup de mal de ce suicide mental, et surtout, de la disparition de sa petite amie. Elle n'avait pas été envoûtée, elle ne pouvait pas être une de ces personnes qui avaient été sacrifiées... Alors, où était-elle ? L'avait-elle abandonnée parce qu'il était misérable et ne pouvait pas se détacher de ses anciennes habitudes ?
Xavier tenta à nouveau. Il régla toutes ses affaires, trouva un digne successeur qui, il imaginait, gèrerait aussi bien que lui les machines informatiques, et coupa les ponts. Il reprit son ancien nom et décida d'être totalement loyal avec lui-même. Trop facile ? Non, il était déterminé comme un requin qui poursuit sa proie à l'odeur du sang, et cette fois, il tiendrait jusqu'au bout. Il s'en convaincut et ouvrit une nouvelle page de l'histoire de sa vie pour commencer un nouveau chapitre.



EMMA ROSE LEONARD
Emma est la fille de la femme qu'il tua. Il l'ignorait, à ce moment. Il pensait qu'elle n'était qu'une femme comme les autres. Non, il a fallu qu'elle soit la mère de sa protégée, de celle qu'il accueillit dans un monde où le moindre faux pas pouvait être fatal. Preuve avec la mère d'Emma, qui l'insulta de tous les noms. Ce fut de sang-froid qu'il la tua, et de sang-chaud qu'il apprit qui elle était. Il n'aurait pas dû, non, il n'aurait jamais dû savoir que c'était la mère d'Emma. Il regrette, bien sûr, mais est assez partagé : la mère n'aurait pas dû avoir peur de lui, comme sa fille. Emma est partie à présent. Où ? Pour faire un tour du monde qui semblait génial à ses yeux. Il la laissa partir, un pincement au coeur, sans avoir la force de lui avouer comment sa mère avait été retrouvée décédée sur le pavé. Emma a le pouvoir de le rendre faible, mais il l'a apprécié pour ça. Une douceur qui réussissait à le sortir d'un monde sans début ni fin, qu'il protégeait et qu'il chérissait. Une soeur, une fille, c'était ce qu'elle était à ses yeux. Et c'est ce qu'elle sera toujours si un jour, il la revoit, lui avoue la vérité et qu'elle lui pardonne – ce qui est, mathématiquement, très peu probable.


CLAUDIA ABBEY CAROLINE
Sa petite amie. Elle supporta toutes ces nuits où il suppliait la mère d'Emma de se taire en murmurant, tous ses petits caprices, toutes ses absences à cause des ordinateurs. Il l'aimait à la folie, elle était si douce et attentionnée. Certes, sévère, mais c'était pour ça qu'il l'aimait. Et elle disparut sans dire au revoir. Est-ce une façon de se quitter ? Xavier ne sait pas trop, mais il est déçu. Pourquoi Claudia est-elle partie ? A cause de son addiction pour les machines ? Pourquoi a-t-elle fait ses bagages ? A cause de ses activités douteuses ? Mais tout le monde était douteux ! Et dire qu'il projetait de lui passer la bague au doigt, si les choses s'arrangeaient... La croiser à nouveau ? Xavier espère, pour enfin lui dévoiler tous les mensonges qu'il lui raconta, pour lui révéler son réel passé, et surtout, son vrai nom. L'acceptera-t-elle alors ? Ou le rejettera-t-elle, fermant à jamais le cœur de Xavier à toute intrusion extérieure ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HUMAINS [5/6]

Revenir en haut Aller en bas

HUMAINS [5/6]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Secondly, there are presentations. :: Les Postes Vacants et scénarios-