AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Méfie-toi d'eux... [Charlotte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Lun 26 Juil - 14:39

C'était peut-être la pire erreur de ma vie que je faisais aujourd'hui. Mais c'était tout ce que j'avais trouvé. J'avais cherché pendant des heures entières. Le matin, la journée, le soir, et même la nuit. Surtout la nuit, devrais-je dire. Depuis des jours, je dormais très mal. Même ces petits comprimés que m'avait prescrits mon médecin en cas d'insomnie me semblaient inefficaces.

Les chasseurs. Cela faisait à présent des années que j'étais à leur service, en quelque sorte. Au début, j'étais chargée de nourrir les vampires qu'ils retenaient captifs. C'était dur. Les voir ainsi traités... Le plus souvent, je venais, déposais une gamelle et de l'eau, repartais sans avoir dit un mot, ou alors tout juste quelques-uns. Une seule exception : Charlotte. Elle avait perçu mon accent français, un jour. Le lendemain, nous échangeâmes quelques mots, dans la langue de Molière bien sûr. Un peu plus le surlendemain. Ainsi, de fil en aiguille, nous avons un peu appris à nous connaître. Pas beaucoup, mais suffisamment pour que nous sachions que nous pouvions avoir confiance l'une en l'autre.

Plusieurs mois s'écoulèrent. Charlotte n'était à présent plus captive mais nous continuions d'échanger quelques nouvelles, régulièrement. Les chasseurs quant à eux, me donnaient à présent d'autres tâches. Et si je refusais d'obéir, toujours cette même menace, qui revenait comme un refrain.

« Ta nièce, tes frères et sœurs... Tiens-tu vraiment à eux ? Si oui, tu sais ce qu'il te reste à faire... »

Bien sûr que je tenais à eux. Ils étaient tout pour moi. Sans eux, j'étais parfaitement seule. C'était eux qui me donnaient la force de tenir et de rester forte jour après jour. Pour eux que je luttais contre la dépression. Pour eux que je donnerais un organe ou même ma propre vie, s'il le fallait. Alors je n'avais d'autre choix que d'obéir aux chasseurs. Je savais qu'ils étaient prêts à tout pour mettre la main sur des vampires, même s'il fallait pour cela pourrir la vie de personnes qui n'avaient strictement rien demandé. Moi, par exemple. Simple humaine, simple mortelle. J'étais un jour tombée sur eux et il semblait qu'ils m'avaient trouvée parfaite pour remplir quelques missions et leur rendre service. A présent, je devais m'arranger pour discuter avec des vampires, en apprendre le plus possible sur eux et leur mode de vie avant de leur transmettre un maximum d'informations. Je détestais faire cela. Mais je ne me souvenais que trop bien de leurs menaces. Ma famille qui risquait de souffrir, de mourir même. C'était une idée que je ne pouvais supporter.

La dernière mission qu'ils m'avaient confiés m'était parfaitement insupportable. Ils avaient bien vu que j'entretenais une relation différente avec Charlotte, qu'il y avait un lien qui s'était tissé entre nous. Et ils voulaient à présent que je m'en serve pour mettre la main sur elle. C'était simple : nous devions toutes les deux convenir d'un rendez-vous sous prétexte que je voulais lui parler de quelques soucis que j'avais ces temps-ci.

Je devais la retrouver dans un grand parc londonien. Nous parlerions un peu. Puis je la conduirais, l'air de rien, jusqu'aux chasseurs qui nous attendraient à dix-neuf heures précises dans une vieille rue miteuse du vieux Londres.

Ça, c'était le scénario dont j'avais convenu avec les chasseurs. Mais je ne voulais pas que les choses se déroulent ainsi. Pas avec Charlotte. Que faire ?

C'était cette question qui avait hanté mon esprit pendant des jours. Enfin, je m'étais décidée. J'avais rappelé Charlotte pour lui proposer que l'on se retrouve plutôt dans la forêt. Une belle balade en pleine nature, ce n'était pas mal non plus, après tout, et nous pourrions parler sans qu'une vieille dame assise sur le banc à côté d'elle, tricot en main, n'entende notre conversation. Là, je lui avouerai tout, du plan qu'ils avaient manigancé dans l'espoir de pouvoir enfin mettre la main sur elle jusqu'à ma supercherie pour tenter de la sauver.

J'espérais juste que les chasseurs ne décideraient pas de me suivre... Dans ce cas, je préférais ne pas imaginer ce qui pourrait se passer.

Et je préférais ne pas penser non plus aux conséquences que pourrait avoir ma tricherie. Les menaces des chasseurs n'avaient de cesse de me revenir en mémoire...

Quatorze heures tapantes, j'étais là, à l'orée de la forêt. Thalie, ma nièce, était à l'école. J'avais pris ma voiture pour venir, enfin, notre voiture à mes frères et moi, une vieille Clio blanche un peu usée et pas très propre, mais à laquelle nous tenions. Nous en avions parcouru des kilomètres avec notre vieille titine. Que de souvenirs...

Pas de musique qui s'échappait de l'autoradio aujourd'hui, juste le doux chant des oiseaux et le bruit des branches agitées par le vent. Tout était calme, trop calme pour mon esprit qui était, quant à lui, trop tourmenté, alors que j'attendais Charlotte, assise à la place du conducteur, portière ouverte pour laisser un peu d'air pénétrer dans l'habitacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Mer 1 Sep - 21:54


~† Sourire assuré et moqueur au bord de ses parfaites lèvres sanguines. Démarche non moins certaine et décidée, malgré les talons aiguilles vertigineux qu'elle avait chaussés et qui auraient fait pâlir la moindre femme expérimentée en marathon à chaussures. Les pupilles rougeâtres de la vampire brune brillaient d'une lueur ravivée, pleine d'envie et de... vie. Charlotte avait l'air plus en forme que jamais, plus sexy qu'elle ne l'avait jamais été, et plus dangereuse qu'elle ne le serait jamais. Et tout cela, c'était grâce à Isobel. Les deux sœurs vampires s'étaient retrouvées il y a quelques temps, et l'aînée avait accepté d'aider son amie brisée à retrouver toute sa splendeur. Charlotte n'était qu'aux balbutiements de la vampire qu'elle avait pu être autrefois, mais elle se sentait déjà beaucoup mieux. Plus légère. Elle retrouvait les joies de sa condition d'immortelle désirable et indomptable. Pour bien se remettre en jambe, les deux sœurs sanguinaires avaient commencé par un petit massacre en bonne et due forme. Cela avait fait un bien fou à Charlotte de boire à nouveau du sang, de sucer la vie hors d'un humain, et d'aimer cela... Les petits plaisirs pouvaient parfois être si simples... A trop réfléchir, elle en avait oublié les bases de sa condition de vampire. Retour au sources plus qu'apprécié...

Selon Isobel, la prochaine étape était de retrouver les chasseurs qui l'avaient capturée et retenue captive durant son court retour à l'humanité, et de se venger comme l'ancienne Charlotte Leonhart aurait pu le faire face à un tel affront. Heureux hasard ou destin incontournable, ce fut dans un parfait timing qu'Elisabeth l'appela, pour lui donner rendez-vous dans un parc de Londres. Charlotte ne parla pas trop d'Elisabeth à Isobel. Elle ne pensait pas que sa soeur verrait d'un très bon œil le fait de revoir une moldue à laquelle elle s'était plus ou moins attachée. La vérité était que la vampire s'était raccrochée à l'humaine de toutes ses forces lorsque celle-ci venait la voir, pour oublier l'Enfer qu'elle traversait, sortir quelques instants de ce cauchemar qu'elle vivait... Oui, elle pensait que discuter en français avec la jolie rousse lui avait en un certain sens permis de tenir, de survivre. Peut-être de ne pas sombrer dans la folie, aussi. Et pour cela, elle se sentait redevable envers la jeune humaine. Ce que n'aurait jamais ressenti l'ancienne elle... La vraie Charlotte Leonhart n'aurait eu que faire d'une vulgaire moldue, qu'elle l'ait aidée ou non. A vrai dire, elle n'aurait même jamais eu besoin de son aide, et s'en serait assurément très bien sortie toute seule. C'était peut-être ce qu'Isobel lui dirait si elle lui expliquait les relations qu'elle avait eues avec Elisabeth. Alors, elle dit le minimum à sa soeur : qu'elle allait retrouver une humaine qui pourrait lui donner des indications qui la conduiraient à ses anciens bourreaux. Et rien d'autre.

Direction la forêt en bordure de Londres donc, puisqu'entre temps, Elisabeth l'avait rappelée pour changer le point de rendez-vous. Dans une rue londonienne, elle avait croisé un joli jeune homme qui l'avait regardée à deux fois, ne sachant pas bien s'il devait baisser les yeux ou ne pas la lâcher du regard. Il devait avoir dix-sept ans. Physiquement, il était plus ou moins du même âge qu'elle. Mais, même si elle ne vieillissait pas, les siècles lui donnaient plus la prestance d'une femme que celle d'une adolescente. Et la petite robe de cuir qui lui collait au corps, ainsi que sa crinière brune relâchée, lui donnaient des allures de féline insatiable. Indubitablement, Charlotte était une femme dans le corps d'une enfant... Elle aima la manière dont ce jeune garçon la contempla, timide à la limite de l'émerveillement. Elle lui avait offert un sourire charmeur, avant de l'emmener dans une ruelle plus à l'écart, déserte. Elle avait pris un plaisir exquis à se délecter de son sang, directement à la carotide. Pourtant, elle l'avait laissé en vie. Parce qu'il ne l'avait pas regardée comme un objet avec lequel il aurait aimé jouer. Elle avait déposé un furtif baiser au coin de ses lèvres avant de disparaître.

A vitesse vampirique, elle avait rejoint la forêt, pour ne pas arriver en retard. Son odorat l'avait rapidement guidé dans la bonne direction, et elle avait finalement aperçu la petite voiture blanche dans laquelle Elisabeth était assise. Toujours à vitesse vampirique, elle avait rejoint le côté passager de l'automobile et s'était assise. Le claquement de la portière se refermant survint quelques secondes plus tard, alors qu'elle était déjà installée dans l'habitacle, à se regarder dans le miroir du pare-soleil. Ses doigts pâles récoltaient le sang du jeune homme qui coulait encore le long de ses lèvres et de son menton, avant qu'elle ne vienne le récolter avec envie du bout de la langue. Tournant lentement ses pupilles sanguines vers la jolie rousse, elle lui offrit un sourire séduisant. Alors, quelques mots français s'échappèrent de ses lèvres entrouvertes.
†~

    « Bonjour Elisabeth. Je suis heureuse de te voir.
    Comment vas-tu ? Pas très bien à ce que j'ai cru comprendre. Tu m'as appelé pour discuter de quelques soucis si je ne m'abuse ? »

~† Peut-être qu'Elisabeth ne reconnaîtrait pas la Charlotte qu'elle avait rencontrée dans cette cave sombre. Elle n'avait plus grand chose de l'humaine torturée, battue et violée tous les jours. Elle n'avait plus grand chose de la jeune femme fatiguée moralement par les harcèlements. Elle n'avait plus grand chose de l'amoureuse qui attendait que son âme soeur ne vienne la chercher, qui ne voulait pas croire qu'il l'avait abandonnée. Indéniablement, cette Charlotte-là avait disparue. Ou en tout cas, elle y travaillait. Une vampire sanguinaire, qui se riait et se fichait de tout la remplaçait. Dangereuse, incontrôlable et indestructible. Elisabeth, quant à elle, restait la même. La bienfaitrice qui l'avait sauvée des ténèbres et du chaos. Mais la bienfaitrice semblait soucieuse et tendue. Sur les nerfs. Pourquoi donc était-elle dans cet état ? †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Dim 12 Sep - 20:44

Cela faisait quelques instants à présent que j'attendais Charlotte. Il fut un temps où j'arrivais systématiquement en retard à mes rendez-vous. A présent, je prévoyais toujours un quart d'heure d'avance, histoire d'être sûre de ne pas faire attendre la personne que je devais retrouver.
Près de quinze minutes donc, que j'étais là. Plongée dans mes pensées, je n'entendis pas Charlotte arriver. Je sursautai lorsque j'entendis la portière claquer. Automatiquement, je tournai ma tête vers ma gauche, côté passager, car n'oublions pas que nos chers amis d'outre-manche n'ont pas les mêmes voitures que nous. Quelle ne fut pas ma surprise en reconnaissant Charlotte. Elle avait tellement changé...
Loin de la jeune femme maltraitée jour après jour par les chasseurs, elle était à présent resplendissante. Sa longue crinière brune et brillante, ses yeux rouge vif, son sourire séduisant... Malgré son teint pâle, elle semblait en pleine forme.
Un petit détail me fit frissonner. Le sang, le long de ses lèvres et de son menton. Il m'arrivait parfois d'oublier qu'elle était une vampire. Je crois qu'il me faudra un peu de temps pour m'y habituer. Je l'avais connue dans un contexte totalement différent, il fallait que je me fasse à l'idée.
Elle ne me faisait malgré tout pas peur. Je savais qu'elle ne me ferait pas le moindre mal. Je n'étais pas n'importe quelle humaine pour elle. Elle n'oublierait pas ce que j'avais fait pour elle lorsqu'elle était captive, elle me l'avait répété bien assez de fois pour que je puisse lui faire confiance.

Outre mon air surpris, il était vrai que j'avais l'air fatiguée et tourmentée. Je devais en effrayer plus d'un avec ma sale tête. J'essayais de faire des efforts, je faisais de mon mieux, mais le résultat était bien piètre. Je n'avais personne à qui parler de tout cela, cette histoire me rongeait de l'intérieur sans que je ne puisse rien y faire. Tout raconter à Charlotte allait sûrement me faire du bien... si du moins nous parvenions à trouver une solution pour nous sortir de cette histoire.
Néanmoins, je lui adressai un petit sourire pour la saluer. Je parlais français de moins en moins souvent, ce qui me donnait l'impression d'oublier petit à petit mes racines dont j'étais pourtant si fière. Pouvoir prononcer quelques mots aujourd'hui me ferait un peu de bien sans doute, sans que je ne sache trop expliquer pourquoi d'ailleurs.

« Salut Charlotte... En effet, il faut que je te parle de quelque chose. Mais avant, dis-moi... »

Je marquai une petite pause, inquiète. Et je risquais bien d'inquiéter Charlotte également. Elle comprendrait pourtant bien vite l'importance des questions que je m'apprêtais à lui poser.

« Est-ce que tu es sûre que personne ne t'a suivie ? Qu'il n'y a personne dans les parages ? … Personne ne doit entendre ce que je vais te dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Mer 10 Nov - 19:06

~† Froncement de sourcils. Elisabeth lui demandait si personne ne l'avait suivie. Plus grave, elle lui demandait si elle était sûre que personne ne l'ait suivie. Et pourtant, les sourcils froncés de la jolie brune n'auguraient rien d'inquiet et de craintif. C'était plutôt un froncement presque amusé et incrédule. Et le petit sourire qui pointait sur le coin droit de ses lèvres ne faisait que confirmer ce sentiment. Personne dans les parages ? En tout cas, pas assez près pour que son puissant et délicat odorat ne puisse le sentir. De son ouïe non plus, elle ne décelait rien. Pas un coeur qui battait, outre celui de son amie à ses côtés. Personne tout près, non. Elle ne savait pas pourquoi Elisabeth avait peur qu'on l'ait suivie mais l'idée l'amusa. Un éclat de rire cristallin s'échappa de ses lèvres sanguinolentes avant qu'elle ne réponde à son amie, d'une voix oscillant entre la distraction et le scepticisme. †~

    « Oui Elie, je suis sûre que personne ne m'a suivie. Remarque, cela m'amuserait que quelqu'un ait osé !
    Je pense que ça se voit à l'œil nue, mais je ne suis plus vraiment une humaine attachée et battue. Je suis redevenue une vampire Elisabeth, et il serait suicidaire celui qui aurait voulu me suivre... »

~† Pour appuyer ses mots, elle conclut sur un petit sourire rassurant et confiant. La peur d'Elisabeth l'amusait. Cela aurait peut-être dû l'inquiéter, qui donc aurait voulu la suivre ? De qui la jolie rousse avait-elle peur ? Quelles oreilles n'avaient pas à attendre ce qu'elle s'apprêtait à lui révéler ? Peut-être même que quelques mois plus tôt, cela aurait effectivement inquiété Charlotte et qu'elle aurait rapidement fait un petit tour pour s'assurer que personne ne rôdait dans les parages, que personne ne les épiait ou ne les espionnait. Mais la nouvelle Charlotte, la vraie Charlotte, ne se donnerait pas cette peine. Pourquoi faire ? Même si quelqu'un l'avait effectivement suivie, cela ne l'inquiétait pas le moins du monde. C'était lui qui risquait sa vie, pas elle. Ego surdimensionné et une incroyable confiance en soi. Charlotte était bien trop agile, intelligente et maligne pour qu'on puisse la blesser. Si quelqu'un l'avait effectivement suivie, il n'aurait même pas le temps de l'atteindre avant qu'elle ne lui ait retourné la tête... †~

    « Ne t'inquiète pas, tu es en sécurité ici. Qu'as-tu de si important à me dire ? »

~† Pas préoccupée le moins du monde, la vampire reporta son regard rougeâtre sur le miroir du pare-soleil. Un petit sourire sûr et fier ne quittait pas ses lèvres tandis qu'elle s'observait, effaçant les dernières traces de sang, remettant quelques mèches de cheveux sauvages, ou encore retirant un mince filet de mascara qui avait coulé. Elle se sentait, se trouvait belle à nouveau. Elle n'avait pas encore laissé un homme la toucher, pas même depuis qu'elle avait renoué avec Isobel, mais elle savait que cela ne saurait tarder. Ce serait sûrement l'une des prochaines étapes de sa reconquête d'elle-même, dès qu'elle aurait achevé les chasseurs qui l'avaient rendue si faible. Cela n'empêchait pas que, même si elle n'avait laissé personne pénétré sa couche depuis Lokhyan, elle avait de nouveau envie de plaire. C'était plutôt bon signe... Son sourire s'élargit quelque peu, alors qu'elle tournait un regard amusé vers Elisabeth, se demandant si son amie avait un petit ami.

Elle aurait bien aimé lui poser la question, elle l'aurait fait même, si quelque chose n'avait pas détourné son attention. Si elle avait été plus attentive, elle l'aurait peut-être entendu, ce clic, ainsi que cette détente pressée. Mais recouverts par les bruits de la forêt, ils étaient passé inaperçus. Le vent sifflant, transpercé par l'objet propulsé, n'échappa cependant pas à son ouïe fine. Surtout pas alors que le bruit se rapprochait d'eux. Un regard et elle la vit, fonçant droit sur elles. Une grenade. Pour arriver à cette vitesse, et sans qu'elle n'est senti d'humain la lancer, c'était que la grenade avait été lancée depuis un fusil. Cela faisait au moins un siècle qu'elle n'en avait plus vu. Évaluant rapidement la situation, elle n'avait que quelques secondes pour agir, si elle voulait éviter de rôtir dans cette voiture. Sans réfléchir plus, elle se pencha pour ouvrir la portière du côté d'Elisabeth, arrachant presque la tôle. Elle poussa sans ménagement la rouquine à l'extérieur, bondissant elle-même au-dessus du levier du vitesse pour s'échapper par la même sortie. A l'extérieur, elle récupéra Elisabeth et l'attira plus loin, la laissant sur le sol alors qu'elle se retournait tout juste pour voir la voiture exploser. La colère monta et enivra tous ses sens. Elle fit volte-face et s'accroupit au-dessus de l'humaine, son visage à quelques millimètres du sien.
†~

    « Parle. »




    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Dim 23 Jan - 23:56

Si seulement Charlotte savait pourquoi je lui avais demandé de venir, elle ne serait peut-être pas aussi tranquille. Quelle chanceuse. Elle semblait si détendue et heureuse alors que moi... Cela faisait des jours que je me rongeais les ongles jusqu'au sang à l'idée de lui attirer des ennuis. Des jours et des nuits que je cherchais le moyen d'échapper à cet enfer. En vain. Je n'avais pas le choix. Ils me l'avait bien fait comprendre.

"Perso, ça ne m'amuserait pas tellement...SI personne ne t'a suivie... Peut-être qu'on m'a suivie, moi... Enfin. Si tu dis qu'il n'y a personne, je te fais confiance."

Impossible de me détendre, pourtant. Tantôt je la regardais, elle, si resplendissante, si différente de la Charlotte que j'avais rencontrée... tantôt je regardais droit devant moi, pensive. Je ne savais pas vraiment comment lui exposer la situation. Comment lui expliquer que les chasseurs comptaient sur moi pour mettre la main sur elle. Que je n'avais eu d'autre choix que d'accepter leur mission. Que j'avais tout fait pour la prévenir avant qu'ils ne la trouvent.
Je fus bien incapable de répondre à sa question. Les mots ne voulait, ne pouvaient franchir la barrière de mes lèvres.

Si j'avais un petit ami ? Officiellement, je ne pouvais pas dire que c'était le cas. Mais il y avait bel et bien un homme qui occupait mes pensées. Jason. Nous n'avions partagé qu'une seule nuit. Mais une nuit que je ne pourrai jamais oublier. Je l'avais revu une fois, depuis. Il m'avait demandé de l'attendre, de lui laisser le temps de faire le deuil de son mariage qui s'était soldé par un divorce. Je ne pouvais que lui accorder ce temps, je le lui avais promis. Je tenais bien trop à lui pour ne pas tenir ma promesse.

Charlotte n'eut cependant pas le temps de me poser la question. Tout se passa très vite. Je ne compris rien, sur le coup. Mon amie qui se penchait pour ouvrir ma portière, qui me poussait à l'extérieur, qui m'emmenait un peu plus loin... Et ma voiture qui explosait.
Ma voiture qui explosait.
Et dire qu'à quelques secondes près, même pas, à quelques dixièmes de seconde près, j'explosais avec elle. Je restai comme paralysée à cette idée. Mon cœur, quant à lui, cognait à toute allure dans ma poitrine, presque douloureusement.. Ce fut la voix de Charlotte et son visage juste en face du mien qui me firent atterrir. Je ne pus qu'obéir à son injonction. Les mots que je cherchais depuis tout à l'heure pour lui exposer la situation s'échappèrent de ma bouche avec une facilité qui m'étonnait, même si je ne pouvais m'empêcher de balbutier.

"Les chasseurs... Ils... ils voulaient que je les aide à mettre la main sur toi... C'est pour ça que j'ai changé le lieu du rendez-vous... Pour ne pas qu'ils te retrouvent, mais... Ils ont dû me suivre... Je ne voulais pas accepter leur mission, je te le jure Charlotte, mais... ils m'ont menacée... J'ai rien pu faire pour me sortir de là... Je suis désolée..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Mer 2 Fév - 22:15

~† Ses yeux d'un rouge perçant harponnaient ceux d'Elisabeth pour la garder ici, avec elle. Qu'elle ne se perde pas dans la contemplation de sa voiture qui était en feu. Qu'elle ne se noie pas dans la peur et la terreur de sa vie qui avait failli lui être arrachée. Qu'elle se ressaisisse parce que, définitivement, son coeur battait beaucoup trop vite. Ses pulsations sonnaient aux oreilles de Charlotte comme l'appel d'un tambour battant qui l'invitait à rejoindre la bataille et la gagner, pour calmer ce rythme effréné. C'était ce son. Cette musique entêtante du coeur. Elle n'entendait, ne pensait plus qu'en battements et pulsations sanguines. Bam bam. Bam bam. Et à chaque battement, un puissant jet qui ruisselait sous la peau et l'encourageait à venir s'y noyer... Ses mâchoires s'entrouvrirent légèrement pour laisser apparaître ses canines aiguisées. Peu importait la voiture. Peu importaient les chasseurs. Peu importait cette chevelure rousse. Charlotte avait faim, maintenant. Encore. Son instinct la poussait à corps et à cris pour apaiser cette soif qui dévorait sa gorge. Si elle avait été moins expérimentée, elle se serait tout simplement jetée à la jugulaire de cette fille parce que, dans ces cas-là, peu importait l'identité de l'humain en question. Leur soif ne connaissait pas la raison ni les sentiments qui pouvaient lier un vampire à sa nourriture. Oui, si elle avait été plus jeune, elle n'aurait pas pu se retenir et aurait déchiqueté le cou d'Elie, malgré toute l'estime qu'elle lui accordait et tout ce qu'elle avait pu faire pour elle. Mais elle n'était plus un bébé. Elle avait passé les quatre siècles et elle parvint à se ressaisir. La vampire se recula un peu, pour être moins tentée.

La paroles chantantes qui s'échappèrent de la bouche de l'humaine arrivèrent à point nommé et Charlotte put se concentrer sur cette voix pour chasser définitivement ses instincts de prédatrice insatiable. Elle écouta donc avec attention ce qu'Elisabeth avait à lui dire. Après tout, c'était elle qui lui avait intimé de parler... Et ce qu'elle apprit lui parut aussi intéressant que cela ne la mit hors d'elle. Sa fureur se manifesta par un cri de rage ponctué d'un violent coup de poing contre le tronc d'arbre le plus proche, ce qui eut pour effet de le faire trembler de manière sourde sur toute sa hauteur, ainsi que jusque dans le sol, où étaient bien ancrées ses racines. Toujours ces chasseurs. Ces putains de chasseurs. Cela ne leur avait pas suffi de la garder captive pendant deux mois, de la rouer de coups, de la torturer, de l'humilier, de la violer chaque jour. Il fallait en plus qu'ils veuillent la traquer. Et pourquoi ? Ils n'avaient pas réussi à atteindre Lokhyan en passant par elle la première fois, celle-ci ne changerait rien. Une petite voix égocentrique dans sa tête lui souffla que ce n'était pas Lokhyan qu'ils voulaient mais bien elle. Elle était, après tout, un gros poisson qui suffirait à faire leur gloire s'ils arrivaient à la pêcher. Mais peu importait leur but. Elle se fichait qu'ils l'aient prise pour cible, ce n'était pas la première fois. Ce qui la faisait enrager étaient qu'ils mêlent Elisabeth à tout cela, l'obligeant à la trahir, et Merlin savait quoi d'autre... Ce n'était pas à elle de s'excuser de n'avoir pas su se dépêtrer de cette situation.
†~

    « Non Elie, tu n'as pas à être désolée. C'est moi qui le suis, qu'ils t'aient utilisée pour essayer de m'atteindre. J'imagine qu'ils ne t'ont pas laissé le choix. »

~† Et c'était peu dire. Elle les connaissait bien, elle savait exactement à quels chasseurs elle avait à faire. Elle avait déjà souffert de leurs méthodes. Elle ne savait pas par quels moyens ils avaient forcé Elisabeth à accepter ce chantage mais elle se doutait que cela devait être moche. Très moche. Au moins aussi moche que ce dont elle-même serait capable pour s'amuser. Mais il y avait un petit détail que les chasseurs n'avaient pas pris en compte : Charlotte, qui faisait tout pour redevenir aussi belle dans sa folie sanguinaire qu'elle ne l'avait été au cours de ses glorieuses années. Ils ne savaient pas qu'elle était aussi venue voir Elisabeth pour les trouver et se venger. Ou peut-être que si, justement, ils en étaient conscients et avaient voulu l'éradiquer avant qu'elle n'ait la chance d'avoir pu s'approcher pour crier vengeance... †~

    « Comment ont-ils fait pression sur toi Elisabeth ? Comment t'ont-ils menacés ?
    Je te débarrasserais d'eux si tu me le demandes. Tu m'as assez aidée quand j'étais chez eux, c'est à mon tour de te rendre la pareille. Tu n'as qu'un mot à dire... »

~† Elle s'était rapprochée et avait repris sa position initiale, accroupie au-dessus de l'humaine, le visage à quelques centimètres du sien. Et un sourire triomphant et diabolique ornait ses lèvres. Elle le ferait quoiqu'il arrive. Elle se vengerait, même si la jolie rousse ne lui demandait rien. C'était sa mission personnelle, à elle. Ce n'était pas tellement la permission de la petite moldue qu'elle demandait, ni son consentement. C'était plus la certitude de savoir que si elle se défoulait sur ces chasseurs maintenant, cela n'aurait aucun impact ultérieur pour Elie elle-même ou des proches à elle. Si elle lui assurait qu'elle serait en paix si elle tuait ceux de ce clan, alors Charlotte se ferait une joie d'aller tous les dépecer un par un, particulièrement celui qui avait osé la souiller... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Sam 12 Mar - 13:17

Mon coeur battait fort, bien trop fort. J'étais loin de me douter qu'entendre ce rythme si rapide et pourtant si régulier donnait à Charlotte l'envie de se jeter à ma jugulaire. A vrai dire, j'avais encore du mal à réaliser son statut de vampire. Tout ce que je savais, c'était qu'il s'en était fallu de peu et que je venais de passer à deux doigts de la mort. Si Charlotte n'avait pas eu l'ouïe aussi fine, nous aurions explosé en même temps que ma voiture. Cette idée m'effrayait, d'où l'accélération de mon pouls et de ma respiration. Je restais là, tétanisée, à regarder ces flammes à quelques mètres de nous.
Heureusement, Charlotte était là pour m'empêcher de trop me perdre dans mon effroi.

Je finis par tout lui expliquer, n'en ayant pas tellement le choix. J'étais tellement pétrifiée que je crois que j'aurais pu obéir, de peur, à n'importe quel ordre.
Le cri de Charlotte et son sec coup de poing contre un tronc d'arbre me firent sursauter, alors que je restais assise, comme une loque, sur le sol jonché de terre et de feuilles humides, des larmes commençant à s'échapper de mes yeux pour venir couler sur mes joues.
Je n'avais pas eu le choix, non. Il était inutile de répondre à cette première remarque de Charlotte. La belle vampire ne savait que trop bien ce dont ils étaient capables.

Alors qu'elle se penchait de nouveau vers moi, je détachai mon regard des flammes qui continuaient de détruire un peu plus ma voiture et fixai son regard sanguinaire. Elle me faisait presque peur, ainsi. Je restais un instant paralysée, la bouche entrouverte, la respiration encore trop rapide. Il me fallut quelques secondes pour parvenir à balbutier quelques mots, des secondes qui semblèrent durer une éternité

"Ils... ils m'ont frappée, Charlotte... Ils m'ont frappée, et.... et promis qu'ils s'en prendraient à ma... à ma nièce et à mes frères si... si je ne leur obéissais pas..."

Ca aurait pu aller beaucoup plus loin. Ils auraient pu me violer, mais non. J'avais échappé à cela uniquement parce que, entre mes cris et mes sanglots, j'avais accepté leur mission, juste avant qu'ils ne commencent à me déshabiller. Mais déjà, à ce moment-là, j'avais la certitude que j'essayerais de trouver une solution pour sauver mon amie... à mes risques et périls. Et j'avais la preuve du danger que j'avais pris juste à quelques mètres de moi. Ma voiture en flammes.

Je me doutais bien que Charlotte me proposerait de me débarrasser d'eux. Je savais qu'elle leur en voulait déjà pour tout ce qu'ils lui avait infligé. De voir qu'ils en avaient encore après elle et qu'ils passaient par moi pour réussir à l'exterminer ne devait qu'accroître sa haine, sa rage, et son désir de vengeance.

"J'aimerais tellement être débarrassée d'eux... mais je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose. Et même si tu en tues quelques uns, il y en aura toujours d'autres, et ce sera encore pire... Ils ne cesseront de venir venger leurs confrères..."

Je me doutais bien que même si je ne lui demandais rien, Charlotte ne resterait pas sans rien faire. Même si, au fond, nous ne nous connaissions pas tant que ça, l'air triomphant et assuré de Charlotte me laissait entendre qu'elle n'allait sûrement pas laisser les choses continuer ainsi.

"Je ne sais pas s'il y a une solution..."

La fin de ma phrase s'étouffa dans un sanglot, tandis qu'au loin, des bruits de pas se faisaient entendre, des bruits bien trop faibles pour que je ne puisse les entendre. Par contre, ils ne devraient pas échapper à l'ouïe fine que sa situation de vampire offrait à Charlotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Mer 13 Avr - 20:38

~† A mesure qu'Elisabeth sortait de sa léthargie de terreur et qu'elle parlait, lui expliquant comment les chasseurs l'avaient obligée à vendre une de ses amies, le sourire de Charlotte s'estompa. Les sales chiens. Frappée, menacée, elle et sa famille. C'était tout eux, typiquement leur manière de procéder. Elle se souvenait encore avec un réalisme effrayant ce qu'ils lui avaient fait subir. Leurs coups, leurs paroles, leurs injures, leurs crachats. Leurs abus... Tout cela lui repassait devant les yeux à vitesse grand V tandis qu'Elie parlait. Alors oui, effectivement, cela ne faisait qu'attiser sa haine. Son sourire s'était peut-être effacé mais la lueur déterminée flamboyant au fin fond de ses yeux, elle, ne vacillait certainement pas. Elle devait déjà se venger pour elle-même, pour reconquérir son honneur et sa fierté. Elle profiterait de l'occasion pour venger de même la jolie rousse. Cela ne faisait qu'ajouter une raison de plus à une liste déjà bien longue de motifs qui lui donnaient l'occasion de ne pas hésiter à aller assouvir sa revanche. Ils allaient voir. Oh ça oui, ils allaient voir. Elle allait leur montrer qu'on ne décidait pas de s'en prendre à une vampire de sa trempe en espérant ne pas avoir à subir les représailles. Elle allait leur montrer ce qu'était le châtiment d'une vampire haineuse et abusée. Et elle jurait de ne pas retenir sa main, ni ses dents, ni le sadisme enfoui au plus profond de son coeur sombre. Et ils auraient beau prier Merlin, elle n'aurait de cesse de les torturer jusqu'à ce qu'ils la supplient d'arrêter. Son courroux n'aurait aucune limite et ils allaient être aux premières loges de son retour triomphant...

Partie dans des fantasmes morbides, Elisabeth eut tôt fait de la rappeler à la réalité d'une manière que Charlotte aurait aisément qualifiée de "charmante". L'inquiétude, mais aussi la naïveté, de son amie étaient touchantes. Sa proposition la tentait, mais elle ne voulait pas mettre Charlotte en danger. Le sourire réapparut aussitôt sur ses lèvres. Elle lui aurait bien expliqué qu'il ne fallait vraiment pas qu'elle se fasse du soucis pour elle, qu'elle était plus en forme que jamais, mais elle préférait la laisser terminer. La suite de ses paroles furent données sur le même ton que les premières. Elle avait peur qu'en en tuant une poignée, d'autres viennent. Le sourire de la vampire s'élargit. Mais c'était justement le but ! C'était ainsi que débutait une guerre. On tuait, on se vengeait, et on recommençait inlassablement. Si Charlotte réglait leur compte à quelques chasseurs aujourd'hui, il y aurait toujours quelqu'un pour répandre la rumeur et d'autres viendraient. D'autres qu'elle prendrait le même malin plaisir à écraser. Puis encore d'autres, et ainsi de suite. C'était ainsi qu'avait commencé la guerre contre les sorciers cinq cents ans plus tôt. C'était dans le sang et dans la violence qu'elle s'était forgée un nom, une réputation. Il lui suffisait de faire de même aujourd'hui, et elle parviendrait à ses fins, mais également à celles d'Isobel...

Cette envie de rébellion et de prise de pouvoir était bien ancrée dans ses désirs, pour autant elle ne les révélerait pas à celle qui avait été sa bienfaitrice. Ce n'était pas qu'elle n'avait pas confiance. Mais elle ne voulait pas l'effrayer, et Elisabeth, n'étant pas vampire, ne pourrait jamais comprendre le but que Charlotte poursuivait. Elle ne comprendrait pas ce qui la poussait à faire tout cela, même si elle lui expliquait des heures durant toute son histoire, du début jusqu'à aujourd'hui. La petite rousse était l'une des rares choses pures qui gravitaient dans le monde de la vampire. Tant qu'elle le pouvait, elle essayerait de l'épargner du machiavélisme et de la soif de pouvoir qui rongeaient plus d'un habitant de cette Terre... En revanche, elle estimait qu'elle n'avait pas à se cacher de la force et de l'atout qu'elle représentait. Elle s'apprêtait à lui répondre, la rassurer en lui disant que même si les chasseurs affluaient en un flot constant, elle serait toujours là pour les arrêter et les anéantir. Elle avait survécu jusqu'ici, même au pire. Il n'y avait pas de raison que cela s'arrête... Voilà ce que ses lèvres s'apprêtaient à formuler mais elles restèrent scellées. Toute son attention venait d'être subitement attirée par des bruits de pas qui approchaient, bien qu'encore éloignés. Glissant un doigt pour venir le poser sur la bouche de l'humaine, pour lui faire signe de se taire, elle détourna son regard pour se concentrer uniquement sur son ouïe. A environ deux cents mètres, trois paires de chaussures dérangeaient les herbes et les buissons. Trois chasseurs. Pourtant, elle était certaine qu'ils n'étaient pas les seuls.
†~

    « Ils arrivent. Fais ce que je te dis. »

~† Sa voix était à peine un murmure. D'un signe de la main, elle fit signe à Elisabeth de se relever, l'attrapant par le bras afin de l'y aider comme elle-même se redressait. Elle tendit l'oreille dans un silence religieux pendant encore quelques longues secondes, Merlin seul sachant ce qu'elle pouvait bien fabriquer. En vérité, elle comptait. Mesurait les distances. Il y avait une petite colline, à une centaine de mètres. Et lorsqu'ils seraient au sommet, ils auraient vu sur la voiture et, derrière celle-ci, la forêt qui s'étendait. La même forêt dans laquelle Charlotte comptait bien les perdre... Elle compta encore deux secondes, une, puis un nouveau murmure. †~

    « Cours. »

~† Ses mots n'étaient qu'un souffle qui poussaient la jeune rousse à s'enfuir vers la forêt. Courir, aussi vite qu'elle le pouvait, entre les arbres. De la colline, les chasseurs pourraient voir la rougeur indécente des cheveux de l'humaine qui leur échappait, se faufilant parmi les troncs, mais ils n'y pourraient rien car elle serait trop loin et surtout, la forêt ferait barrage à toutes leurs tentatives. Charlotte ? Charlotte avait à peine fini de prononcer son mot qu'elle avait bondi pour s'accrocher aux branches et grimper dans l'arbre sur lequel elle venait de frapper. Grimper pour prendre de la hauteur et être invisible. Elisabeth serait sa diversion mais elle était certaine qu'elle ne craindrait rien. Quant à elle, elle attendrait sagement que les chasseurs accourent pour leur sauter dessus, aussi prompte et imprévisible que la Mort qui viendrait les faucher. Ce qui ne saurait tarder car, déjà dans les feuillages, elle entendit au loin les voix des chasseurs qui venaient d'arriver au sommet de la colline et qui s'affolaient parce qu'ils venaient d'apercevoir Elisabeth. Ils se mirent à courir et à dévaler la pente, se lançant à la poursuite de l'humaine. Et plus ils approchaient, plus le sourire de Charlotte s'élargissait. Dès qu'ils passeraient sous son arbre, elle bondirait. Cinq secondes. L'excitation augmentait. Quatre secondes. Sa soif et son envie de sang aussi. Trois secondes. Elle allait enfin pouvoir se venger. Deux. Un... †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Sam 21 Mai - 22:36

Le sourire de plus en plus large de Charlotte ne me plaisait guère. C'était peut-être ainsi que commençait une guerre, mais je n'aimais pas vraiment cette idée. Je n'étais pas une vampire et ne pouvais donc pas comprendre ce but que recherchaient Charlotte et les autres de sa race. Je ne comprendrai jamais. Toute cette histoire m'effrayait. L'idée que Londres puisse se transformer en grand champ de bataille me tétanisait. Je n'étais qu'une trouillarde dans un monde de brutes. Je me surprenais parfois à penser que si je retournais dans mon petit village français d'origine avec ma nièce, je serais peut-être bien plus en sécurité. Mais non. Toute ma vie était ici, à présent. Et même la menace d'une guerre inter-espèces ne suffisait pas - du moins, pas pour l'instant - à me faire fuir de la capitale britannique.

Bref. Là n'est pas tellement le sujet. Je venais "juste" de manquer de me faire tuer... et apparemment, Charlotte avait entendu quelque chose. Je restai parfaitement silencieuse, immobile, tandis qu'elle avait posé son doigt sur mes lèvres. J'avais immédiatement compris de quoi il en retournait, avant même qu'elle ne me le dise. Nous n'étions pas seules, dans cette forêt.

Je hochai la tête à ses paroles. J'étais tellement tétanisée que j'aurais pu obéir à n'importe quel ordre de sa part. Elle pouvait me demander de me jeter dans la Tamise, je le ferais. Je me redressai, avec son aide, et ne la quittai plus du regard, attendant son signal. Un signal qui ne tarda pas à arriver.

Je me mis à courir, aussi vite que mes jambes me le permettaient, dans la direction qu'elle m'avait indiquée. Je fonçais, tout droit, à travers les arbres. Ma chevelure rousse n'échappa pas au regard des chasseurs.

"Là-bas ! Elle s'enfuit, la sale garce !"

Rapidement, ils se mirent à courir dans ma direction, loin de se douter que Charlotte n'attendait que cela, perchée en haut d'un arbre.

J'avançais aussi vite que je le pouvais. Plus d'une fois, je trébuchai et m'étalai de tout mon long dans les feuillages. Les larmes continuaient de ruisseler sur son visage. A chaque fois, je me relevais et me remettais à filer.

Cinq...

Je continuais de courir. Rien ne pouvait m'arrêter si ce n'est... mon souffle. Je n'étais guère habituée à courir ainsi, et c'était sans compter en plus mon angoisse et surtout mon asthme qui, pour le coup, risquait de m'handicaper fortement.

Quatre...

Je m'arrêtai un instant, essoufflée, et m'appuyai contre un arbre. Je portai une main sur ma poitrine, tentant de faire passer la douleur qui me prenait aux bronches.

Trois...

Les chasseurs devaient se rapprocher. Je ne les entendais pas encore. J'avais quand même une longueur d'avance, mais si jamais Charlotte ratait son coup, ils ne tarderaient pas à me rattraper.

Deux...

Non, j'avais confiance en Charlotte. Elle ne les laisserait pas me rattraper. Mais je ne pouvais rester là. Elle m'avait demandé de courir, j'allais courir. Je repris ma course à travers les arbres, peinant à avancer.

Un...

Mettre un pied devant l'autre était de plus en plus difficile. Je manquai de trébucher une nouvelle fois. J'ignorais tout de ce qui se passait derrière moi. Où en était Charlotte ?

Zéro.

Alors que je luttais pour continuer d'avancer, trois chasseurs s'apprêtaient à passer sous un arbre qui, dans son épais feuillage, dissimulait une vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Mer 1 Juin - 13:40

~† Zéro. Le premier chasseur, celui qui courrait le plus vite donc, passa juste sous elle et son arbre. Elle le laissa aller sans bouger. Le deuxième passa et elle ne réagit toujours pas. Quand le troisième arriva, elle était prête. Un sourire sadique ornait son visage, ravie de pouvoir enfin se défouler un peu. C'était presque aussi grisant qu'une chasse... Le troisième chasseur venait donc de mettre le pied juste sous elle lorsqu'elle s'élança. Elle bondit et atterrit pile sur ses épaules. Sous son poids et avec la violence de son saut, se épaules se désolidarisèrent de sa colonne vertébrale et le malheureux s'échoua sur le sol dans un bruit de craquement d'os et de déchirement de chairs qui auraient fait frissonner le plus téméraire des hommes. Oh, comme Isobel aurait été fière de sa mise en scène très théâtrale. Elle la lui raconterait dès son retour ! Pour l'heure, les deux autres chasseurs, alertés par le bruit immonde, stoppèrent leur course et se tournèrent vers elle. Elle les accueillit avec un large sourire et les canines apparentes. Ils la dévisagèrent une seconde, puis descendirent leurs regards jusqu'au corps de leur camarade, enfin, ce qu'il en restait.

Oh comme elle se régala à voir cette expression se peindre sur leur visage... La terreur. L'horreur dans toute sa splendeur. Comment un corps humain pouvait-il finir dans cet état, se demandaient-ils ? Charlotte accueillit avec extase les vagues de panique qui refluaient des corps des deux chasseurs. La crainte, lire l'horreur dans les yeux humains. Cela avait toujours été son petit péché mignon, même alors qu'elle n'était encore qu'une jeune sorcière collégienne dans la prestigieuse école de sorcellerie qu'était Poudlard au XVIIIème siècle.
†~

    « Merde. T'as vu ce qu'elle a fait à Joe... »

~† Un murmure. Le murmure de la rumeur de la Mort qui se répand. Aujourd'hui, pour jouer le rôle de la Faucheuse, une magnifique vampire qui retrouvait sa puissance et rayonnait de toute sa violence. Dans les rôles des victimes, trois pauvres chasseurs qui n'auraient jamais dû s'en prendre à elle ni à son amie. L'instant silencieux de grâce qui suit la découverte de l'horreur s'acheva et, d'un même mouvement, les deux chasseurs se remirent à courir. La différence était que ce n'était plus eux les poursuivants, mais qu'ils venaient bien de devenir les proies... Charlotte décolla ses talons aiguilles des amas de chair et de sang, prit le temps de les essuyer un peu dans l'herbe et même de replacer sa robe de cuir correctement. Une main dans ses cheveux pour les écarter de son visage et elle se mettait à leur poursuite. Il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour les rattraper. Lorsqu'elle arriva à leurs niveaux, elle en poussa un de la main et celui-ci fit un vol plané pour venir atterrir le visage contre un arbre. Le deuxième, elle lui sauta dessus et, par un miracle inconnu de la gravité, elle atterrit à califourchon sur lui qu'elle avait eu le temps de retourner pour qu'il lui fasse face. Une lueur dangereuse dans le regard, elle se pencha sur lui, approchant ses lèvres de son cou. †~

    « Combien êtes-vous ? »
    « Crève ! »
    « Non, c'est toi qui crève. »

~† Charlotte plongea aussi vive qu'un serpent et mordit le chasseur au cou. Elle but vite et sans manière, ne prenant pas le temps de lui faire sentir la vie qui le quittait. Ce n'était pas eux qu'elle voulait... Quelques secondes plus tard, elle l'avait vidé de son sang et laissait sa tête inanimée retomber mollement. Elle se releva, se détourna de son corps pour s'intéresser au dernier chasseur qui avait été assommé par sa chute et qui commençait à reprendre conscience. Elle alla vers lui et le réveilla à coup de petits tapes sur les joues. Lorsqu'il la reconnut il essaya de se débattre, en vain. †~

    « Mon mignon détends-toi, ce n'est pas toi que je vais faire souffrir. Toi, je vais juste te tuer. Où est ton ami pervers ? »
    « Quel pervers ?! »
    « Tu es aussi inutile que ton copain. »

~† Sans chercher à argumenter plus, elle lui cassa la nuque. Coup de lapin, dommage, il fallait répondre. Ces trois-là n'étaient plus et ne lui servaient plus à rien. Mais elle jurait de ne pas s'arrêter tant qu'elle n'aurait pas trouver celui qui l'avait souillée... Humant le vent une seconde, elle repéra l'odeur d'Elisabeth mais, encore une fois, elle n'était pas la seule. Il y avait d'autres chasseurs dans les parages. Utilisant à nouveau sa vitesse vampirique, elle se remit à courir dans sa direction. Lorsque la rousse entra dans son champ de vision, Charlotte ne put que noter qu'elle avait des difficultés à se mouvoir rapidement dans cette forêt hostile et elle la vit trébucher plusieurs fois. Elle n'était plus qu'à quelques mètres d'elle lorsqu'un bruit la stoppa. Le bruit d'une arme à feu que l'on charge. Un instant plus tard, Charlotte sortait sa baguette magique de son bas et la pointait sur Elisabeth. †~

    « Elie baisse-toi ! »

~† Elle n'aurait pas pu la rejoindre et s'interposer entre le chasseur et son arme et Elisabeth, mais avec sa baguette, elle pouvait le stopper avant qu'il ne l'atteigne. Elle lança un Expelliarmus. Une lueur s'échappa à toute vitesse, frôla les cheveux de la jolie rousse qui avait à peine eu le temps de se pencher et frappa de plein fouet le chasseur. Il avait déjà eu le temps de tirer mais la balle alla se loger dans un tronc d'arbre. Derrière Elisabeth, un nouveau pas dérangea les buissons. Elle dirigea sa baguette vers l'endroit d'où venait le bruit mais ne fit rien pour l'instant. Trop risqué. Il suffisait au chasseur de tendre la main pour attraper l'humaine et, si elle lançait un sort et qu'il l'attirait à lui, ce serait elle qui serait touchée. Mais ça, jamais Charlotte ne se le pardonnerait. †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Dim 5 Juin - 14:30

Un à un, les chasseurs tombaient comme des mouches. J'aurais été bien choquée d'assister à un tel spectacle, moi qui étais loin de connaître cet aspect de la personnalité de Charlotte. A vrai dire, j'avais malgré moi encore tendance à la voir comme la petite française captive, malmenée et violée quotidiennement, affaiblie par le manque de nourriture, nourriture que je lui amenais en petite quantité chaque jour. Elle avait changé depuis cette époque, je le savais, mais à ce point... Je ne l'aurais jamais imaginée capable de tant de violence et de cruauté. Ceci dit, les chasseurs n'avaient que ce qu'ils méritaient. Quoique non, en fait : ils ne méritaient pas de mourir aussi rapidement, ils méritaient de souffrir. Moi aussi, je pouvais me montrer cruelle. La seule différence était que jamais je n'oserai passer à l'acte. J'avais bien trop peur de représailles.

Je ne savais rien de ce qui se passait derrière moi. Je continuais de courir, de plus en plus difficilement. Mettre un pied devant l'autre me semblait chaque fois plus insurmontable. Et pourtant, je tenais bon. Je savais les chasseurs à mes trousses et il était pour moi hors de question de m'avouer vaincue et de les laisser m'avoir alors que Charlotte faisait son possible pour me protéger.

A son exclamation, il ne me fallut pas longtemps pour réagir. Je me laissai tomber au sol, m'allongeant au milieu des feuilles encore humides de la pluie tombée durant la nuit. Je l'entendis jeter un sort, j'entendis du bruit dans les buissons, juste à ma gauche. Ne pas bouger, surtout, ne pas bouger. Ce vieux réflexe de protection parfaitement inutile dans certains cas... et présentement dans le mien.

Sentant une main rugueuse m'empoigner par le bras, je poussai un cri strident. Je fus aussitôt attirée par son propriétaire, tandis qu'il sortait de sa cachette. Il passa son bras gauche autour de mon cou et me serra fortement contre lui. De sa main droite, il extirpa de son étui un couteau tranchant. Un maigre rayon de soleil perçant à travers l'épais feuillage vint en faire briller la lame. Le chasseur regarda Charlotte, non loin, baguette en main, braquée droit sur lui... et, droit sur moi également.

"Si tu tentes quoi que ce soit contre un de nous, tu auras un bon sang de petite rouquine à boire..."

Je gémis à ces paroles et essayai de me débattre un peu.

"Toi, la ferme et arrête de gesticuler !"

Aussitôt, il plaqua une main contre ma bouche, m''aidant ainsi à me taire. Par la même occasion, il relâcha un peu la pression autour de mon cou, mais je n'envisageais pourtant pas une seconde de me débattre. Je ne connaissais que trop bien le sérieux de leurs menaces pour inciter le chasseur à mettre la sienne à exécution.
Je restai donc parfaitement immobile, légèrement tremblante. Je fixai Charlotte, la suppliant du regard de m'aider, tandis que des larmes ruisselaient par dizaines le long de mon visage. Ma respiration déjà chaotique suite à ma course avait tendance à empirer, maintenant que je n'avais plus que mes narines pour amener l'air jusqu'à mes poumons.

J'avais pris un gros risque en changeant le lieu de mon rendez-vous avec Charlotte. J'avais tenté de tromper les chasseurs, de prévenir Charlotte pour qu'elle puisse se protéger, et me protéger moi éventuellement, par la même occasion. A présent, je m'en rendais compte. Je vivais un véritable enfer. Si seulement je pouvais me réveiller et me rendre compte que tout cela n'était que cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Lun 13 Juin - 11:51

~† Charlotte ne disait rien. Charlotte ne bougeait pas. Charlotte ne respirait même pas. Elle n'eut aucune réaction lorsque le chasseur, qui tenait maintenant Elisabeth contre lui et la menaçait d'un couteau, la prévint qu'il la blesserait si elle faisait quelque chose. Elle ne bougea pas mais garda sa baguette dirigée vers lui, statue de pierre. Rien n'était lisible sur son visage, pas de peur, pas de haine, pas de pitié non plus. Totalement impassible, il aurait peut-être même été possible de penser que le sort de la jolie rousse la laissait insensible et qu'elle n'avait que faire des menaces proclamées. Elle restait droite, fière, belle dans sa détermination tandis que le bras qui tenait sa baguette ne faiblissait pas. Elle paraissait tout cela mais intérieurement, elle enrageait.

Lorsque le chasseur força son amie au silence en plaquant sa main sur ses lèvres, un flash d'horreur lui passa devant les yeux. Elle se revit un instant assise sur ce sol fétide, les bras surélevés attachée par les poignets. Elle aussi il la contraignait au silence parfois, quand il n'avait pas envie de se complaire dans ses cris de douleur et ses pleurs d'humiliation. Une main puissante ainsi pressée contre sa bouche, à appuyer contre sa peau, à lui serrer la mâchoire. Les mêmes larmes qui ruisselaient de ses yeux sans qu'elle puisse rien faire pour les arrêter. Ce n'était pas exactement la même main ni le même visage que le chasseur qui l'avait souillée mais, celui qui retenait Elisabeth avait la même folie haineuse dans les yeux. Elle ne laissa aucune émotion transpercer son masque de froideur mais de voir ainsi son amie apeurée lui faisait mal et lui rappelait les moments horrifiques qu'elle avait pu passer.

Ses pupilles sanguines restaient accrochées aux yeux humides de l'humaine captive et son regard lui intimait de ne pas s'inquiéter, elle ne permettait pas qu'on lui fasse du mal. Elle réfléchit très rapidement, à peine une seconde, puis lentement elle finit par baisser sa baguette. Il ne servirait à rien de continuer à le prendre pour cible, Elisabeth était bien trop proche de lui pour qu'elle ne redoute pas de toucher l'un sans blesser l'autre. Ce n'était pas sur cette corde-là qu'elle devait tirer. Elle allait plutôt miser sur la peur, insidieuse, qu'elle pouvait leur insuffler. Car c'était pour cela qu'il avait pris son amie en otage, dans l'unique espoir de passer au travers du filet de vengeance tissé par la vampire qu'ils avaient capturée qu'elle était. La vérité était qu'il était capable de se faire dessus parce qu'il avait peur de ses représailles. Alors elle allait plutôt jouer sur ce plan. Il y avait différent niveaux de sadismes, et Charlotte en quatre siècles avait eu le temps d'en explorer un paquet. Pour l'heure, elle allait s'atteler au plan psychologique. Le détruire moralement jusqu'à ce qu'Elisabeth ne soit en sécurité. Baguette à présent inoffensive, un petit sourire vint finalement poindre sur ses lèvres gourmandes alors qu'elle détachait ses yeux de la rouquine pour les poser sur le chasseur.
†~

    « Parfait. Je ne tente rien. Tu m'as l'air plutôt malin, c'est une bonne idée de la retenir pour que j'évite de m'en prendre à toi. Alors, toi qui est si intelligent, dis-moi. Que fait-on maintenant ? Tu crois réellement qu'on va pouvoir s'en sortir sans casse ? Que tu me rendes mon humaine et que vous partiez comme vous êtes venus ? »
    « La ferme ! Tu n'es pas en position de discuter ou de nous menacer ! »
    « Oh ! Loin de moi cette idée ! C'est toi qui as les cartes en main. De nous deux, c'est toi le plus dangereux, c'est toi qui as le couteau. »

~† Il ne le dit pas mais dans son regard elle put lire : "oui mais toi tu es une vampire". Et cette crainte mêlée à la répulsion qu'elle lui inspirait ne fit que la conforter dans son idée et la faire sourire un peu plus. Une main sur la hanche, elle attendait de savoir ce que le chasseur allait lui proposer. Le couteau toujours sur la gorge d'Elie, il réfléchit. Il jeta un œil du côté des bosquets desquels son collègue avait été posté avec son arme à feu, mais le sortilège qu'elle lui avait lancé semblait l'avoir assommé et il ne s'était toujours pas relevé. Le chasseur reposa son regard sur Charlotte, puis le dirigea derrière elle, loin dans la forêt, là où les trois autres chasseurs qu'elle venait d'exterminer auraient dû arriver en courant. †~

    « On fait rien pour l'instant. On attend. »
    « Qu'est-ce qu'on attend ? Des renforts ? Si tu parles de tes trois copains, on va attendre longtemps... »
    « Que... Qu'est-ce que tu leur as fait ?! »
    « Hum. Je crois que tu ne préfères pas savoir... »

~† Charlotte eut une fausse moue embêtée alors qu'elle haussait les épaules de nonchalance, comme une enfant qui aurait fait une bêtise. Les yeux du chasseur s'exorbitèrent et il raffermit un peu plus sa prise sur Elisabeth. Pourtant la vampire ne cessait de tirer sur la corde sensible. Elle sentait qu'il commençait à perdre patience et, rapidement, il prendrait une décision. Quelle qu'elle soit, cette décision laisserait une petite marge à Charlotte pour agir et sortir Elie de ce pétrin. Elle espérait juste que le chasseur commettrait rapidement une erreur, en tout cas avant que l'autre ne se relève du sort qu'il avait reçu. Pourtant, malgré l'excitation et une certaine angoisse invisible pour son amie, la jolie brune ne perdait pas de vue son objectif : retrouver celui qui l'avait humiliée et le lui faire payer. Mais cela viendrait. Une chose à la fois, chaque chose en son temps... Pour l'heure, elle ne lâchait pas le chasseur de ses iris rougeâtres, scrutant le moindre de ses gestes et cherchant la moindre faille. †~



    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Jeu 16 Juin - 16:11

Présentement, j'admirais Charlotte. Tout n'était que torture psychologique. Elle savait où appuyer pour que ça fasse mal. Elle savait trouver les mots pour troubler le chasseur. Elle savait adopter une attitude désinvolte qui avait pour don de l'agacer. Elle savait rester étrangement calme - du moins en apparence - tandis que la tension allait grandissant pour lui. Et... pour moi aussi. Si Charlotte semblait confiante, ce n'était pas du tout mon cas. J'avais toujours ce couteau posé contre ma gorge, et au moindre geste, je risquais de me faire zigouiller. Oserait-il le faire, je n'en avais aucune idée. Les chasseurs m'avaient certes déjà violemment frappée, mais jamais je n'avais été dans une telle situation et je n'avais aucune idée e la manière dont ils pouvaient agir en présence de leur ennemie n°1 en grande forme.

Pourtant, je souhaitais avoir confiance en Charlotte. Son regard m'intimait de ne pas m'inquiéter. Même si c'était quelque chose d'impossible pour le moment, je savais - ou plutôt, j'espérais - qu'elle pourrait très vite me sortir de cette situation. Je me surpris à prier. Moi qui étais une fervente catholique depuis mon enfance, je ne croyais pas du tout en ces histoires de Spirit qui était Dieu ou que sais-je encore. Ce fut donc un peu par réflexe que je récitai silencieusement un psaume, qui collait étrangement à la situation.

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonnée ?
Pourquoi restes-tu si loin, sans me secourir, sans écouter ma plainte ?
[...]
Mes adversaires sont autour de moi
Comme de nombreux taureaux :
Ils m'encerclent
Comme de puissantes bêtes du Bachan.
On dirait des lions féroces qui rugissent
Et ouvrent la gueule contre moi.
Ma force s'en va comme l'eau qui s'écoule,
Je ne tiens plus debout.
Mon courage fond en moi comme la cire.
J'ai la gorge complètement sèche,
Ma langue se colle à mon palais.
Tu m'as placée au bord de la tombe.
[...]
Mais toi, Seigneur, ne reste pas si loin ;
Toi qui es ma force, viens vite à mon secours.
Sauve-moi d'une mort violente,
Protège ma vie contre la dent de ces chiens.


Pendant ce temps, le chasseur prenait conscience de ce qu'il était advenu de ses acolytes et comprit qu'il avait plutôt intérêt à ne pas trop jouer avec moi s'il souhaitait pouvoir retrouver femme et enfants le soir-même. Or, me menacer avec un couteau sous la gorge n'était peut-être pas la meilleure solution. Doucement, sans quitter Charlotte du regard, il baissa son bras droit et laissa son arme tomber au sol, sans me lâcher pour autant.

Effrayé. Le chasseur était effrayé. Et à cette terreur se mêlait la colère. La colère de se faire manipuler par une vampire alors qu'ils étaient censés la capturer aujourd'hui même. Il se retrouvait seul face à elle, seul et... impuissant. Car pour l'instant, c'était moi qui le protégeais. Il avait bien compris que tant qu'il ne me lâcherait pas, Charlotte ne tenterait rien contre lui. Alors il resserra un peu son emprise sur moi, ce qui suffit à me faire gémir et bouger un peu.
Sans détacher son regard des iris couleur sang de la belle brune, il se mit à brailler une nouvelle fois.

"TOI, LA FERME !"

Bien sûr, c'était à moi qu'il s'adressait. Instantanément, je me figeai une nouvelle fois. J'entendais son souffle s'accélérer sous l'effet de la rage, tandis qu'il me serrait toujours plus fort.
Je ne tins pas plus longtemps. J'avais l'impression d'étouffer -et à vrai dire, ce n'était pas qu'une impression. Je portai mes deux mains à son bras et tentai de tirer dessus, le suppliant ainsi de retirer sa main de mes lèvres et de me laisser respirer un peu.

Ce fut le geste de trop. De rage, il m'asséna un grand coup de poing en plein visage avant de me balancer sur le côté, au milieu des feuillages humides, face contre terre. Un nouveau cri strident de ma part vint rompre le calme apparent de la forêt, suivi du bruit de mes sanglots tandis que j'essayais de reprendre mon souffle.

Conscient que le fait de m'avoir lâchée venait de le mettre en grand danger, le chasseur se retourna aussitôt vers Charlotte pour découvrir ses intentions et tenter de se protéger... si toutefois il en avait le temps.

Malgré ma position inconfortable, je voyais l'autre chasseur reprendre connaissance et se redresser, un peu sonné après le coup qu'il avait reçu. J'espérais que Charlotte serait assez rapide pour les exterminer tous les deux, avant qu'ils ne bondissent de nouveau sur moi et me menacent avec un couteau ou autre type d'arme. Et j'espérais également qu'ils n'étaient que cinq à être venus et qu'il n'y en avait pas d'autres tapis dans la forêt. Entre nous, cela m'étonnerait quelque peu qu'ils soient venus en si petit nombre alors qu'ils tentaient de mettre la main sur une redoutable vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLOODY GIRL † Would you Die for me ?

avatar


♦ Lettres Envoyées : 3681
♦ Crédit : Fatal†Error
♦ Citation : What doesn't kill me... will probably kill you.

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 432 ans - 18 d'apparence
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Sam 25 Juin - 19:10

~† A l'instant même où le chasseur se sépara d'Elisabeth, non sans la violenter au passage, la main droite de Charlotte, celle-là même qui tenait sa baguette, s'était levée pour revenir prendre pour cible cet homme qu'elle haïssait de plus en plus pour faire souffrir son amie. Elle le regarda bien droit dans les yeux, sûre d'avoir toute son attention car il savait aussi bien qu'elle que son heure était venue, et elle pouvait le lire dans son regard. Il la suppliait silencieusement de ne pas l'achever, de ne pas le tuer déjà, il ne voulait pas mourir. A cette requête s'ajoutait la peur car il n'avait aucune idée de ce qu'elle allait bien pouvoir lui faire mais il connaissait sa réputation. Ils avaient étudié de près ce qu'elle avait accompli par le passé et il savait que ce n'était pas une tendre. Il ne mourrait pas vite, ni sans douleur. Pour saupoudrer le tout, un soupçon de haine. Haine envers elle parce qu'elle était une vampire et qu'il détestait cette race mais aussi colère contre lui-même car il savait qu'il avait mal joué et qu'il ne pourrait plus rien faire. Il n'y avait pas de clémence dans le regard de Charlotte. Il n'y avait pas non plus de compréhension dans son sourire. Un sadisme pur et simple surgissait du fond de ses tripes et elle embrassait avec délectation le retour de sa sauvagerie. Elle ne sut même pas la nature du sort qu'elle lui lança. Un informulé qui partit de lui-même dès qu'elle eut armé sa baguette vers lui. Une boule noire entourée de lumières violacées sortit de sa baguette pour filer droit vers lui et le percuter à la poitrine. Elle ne se souvenait plus ce que c'était ni où elle l'avait appris, des sorts elle en connaissait des centaines, mais elle savait que c'était de la magie noire. Le corps du chasseur fit un bond avant de s'écraser au sol. Du sang s'écoulait de ses yeux, de ses oreilles, de son nez et de ses lèvres tandis que le pauvre se prenait la tête en hurlant et en se parlant à lui-même de choses incompréhensibles. C'était la folie de sa haine qui le rongeait de l'intérieur...

Charlotte aurait pu rester là des heures à le contempler, la baguette toujours pointée sur lui, un petit sourire malsain de curiosité sur les lèvres. Les êtres humains étaient fascinants lorsqu'ils mourraient... D'autant plus que ce sort en particulier allait prendre un sacré moment avant de l'achever. A cet instant précis et comme elle l'examinait, elle avait oublié tout le reste. Les chasseurs, le but qu'elle s'était fixé, et même Elisabeth qui avait atterri un peu plus loin. Mais la situation lui revint rapidement en mémoire lorsqu'elle entendit l'autre chasseur grogner tandis qu'il se relevait. Alors que la situation dans laquelle elle se trouvait lui revenait en mémoire, elle aurait pu aller vers Elisabeth pour prendre ses nouvelles, voir si elle allait bien et lui assurer qu'elle la sortirait de ce pétrin. Elle aurait aimé le faire mais elle savait que ce ne devait pas être sa priorité. Elle devait s'assurer de sa sécurité avant de s'assurer de sa santé... Alors, sans vraiment regarder l'humaine, elle fonça directement vers le chasseur. Elle atterrit sur lui et la violence du contact le fit tomber en arrière. Il grogna encore tandis qu'elle emprisonnait son visage dans sa main. Elle pouvait lui arracher la mâchoire si elle le voulait, il en était bien conscient et ce fut probablement ce qui l'amena à ne pas se débattre. Accroupie sur lui, le visage à quelques millimètres du sien. Dans un autre contexte, on aurait pu penser qu'ils s'amusaient à autre chose... Mais ce n'était pas le cas. Ses lèvres touchaient presque les siennes comme elle parlait et ses pupilles sanguines étaient bien ancrées dans ses yeux clairs.
†~

    « Combien vous êtes ? »
    « Si je te le dis, me laisseras-tu la vie sauve ? »

~† Un rictus naquit sur ses lèvres mais elle ne se recula pas. †~

    « Tu sais bien que non. Mais je m'arrangerai pour que ce ne soit pas douloureux. En tout cas pas trop... »

~† Le chasseur n'était pas réellement satisfait de la réponse mais il sembla tout de même envisager cette possibilité. Il se doutait que sa marche de manœuvre était extrêmement étroite et il ne voulait pas faire d'impair. Il préféra pour le moment rester silencieux. Après deux secondes à attendre, Charlotte se décida à reprendre, un peu plus pressante sans sembler effrayée le moins du monde. †~

    « Réfléchis-y autant que tu veux mais tu sais comme moi que c'est le seul compromis que je voudrais bien t'accorder. J'ai déjà éradiqué tes trois petits copains et je pense que tu entends comme moi l'autre hurler de douleur. Combien en reste-t-il ? »

~† Il hésita encore quelques instants puis, l'air grave et sans la lâcher du regard, il finit par répondre. †~

    « Quinze. »
    « Ah ! Je ne sais pas si je dois être flattée ou vexée ! »

~† Et sans attendre plus longtemps, elle lui dévissa le cou. Il ne pourrait rien lui reprocher, sa mort avait été aussi vive que facile. La vampire se redressa, abandonnant là le corps, et revint vers le chasseur qui continuait de se parler à lui-même en pleurant. Son visage était couvert de sang et Charlotte dut se retenir pour ne pas lui en voler... Elle dirigea de nouveau sa baguette sur lui et mit fin au sortilège. L'homme s'écroula mais il n'était pas mort. C'était juste que son corps, après ce qu'il venait de subir, n'avait plus la force de le porter, pas plus que son esprit après la torture qu'elle lui avait infligé ne pouvait encore réfléchir... Néanmoins elle se pencha sur lui et murmura quelques mots à son oreille. †~

    « Eh, tu n'es pas mort. Et je sais que tu m'entends. Je vais t'emmener avec moi et cette fois, c'est toi qui ferait mieux de ne rien tenter. Je t'expliquerai plus tard mais tu apprendras vite que dans tous tes compagnons, il n'y en a qu'un qui m'intéresse réellement... Maintenant laisse-toi faire et ne bouge pas, je vais te porter. »

~† Presque avec délicatesse, elle le fit pivoter pour qu'il ne soit plus face contre terre, puis elle l'aida à se redresser - à vrai dire elle le redressa plutôt toute seule - et se pencha pour le hisser sur son épaule. Il ne bougea pas et se laissa retomber, pendant vulgairement comme un sac de pomme de terre (mais eh, il avait une magnifique vue sur ses fesses, si tant est qu'il ait encore la force d'ouvrir les yeux). Alors enfin, Charlotte se décida à rejoindre la jolie rousse. Sa décision était prise depuis qu'elle avait appris combien il en restait. Elle se baissa vers elle, lui releva le menton doucement pour observer le coup qui commençait à apparaître sur son visage puis elle lui sourit sereinement. †~

    « Tu auras un joli souvenir de nos aventures mais il ne restera pas longtemps. Maintenant nous partons. Je vais nous emmener en transplanant, si tu n'en as jamais vécu, tu verras que ce n'est pas très agréable mais vraiment pratique. »

~† Si cela ne tenait qu'à elle, elle serait restée pour combattre la quinzaine de chasseurs qui restaient mais elle ne pouvait ni ne voulait mettre en danger son amie plus longtemps. Elle venait de s'en rendre compte, elle ne pouvait pas agir comme elle le souhaitait avec Elisabeth à ses côtés qui risquait à tout moment d'être blessée ou pire. Elle allait l'emmener dans un endroit sûr, elle déposerait le chasseur chez elle et l'y attacherait - plus tard il lui servirait à découvrir l'identité et la localisation de celui qui l'avait souillée -, et alors elle reviendrait ici pour s'occuper de ces quinze-là. †~

    « Elie, je suis désolée pour tout ça. Mais je te promets que tu n'auras bientôt plus à te préoccuper de tout ça, je vais m'occuper d'eux. D'ici-là, as-tu un endroit sûr pour quelques jours où je pourrais te déposer ? »




    ~† I had hoped you'd see my face. And that you'd be reminded. That for me it isn't over. Don't forget me. I beg. †~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-showing-night.com/forum.htm

avatar


♦ Lettres Envoyées : 157
♦ Crédit : Elo'
♦ Citation : Elo'

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage:
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte] Sam 16 Juil - 15:13

Je me redressai et les regardai tour à tour, elle et le chasseur, tandis que je reprenais tant bien que mal mon souffle. Le regard, le sourire de Charlotte étaient terrifiants. Je savais qu'elle ne me ferait aucun mal et pourtant, ils me glaçaient le sang. Qui l'emporterait ? Qui agirait le plus vite ? Charlotte avait l'avantage d'être à la fois une vampire et une sorcière. Le chasseur, quant à lui, ne semblait être qu'un... humain. Sinon, il aurait d'ores et déjà brandi sa baguette, prêt à affronter Charlotte dans un duel qui aurait été des plus sanglants.
Je lisais tellement de choses dans les regards qu'échangeaient des deux protagonistes de la scène, face à face. De la haine, de la terreur. Du sadisme, de la supplication.
Et cette boule lumineuse noire et violette qui s'échappa de la baguette de la belle vampire. Jamais je n'en avais vu de telle. Jamais je n'en avais vu de si violente et puissante rien qu'en apparence. Mon regard se tourna instantanément vers la victime. J'eus un haut-le-cœur en voyant tout ce sang qui s'écoulait de ses yeux, de ses oreilles, de son nez, de sa bouche. Le spectacle était absolument affreux. Je ne pouvais cependant pas regarder autre chose que cet homme qui se tordait de douleur. Charlotte non plus, apparemment, même si moi, je semblais plus horrifiée que curieuse.

La forêt était soudain si silencieuse. Un petit grognement derrière moi détourna mon attention du chasseur agonisant. Je regardai Charlotte s'approcher de lui, je l'écoutai le menacer. Dire que ce gars allait mourir devant mes yeux. Je réprimai un frisson en imaginant de quelle façon elle allait bien pouvoir le tuer. J'eus ma réponse assez rapidement. Je poussai un petit cri d'effroi, accompagnée d'une nouvelle nausée. C'était absolument immonde. Je n'imaginais pas que mon amie puisse faire preuve d'autant de cruauté.

Quinze autres chasseurs. Allaient-ils tous surgir d'un coup ? Ou comprendraient-ils que non, ce n'était pas la peine qu'ils attaquent aujourd'hui, sous peine d'être tous tués les uns après les autres ?

Une nouvelle fois, la réponse ne se fit pas attendre. Charlotte comptait partir de là. J'ignorais qu'elle avait l'intention de revenir et à vrai dire, ce n'était pas plus mal ainsi. J'aurais été morte d'inquiétude à l'idée qu'elle se remette en danger. Ceci dit, vu le spectacle auquel je venais d'assister, je ne devrais pas trop craindre pour sa survie, elle m'avait démontré qu'elle était bien plus puissante d'une horde de chasseurs.

Voir l'humain ainsi posé sur son épaule aurait pu être drôle si je n'étais pas aussi choquée de tout ce que je venais de voir. Je la laissais relever mon visage et regarder l'hématome naissant sur ma pommette. La douleur était de plus en plus importante, il faudrait que je songe à mettre un peu de glace et d'arnica quand je serai de retour chez moi.

"Chez moi, s'il te plaît. Je ne veux pas aller ailleurs. Ma nièce ne doit se douter de rien et il faut que je m'occupe d'elle... et puis... il y a euh... un... un ami, qui est à la maison, aussi. De toute façon, je ne vois pas où je pourrai aller, sinon..."

Un ami qui occupait pour l'instant le canapé du salon mais que je rêverais de voir dans mon lit... Enfin bref, passons, ceci n'est qu'un détail, n'est-ce pas ?
Jason était venu s'installer à la maison suite à ma première rencontre avec les chasseurs quant à l'affaire Charlotte Leonhart. J'étais allée me réfugier chez lui, incapable de rester seule à mon appartement et, ne souhaitant pas que je reste uniquement avec ma nièce, il était venu s'installer pour une durée indéterminée. Autant dire que Thalie était loin d'être ravie, mais en même temps, avec une jeune fille en pleine crise d'ado, il en aurait été difficilement autrement.
C'était là que je voulais rentrer. Dans le petit appartement que j'occupais depuis mon arrivée à Londres, dix ans plus tôt. Je ne voulais pas avoir à me cacher je ne sais où pour me protéger des chasseurs. Je n'avais d'ailleurs nulle part où aller. A moins que Jason ne nous accueille chez lui, ma nièce et moi ? Ce serait inutile. J'étais certaine que les chasseurs penseraient à me chercher là-bas s'ils voulaient mettre la main sur moi... donc ce n'était pas vraiment un endroit sûr. Des amis, je n'en avais pas des tonnes. Il s'agissait plutôt de connaissances ou d'amants d'une nuit. Toute ma famille était restée en France - à l'exception d'un frère en prison, d'un autre en mission humanitaire en Afrique et d'une sœur dont je ne savais même pas si elle était encore en vie ou non. Je n'avais vraiment nulle part où aller, si ce n'est chez moi. Charlotte serait peut-être réticente à cette idée et j'en étais bien consciente. Mais mon regard clair la suppliait pourtant d'accepter ma demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Méfie-toi d'eux... [Charlotte]

Revenir en haut Aller en bas

Méfie-toi d'eux... [Charlotte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Out of London :: LA FORÊT-