AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

the reason of it all ▬ Psychel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message

avatar


♦ Lettres Envoyées : 887
♦ Crédit : Inkheart
♦ Citation : Tous à mes pieds, misérables sorciers (a)

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 21 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: the reason of it all ▬ Psychel Jeu 27 Mai - 17:34



    L'air frais du soir nous caresse lorsque nous quittons enfin la demeure des Wingates. Je tiens Rahel dans mes bras, Scarlett s'amusant encore avec la poussette, et remercie mon beau-père pour le dîner familial. A la mémoire de Gabriel, autant dire que je n'ai pas pu toucher à mon assiette, tandis que ses parents et les autres mangeaient avec appétit. Ils ne m'avaient invitée que pour discuter de l'héritage de Gabriel, des problèmes que posaient le transfert de ses richesses présentes et futures en mes seules mains. Et il y avait Rahel, notre fils. Il avait tenté de me convaincre de leur laisser la charge du bébé, pour l'élever comme leur fils et le protéger du mieux qu'ils le pourraient, qu'ils comprenaient que ce fut difficile pour moi de m'assurer du bien être de mes enfants alors que je suis si seule et si vulnérable. Pas une seule fois j'ai aperçu un soupçon de tristesse, une vague douleur. Je n'étais peut-être pas la pire, finalement. Si mes larmes n'avaient pas voulu couler, j'étais à présent déchirée. Un nœud me serrait le ventre, et cette colère qui me rongeait à présent de l'intérieur était attisée par leur simple vue. Ils ne ressentaient rien. Cet homme qui paraissait si charmant et qui me traitait avec tant d'égards que je sentais la jalousie de sa femme troubler ses traits, avait laissé des blessures indélébiles sur le dos de son fils. Cet homme qui me serrait la main d'un air chaleureux l'avait torturé des heures et des heures pour lui arracher le mot « pardon », lorsque Gabriel osait lui tenir tête. Cet homme ne semblait jamais avoir eu de fils, et sa femme n'avait été que l'enveloppe charnelle destinée à l'accueillir. Mes prunelles topaze sont froides, mais mon sourire poli feint d'éclairer mon visage, tout comme sa femme prétend avoir été ravie de me recevoir. Je me détourne enfin d'eux, descendant les marches du perron, lorsque sa lourde main glaciale s'abat sur mon épaule.

      « Laissez moi vous raccompagner chez vous, Psyché. », dit-il d'une voix égale, mais je sens son esprit tordu se délecter à l'idée d'un entretien privé. « Il est tard, et les rues ne sont pas sûres la nuit comme vous le savez. »


      « Ce ne sera pas nécessaire, Charles. Mais j'apprécie votre attention. », répondis-je sans me retourner.


    Je sens sa prise se faire plus forte. Il ne supporte pas d'être contredit, et maintenant que nous sommes seuls, les autres étant rentrés à l'intérieur. Il n'y a personne qui peut le voir me prendre par les épaules pour me retourner brutalement, plongeant ses yeux sombres dans les miens. Il me regarde longuement, s'attendant à ce que je baisse le regard comme tous le faisaient, mais je le soutiens avec plus de fierté que jamais.

      « Rahel, ma chère, est notre dernier héritier. Je me moque de ce qui pourrait arriver à votre petite bâtarde, mais ce petit doit rester en vie, et je ne souffrirai pas de le perdre parce que sa mère est une idiote dépourvue de bon sens et dont sa trop haute estime personnelle l'étouffe. », déclare-t-il d'un ton calme, qui aurait presque paru poli.


    La colère froide, la haine glaciale... Il n'était pas le seul à savoir intimider. Silencieuse, seul un sourire brise mon expression d'indifférence marquée. Il sent la brûlure de la moquerie, et ses doigts se crispent un peu plus. Il pourrait tenter de me frapper, s'il n'avait pas peur de blesser mon fils entre mes bras. Scarlett, elle, s'est endormie sur les marches, et n'entend pas les offenses qu'il me profère. Mon insolence pour le moins fine le fait enrager, mais il ne dit pas un mot de plus. Je me dégage de son emprise, et réveille doucement Scarlett.

      « Bonne nuit, mon cher. », répondis-je avant de passer le portail.


    Il reste droit et dur comme un roc, tandis que nous nous enfonçons dans le noir de la nuit. Je pose à nouveau le bébé dans la poussette, et reprends ma baguette. Nous sommes du même quartier, je n'ai que quelques rues à parcourir avant de retourner au Manoir, mais je sens déjà les bruits s'étouffer. Les ombres de Londres se mouvent, silencieusement, dangereuses et corruptrices. Le martèlement de nos chaussures sur les pavés et les pleurs de Rahel, qui vient de se réveiller brutalement font écho dans la rue vide. Avec un léger remords, je lui lance un sortilège de Mutisme. Je ne peux pas prendre le temps de calmer ses cris alors que Scarlett dort debout et qu'il fait nuit noire, il pourrait attirer des âmes bien moins charitables encore que celle de mon beau-père.

      « Scarlett, ma chérie, garde l'œil ouvert. Nous sommes bientôt arrivés, tu pourras dormir. Là, j'ai besoin que tu sois vigilante. », dis-je dans un murmure.


    Elle se frotte les yeux, puis étouffe un bâillement avant de se redresser. Son regard est flou, mais elle continue d'avancer derrière moi, tenant un pan de ma robe sans dire un mot. Je presse le pas, mal à l'aise. Le silence est trop intense pour être naturel. Ma main se serre autour de ma baguette, et je me détends en voyant le réverbère éclairer faiblement notre demeure. Pourtant, je sens Scarlett tirer sur le tissu fragile de la robe.

      « Maman... j'ai entendu un bruit. », chuchote-t-elle. « C'était tout près. »


    Je fronce les sourcils et m'arrête en lui faisant signe de se taire. Je n'ai rien entendu, mais comme elle je sens une présence. Je l'attrape et l'entoure d'un bras, la main toujours crispée sur la baguette. Je suis néanmoins calme : une seule silhouette se découpe lentement de l'ombre de la rue.

      « Bonsoir, ma belle... », salue une voix mielleuse à l'accent italien. « Il est un peu tard pour vous promener...  »


    Je ne réponds pas. C'est un jeune homme souriant, le teint pâle, visiblement plein d'énergie. Il continue de s'approcher, et je sens Scarlett se serrer un peu plus contre moi, tremblante. Un vampire. L'éclat carmin de ses yeux étincelle dans le noir ambiant, et je lance un sort, mais il a déjà disparu. La seconde d'après, mes bras enlaçaient de l'air. Elle poussa un cri, tandis qu'il jouait avec une de ses boucles. Il la sentait, laissait parcourir ses doigts le long de son cou fin, repoussant ses boucles derrière pour lui dévoiler sa peau. Et moi, je tremble. C'est la peur qui m'empêche d'agir. La peur, cette émotion si rarement ressentie qu'à présent que mon corps vibrait sous son influence, elle me domine complètement. Je n'y avais pas pensé. Je ne pense plus. Je vois le rouge du sang qui va bientôt tacher sa jolie robe, je vois le corps de ma petite fille qui s'affaissera, je vois la vie quitter son corps tandis qu'il s'attaquera à mon fils. Et moi, je suis tétanisée.

      «  La dernière fois que j'ai touché une jeune vierge...remonte à bien trop longtemps. Elles se font plutôt rares, ces temps-ci... », dit-il en riant, tandis qu'elle se met à crier en pleurant, se débattant du mieux qu'elle le pouvait.


    Je lui hurle de la relâcher, mais son rire redouble d'intensité. Puis, soudain, je ne contrôle plus mes mouvements. Avant même d'y avoir pensé, je brandis ma baguette et lance le sortilège de Stupéfixion. Scarlett s'échappe de ses bras en courant vers moi, et je la reprends dans les miens. Je sais que son effet est court sur un vampire, mais je ne pense pas y avoir même réfléchi lorsque je lance le sortilège de Deprimo, provoquant une explosion violente à la face du vampire qui saisit immédiatement son visage entre ses mains. Les flammes le lèchent avec force, ma rage décuplant mes pouvoirs, et il tombe à terre tandis que je crie à Scarlett de prendre Rahel et de s'enfuir. La maison n'est qu'à quelques mètres, si elle court assez vite ils arriveront sans mal...
    Le vampire est toujours à terre lorsque je me tourne vers lui. Il hurle, mais je n'entends pas ses cris. Je mets fin au sort, et le regarde reprendre son souffle, un grondement sinistre s'échappant de sa poitrine. Je ris. Je ne sais pas pourquoi, mais je ris. Je ne me contrôle plus, je ne réfléchis plus, je ne formule même pas les sorts qui l'atteignent. Il reste à terre, sous mon emprise, et je me penche vers lui.

      « Allez, supplie moi. », susurrais-je, tandis que de nouvelles flammes caressent son corps.


    Elles sont vives, d'un rouge surréaliste. Il hurle, mais ses supplications ne m'atteignent pas. Je ne ressens rien d'autre que la haine due à la vision de la perte de mes enfants. Il était le symbole de ce qui me poussait doucement vers la folie, il était la peur, la menace qui pesait sur ces êtres innocents, la souffrance latente... La vermine des vampires.

      « Je n'ai rien entendu. », répondis-je avec un air déçu. « Endoloris»


    C'est le premier sortilège que je formule de vive voix, et avant même que le sortilège ne le frappe je vois son visage se crisper. Il hurle, et je sens les vibrations venir du plus profond de ses entrailles, tandis qu'il se tord de douleur, se roulant sur les pavés humides.

      « Silencio. », dis-je en soupirant. «Alors, qu'est-ce que ça fait d'être la victime et non le bourreau ? »


    Il ne crie plus, mais son corps convulse toujours autant. Je lance plusieurs sorts pour amplifier sa douleur, et au moment où je m'apprête à le finir, une main glacée s'empare de mon poignet. Brutalement, ma rage froide prend fin, et je me transforme en furie. Je me débats violemment, hurle des « Lashlabask » sans atteindre ma cible, et l'homme me plaque contre le mur avant de m'arracher la baguette des mains. La lumière est en contre-jour, mais je reconnais l'éclat de sa chevelure brune en bataille.

      « Sayanel... » le prénom s'échappe de mes lèvres avec la douceur de la surprise.


    Il serre un peu plus mon poignet, tandis que son autre main se saisit de mon visage. Il est brusque, mais je me débats toujours, avec encore plus de violence. Je ne distingue pas son visage, il n'y a que cet éclat cuivré et sombre de ses cheveux. Le même que celui de la petite qui vient de claquer la porte du manoir, Rahel dans ses petits bras. Je respire enfin. Je lui hurle de me relâcher, mais il me garde plaquée contre ce mur glacé, silencieux. Quand enfin je fatigue et cesse de gesticuler,à bout de souffle, il me relâche. Je le regarde quelques secondes, et éclate en sanglots. J'ai honte de moi, mais je ne peux pas maîtriser mes pleurs. Je m'effondre, mes genoux rencontrent le sol, égratignant ma peau, et j'observe son corps qui convulse. Ses larmes de sang inondent son visage émacié . Je tremble devant ce que je suis à présent capable de faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


♦ Lettres Envoyées : 254
♦ Crédit : Morgy Boxy (L)

A NEW BEGINNING
♦ Age du personnage: 242 ans
♦ Nouvelle vie:

MessageSujet: Re: the reason of it all ▬ Psychel Sam 5 Juin - 21:37

    Un bout de tissu. Un simple morceau de tissu, qui l’avait hanté pendant des jours avant qu’il ne se décide à se bouger pour en savoir plus. Un foutu bout de tissu qui bousculait toutes ses résolutions, et toutes ses certitudes. Sayanel posa les yeux sur le ruban rouge qu’il avait trouvé sur Isobel, et qu’il n’avait pas quitté depuis. Il plissa les yeux et poussa un grognement agacé, avant d’inspirer profondément ce parfum qu’il connaissait à présent par cœur pour l’avoir tant de fois respiré en tentant en vain d’en déterminer les composantes. Un foutu bout de tissu marqué d’un foutu parfum appartenant à … Appartenant à qui ? C’était là toute la question. Une question à laquelle il avait souhaité de toutes ses forces ne pas recevoir de réponse, mais il ne pouvait plus se voiler la face plus longtemps. Il avait besoin de savoir. Savoir pourquoi ce ruban, qu’Isobel avait récupéré sur Psyché elle-même, ne portait pas seulement le parfum de Psyché, mais le sien également. Deux parfums mêlés d’une façon qui laissait peu de place à l’imagination. Il n’avait jamais vu ce bout de tissu, ou en tout cas il ne se souvenait pas que Psyché ait pu le lui mettre entre les mains afin qu’il y laisse une telle marque olfactive. Et la seule explication qu’il pouvait voir dépassait de loin ce qu’il était capable d’intégrer.

    Le manoir Wingates. Un lieu qu’il n’avait absolument pas envie de revoir, un lieu qui appartenait à celui qui lui avait prit Psyché, un lieu où il avait tenté de dire adieu à ses sentiments … Il fallait pourtant qu’il y revienne, bien contre son gré. Les réponses qu’il cherchait se trouvaient sans doute ici, là où Psyché passait le plus clair de son temps. Il n’avait pas l’intention de parler à Psyché, encore moins de la voir, seulement d’entrer, de chercher, et de ressortir. Il s’était même fait la promesse de ne pas toucher à Gabriel s’il se montrait, ce qui était déjà un exploit en soi. Depuis qu’il savait que Psyché s’était mariée avec lui, Sayanel n’avait pas cessé de repenser au jour où il avait massacré le fiancé d’Eleanor, des siècles plus tôt. Sa première victime, et la plus délectable de toutes. Et sa bouche s’emplissait de venin quand il pensait à Gabriel, au goût que son sang pouvait avoir, au craquement de sa nuque entre ses doigts … Mais Psyché n’était pas Eleanor, et même si elle l’avait trahi d’une façon qu’il abhorrait bien plus qu’Eleanor l’avait fait, il ne tuerait pas celui qu’elle avait choisi comme son substitut. C’était bien la dernière chose qu’il ferait pour elle, d’ailleurs …

    Sayanel se fondit dans l’ombre des immenses haies qui bordaient le manoir, et se glissa sans un bruit dans le parc. La nuit commençait à tomber, pas un son ne venait troubler la quiétude du soir. Il n’y avait aucun occupant dans la maison, et Sayanel en ressentit une certaine satisfaction. Il avait mis assez de temps pour se décider à venir, il aurait détesté devoir remettre son excursion à plus tard à cause d’un contretemps de ce genre.
    Il entra dans le manoir sans rencontrer aucune difficulté, et haussa un sourcil surpris en ne sentant aucune des protections magiques qui entouraient généralement les bâtisses de ce genre. Mais il comprit rapidement pourquoi rien ne l’arrêtait, quand il sentit une vague odeur de sang en entrant dans le manoir. Un rapide tour des pièces lui confirma ce qu’il savait déjà : il n’y avait personne, et le sang qui avait coulé il y a déjà plusieurs jours avait été soigneusement nettoyé. Mais l’odeur avait imprégné les rideaux et les murs, et personne n’avait fait disparaître les traces du combat qui avait fait rage. Le mobilier détruit, les livres éparpillés au sol … Il ne manquait plus que le cadavre pour que la scène soit parfaite. Parfaite, puisque ce n’était pas le sang de Psyché qui avait coulé. L’odeur était une douce torture pour Sayanel, qui ne s’était pas nourri depuis la veille : s’il le sang avait été celui de Psyché, il l’aurait immédiatement reconnu, et il n’aurait en aucun cas ressenti cette satisfaction qu’il n’arrivait pas à déterminer. Il ne savait pas qui avait été blessé, ni si la victime était morte, mais il espérait de tout son être que c’était Gabriel … Et il regrettait presque de ne pas avoir été là pour voir la scène. Qui avait fait le sale boulot à sa place ? Qui était entré dans le manoir Wingates pour y semer la terreur ? Une vague d’appréhension saisit Sayanel à l’idée que Psyché ait pu être blessée, torturée ou séquestrée pendant l’attaque, et il dut repousser cette éventualité avec force. Il n’était pas là pour elle, ce soir …

    Chassant de ses pensées la possibilité que Psyché soit encore séquestrée quelque part, Sayanel s’appliqua à faire ce pourquoi il était là. Il passa chacune des pièces en revue, soulevant chaque pile de papiers, ouvrant sans aucune gêne les placards, sans jeter un seul coup d’œil aux tenues que Psyché avait pu porter. Il avait fermé son esprit, ne gardant en tête que la traque de l’odeur du ruban. S’il la retrouvait sur un objet, sur un meuble, sur une lettre, cela lui apporterait une explication. Mais partout, il n’y avait que le parfum fade de Gabriel, la délicieuse fragrance de Psyché, et le mélange de leurs deux essences dans celle du bébé. Sans compter le sang, qui avait taché les murs, le sol et les rideaux … Mais sa propre odeur avait été effacée depuis son dernier passage, et il ne retrouva rien de semblable à ce qu’il sentait sur le ruban rouge. Exaspéré, il sentit l’angoisse recommencer à lui ronger l’estomac, tandis que l’objet de sa traque lui échappait. Il retourna au rez-de-chaussée, et regarda sans les voir les objets brisés du salon. Son regard fut soudain attiré par une pile de lettres sur la table, la plupart encore cachetées. Sur le dessus de la pile, une feuille de papier de bonne qualité, soigneusement plié en deux, attisa sa curiosité. Il n’était pas venu fouiller dans la vie de Psyché, et ne voyait pas son intrusion comme un moyen d’en apprendre plus sur elle. Mais il déplia tout de même la feuille sans vraiment y penser, et un sourire carnassier s’afficha sur ses lèvres avant qu’il ne puisse le contrôler. Une invitation à un enterrement. Gabriel Wingates avait donc bel et bien été assassiné … Et Psyché était saine et sauve, puisqu’elle avait elle-même rédigé le faire-part. Sayanel fixa les lettres soigneusement tracées sur le papier avec un sentiment de satisfaction à la vue de l’écriture de sa bien-aimée, qui annonçait avec sobriété la mort de son mari. Tout allait parfaitement bien, finalement …
    Quand Sayanel ressortit du manoir, aucune des questions qu’il se posait en y entrant n’avait trouvé de réponse, mais il se sentait bien plus léger qu’en arrivant. Il s’était juré qu’il ne tuerait pas Gabriel, mais le savoir mort lui apportait énormément de contentement. Cela ne résolvait pourtant aucunement ses problèmes, et il fallait qu’il trouve une autre solution … Il poussa un léger soupir. Il n’avait aucune envie de se rendre dans le manoir familial des Wolstenholme, mais c’était sans doute là qu’il avait le plus de chances de satisfaire sa curiosité.

    Il traversa les quartiers ensommeillés de Londres sans se soucier des humains dont il croisait le chemin. Ce soir, sa soif passait après le reste. Il aurait tout le temps de se nourrir une fois qu’il aurait visité le manoir de la famille de Psyché … Mais il écarquilla les yeux en entendant un hurlement inhumain déchirer le silence de la nuit, à quelques pâtés de maison de sa destination. Un instant plus tard, un nouveau cri retentissait, et Sayanel accéléra le pas. Soudain, les hurlements s’étaient tus, et il savait que ce n’était jamais bon signe … Mais ce n’était pas son problème. Qu’un humain se soit fait égorger était le moindre de ses soucis, bien au contraire. Pourtant, quand il tourna au coin de la rue du manoir Wolstenholme, la surprise le figea sur place et il écarquilla les yeux, stupéfait devant le spectacle devant lui. Aucun humain ne s’était fait égorger ce soir, même s’il y avait sans doute eu une tentative …
    Psyché se tenait au milieu de la rue, sa baguette levée vers un vampire qui se tordait de douleur devant elle, la bouche tordue en un hurlement silencieux. Et Psyché, impitoyable, le contemplait avec une lueur que Sayanel n’avait encore jamais vue dans son regard. Elle leva sa baguette une nouvelle fois, un rictus pervers sur les lèvres, et à nouveau le vampire se tordit de douleur tandis qu’elle se mettait à rire comme une démente.

    Pendant un instant, Sayanel ne put que contempler la scène de torture qui se déroulait devant ses yeux, comme s’il ne pouvait pas croire que ce soit réel. Mais la lueur dans les yeux de Psyché, alors qu’elle prenait une nouvelle inspiration pour jeter un sortilège au vampire, sembla le sortir de sa torpeur. En quelques enjambées, il se jeta sur elle et emprisonna son poignet entre ses mains. Il la plaqua contre le mur sans se soucier de ses hurlements indignés, de ses ruades pitoyables de frêle humaine.

    « Sayanel... »

    Un rictus souleva les lèvres de Sayanel en l’entendant prononcer son nom, avec une voix qui contrastait bizarrement avec les tons hystériques qu’elle avait eu pour menacer le vampire qu’elle torturait. Il serra plus fort son emprise sur elle, et lui arracha sa baguette alors qu’elle continuait à se débattre de plus en plus faiblement. Il lui attrapa le menton et la força à tourner son visage vers lui.

    « Tu es complètement folle. » Lâcha-t-il à voix basse, d’un ton chargé de mépris.

    La scène à laquelle il venait d’assister l’avait complètement glacé. Il savait qu’elle était forte, combative même. Mais la cruauté n’avait jamais fait partie de ses attributs, et encore moins cette perversité inhumaine dont elle venait de faire étalage. Ce n’était pas la Psyché qu’il avait connue, et encore moins celle qu’il avait aimée, qu’il venait de découvrir à cet instant. Mais soudain, elle cessa de se débattre et il attendit quelques instants avant de la lâcher, sa baguette toujours en sureté dans sa propre main. Elle leva les yeux vers lui pendant une seconde, et elle s’effondra soudain au sol, toute sa combativité envolée au profit de lourds sanglots qui lui secouèrent les épaules. Il ne comprenait décidemment plus ce qu’il se passait avec elle, mais cette réaction aussi brutale qu’inattendue le plongea dans un certain malaise, et il détourna les yeux. D’abord la violence bestiale, puis cette faiblesse inhabituelle … Où était Psyché, derrière tout ça ? Il reporta son attention sur elle et la contempla pendant quelques secondes, le visage figé en un masque insensible. Un râle étouffé le fit sortir de ses pensées, et il tourna légèrement la tête vers le vampire qui gisait encore au sol, du sang coulant à flot sur son visage et ses mains, et qui les regardait avec un air hagard. Tout son corps tremblait de façon pitoyable, et il était de temps à autre agité de spasmes qui lui arrachaient des grimaces de douleur. Elle ne l’avait pas raté …

    « Dégage. » Fit Sayanel d’un ton sec.

    Il vit le vampire se mettre debout avec difficulté, et s’en aller sans cesser de leur jeter des regards épouvantés, puis il reporta son attention sur Psyché, qui était toujours prostrée au sol. Il ne comprenait pas comment elle en était venue à se changer en un tel monstre. Et les larmes qu’elle versait à présent ne réussissaient pas à effacer de son esprit son visage déformé par la haine et la bestialité.

    « C’était si difficile que ça, de le tuer proprement ? » Demanda-t-il finalement d’un ton froid.

    Il imaginait très bien la réaction que ses paroles pouvaient déclencher en elle. Il n’était pas à proprement parler le meilleur placé pour lui donner des leçons d’humanité, mais le fait était qu’il n’était plus un humain, et qu’il ne se souciait donc absolument plus de son âme, contrairement à elle. Il la regarda à nouveau avec attention, perplexe. A quel moment la Psyché qu’il avait connue avait disparu au profit de cette femme qu’il ne reconnaissait pas ? Et pire encore … Avait-il joué un rôle dans cette métamorphose ?

    « C’est nouveau, cette envie de torture au dîner ? Ou est-ce que c’est seulement la douleur d’avoir perdu ton cher mari qui te met dans un tel état ? » Demanda-t-il soudain d’un ton léger, en se baissant pour l’attraper par le bras pour la remettre debout. Quand il croisa ses yeux, il ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire mauvais. Non, décidément pour son âme, il pouvait repasser …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

the reason of it all ▬ Psychel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE.SHOWING.NIGHT ▬ your fantastic rpg :: Résidences :: MAYFAIR-